Le Contrefait de Regnart

Édition critique de la rédaction longue (ms. B1 et B2)

Première branche

 

1

[1a]
1   Je, a cest mien commencement
2   Jusques a mon definement
3   Ou moyen, devant et aprés,
4   Prie Dieu que de moy soit prés
5   Et me doint mener telle vye
6   Que je soye en sa compagnie
7   Et si me doint en bien finir
8   Ne m'en porroye plus tenir.
9   C'est ung propos, une memore
10   Dont faire voeul nouvel'Raynaud corrige en nouvele. histoire,
11   Livre commencier et finir
12   Ce que je pense a maintenir.
13   Grand piece a que g'y ay pensé,
14   Ne m'en puis estre retardé,
15   Ne n'en suis point hors de doloir
[1b]
16   Jusques Raynaud corrige en jusqu'. en aye dit mon voloir,
17   Ne mon cœur ne s'en poeult pas taire.
18   Pour ce, nouvel livre en voeul faire
19   Sans exemple, sans enseignier,
20   Sans a moy riens d'aultrui baillier,
21   Sans nul conseil, sans nulle ayeue,
22   Fors que par generale veue.
23   J'appelle veir generalment
24   Et concepvoir soubtillement,
25   Aller, vëoir, vivre et sentir,
26   Goust acquere, jurer, mentir,
27   Semblant, promesse et abstinence,
28   Conffessïon et penitance.
29   Qui cecy scet bien concepvoir
30   N'a pas perdu tout son sçavoir.
     
31   De Troye fu qui ce livre fist
32   Et tout le fait comprins y mist,
33   Ditta et escript de sa main.
34   Tant y pensa et soir et main.
35   Clerc fu, mais adonc laiz estoit.
36   Environ quarante ans avoit
37   Quant ceste pensee lui vint
38   Par oyseuseté qui le tint.
39   Dame Oyseuze a monlt de branches
40   Malvaisez, perileuses, franches.
41   Maint sont qui par oyseuseté
42   Sont venus a grant povreté,
43   Devenu glout, murdrier, ribaut,
44   De grant plenté a grant deffault.
45   Qui jones prent oiseuseté
46   Envis est ne chiee en vieulté.
47   Oiseuseté l'homme aneantistRaynaud corrige en l'aneantist.,
48   Tous les menbres lui afoiblist,
49   Entamist, alentist et tue,
50   Qu'il n'en poeult avoir nulle ayeue.
51   Naturelment s'i ennature
52   Que il n'a de bien faire cure,
[1c]
53   Ne ne tient a avoir nul prisMs. prie.,
54   Pour ce que pas ne l'a apris.
55   Ains a le bien mortiffïé
56   Quant d'oiseuzeté est lïé.
57   Et lors devient il controuveur,
58   Mesdisant, orguilleux, bourdeur,
59   Solefïans et metans cures
60   A effacier bonnez natures
61   Et sur les bons a controuver,
62   Tout par deffault de bien ouvrer,
63   Desirant l'autrui, envïeulx.
64   De tous maulx faire curïeulx.
65   Briefment, en oiseuz ne se fie
66   Homs qui voeult mener bonne vye
67   Meïsmement ou solitaire,
68   Qui nul bon estat ne scet faire.
69   Sur ordres et sur seculiers,
70   Generaulx et particuliers,
71   Gentilz, bourgois, officïaulx,
72   Par tout guette ses envïaulx.
73   Et pluiseurs sont qui par oyseuse
74   Mainent bonne vye et joyeuse,
75   Estudient en ditz trouver,
76   Voir contre menchongne trouver.
77   Soubtillement font instrument,
78   Translatent latin en rommant
79   Et se si oyssent es histoires,
80   En racontant, choses notoires,
81   Es anchïennes choses lire,
82   Bien retenir et mal despire
83   Et sur tout voeullent bien gloser
84   Pour le mal arriere bouter.
85   De ce viennent les beaulx dittiés
86   Ou maint bon se sont delitiés :
87   De ce viennent les beaulx notablez,
88   Œuvres de maint fais delittablez,
89   Notes et estampïez belles,
[1d]
90   De ces rotelenges nouvelles.
91   Mais toutes voyes nul n'entende
92   Que a oizeuse vye tende,
93   Car fol est, a pas se fol vient,
94   Qui a oizeuzeté se tient.
95   Voit ouvrer ou estudïer,
96   Gart ne voit ses menbres lïer.
97   Pour ce est d'oizeuze la branche
98   Dure, pesme, courtoise et franche.
99   En tel oizeuze, c'est prouvé,
100   Chelui qui cest livre a rimé
101   L'an mil trois cens et dix [et] noeuf
102   Commença ce livre tout noeuf
103   Et baptisa quant a sa part
104   C'est le Contrefait de Regnart.
105   Car sur Regnart poeult on gloser,
106   Penser, estudïer, muser
107   Plus que sur toute rien qui soit.
108   Qui proprement Regnart perchoit
109   Le texte layt, prende la glose.
110   S'il se congnoist, et dire l'ose,
111   Meurs et condicïons et fais.
112   Il trouvera nul n'est parfais.
113   Et Regnart nous dit et enseigne
114   Que bon est que homme se tiengne
115   De dire mensongne ne voir,
116   S'amour de pluseurs voeult avoir.
117   Cil clerc pluiseurs fois si s'en faint,
118   Sa langue maniere constraint,
119   Et mist ce derriere devant.
120   Pour ce commence cest rommant
121   Pour dire par escript couvert
122   Ce qu'il n'osoit dire en appert
123   Et jetter lui convenoit foeur
124   De la cheminee du cœur.
125   Or commencera il son dit,
126   Car dame Oyzeuze lui a dit

2

[2a]
127   De tousjours bien faire et bien direMs. de bien faire et bien faire.
128   Ne se doit nuls homs escondire,
129   Salomon nous veult reveler
130   Et dist : « Nul ne doit sens celler
131   Ne mettre en repos ne covrir,
132   Ains le doit a trestous ouvrir
133   Qui pour bien mestier en aront
134   Et qui pour bien le requerront. »
135   Car ce doit bien chascun savoir,
136   Pour un ne fut point fait savoir,
137   Mais pour tous ceulx, au mien cuidier,
138   Qui le desirent et ont chier.
139   Dieu largement le bien crëa
140   Qu'a nullui ne le devëa,
141   Car qui veult bonne vie avoir,
142   Il scet bien qu'il en peut avoir,
143   Ce est des biens Dieu qui ne ment,
144   Que il depart si largement.
145   En tous estas sauver se peu[len]t
146   Trestous ceulx du ciecle qui veu[len]t,
147   Soient clercs, lettrés ou chanoines,
148   Marïez, march[ë]ans ou moynnes,
149   Seculiers, d'ordre ou autrement.
150   Voeullent amer Dieu seulement,
151   Loyaulté faire et maintenir,
152   En paradis doivent venir,
153   Nul n'y a de contredit point.
154   Mais qu'il maintiengneRaynaud corrige en maintiengnent. bien ce point,
155   Trestous sont de Dieu appelé,
156   Il n'en y a nul recellé.
157   Dont tu, qui as clergie et sens,
158   Et tu os dire, vois et sens
159   Que le povre a mestier d'aïdeRaynaud corrige en aÿdes.,
160   Et tu peus que nelui aïdeRaynaud corrige en aÿdes. ?
161   Voeulx tu ton sens mectre a recoy,
162   Que nul n'y parte fors que toy ?
163   Tu sens, se tu as propre esgart,
[2b]
164   En ton sens as la mendre part,
165   Mais est a tous les requerans.
166   Combien qu'en soies acquerans,
167   Tu n'en es fors que despenseur,
168   Et Dieu en est a toy presteur.
169   Presté le t'a pour departir,
170   Non baillié pour ja departir,
171   Si commeRaynaud corrige en com. le Philozophe dist
172   Qui maint bien nous met par escript.
173   Il dist : « Poy peut en verité
174   Nulz sans amour de charité
175   A bëatitude venir. »
176   Pour ce doit chascun advenir
177   A tous ceulx qui aïde quierent,
178   Combien que pas ne le requierent.
179   Cil Ms. cellui. qui veult scïence muchier
180   Samble le mauvais despencier
181   A qui son maistre baille argent
182   Pour departir a povre gent,
183   Mais ne le donne ne depart,
184   Tout retient et met a sa part.
185   Comme le mauvais vilain lourt
186   Qui un puis fait dedens sa court,
187   Bien l'ediffie et fait murer
188   Comme pour tousjours mais durer.
189   Et puis deffent que nul n'y viengne
190   Pour quelque besoing qu'il adviengne.
191   Tant a son eaue et son puis chier
192   Que il n'y veult nulluy huchier,
193   Ains veult le puis avoir tout seulz,
194   Vëez le chetif et prescheux !
195   Se tous les voisins y alaissent
196   Et leurs voisins y amenassent,
197   Et chascun puichast a deux mains.
198   Meilleur en fust, ja n'y eust moinsRaynaud corrige en mains..
199   Plus y venist, plus en ostassent,
200   Et aussi ceulx mieulx l'en amassent.
[2c]
201   Et quant n'y laisse nul puchier,
202   Le puis s'en peust empunaisier,
203   Et la fontaine en peut tarir,
204   Quant il n'y laisse nul venir
205   Ainsi est il d'homme scïent
206   Qui son sens celle en escïent,
207   Qu'aidier ne veult le sien amy.
208   Tout le voeult avoir a par lui
209   Et n'en veult aidier nulle gent,
210   S'ilz ne lui baillent de l'argent.
211   Et tost aprés le mort a prins
212   Le rend compte de son aprins,
213   Comment il l'a multiplïé,
214   Le sens que Dieu a envoié
215   Pour departir aux Besongneux,
216   Dont il a esté desdaigneux
217   De departir en ceste vie
218   Ce qu'il eust, et sien n'estoit mie.
219   Lors s'appelle las, meschëant,
220   Quant plaindre ne lui vault nëant.
     
