Le Contrefait de Regnart

Édition critique de la rédaction longue (ms. B1 et B2)

41

[41a]
5720   ― Pour ce, sire, mercy demant :
5721   Que Renard ne soit affolé,
5722   Combien que vous l'ayez juré.
5723   La mort n'a mye deservy.
5724   Sire, Regnard vous a servy
5725   Sans faintise et estudïé
5726   A faire vostre volenté. »
5727   Grinbert tant de beaux parlers dist
5728   Que le roy appeler le fist,
5729   Et si lui dist : « Traïttre lerres,
5730   Pour quoy estes vous si barteres ?
5731   Bonnement peüssiez ouvrer
5732   Sans ses malices recouvrer.
5733   Ostez mal sans plus detrïer.
5734   ― Sire, bon fait estudïer
5735   En ses bonnes auctorités
5736   Et neRaynaud corrige en non. mie en ces vanités,
5737   Car aussi bien s'en va le temps
5738   En foulour faire comme en sens.
5739   Senecque qui tant de biens dist
5740   En un sien tresbon livre mist
5741   Que on doit mieulx une partie
5742   Entendre aRaynaud corrige en a la. philosophie
5743   Que on en fait en vanité,
5744   Selon vrayeRaynaud corrige en la vraye. auctorité,
[41b]
5745   Ou en choses qui riens ne vallent,
5746   Qui au besoing trestoutes faillent.
5747   Bonne chose est de ce apendre,
5748   Qu'on peust recorder sans mesprendre,
5749   Et au besoing traire au garant.
5750   Si conclud verité parant :
5751   Sil n'est pas saige qui met cure
5752   En chose qui est trop obscure.
5753   Trop sont ceulx folz, au dire voir,
5754   Qui se athysent de sçavoir
5755   Et qui veullent deMs. le. voir esmer
5756   Quantes goutes d'eaue a en mer,
5757   Quantes feulles les arbres portent,
5758   (Fol sontMs. Folz est. qui a ce se deportent),
5759   Quantes aunes sont jusqu'a nues,
5760   Et pour quoy sont les bestes mues
5761   Qui langue ont et ne parlent mye
5762   (Telz estudïers est folye),
5763   Ou desquelz est plus, piez ou testes.
5764   Ly estudïer en telz questes
5765   Du soleil quel<l> largesse il a,
5766   Du ciel quantez estoilles y a,
5767   Combien poise toute la terre,
5768   Folye est de tout ce enquerre.
5769   Maint en sont perdu sans respit.
5770   Et pour ce Senecque nous dit :
5771   « Estudie en fait qui te vaille,
5772   Qui a ton besoing ne te faille.
5773   Pechié folie, au besoing fault.
5774   Pour ce l'estudïer n'y vault,
5775   Ne nulz n'y doit estudïer
5776   Tant qu'il viengne a glorifïer. »
5777   Aristote nous dist sans glose,
5778   Comme son dictier le propose :
5779   « Cil queRaynaud corrige en qui. tend a ce pourcachier
5780   Et tout son voloir y fichier,
5781   Et qui mieulx veult sembler preudhomme
[41c]
5782   Qu'i estre le, ce est la samme,
5783   Il samble, ce pouez vëoir,
5784   Qu'il n'en quiert que le nom avoir. »
5785   Mauldit soit cilMs. cellui. qui sur lui met
5786   Habit de bien, ce en lui n'estMs. net..
5787   Tel vest habit d'humilité,
5788   Ou n'a pitié ne charité,
5789   Mais est plain d'orgueil, de luxure,
5790   De gloutonnie et de murmure.
5791   YsidoresRaynaud corrige en Ysidore. a ramenteü
5792   Un dist qui doit estre creü :
5793   « Ne prisiez de riens les bontés
5794   De ceulx que Fortune a montés,
5795   Puis que ce de Fortune vient.
5796   Crëez qu'aprez bien mal revient. »
5797   Senecques dist ceste maniere :
5798   « Vertu est de tout bien planiere :
5799   Tantost qu'homme a honte se met,
5800   Vertu sa compaignie let.
    LE LYON
5801   ― Dy moy quant l'homme se fait honte.
    RENARD
5802   ― Quant Dieu et ce que a lui monte
5803   Hayt du tout, et si s'en descorde,
5804   Et fuit droit et misericorde.
5805   MonltRaynaud corrige en Et monlt. fait l'homme a desprisier,
5806   Qui autrui par lui fait pechier.
5807   Et sil qui<l> s'endort en pechié
5808   Est monlt vilainement tachié,
5809   Homs qui veult autrui diffamer,
5810   Selon Dieu ne se doit amer,
5811   Mais souverainement mesprent
5812   Qui l'autrui indeuement prent.
5813   Qui enrichist d'autre chevance,
5814   En la fin en avra grevance.
5815   OracesMs. Graces. nous dist et repond,
5816   Que cil qui bien pechié repond,
[41d]
5817   Il est plus griefment entechiés
5818   Que se nouvel fut ly pechiés.
5819   Qui vieil mal lait enrachinierRaynaud corrige en enrachiner.,
5820   Envis s'en peult medeciner.
5821   CertesRaynaud corrige en Perses d'après A., un saige clerc, par art,
5822   Monstre la memoireRaynaud corrige en maniere d'après A. d'esgart.
5823   Esgart est une vertu telle
5824   Que l'homme qui maint dessoubz celle
5825   Ne porroit estre decheü
5826   Ne des biens bien despourveü.
5827   Tant de pechié com de chevance
5828   Ne le peut sieuir dechevance.
5829   Judas dist que cil a grant tortRaynaud corrige en Ovides dist que cil a tort d'après A.
5830   Qui nul homme devant sa mort
5831   Veult tenir a bienheüré.
5832   Maint homme voy asseüré
5833   Es grans biens et es grans haultesses
5834   Et es terrïennes richesses.
5835   Ains qu'en terre soit son corps mys,
5836   A ylMs. Ay corrigé d'après A. monlt grant mestier d'amys.
5837   Ja tant n'ara de bien eüs,
5838   Ne tant doubtez, ne tant cremus
5839   N'est homs, se malheür n'y court,
5840   Que vozRaynaud corrige en beaux. jours ne lui soient court.
5841   Pour ce est il trop grant folie
5842   D'homme qui en avoir se fie,
5843   Ne qui pour ce est orguilleux
5844   N'envers nul homme desdaigneux.
5845   Cointez peult il bien devenir,
5846   Mais nul orgueil ne doit tenir.
5847   CeteronRaynaud corrige en Ciceron d'après A. nous dist que cointise
5848   Est une vertu de tel guise,
5849   De tel point et de tel maniere
5850   Qu'elle fait le mal traire arriere,
5851   Siques l'un de l'autre se part
5852   Et le bien tourne a une part.
5853   De trestout bien cointise nait.