221   Et pour [i]ce certainement
222   Je, a cest mien commencement,
223   Ne voeul mie estre decheü,
224   Ains voeul que de toutRaynaud corrige en tous (ce qui donne un sens différent au verbe sceü). soit sceü
225   Une scïence qu'aprins ay
226   De grant auctorité, et sçay
227   Que pluiseurs y prendront grant bien,
228   S'ilz le veullent entendre bien.
229   Car de long tamps en est l'hystoire
230   Et prinse sur vieille memoire,
231   Et les memoires ancïennes
232   Sont aux josnes phisicïennes
233   En exemples, en mencïons,
234   En biens et en fondacïons,
235   En manieres, en ordonnances,
236   En meurs, vivres et circonstances,
237   En humilité, en servir,
[2d]
238   En la grace Dieu desservir,
239   Qui autrement fut desservie
240   Et sainte Eglise mieux servie
241   D'œuvreRaynaud corrige en œuvres. et de devocïon
242   (Si comme on voit la noncïon
243   Es vrays livres que ceüs sont)
244   Que es presens qui orez sont.
245   Chascun si estudie et quiert
246   Ce que Nature lui requiert,
247   Non point Nature raisonnable,
248   Mais de follie appetissable,
249   Appetissable en varïance
250   Et en toute folle ordonnance,
251   Comme luxure et gloutonnie
252   Et autres dont je ne diz mie.
253   Et les biens que ilz en rechoipvent,
254   Qui des mors sont et tourner doivent
255   Ou douaire du crucefix,
256   Si comme de ce suis tout fis,
257   Ilz le mectent en aultre affaire,
258   Et dient qu'ilz le peuvent faire,
259   Car quant on leur baille, il est leur.
260   Mais ilz usent pain de douleur
261   Et a leur tresgrant dampnement,
262   Se sainte Escripture ne ment.
263   Pour ce d'une ancïenne histoire
264   Voeul je commencier ma memoire,
265   Et sera en partie de l'art
266   Que onRaynaud corrige en Qu'on. appelle maistre Renart.
267   C'est l'art qui les greniers remplist
268   Et les grans choses acomplist.
269   C'est l'art qui fait les simples gens
270   Devenir povres indigens.
271   C'est l'art qui fait les droits boiteux
272   Et les vaillans povres honteux.
273   C'est l'art qui fait les faulx hautains
274   Et les vermaulx pales estains.

3

[3a]
275   C'est l'art qui fait les bons muchier
276   Et les maulvais en hault d[r]echier.
277   Il fait de montaignes vallees
278   Et es grans vaulx fait les montees.
279   C'est l'art qui fait du blanc le noir,
280   De la mensonge fait le voir.
281   C'est l'art qui fait torchier Fauvel,
282   Du vieil [fait] neuf et de neuf vieil,
283   L'art qui fait rire le dolent
284   Et faire feste sans talent.
285   C'est l'art qui fait seigneurs garsons
286   Et garchons monter es archons.
287   C'est l'art qui fait les belles dames
288   Souvente foiz lever les games :
289   Aux mauvais fait porter honneur
290   Et les bons met a deshonneur.
291   C'est dont le ciecleRaynaud corrige en ciecles. est plains,
292   Et religïeux et mondains.
293   Tout le monde cel art aprent
294   Dont en la fin pour fol se prent.
295   Mais n'est ars qu'homs ne puist apprendre
296   Et sur lequel il ne puist prendre
297   Mal et bien, si comme il vouldra,
298   Mais cilMs. cellui. est fol qui mal prendra.
299   En droit de moy je ne diz mie,
300   [Ne n'esperanche n'i est mie,]Vers suppléé d'après A.
301   Mais sache bien cil qui l'emprent,
302   Car fol est cilMs. cellui. qui l'art aprent,
303   Quant viendra au fin de sa vie
304   Il tiendra cel arsRaynaud corrige en art a folie.
305   Que sur l'art que je si maintiengne
306   Qu'a mal et foleur nul en viengne,
307   Que ja en mal se introduient
308   Combien que cellui [tres]tout suient.
309   A brief parler, tous les sept ars
310   Sont tous enclins a celle[s] pars,
311   Ne nul des sept ars, s'il y touce,
312   N'est si fondé que il ne loche,
[3b]
313   Car sans lui doibvent bien lochier.
314   Certes si font ilz tous clochier,
315   Car sans lui sont tout d'hommeRaynaud corrige en d'honnour d'après A monde
316   Selon la chevance du monde.
317   Et qui est cil qui n'a bëance
318   De scïence avoir et chevance ?
319   Combien que des ars assez sache,
320   Tant q'un chascun peut s'i atache.
321   Se tout aprent et tout detient,
322   Se de cellui art ne retient,
323   (Si me gard Dieu d'avoir la fievre !)
324   Adont sera tenu pour chievre :
325   On dira a jung qu'il est yvres,
326   Ou que c'est un sacq plain de livres.
327   Sache loix ou dïalecticque,
328   Riens ne scet, s'il ne scet praticque.
329   Mais s'il scet de ceste maistrie
330   De Ms. le (corrigé d'après A). Renard qui tous ars maistrie,
331   Aprengne tant comme il vouldra.
332   Sans celMs. cellui (corrigé d'après A). art, petit lui vauldra.
333   De cel art dont je cy vous compte
334   Doibvent apprendre roy et conte,
335   Empereür et apostole,
336   Ceulx qui doivent lire a l'escole.
337   Si fontMs. sont. ilz voir, chascun en prent,
338   Chascun en droit lui en aprent.
339   De povres gens n'en peut chaloir,
340   Se de l'apprendre n'ont voloir.
341   Si en sont ilz escolier<t> tuit,
342   Chascun son cuer, sa langue y duit,
343   Car a l'acroire sont piteux
344   Et au payer sont despiteux.
345   Quant ilz acroient, ilz sont riches,
346   Quant ilz payent, povres et siches.
347   Aussi le petit enfanchon
348   Lisent tresbien ceste lechon.
349   S'on leur met en la main, ilz rient,
[3c]
350   Et s'on leur veult oster, ilz crient.
351   Et puis que chascun l'art recorde,
352   En droit de moy je m'y accorde,
353   Car Jacopin et Cordelier
354   Tirent trestous a cest colier.
355   Et quant ils en veullent ouvrer,
356   Dont y doy je bien regarder.
357   Si sontMs. font. certes tout penëant,
358   Combien qu'ilz n'en dient nëant.
359   Aussi coquins et demandeurs
360   Sont tous mensongniers et flateurs,
361   Vont plourant, disant povres sont.
362   M<auv>aises robes, mais souliers ont.Raynaud corrige en Mauvaises robes, souliers ont.
363   Mais qui tresbien les cercheroit,
364   Plus de deniers y trouveroit
365   Qu'il ne feroit es bien vestus.
366   Combien qu'ilz soyent salez et nuz.
367   Puis queRaynaud corrige en puis qu'. homme a truander s'adonne.
368   Je croy pechié fait qui lui donne,
369   Car cil droit larron estre veult
370   Qui prent et bien souffrir s'en peult.
371   Briefment, nul n'est a l'art donné
372   Que ceulx qui sont de femme né.
     
373   Et puis qu'ainsi est que je sçay
374   Ceste sïence et que je ay
375   Tamps et espace de vous dire,
376   Je ne m'en doy mie escondire
377   Que ne soit dicte a tous oyans.
378   Or y soit aucuns cler voyans :
379   L'an mil trois cens et dix e[t] neuf
380   Fust commencié cest livre neuf
381   Qui fu le premier livre fais
382   Qu'on dit Renard le Contrefais.
383   Au sanblant bien le trouverés,
384   Quant vous la matiere lyrés
385   Et trouverez nouveaux sentiers
386   Et des mesiaux et des Templiers,
[3d]
387   Si com vous en orez la vye.
388   S'il sceüssent bien renardye
389   Et la scïence proprement.
390   EncoireRaynaud corrige en encoir. fust il d'eulx autrement.
391   Maintes, dient ilz, ne [le] porent ;Raynaud laisse le vers hypométrique.
392   Mais je tesmoigne qu'ilz ne sorent,
393   Car se l'art eussent bien sceü,
394   EncoiresRaynaud corrige en encoir. ne fussent pas sceü.
395   Mais tel s'en fait un grant ouvrier
396   Qui en est simpleRaynaud corrige en Qui n'en est que simple. escolier.
397   Enguerran de Margny cuidoit
398   En estre maistre, <mais> non estoit.
399   Toute sa vie le maintint.
400   Mais en la fin mal le retint.
401   S'il eust esté coys et souffrans,
402   Long tamps eust esté acquerantRaynaud corrige en aquerrans..
403   Cha avant en diray la vie.
404   Mais tamps est queRaynaud corrige en qu'. autre chose die,
405   Que Oyseuse ne me lait taire
406   Et me commande un livre a faire.
407   En oyseuseté longuement
408   Fut le clerc qui fist cest romant :
409   Pour ce pluiseurs livres cercha
410   Et pluiseurs secrez reversa
411   Et pluiseurs anciennes histoires
412   Plaines de tresbonnes memoires.
413   Or commenceray je mon dit,
414   Car dame Oyseuse le m'a dit.
     
    L'ACTEUR
415   Se dist l'istoire es premier[s] vers
416   Que ja estoit passé yvers,
417   Et estoit une Pentecouste,
418   Une feste en l'an qui moult couste,
419   Que le roi Lÿon fist venir
420   Sa gent pour sa feste tenir,
421   Ses loyaux barons asambler
422   Comme roy, et roy veult sambler,

4

[4a]
423   Et dist en son cœur coiement :
424   « Roy qui se tient si seulement
425   Sans ses barons a lui attraire,
426   Envis peut a bonne fin traire,
427   Car s'il<z> les sieut, ilz le sieuront,
428   Et s'il les fuit, ilz le fuyront. »
429   Pour ce qu'il voult ce amender,
430   Fist il tous ses barons mander
431   Tout en samblant de charité,
432   En demonstrant humilité,
433   Et pensa : « Roy qui n'est amés
434   Bien doit estre chetif clamés. »
435   Noble le Lïon qui fut roys,
436   Sires et empereres droys
437   Dessus toute beste sauvaige
438   Qui toutes lui doivent homaige,
439   Mande, ensongne ne les en tiengne.
440   Pour ce n'y a nul qui n'y viengne
441   Pour porter service et honneur
442   Tant a eulx comme a leur seigneur,
443   Tant pour sa grace desservir,
444   Comme pour le bon jour servir.
445   N'y font deffault n'alongement.
446   Tout et toutes viennent briefment.
447   Chascun saigement se maintint.
448   Renard premierement y vint,
449   Qui saige fut, mal n'y eust ja,
450   Qui le sien nom puis ne changa,
451   Et ses noms, s'œuvre, decheu n'est.
452   Tant plus vit homs et plus en est,
453   Renard son nom ne remua,
454   S'œuvre ne son cuer ne mua.
455   Pour Renard qui gelines tue,
456   Qui a la rousse peau vestue,
457   Qui a grand queue et quatre piés,
458   N'est pas ce livre commenciez,
459   Mais pour cellui qui a deux mains,
[4b]
460   Dont il sont en cest ciecle mains,
461   Qui ont la chappe faulx samblant,
462   Qui va les cœurs des gens emblant.
463   N'est nulz homs tant saige sceüs
464   Qui monlt bien n'y fut decheüs,
465   Tant fut de la vieRaynaud corrige en laine d'après A. certains.
466   De larrechin fut ly estrainsRaynaud corrige en estains d'après A.,
467   ComtéRaynaud corrige en Gouté d'aprèàs A. de barat et de guille.
468   Il n'aRaynaud corrige en ne a. homme en ceste ville,
469   Tant soit saiges et advisés,
470   Qui bien n'y fut desavisés,
471   Ne paintre qui le paintesist,
472   Ne escripvain qui l'escripsist,
473   Et fut Argus et Euclidés,
474   Qui descapturesRaynaud corrige en descriptures d'après A. sceut adés,
475   Comme d'eux cœur[t] la renommee,
476   NommeeRaynaud corrige en Non mie. certes Tholomee
477   Qui fut si tresbon escripvain.
478   Ses engiens y seroit cy vain
479   Qu'envis s'i porroi<en>t traveillier.
480   Pignalïon qui de taillier
481   Estoit maistreRaynaud corrige en maistres. et de pourtraire,
482   Ne saroit pas tel robe faire.
483   Peroclités, Vircés, EuxisRaynaud corrige en Zeuxis d'après A.
484   Ains y seroient trop pensis,
485   Ainçois que compassé l'eüssent
486   Ne que pourtraire le sceüssent,
487   Filer, ou[r]dirCorrigé d'après A., taillier ne traire
488   La robe que Renard sceut faire,
489   Que eust vestue quant a court vint.
490   Selon son art il se maintint,
491   De samblant, de parole et d'œuvre
492   Son sen monstreRaynaud corrige en demonstre d'après A et son sens coeuvre.
493   Comme coys et joyeux se tint,
494   Avecques les meilleurs se tint.
495   Sa parole a nul ne refuse.
496   Monlt treshumblement son tamps use.
[4c]
497   Des plus saiges trait a sa part.
498   De ses parolles leur depart
499   En argumens, en questïons,
500   <Et> En pluiseurs inhibicïons.
501   Peu en un argument se tient,
502   L'un denÿe, l'autre soustient
503   Gracïeusement et actrait.
504   Et par ce pluiseurs en atrait.
505   Selon chascun il se contient.
506   Par quoy chascun payé se tient.
507   Abstinence sceut bien constraindre
508   En rire, en jurer et en plaindre,
509   En offrant a tel son hostel
510   De qui voulsist avoir le pel.
511   Et disoit : « Tout me pouez prendre. »
512   A tel qu'il voulsist voir entendre.
513   Par ce fist de ses ennemis
514   Les pluiseurs devenir amis,
515   Fors que Ysengrin seulement
516   Qui le hëoit trop durement.
517   Et pour ce [le]Corrigé d'après A. hëoit ly Loups
518   Que il estoit de lui jaloux
519   Et en son coeur coux se tenoit.
520   Et pour ce s'aucun bien disoit
521   De Renard, et que Renard yere
522   De simple et saigeRaynaud corrige en et de saige. maniere,
523   Bien parlans et bien arrestés,
524   Le Loup respondoit : « Vous mentés !
525   Ains est Renard tout au contraire,
526   Car on ne peult de lui bien traire. »
527   Ainsi le Loup le diffamoit,
528   Renard, que guaires il n'amoit.
529   Thiebert y vint ly empalez
530   Et le Rat, le <rat> meseau, Pelez.
531   Mais pour povoir que tous euïssent,
532   Ne pour bien dire qu'ilz peuïssent,
533   Ne pour ConflantRaynaud corrige en Constant d'après A., ne pour Robert
[4d]
534   Ne peut amer Pelés Thiebert.
535   Bauchans y vint et Espinars,
536   Et Grinbert, le cousin Renars,
537   Bruniaud le Tor et Brichemer,
538   Et le bon Cheval et ChimerRaynaud corrige en Thimer.,
539   BernardRaynaud corrige en Et Bernard. l'Asne et Tierselin,
540   Et le Mouton, sire Belin,
541   Petit Porrus, RobertRaynaud corrige en Porchas, Frobert d'après A. Roussiaulx,
542   Gourris et Bauchans ly Pourceaux,
543   Dame Hersent et Fauve y vindrent.
544   Ainsi les barons se contindrent,
545   Et Chantecler et dame Pinte
546   Vint a la court du roy, soy quinte.
547   Mais ains Renard ne vault amer
548   Ne amy ne cousin clamer,
549   Tant y ot, mais ne sçay le nom,
550   Nul ne s'en peut se louer nom
551   Qui vaulsist de raison user.
552   Cy ne quiers longuement muser
553   A dire quelz mos, quelz paroles
554   Ne aucunes parolles frivolles.
555   Mais viendray a m'Ms. mon.intencïon,
556   EncoireRaynaud corrige en Encoir. reviendray au Lÿon.
     