42

[42a]
5854   OuRaynaud corrige en Qui. cointes est, il lui deplaist
5855   A faire toute mauvaise œuvre,
5856   Et souvent honneur y recoeuvre,
5857   Car monlt beau parliers en devient,
5858   Et un autre point si leur vient,
5859   Car il ne daigne estre vilains,
5860   Car bien scet qu'il en vauldroit mains.
5861   Cointise est propre netteté
5862   Qui tient par le poing casteté,
5863   Et casteté ayme droycture.
5864   C'est celle qui de droit n'a cure.
5865   Mais se droicture tort devient,
5866   Un tresmauvais sermonRaynaud corrige en seurnon. lui vient.
5867   Tort fait saillir or et argent,
5868   Tort het toute lëalle gent,
5869   Plus fait a doubter que venins
5870   Les vefves et les orphelins,
5871   Fait monlt souvent vëoir sa force :
5872   Par tout prend et par tout escorce.
5873   Je ne croy pas que ja Dieu voye
5874   Homs qui met droicture hors voye.
5875   Pour ce fait bon preudhomme amer
5876   Et desirer et reclamer.
5877   Ne nul ne doit avec preudhomme
5878   Adjouster compaignieRaynaud corrige en compaigne. que bonne.
5879   Macrobes nous dist sans mentir
5880   Qu'on ne doit mie consentir
5881   Les mauvais hommes ne les faulx
5882   Avec les preudhommes lëaulx.
5883   Par exemple je le vous preuve.
5884   Quant un homs en proyeRaynaud corrige en empiryé d'après A. se treuve
5885   Par maladie et par pechié,
5886   Tant qu'ung des membres est sechié,
5887   Ou s'est par enfermeté grande,
5888   Phisicque a hoster le commande,
5889   Ou l'autre goirra mal de lui,
5890   Car par l'obscurité de [ce]luiCorrigé d'après A.
[42b]
5891   Qu'a perdicïon est alez,
5892   Les autres se perdent delez.
5893   Ainsi vous veuil prouver de l'homme
5894   Qui en mauvaistié s'abandonne :
5895   Quant un bon delez lui se tient,
5896   Assez tost perdre le convient.
5897   Cilz en qui fault foy et bontez
5898   N'est mie pour homme comptez.
5899   [Et] pour ce cilz acteur nous dist
5900   Que le jugeRaynaud corrige en juges. est bien mauldist,
5901   Quant par jugier n'oste la vye
5902   A cil qui a mort deservie.
5903   Bon fait bonne parolle oÿr,
5904   Car il en peult <a> grant bien venir.
5905   Platon nous aprend a l'escole
5906   Et dist que la bonne parole
5907   Douze fois dicte et recordee
5908   Est plus en la parfin louee
5909   Qu'elle n'est au commencement.
5910   Et si puis bien dire comment :
5911   La parole en voir congneüe,
5912   Elle est assez mieulx entendue
5913   A douze foiz qu'a la premiere,
5914   Qui bien en entend la maniere.
5915   Les felons ayment le mesdire,
5916   Par tout veullent bien escondire,
5917   Puis que a bien loyaulté touche.
5918   Envis leur yst bien de la bouche.
5919   Pour ce, vous prieRaynaud corrige en pri., telz gens n'oez,
5920   Amez preudhommes et crëez,
5921   Amez paix et bon jugement.
5922   Lors viv<e>rez bien et sainement.