557   Quant la feste fust departie,
558   Si appella sa baronnie :
559   « Seigneurs, dist il, or entendez,
560   Vous qui haux grans honneurs tendez,
561   Qui vëezRaynaud corrige en bëez d'après A. bien a soustenir,
562   Amer vous doy et chier tenir
563   Et en vos franchises garder,
564   Vous moy servir et honnourer.
565   Et ceste chose bien sçavés :
566   Service et honneur me devés,
567   Si commeRaynaud corrige en com. vous m'avés en convent,
568   Et si devez trestout avant
569   Garder mon paÿs, mon honneur
570   Aussi, le grant et le mineur.

5

[5a]
571   Vous [estes]Suppléé d'après A., si comme il me samble,
572   Le meilleur de ma gent ensamble.
573   Je vaulsisse, ains c'om se partist
574   Ne que le conseil departist,
575   Que le conseil tout assamblast,
576   Que l'en feïst et ordonnast
577   Constitucïon et bon fait
578   Qui jamais jour ne fust deffait
579   Et qui tousjours mais se tenist,
580   Ne ja nulz contre ne venist. »
581   Lors respondent communement :
582   « Par cellui Seigneur qui ne ment,
583   Vous avez dit un grant savoir,
584   Et nous ferons vostre vouloir. »
585   A un conseil trestous s'en vont
586   Les barons qui plus saige sont.
587   En pluiseurs sentences se mirent,
588   Divers diverses choses dirent.
589   Renard n'y fust pas oublïés.
590   Bien les a a sa part lÿés.
591   Par lui fust trestout concheü
592   Tout ce qu'ilz ont dit et sceü.
593   Au fort a lui sont accordé.
594   Mais pluiseurs jurent le corps Dé
595   Que a cest conseil ne seront
596   Ne ja ne s'i accorderont,
597   Et hucheront en hault : « Aÿ !
598   Renard, par toy sommes trahy.
599   Ja en lieu que tu puisses estre,
600   Povre n'avra ne lieu ne estre,
601   Certes ce est un mauvais sors. »
602   Lors les fist Renard bouter hors,
603   Et un tresgrant serment jura
604   Que cest accord si se tendra :
605   « [Les] dyables font telz povre gent
606   Parler ainsi, ny aultrement.
607   Je ne les puis<t> vëoir nommerRaynaud corrige en n'amer d'après A..
[5b]
608   Que or fussent ilz em my la mer !
609   Ja de leur conseil ne seray
610   Et envis bien je leur feray,
611   Ce se n'est pour honte cachier,
612   Ou se n'est pour Fauvel torchier,
613   Et pour aucun renom avoir,
614   [Ou pour aquester de l'avoir.]Vers suppléé d'après A.
615   Alons nostre accord recorder
616   Au roy sans plus desaccorder. »
617   Les riches dient : « C'est bien dist. »
618   Au roy vont pour dire leur dit :
    LE ROI LION TIENT COURT
619   « Sire Noble, vers vous venons
620   Affin que nous vous recordons
621   Ce que par nous fait a esté
622   Et qui des grans est recordé.
623   Mais se ce ne volez tenir,
624   Honte pour nous en peut venir. »
625   Dy[t] le roy : « Et je m'y accord !
626   Or me recordés vostre accord.
    REGNART VIENT A LA COURT
627   ― Sire, nous avons accordé.
628   Combien qu'aucuns l'ayent discordé
629   (Mais <ne> leur discord ne vault nëant,
630   Pour ce que ilzMs. quilz. sont povres gent),
631   Que les povres foulés seront,
632   Bon tamps, bien ne honneur n'avront,
633   Fain et froit tousjours sera leur
634   Et renommee de malheur.
635   Et encoir le conseil est telz
636   Que on leur toille leur chatelz,
637   <Ne> Ja ne croit en ce que tesmongne,Raynaud corrige en Je ne croie ce qu'il tesmoignent d'après A.
638   Et s'ilz n'aiment une besongneRaynaud corrige en Ne la besoigne que il moignent d'après A.
    <Ainsi ferai qui an grongne>Vers excédentaire.
639   Ja ne sera bonne tenue,
640   Mais pour folleRaynaud corrige en mauvese d'après A. et simple et nue.
641   S'il blasme aucun de sa folie,
[5c]
642   Nous sommes tous d'amour qu'on die
643   Que envie lui fait blasmer,
644   Car povre ne peut nul amer.
645   Et s'il veult vendre aucune rien,
646   Que ont lui desprise ce bien.
647   Se il dist bien, c'est adventure.
648   Se il dist mal, c'est sa nature.
649   S'il pleure, qu'il soit lendengiés.
650   S'il chante, qu'il est enragiés.
651   Que il soient mal et honteux,
652   Sans compaignie voisent seulz.
653   Et tout adez iront chargiés,
654   Mal peüz et souvent tenchiés,
655   Et seront les derrains ouÿs,
656   Et souvent nulz et esbahys.
657   Chier tamps, neisge, froit et gellee
658   Leur cherra tout sur l'eschinee.
659   En ost, en guerre mis devant,
660   En festez boutez laidement :
661   Mal vendront, mal employeront,
662   Toutes gens les vituper<e>ront
663   Quant en la terrïenne vie.
664   De l'autre ne jugons nous mie.
665   Dieu, le souverain debonnaire,
666   Scet bien de ce qu'il a afaire.
667   Les richesRaynaud corrige en riche. au contraire seront,
668   Pris et honneur tousjours aront.
669   Se ilz sont folz, par leur avoir
670   Seront tesmoingné de savoir.
671   Leurs choses seront bien gardees
672   Et leurs maisnies deportees.
673   Vins avront, vïandes, chevaulx.
674   Tout sera leur, et mons et vaulx.
675   Tout seront leur les biens du monde,
676   Combien qu'aucuns soient de biens monde.
677   Adez de hault parler aront,
678   Gentilz et nobles se diront,
679   Combien que auRaynaud corrige en qu'au. naistre et au morir
[5d]
680   Voit on la noblesse averir.
681   A ces deux poins, morir et naistre,
682   Voit on bien qui gentilz doit estre.
683   De la fin ne parlons nous point,
684   Chascun doit bien garder ce point.
685   Ad ce s'accordent les barons.
    LYON
686   ― Et par sainct Pierre de Chalons !
687   Ce dit NobleRaynaud corrige en Nobles., ainsi en voit,
688   Combien qu'aucun grevés en soyt !
689   Ja pour ce je ne le lairay,
690   Tost et briefment le sceleray,
691   Puis que de vous est accordé.
692   Mais, par cellui qui m'a formé,
693   Les ungs en ont trop le meilleur.
694   Or gardent bien ce qui est leur
695   Jusques droit leur veuille amender.
696   FaicteRaynaud corrige en Faictes. escripre et commander
697   Que la sentence si se tiengne,
698   Et que nulz encontre ne viengne.
699   Soit tenu bien et fermement
700   Sans dire pour quoy ne comment. »
701   Lors fist le roy scelleerRaynaud corrige en sceller. la lettre
702   Et trestout les p[l]oms y fist mectre,
703   Les riches en prindrent copie.
704   Ja nul ne le fraigne en sa vie.Raynaud inverse l'ordre des deux derniers vers et édite 704-703.
705   Mais les povres n'en prindrent point,
706   Pour ce qu'ilz ne l'accordent point.
707   Par ce point furent povre gent
708   Ostez de bel estat et gent
709   Et de la joye terrïenne.
710   La sentence en est anchïenne
711   Qui fut ainsi faicte et escripte
712   Et par Renard jugie et dicte.
713   Renard le premier en parla,
714   Renard premier povre foula.
715   Par Renard sont povres foulés

6

[6a]
716   Et maint bon preudhomme boulés.
717   Tousjours fust Renard en saison,
718   Se ce ne fust dame Raison.
719   Mais quant Raison veult assaillir
720   Renard, bien tost le fait faillir :
721   Devant Raison durer ne peut.
722   Pour ce Renard amer ne veult,
723   Car trop tost le fait trebuchier
724   Par terre, fouir, noyer, cachier.
725   Aux Templiers prendre le devez :
726   Quant Renard les ot eslevez
727   Et mis jusqu'a seigneurs de terre,
728   On ne sçavoit nulz plus Ms. plus nulz. grans querre.
729   Tant furent grans et tant pooient
730   Que tout le monde surmontoient.
731   Tout par son engin et son art,
732   Raison qui ains n'ama Renard,
733   Quant ilz furent ou hault clochier,
734   Les fist tout aval trebuchier.
735   En plus petit estat les mist
736   Que Renard avant ne les prist.
737   Jus les rüa sans relever.
738   Il n'apartient pas a celer
739   Enguerrant et Jourdain de Lille
740   Qui tant furent grant et habille,
741   Qui tant estoient surmonté
742   Que nullui n'avoient doubté.
743   Raison en despit de Renard
744   Les amena jusqu'a le bart.
745   Pour ce Renard point Raison n'aime :
746   De lui se deult, de lui se claime.
747   Quant Renard en a un levé,
748   Raison l'a tantost devalé.
749   Pour ce est fol qu'enMs. qui en ; Raynaud garde qui en mais corrige Renard en lui. Renard se fie.
750   Les povres ne l'aimeront mie,
751   Quant ceste chartre leur donna
752   Que le roy NobleRaynaud corrige en Nobles. ordonna.
[6b]
753   Quant s'intencïon fut finee,
754   Chascun tend a faire s'alee,
755   Chascune a grant fain de partir
756   Et de en sa maison venir.
757   Chascun s'en va en son paÿs
758   Pour vëoir femmeRaynaud corrige en et femme. et amys.
759   Le roy, la roÿne au corps gent
760   Demourerent a pou de gent.
     
761   Plus du roy ne vous compteray.
762   A ma matere reviendray
763   Dont j'ay prins le commencement,
764   De Renard especïaulment
765   Qui tant peut povreté haïr
766   Et diffamer et envahir.
767   A lui ne se peut alïer.
768   Son art ne peut multiplïer :
769   Pour ce ne peut son art couvrir,
770   Et il pert assez a l'ouvrir.
771   Car quant povre plus l'art savra,
772   De la gent mains creüt sera.
773   Tant plus l'œuvre, plus est blasmés,
774   Et adont l'art plus diffamés
775   Qu'envis du bien ja loué n'yert.
776   Dont est fol, se tel art acquiert.
777   Le riche tresbien cest art treuve,
778   Ja n'en savra ouvrer que l'œuvre :
779   Tant passe Raison, ny s'adonne,
780   Qu'elle ne soit tenue a bonne.
781   Bien a de quoy son fait payer
782   Et maises langues appaisier,
783   De quoy faire taire ennemis
784   Et de quoy concquerir amis,
785   De quoy couvrir une folie.
786   Et de tout ce n'a povre mie.
787   Le riche fait de bourde voir
788   Et de grant folie savoir.
     
[6c]
    YSENGRIN
789   Izengrin tant Renard haÿ
790   Et par tant de fois l'envaÿ
791   Pour lui nuyre et grever, s'il peust.
792   Mais oncques pour sens qu'il eüst
793   Ne se polt bien apercevoir
794   De haÿne ou d'amour avoir.
795   Ysengrin cognoistre ne peut.
796   Si en [fist]Suppléé d'après A. il du mieulx qu'il sceut.
797   Mais tant le seut bien repaier
798   De dit et de samblant paier,
799   Que il s'en tenoit a payés.
800   Oncques ne fust si esmayés.
801   Au printamps, la doulce saison,
802   Ysengrin fust en sa maison
803   Avec dame HersemRaynaud corrige en Hersent., sa femme,
804   Qui monlt le villoneMs. de vilonnie. et diffame,
805   Comme celle qui monlt noble yere.
806   Sote de corps et de maniere.
807   Et savoit bien par cuer l'affaire
808   Que toutes femmes scevent faire,
809   Et bien la verité sçavoit
810   Pour quoy, de quoy son con servoit,
811   Et elle vëoit son mary
812   Vieil, jaloux, malade et marry :
813   Long tamps a ce ne fust meü.
814   Monlt en eust le cuer esmeü
815   CommeRaynaud corrige en Courecié d'après A. tristre et a malaise
816   Qu'elle n'ose faire son aise
817   De ce que Nature clamoit.
818   Dedens son cœur monlt s'en blasmoit,
819   Et disoit : « Lasse ! que feray ?
820   Que diray je, et ou iray ?
821   Nature me tourmente cy
822   Le cœur et les membres aussi,
823   N'ay membre dessoubz ma chemise
824   Qui ne me trambleRaynaud corrige en trestramble. et fremise.
825   Une heure suis en marrisons,
[6d]
826   AultreRaynaud supplée Et. heure [ai] les mengisons.
827   Une heure tramble, aultreMs. lautre. fremie.
828   Quel mal est ce ? Ne le sçay mie :
829   Ne sçay s'il est doulx ou amer.
830   Ne voy plus : il desire amer
831   Et beaulx embrachiers et baisiers,
832   Avecques les autres aysiers
833   Lesquelz je n'ozeRaynaud corrige en oz. pour honte faire,
834   Pour l'ort vilain qu'on puist deffaire !
835   Pour celluy quiRaynaud corrige en cui d'après A. mort puist porter,
836   N'oze mes membrez deporter
837   Qui sont si bel et si deffait.
838   Pour quoy furent ilz oncques fait,
839   Mes membres qui tant sont honny ?
840   Sont ilz doncques d'amer banny ?
841   Mon ventre qui est blancz et cras,
842   Ma blanche gorge et mes blans bras,
843   Mes cuisses qui tant me font paine.
844   Qui sont sans oz, sans nerfz, sans vaine ?
845   Ne me doit il forment peser,
846   Quant mon doulx amy adeser
847   Ne les peut ? Mais prochainement
848   Les tiendra, se j'ay aisement.
849   Et se ne le trouvoie point,
850   Ung aultre tiendroit bien ce point.
851   Ja mon amy ne le sçaroit,
852   Ne ja pour ce moins n'y aroit.
853   Pour quoy sont donc mes membres fait ?
854   Certes je sçay bien qu'on en fait.
855   Ne s'en voisent ja debatant
856   Ceulx qui par tout vont cons batant,
857   Cordelier, Jacopin et aultre,
858   Qui bien font un et dient autre.
859   Et combien de ce me remembre,
860   De quoy serviroient mes membre ?
861   NatureRaynaud supplée Or. a tout ordonné
862   Le fait a quoy ilz sont donné :