5923   Ung jour est bon, et l'autre cuid.
5924   Ung jour pourfit, et l'autre nuyd.
5925   Ung tamps est c'om se doit jouer,
5926   Et ung tamps qu'on doit äourer.
5927   Tamps est de souffrir et de taire,
[42c]
5928   Tamps est de crïer et de braire.
5929   Tamps est d'estre humblez et piteux,
5930   Tamps est d'estre fol et crueux.
5931   Tamps est de lui humilïer,
5932   Tamps est de bien multiplïer.
5933   Tamps est de donner et de prendre,
5934   Tamps est de espargnier contendre.
5935   Sur trestous ces tamps a scïence,
5936   Mais dessus tout vaint pacïence.
5937   Pacïence et humilité
5938   Vaincquent trestoute cruaulté :
5939   Qui est humbles et pacïens,
5940   Bien se doit tenir pour scïens.
5941   N'est cruaulté si hault montee
5942   Qui par ce ne chie[e] en vallee.
5943   Je le dy or pour le Lÿon
5944   Qui avoit son intencïon
5945   Et a ceste fin ly descendre
5946   Qu'il vouloit faire Renard pendre
5947   Par l'ennortement qu'il avoit
5948   Et du peuple qui lui crioit :
5949   « Sire, sire, Renard pendés,
5950   Ne jour, ne heure n'attendés ! »
     
5951   Monlt en fut ly roys esmeüs,
5952   Mais tant c'est Renard quoy tenus
5953   Et tant pacïence a menee
5954   Que ceste erreur s'en est alee.
5955   Et tant c'est tenus humblement
5956   Que le roy tout son maltalent
5957   Trespassa, et autre heure vint
5958   Que a parolle Renard tint.
5959   En parlant tousjours s'avisa,
5960   Et adez Renard plus prisa.
5961   Son irez passa en l'oyant,
5962   Delyt prend en lui escoutant.
5963   A parler monlt Renard prisa
5964   Et Renard en parlant prins l'a.
[42d]
5965   A lui respondre et a enquerre
5966   Mettoit son entente grant erre.
5967   Lors a Renard le roy enquist
5968   Ou tout ce qu[e] il lui dist prist :
5969   Volentiers l'entend et escoute.
5970   Quant Renard voit et scet sans doubte
5971   Que l'yre du roy est passee,
5972   Et que son parler lui agree,
5973   Son sens lui double et multiploye,
5974   Et en ot au cœur monlt grant joye,
5975   Et tant qu'il peult sa grace acquiert
5976   Pour bien faire ce qu'il lui quiert.
    LE ROY LYON
5977   « Renard, tu as assez veü,
5978   Et pour ce as tu tant sceü.
5979   Combien a y que tu nasquis
5980   Qui tant as or de mal acquis ?
5981   Combien a que tu as aprins
5982   Le malice dont tu es prins ?
    RENARD
5983   ― Sire, mon [corps] fut nez n'a guerres,
5984   Et assez prez est mes repaires.
5985   Mais mon sens et mes ars est fais
5986   Long tamps avant qu'Adam fut fais
5987   Et avant que le monde fust,
5988   Ne que cha aval riens eüst. »
    LE ROY LYON
5989   Adont le Lÿon s'esbahyt,
5990   Et dist : « [Renart]Suppléé d'après A., se Dieu m'aÿt,
5991   Je ne suis pas de ce tesmoing
5992   Que tu soyez nez de si loing.
5993   Car comment porroit ce or estre ?
5994   Depuis que Dieu, le Roy celestre,
5995   Eüst fait ciel et terre et mer,

43

[43a]
5996   Fait il bestes, ne nul parler
5997   Ne doit qu'elles <ne> fussent devant,
5998   Ne qu'en terre fussent pessant.
5999   C'estoit abisme et obscurté,
6000   N'y avoit veue ne clairté,
6001   Ne nulle bien n'y habitoit.
6002   De tout ce qu'on voit riens n'estoit.
6003   Doncques ne t'en crerayMs. croray. ja mye.
6004   Tayz toy, ne diz plus tel folye.
    RENARD
6005   ― Sire, et je ne m'en voeuilRaynaud corrige en voeuil pas. taire,
6006   Se il ne vous en doit desplaire,
6007   Car je vous tesmoingne pour voir,
6008   Devant tout ce est mon savoir.
6009   Au moins de ce bien me crëez
6010   Qu'avant que monde fut crëez,
6011   Furent fais angelesRaynaud corrige en anges. beaux et gens.
6012   Bien poez sçavoir se je mens.
    LE ROY LYON          REGNARD
6013   ― Quelz angelesRaynaud corrige en anges. ? ― Ceux <furent> qui s'orguillyrent,
6014   Qui tantost en enfer cheÿrent.
6015   Des lors, vaulx je scïence avoir
6016   Et des lors est fait mon sçavoir.
6017   Ce fust avant que Adam fust
6018   Ne que Nature faicte fust,
6019   Ne que ciel, ne terre, ne mer.
6020   De ce me doy je monlt amer.
6021   Par Nature n'est pas mon art,
6022   Ne par Nature n'est Renart.
6023   Mon corps a bien Nature fait,
6024   Mais mon art a des lors atrait.
6025   Par mon art s'orguillirent ange<l>s.
6026   Par mon art sont du ciel estranges,
6027   Car se mon [art] n'eussent tenu,
6028   Ja du ciel ne fussent cheü.
[43b]
6029   Trestous par mon art s'orguillirent,
6030   Par mon art tout aval cheïrent
6031   Ceulx qui furent a mon acord.
6032   Mais monlt en y eult a discord.
6033   Ceulx de mon acord jus alerent,
6034   Et les discordans demourerent.
6035   Des lors est maulx et renardie,
6036   Et des lors commença ma vie.
6037   N'oncques monde fait esté n'eust,
6038   Se mon art n'eust esté et fust.
6039   Car dieu s'en fust atant passés
6040   Qui des angelsRaynaud corrige en anges. ot fait assez.
6041   Mais tantost que mon art coeuillirent,
6042   Tantost dedens enfer cheÿrent.
6043   Paradis ne les polt tenir,
6044   Quant mon art vauldrent acoeullir.
6045   Leurs sieges demourerent vuys,
6046   Quant de gloire furent hors mys.
6047   Mais pour ses sieges recouvrer,
6048   Vault Dieu le monde faire ouvrer,
6049   Faire homme qui naturel<e>ment
6050   Par sa semence deuement
6051   Remplesist les siege[s] vuidiés.
6052   Pour ce fust ly monde, sachiés,
6053   Car ja le monde fait n'eüst,
6054   Se homme mectre n'y deüst,
6055   Et par hommes fussent remplis
6056   Les sieges dont ceulx sont partis.
6057   Fait fu le monde, et homme y mist,
6058   Et pour ce povrement le fist.
     