7

[7a]
863   Ordonnés a Nature sont,
864   Ceulx sachent tresbien qu'il les ont,
865   Car cœur et corps me servira.
866   Ja Raison ne l'asservira. »
867   Lors fiert du poing sur son boudry
868   Et a juré par saint Landry
869   Que elle tel chose fera
870   Que le vilain coux en ara :
871   « Je lui feray anuy et honte,
872   Au vilain, dont je ne tiengs compte,
873   Qui ne peut mais faire bonne euvre. »
874   Atant s'en suert et sa huche euvre,
875   Car ire et couroulx le surprent.
876   Sa quenoille et fusee prent,
877   Son desvuidoir et son ramon,
878   Et le met dedens son gyron,
879   Et lui dist : « Commere, tenez,
880   Puis que aRaynaud corrige en qu'a. l'hostel tant demourez
881   Et qu'il vous y plaist a tenir,
882   Et femme voulez devenir,
883   Ceste quenoille [me]Suppléé d'après A. fillés
884   Et si desvuidiez mes filez :
885   Bien estes or ad ce seansRaynaud corrige en seant.,
886   Quant estes [i]cy demourant,
887   Vous fillerez jusqu'as estoilles
888   Tant que nous avons quatre toilles
889   Qui bien seront entour nous mises.
890   Et si taillerez des chemises.
891   Et puis quant avrés cecy fait,
892   Si donnés a l'enfant du lait,
893   Et si le vestez et paissiez.
894   Ne point de deffault n'y laissiez :
895   Faictes le feu et la buee.
896   Gardez ne passez nostre entree,
897   Qu'estranges homs ne s'i esbatte,
898   Se vous ne volez qu'on vous batte.
899   Et vous voz brayez meMs. ne. bailliez,
[7b]
900   Car porter n'estes pas tailliez.
901   S'iray le paÿs concquerir
902   Et des vïandes acquerir.
903   L'un convient il aller en proye.
904   [Or faites tost, c'on vous an proie :]Vers suppléé d'après A.
905   Vous arez nomRaynaud corrige en arez a nom. dame Aviz,
906   Qui tost fait mal et bien envis. »
907   Quant Ysengrin olt et entend
908   Les motz que sa femme lui tend,
909   Qui bien lui samblerent nuysans,
910   Folz [et] perilleux et cuisans.
911   « Dame, dist il, or m'entendés.
912   Je voy bien a quoy vous tendés :
913   Je vous empesche vozRaynaud corrige en vo. voloir,
914   Dont monlt vous faiz le cuer doloir.
915   Ce ne convient il ja prouver :
916   Mal vous puissiez vous demener,
917   Car [ja]Suppléé d'après A. loaulté n'y querrez !
918   Faictes le pys que vous pouez
919   [Et]Suppléé d'après A. tout ce que au cœur vous monte.
920   ― Par foy, dist elle, c'est grant honte !
921   Ne poons pestre noz faulcons,
[7c]
922   N'oster noz [barbes]Suppléé d'après A. a noz cons,
923   Que nous ne vous trouvons present !
924   ― Mieuls amissions autre present.
925   ― Sire, se respondi sa femme,
926   Se Jhesus me gard de diffame,
927   Je vouldroie encoire estre a naistre.
928   EtRaynaud supplée que. je deüsse un homme estre,
929   Et le cuer que je ay eüsse.
930   Et ja pour ce plus ne sceüsse !
931   Je feroye tant de dyablies,
932   Ains tant ne furent establies.
933   Ne seroit nulle belle femme,
934   Fust honte, couroux ou diffame,
935   Que je ne allaisse assaillir
936   Sans ja avoir peur de faillir,
937   Et que je ne vaulsisse avoir,
938   Qui qu'en deüst rire ou douloir.
939   Je feroie tant de meslees
940   Qu'envis seroient desmellees,
941   Ne feroye fors qu'espïer.
942   Ne doubteroie plour ne crïer :
943   Oncques Michault qui en morut
944   Si volentiers ouvrier n'en fut !
945   Je merroye deduis et chans,
946   Ne seroie pas des meschans
947   Qui es cendres crouppent et sieent :
948   [Tieus gens Dieu ne nelui ne sieent.]Vers suppléé d'après A.
949   Homs qui tout veult veir et savoir
950   Ne doit ja nom d'amy avoir :
951   Qui crout ou fu et fait les liz,
952   Ains doit avoir nom dame Aliz.Raynaud inverse l'ordre des deux derniers vers et édite 952-951.
953   Trestout l<u>y dyable vrayement
954   Font femme prendre a celle gent
955   Qui ne peuent [fere]Suppléé d'après A, mais la correction rend le vers hypométrique, d'où l'effacement de le. <le> mestier,
956   Et si voeullent tousjours guectier,
957   Qui ne peuent faire faire lait,
958   Et grace avra se il s'en taist.
[7d]
959   Nature rendra son devoir,
960   Qui qu'en doye rire ou doloir.
961   Faire estuet ce que il convient
962   Et de ce souvent me souvient :
963   Nature m'en fait souvenir
964   Qui ne me laisse en paix tenir. »
965   Quant Ysengrin oyt la nouvelle,
966   Lors sa douleur lui renouvelle,
967   Car jaloux est de grant piecha,
968   Et ce point ne le despicha,
969   Ains lui enflamne tost et tard.
970   Devant sechoit, mais orez ard,
971   Ne ilRaynaud corrige en N'il ne s'en peut plus deporter,
972   Car le meilleur n'en peut porter,
973   Car il cognoist et bien y pense :
974   « CilMs. Cellui. est fol qui a femme tenche,
975   Car dommaige il en acquerra,
976   Et de la honte en apperra.
977   Bon fait folle femme eschieuer
978   Pour tous les perilz eviter. »
979   Lors vuida Ysengrin la place
980   Sans que nul desplaisir lui face.
981   Et bien pensa en son advis :
982   « Mieulx vault ainsi que faire piz. »
983   Monlt fut courouchié et plain d'ire.
984   A lui mesmes print [il]Suppléé d'après A. a dire :
985   « CilMs. Cellui. qui a estat de franchise,
986   Sans servitude et sans maistrise,
987   Et il se boute es las de femme,
988   Bien doit avoir honte et diffame :
989   Ce qui est fait n'est pas a faire,
990   Or m'en iray a mon affaire.
991   La cuisanchon soit derriereRaynaud corrige en derrier. l'huis,
992   Puis que hors de mon hostel suis !
993   Meschief ay pour ce que j'ai fain.
994   Tout en ay et cuer et corps vain. »
995   Lors s'en entre au boys querant proye,
996   Prïant Dieu qu'a bon port l'avoye.

8

[8a]
997   Bien les arbres oÿ venter,
998   Mais oncques ne se peult vanter
999   Que nulle autre chose y oït
1000   Que de nulle riens s'esjoïst.
1001   En ceste fut la prayerie,
1002   Et le ville a l'autre partie.
1003   La praierieRaynaud corrige en prairie. fut grant et lee.
1004   Illecques fust Barbue alee
1005   Pasturer et prendre sa vie.
1006   Ysengrin qui a grant envie
1007   Que sa vie trouver peüt
1008   (Ne lui chausist qui le sceüt),
1009   Jette ses yeux, choisist Barbue
1010   Qui va paissant par my l'erbue.
1011   Seule fust, a paistre entendy,
1012   Et s'il qui a vivre tendy
1013   Ne vit nulluy fors celle part :
1014   Bien cuide avoir Barbue a part.
1015   Lors n'eust il cure de tenchier.
1016   Forment le print a esleeschier,
1017   Et jure Dieu, terres et champs
1018   Tousjours ne sera pas meschans :
1019   « Foy que doy ma femme putain,
1020   Qui me fait souppes de mon pain
1021   Et qui coux me fait, honte et lait,
1022   Fortune grant honneur me fait
1023   Quant m'envoye cy garnison
1024   Pour conforter ma garison !
1025   Ma femme ja ne le sçaira,
1026   Par mon chief, ne ja n'en ara !
1027   J'escommuny qui porte honneur
1028   Cellui qui lui fait deshonneur.
1029   En grant foulour vit et labeure
1030   Qui sa femme putain honneure !
1031   Quant [elle] ne veult honnourer,
1032   On le doit bien deshonnourer !
1033   Honneur est de telle nature
[8b]
1034   Que qui le sert elle lui dure,
1035   Et qui honneur veult asservir,
1036   Il doit bien a honte servir :
1037   <Or> Tiendray compte de mes amys,
1038   Puis que Dieu aRaynaud corrige en m'a. a honneur mys. »
1039   Lors s'en va vers lui faire feste,
1040   Et Barbue leva la teste
1041   Et vit Ysengrin qui dansoit
1042   Et qui a lui mengier pensoit.
1043   Sa contenance a bien veüe,
1044   Dont elle a grant päour eüe.
1045   Mais touteffoiz bien se contint.
1046   Hardie chiere et samblantMs. Hardie et chiere samblant. tint :
1047   Bien pense que se il savoit
1048   La grant päour que elle avoit,
1049   Qu'elle morroit ; pour ce se faint,
1050   Et trestout son voloir constraint,
1051   Combien que grant päour eüst,
1052   Ne voult qu'il s'en appercheüst.
1053   De trop foulour ne se doit plaindre
1054   Qui scet bien son vouloir constraindre.
1055   Car cilMs. cellui. qui tant son voloir euvre,
1056   Envis peut achever bon euvre.
1057   Et pour ce entreRaynaud corrige en c'entre. lye et despite
1058   Lui a ceste parolle dicte :
1059   ― Beaux amys, Barbue lui dist,
1060   Ton samblant, contenance et dit
1061   [Sont] sans bien estre et sans savoir !
1062   Oncques saige homme ne vy, voir
1063   Qui vers autrui venist crïant,
1064   A gorge estandue rïant.
1065   Je me vouloie sommeillier.
1066   Mais pour de livre[s] un millier
1067   N'est qui dormir poinst me feïst,
1068   Pour paine que nulz y meïst !
1069   Que veulx ? Que quiers ? Scez que demandes ?
1070   Et se nul riens par toy me mandes,
[8c]
1071   Dis le, sçaray conseil du faire.
1072   Et puis si va en ton repaire.
1073   Ne jamais en nulle maniere
1074   Qui bons ou preux ou saigeRaynaud corrige en saiges. yere,
1075   Qui si sottement a nul viengne !
1076   De cy t'en va, plus ne t'aviengne,
1077   Car contenances font sçavoir
1078   En chascun se il a sçavoir,
1079   Car on voit a la contenance
1080   Grant partie de la scïence.
1081   Et la sïence sans maniere
1082   E[s]t de pluiseurs peu chiere.
1083   Pour ce, amys, advise toy
1084   Et me diz se tu as de quoy.
    YSENGRIN
1085   ― Barbue, ne t'esmaye mie,
1086   Car de ton corps, et croute et mie. »
1087   Dist Ysengrin : « M'estuet mengier.
1088   Je n'en prendroie nul denier,
1089   Mais si grant joye [ay je] eüe
1090   Aussi tost que je t'ay veüe,
1091   Que je ne sçay ou j'ay esté,
1092   Ne s'il estoit n'yver n'esté.
    BARBUE
1093   ― Pour quoy liez, diz le moy briefment ?
1094   ― Que honys soit le corps qui ment ! »
1095   Dist Ysengrin : « N'en mentiray,
1096   Et tout par my le voir iray.
1097   QuandRaynaud corrige en Comme. fortune ou bons eürs
1098   Me vient, dont je suis peu seürs
1099   (Car a tart vient lez moy a estre),
1100   Nature me fait si liez estre,
1101   Pour ce que peu souvent m'avient,
1102   Que de lëesse foleur vient.
1103   Pluiseurs peschent plus par lëesse
1104   Que ilz ne font par grant tristresse.
1105   Homs trop liez en peril demeure.
[8d]
1106   Ennemis lui coeurt adez seure,
1107   Ja asseürez ne sera.
1108   Tout mal penser en lui ara.
1109   Oncques de trop lÿesse avoir
1110   Ne viz acquerir grant avoir.
1111   Mais en viennent discensïons
1112   Et guerres et occisïons,
1113   Charmeriez et revemens
1114   Et trestout mauvais mouvemens.
1115   Mais a mon œuvre reviendray,
1116   Pour quoy je te tiengs et tiendray
1117   En mon heritaige, es entreesRaynaud corrige en a l'entree.,
1118   Mauvaisement prinse prouveesRaynaud corrige en prouvee..
1119   Trouvee fourfaisant t'y ay :
1120   Sces tu quelle amende en aray ?
1121   De ton corps feray ma vïande.
1122   Aultre amende je n'en demande.
1123   Tout maintenant le mengeray.
1124   Ja aultre chose n'en feray :
1125   Nul te n'en peult estre garans. »
1126   Adonc la voult il prendre aux dans :
1127   Ja lui eust baillyé sa lechon
1128   Quant Barbue getta un son.
1129   Comme dolente et plain[e]Corrigé d'après A. d'ire,
1130   Dist a Ysengrin : « LaisseRaynaud corrige en Lai d'après A. moy dire
1131   Mon fait, mon dit et ma raison,
1132   Par quoy tu n'az nulle accoison
1133   De moy grever en nulz endrois :
1134   Mieulx te vauldroit perdre les dois,
1135   Car tu morras de maise mort,
1136   Se tu me griefvez et fay[s]Corrigé d'après A. tort. »
1137   Quant Ysengrin oÿt Barbue,
1138   N'ot pas sa sïence perdue
1139   Qu'il ne retenist bien le dit,
1140   Ainsi que Barbue l'a dit,
1141   Quant elle dist : « Se me faiz tort,
1142   Tu en morras de malle mort. »
1143   Pour quoy il fut monlt esbahy.

9

[9a]
1144   Adont la laisse et dit : « Or dy
1145   Qui es, que peus, ne enRaynaud corrige en n'en d'après A. quel dangier
1146   Suis je, que te laisse a mengier,
1147   Tant soit grant ou plain de savoir
1148   D'amis que tu puisses avoir. »
1149   Ce dit Barbue : « Sans mentir,
1150   Tu ne te doyz pas envahir
1151   Contre raison et verité :
1152   Tu n'en a pas l'auctorité,
1153   N'en toy n'est mie le pooir.
1154   Or scés tu bien se je diz voir ?
    YSENGRIN     BARBUE
1155   ― Dy oultre. ― OrRaynaud corrige en Ore. fay doncques paix !
1156   Je diz : en tout cest pre je paix,
1157   Et si pestray, et ay peü
1158   Toutes les foiz qu'il m'a pleü,
1159   Et tous ceulx qui de moy ystront
1160   En cest pre paiscent, et paistront
1161   Par cest pré et par la forest,
1162   Sans contredit et sans arrest :
1163   Chartres en ay longues et lees,
1164   Bien escriptes et bien scellees,
1165   Et quiconcques les desdira
1166   A mort et a honte en ira. »
    YSENGRIN
1167   Dist Ysengrin : « Je ne t'en croy.
    BARBUE
1168   ― Doncques je te requiers et proy
1169   Que tu me donnes aucun jour
1170   Au quel je puisse sans sejour
1171   La lettre que j'ay apporter,
1172   Et si y soyez sans fausser.
1173   <Et>Corrigé d'après A. C'elle n'est bonne et bien parlant,
1174   Ne soyez de moy si souffrant
[9b]
1175   Que tu n'en faces ton repas.
1176   Je te jure par sainct Thomas
1177   Que ja mal gre ne t'en saray
1178   Et si te jureRaynaud corrige en jur. que je yRaynaud corrige en j'y. seray,
1179   Sans point querir dilacïon
1180   Ne signifïer mocïon. »
1181   Le Loup se tint la bouche mue.
1182   Toute la volonté lui mue,
1183   Quant il vit que pour s'envahie
1184   Ne fust point la Chievre esmahye :
1185   « Ne sçay se je dors ou se veille »,
1186   En son cœur dist : « je m'esmerveille !
1187   C'est bien par grant malheureté
1188   Que ceste parle en sceureté.
1189   Il samble bien en son plaidier
1190   Qu'aucun soit prez pour lui aidier.
1191   Sans cause ainsi ne parle mie,
1192   Sans aucun amy ou amye
1193   Qui tost m'aroient honte fait,
1194   Se oncques je cognuz tel fait. »
    YSENGRIN
1195   Lors dist comme coyzRaynaud corrige en courreciez d'après A. et plain d'ire :
1196   « QuilRaynaud corrige en qui. te fait elz parolles dire
1197   Ne de qui les peus<t> tu tenir ?
1198   Les veulx tu ainsi maintenir ?
    BARBUE
1199   ― Sy vigoureusement [et]Suppléé d'après A. fort,
1200   Que tu ne me feraz ja tort.
1201   Va trouver autre qui te croye,
1202   Tu n'az pas trouvé cy ta proye. »
    YSENGRIN
1203   Quant Ysengrin olt et entend
1204   Les motz que la Chievre lui tent,
1205   Si c'est un poy humilÿé.
1206   Pour ce lui a jour ottroyé :
1207   « Adhuy en huyt jours me raras.
1208   Lors la verité en sçairas. »
[9c]
1209   Ainsi ilz se sont accordésRaynaud corrige en accordé.
1210   Ysengrin jura le corps DesRaynaud corrige en Dé.
1211   S'elle n'y vient, guarir ne peut.
1212   Celle jure que bien lui veult.
    L'ACTEUR
1213   SeMs Le (corrigé d'après A). Barbue eüst molement
1214   Pallé, monlt li futMs fut monlt fut. malement :
1215   Mengie eüst esté sans doubte.
1216   Pour ce est celluiRaynaud corrige en cil. fol qui trop doubte :
1217   On ne se doit trop esbahyr
1218   Ne de grant bien trop esjoÿr.
1219   Qui son fait maine par mesure,
1220   Raison accorde que il dure.
     
1221   Ainsi se partent et s'en vont.
1222   Tous deux en grans pensees sont,
1223   Cy d'Issengrin vous laisseray
1224   Et de Barbue vous diray
1225   Qui ne fut point riche d'avoir :
1226   Pour ce ne perdit son savoir,
1227   Pour ce point ne se mesporta,
1228   Mais tout adez se conforta.
1229   Puis qu'avoir ne peust acquerir,
1230   Pourvëance lui fault querir.
1231   Car pourvëance, ne doubt pas,
1232   A fait trespasser maint mal pas.
1233   CilMs. Cellui. qui a en lui pourvëance
1234   N'a pas perdue sa scïence.
1235   Envis peut cilMs. cellui. avoir a faire
1236   Qui pourvëance veult actraire,
1237   Et cilMs. cellui. qui n'en veult acquerir
1238   Est bien en voye de faillir :
1239   Souventeffoiz avient que quiert.
1240   Pourvëance a tous bons affiert,
1241   Et homs qui est sans pourvëance
1242   Souventeffoiz fault a chevance.
1243   On doit prendre exempleRaynaud corrige en exemples. aux bestes
1244   Qui de pourveance font festes,
[9d]
1245   Soiris, fremis, oyseaux volans
1246   Et le cuqu qui au printamps
1247   Chante son chant de cœur monlt gay,
1248   Tout le moys d'avril et de may,
1249   Et son cœur est et son voloir
1250   D'aucune pourvëance avoir,
1251   Ble, eaue, tout a amasser,
1252   Comment il puist yver passer.
1253   Car il scet bien a sa nature
1254   Que yver vient, pour ce met cure
1255   A querir et trouver retrait.
1256   La peu a peu son vivre actrait,
1257   Petit a petit metMs. mes. ensamble,
1258   Selon ce que Raison lui samble,
1259   Lors quant il sent yver venir,
1260   Si s'en va en son creux tenir.
1261   Illec a son vivre se tient
1262   Jusques adonc qu'esté revient.
1263   Les soirys de jour et de nuys
1264   Font amas en petit reduys.
1265   Puis quant neisgesRaynaud corrige en neisge. et gelleesRaynaud corrige en gellee. viennent,
1266   Delez leur reduys si se tiennent.
1267   Laissent illec yver venir
1268   Et atendent printamps venir.
1269   Pour ce est bonne pourvëance,
1270   Qui veult avoir bonne chevanceMs. brance.,
1271   Mais pourvëance et desconfort
1272   Ne furent oncques d'un accord.
1273   Dist Barbue : « Ja n'y aray
1274   Desconfort, mais Dieu prieray.
1275   Cathon dist que a nules gens
1276   Nul avoir n'est meilleur de sens,
1277   Car on leur prent bien leur avoir,
1278   Ce ne fait on pas leur sçavoir.
1279   Pour ton paÿs et pour ta terre
1280   Dois tu monlt bien entrer en guerre,
1281   Or veuille donc Dieu que je puisse

10

[10a]
1282   Vivre a honneur et que je truisse
1283   Ma loyal chevance et ma vye
1284   Sans estre grevee d'envie. »
1285   Barbue s'oroison fina,
1286   Mais de prïer Dieu ne cessa
1287   Pour le fait qu'elle a a tenir.
1288   [Car] Besoing fait maint cœur fremir.
1289   Envis aime Besoing Raison.
1290   Ne ne quiert en nulle saison
1291   Roide vallee ne grant mont,
1292   Perilleux guetz ne mauvésMs. grant corrigé d'après A. pont,
1293   Haïne ne mort ne tempeste,
1294   Ne päour de copper la teste.
1295   Besoing oncques riens ne doubta,
1296   Raison ne quist ne escouta.
1297   Besoing paradiz ne desire,
1298   N'enfer ne prise un peu de cyre.
1299   Certes cincq piez ou mouton quiert
1300   Qui Besoing de Raison requiert.
1301   Besoing ne quiert honte n'honneur,
1302   Ne supporte grant ne meneur.
1303   Besoin ne scet que est savoir.
1304   Besoing n'amasse nul avoir,
1305   Ne voit ce qu'a Raison affiert,
1306   Mais que il ait ce qu'il requiert.
1307   La Chievre qui besoing avoit,
1308   Comme celle qui bien sçavoit
1309   Que eschapper ne peut de mort
1310   Siques soit droit ou mal ou tort,
1311   De cest pas issir lui convient.
1312   De pluiseurs souvenirs souvient
1313   Cellui quiRaynaud corrige en cui. grant besoing argue.
1314   Adoncques s'avisa Barbue
1315   De deux matins qu'elle nourry
    <Lesquelz elle avoit bien nourry>Vers excédentaire.
1316   Suz frere Gombert le Pourry.
1317   Une lysse ot frere Gombaulx
[10b]
1318   Qui avoit [eu] entre deux saulx
1319   Deux matins ; mais quant ilz nasquirent
1320   Par le lisse petit acquirent,
1321   Car le Loup, ains qu'il fust trois jours,
1322   <Ne> Le menga, dont fut grans doulours.
1323   Frere Gembaulx <a> quiRaynaud corrige en cui. elle fu,
1324   Pour l'amour qu'a elle ot eü,
1325   Voult faire aux jones chiens ayeue :
1326   Si les fist nourrir a Barbue.
1327   Tant y mist celle entente grant
1328   Qu'ilz furent fors, rade et poissant.
1329   Lors pensa : « Grans biens je leur fis :
1330   Au besoing voit on ses amis. »
1331   Sans regarder ne hault ne bas,
1332   A eulx s'en va plus que le pas,
1333   Disant : « Par eulx m'estuet saillir.
1334   A eulx ne doy je pas faillir.
1335   Povre, maigre, vieille devien,
1336   A honte et a grant dangier vien. »
1337   Plourant sa vieillesse y aloit
1338   Et son vivre qu'on lui ostoit.
1339   Lors les matins la regarderent.
1340   Tous deux contre lui se leverent.
1341   Pluiseurs bestes cognoissent bien
1342   Ceulx qui leur ont fait aucun bien.
1343   Mais au monde a assezRaynaud corrige en assez de. gens
1344   Qui en bien sont si neggligens
1345   Que leurs bienfaicteurs ne ravisent,
1346   Ains les blasment et les desprisent,
1347   Ne ne leur souvient des bienfais
1348   Que les preudhommes leur ont fais :
1349   Bien perdus sont, bien dire l'os.
1350   Or reviendray a mon propos :
1351   Les deux matins le saluerent,
1352   Et promptement lui demanderent :
1353   « Volez vous riens que puissons faire ?
1354   Nous sommes prest a vozRaynaud corrige en vo. affaire.
    <N'espargniez point nostre contraire>Vers excédentaire
[10c]
1355   N'espargnerons traveil ne paine
1356   Pour vous, de ce soyez certaine. »
1357   Quant Barbue la parolle oÿ,
1358   Dedens son cœur s'en esjoÿ
1359   Et dist : « Grant merchys, humblement,
1360   Qui bien sert, bon loyer atent,
1361   Et qui le mauvais servira
1362   Lui mesmes se asservira.
1363   CilMs. Cellui. pert son tamps, s'honneur, sa paine
1364   Qui du mauvais servir se paine.
1365   Seigneurs, a moy or entendés,
1366   Vous qui a guerredon tendés.
1367   Unes des grans vertus qui soit
1368   A tout homme qui se cognoit
1369   Ne qu'en cest siecle doye avoir,
1370   C'est de bien cognoistre le voir
1371   De son amy et de ses fais
1372   Qui lui a pourchassés et fais,
1373   C'est qu'il cognoist son bienfaicteur
1374   Et aussi cil qui est nuiseur.
1375   Qui ce cognoist, a bien c'est mis.
1376   Salomon dist : « Loyaulx amis
1377   Si est medecine de vie. »
1378   E[t] Tulles dit (n'en doubtez mie,
1379   Il dist voir et bien l'aperchoy),
1380   Que cil qui ne scet amer soy,
1381   Comment scet il un autre amer,
1382   S'il n'a le cœur fol ny amer ?
1383   Qui scet bien amer loyaulment,
1384   Et se le saigeRaynaud corrige en saiges. homs ne ment,
1385   Ja le fol amer ne sçaira,
1386   Ne le bon gre d'autruy n'ara.
1387   Et Tulles dist en un dictié
1388   Qui touche la loy d'amistié
1389   Que je truis escript en son livre,
1390   Que il baille a tous et delivre :
[10d]
1391   « Amis, dist il, je te commant,
1392   Aime ton amy tout autant
1393   Comme certainementRaynaud corrige en tous noz membrez d'après A. s'antraiment
1394   Et com de fait amys se claiment. »
1395   Et drois est que je le vous die,
1396   L'un membre n'a de l'autre envie.
1397   Mais l'un l'autre embelir vouldroit
1398   Et donner grace, s'il pooit.
1399   Et chascun membre par esgart
1400   Son service a l'autre depart.
1401   Se l'un des membres l'autre griefve,
1402   Prinse en est la vengance briefve.
1403   Se l'un des membres est irés
1404   Ou par quelque cas empirés,
1405   Tous les autres en ont douleur
1406   Autant ou prez que de la leur.
1407   A tous les membres douleur vient,
1408   Quant li un en douleur se tient.
1409   Et n'ont de santé nul pouoir
1410   Tant commeRaynaud corrige en com. lui sentent mal avoir,
1411   Bon jour, bon goust ne bonne nuyt,
1412   Tant comme l'un des membres cuyt.
1413   Et quand delit vient a un membre,
1414   A tous les autres en ramembre.
1415   Et ont joye naturelementRaynaud corrige en naturelment.,
1416   Quant l'un en sentent lÿement.
1417   Et se d'aïde il a mestier,
1418   Trestous y vont pour lui aidier.
1419   Chascun y coeurt pour garandir,
1420   On n'en verra nul ressortir.
1421   Estre veuillent mors ou lardés,
1422   Ains que l'autre ne soientRaynaud corrige en soit d'après A. gardés.
1423   Ne va pas l'un l'autre esveillant :
1424   Tout a un cop y vont saillant.
1425   Tout ensamble mort rechepvront,
1426   Ou leur compaignon rescourront.
1427   A toute heure et loingRaynaud corrige en et de loing. et prez.