6059   Quant homme et monde ot acomply,
6060   Lors NatureRaynaud supplée il. y estably
6061   Qui tout le monde gouvernast.
6062   Et aprés Dieu tout ordonnast.
6063   Mais aprez monde fait un tamps
6064   Fu de Dieu fait nozRaynaud corrige en no. pere Adams
6065   Qui a Nature fu bailliez,
[43c]
6066   Commandés a vivre tailliez.
6067   Nature a vivre l'ordonnaMs. lors ordonna.,
6068   De lui faire ne se merla.
6069   Nature a faire Adam ne mist
6070   Rien, car Dieu de sa main le fist
6071   Et a Nature le bailla,
6072   Qui a son vivre le tailla.
6073   Avecques ce y mist Raison.
6074   C'est celle qu'en toute saison
6075   Ne veult trop ne peu, ne folie.
6076   Ainsi ordonna Dieu sa vie,
6077   Et si grant scïence en lui mist
6078   Qu'oncques puis nulz tant n'en naquistRaynaud corrige en aquist..
6079   En lui mist et grace et beaulté,
6080   Et aver franche volenté.
6081   Par raison Adam se maintint
6082   Jusques a tant que il mesprint,
6083   Que Raison Nature estranga,
6084   Le jour que la pomme menga
6085   Que Raison lui ot deffendue.
6086   Dont Nature fut morneMs. morme. et mue.
6087   Mais or arriereRaynaud corrige en arrier. retourneray,
6088   Et trestout mon dit sauveray,
6089   De mon art qui est fait des lors,
6090   Combien que n'en soyez recors.
6091   Mes ars de Nature me tient,
6092   Ne de Nature pas ne vient,
6093   Pour ce qu[e] il est de devant.
6094   Or vëez, est bien apparant
6095   Que mon art est avant et dure
6096   Que oncques fut faicte Nature.
    LE ROY LYON
6097   ― Je croy et voy trestout par my
6098   Que ton art est plain d'Ennemy.
6099   Puis que ly Annemy le fist,
6100   Avoir n'y peut bien, ne pourfit,
[43d]
6101   Et quant d'Anemis fut trouvés,
6102   Doncques par Anemis ouvrés,
6103   Toy et tous ceulx de ton mestier.
6104   Autrement parler ne t'en quier.
    RENARD
6105   ― Sire, or soyés du dire quictes.
6106   Mes ars vient de la ou vous dictes.
6107   Mes ars ne vient pas de Nature,
6108   Et pour ce n'ay je de lui cure :
6109   Naistre faitRaynaud supplée nous., vivre et sentir,
6110   Mais mal ne fait pas consentir,
6111   Car mal ne vient pas de Nature.
6112   Pour ce mon art n'a de lui cure.
6113   Mais bien vient naturelement
6114   Des [le] premier commencement
6115   Que Dieu NatureRaynaud corrige en la Nature. ordonna,
6116   Et telz dons de lui luy donna
6117   Que par Raison s'ordonneroit,
6118   Ne ja aultre maistre n'aroit.
6119   Adez vault Raison le sieusist
6120   Et de tous ces fais le duisist,
6121   Ne nulle foiz sans lui n'alast,
6122   Feïst, deïst, ouvrast, parlast,
6123   Et s'il estoit que la venist
6124   Qu'elleRaynaud corrige en Que elle. autre chemin tenist
6125   Que Raison ne feïst sa cure,
6126   Elle par droit nom de Nature,
6127   Tant comme sans lui ouvreroit,
6128   Mauvais nom en recouvreroit.
6129   Pour quoy Nature sans Raison
6130   Ne doit aller nulle saison.
6131   Ainsi l'ordonna qui le fist,
6132   Qui oncques maulx en lui ne mist.
6133   Nature et Raison mist ensamble,
6134   Et se Nature s'en dessamble,
6135   Elle n'est Nature appellee,

44

[44a]
6136   Mais tressote et desordonnee.
6137   Tout cil en grant foulour se tient
6138   Qui dist mal par Nature vient
6139   Ne que Nature y mecte cure. »
6140   Lors roy Lÿon dresse la hure,
6141   Et fut monlt forment en effroy,
6142   Et dist : « Renard, je ne te croy.
6143   Siés toy vers moy, et le maintieng.
6144   Ou tout ton dist pour foulour tieng.
6145   Tu dis, et merveille en moy yert,
6146   Que Nature mal ne requiert,
6147   Ne par Nature, si com dis,
6148   N'est nul mal pourchassié ne dis.
6149   Ce que tu diz n'est mie sens :
6150   Il a ou ciecle mainte gens
6151   Qui font pluiseurs extorcïons
6152   Et pluiseurs dissolucïons,
6153   Si comme de boire au matin.
6154   Ne peuent laissier le hutin
6155   Qui est chose desconvenable,
6156   Et si n'est mie raisonnable.
6157   Il y a gens luxurïeux,
6158   Qui de ce sont monlt curïeux.
6159   Ly aultre en avarice mys,
6160   Car se tous leurs greniers emplis
6161   Estoient d'or ne de joyaulx,
6162   Ne leur est souffisans ne beaulx.
6163   Aultres gens qui aiment tenchons,
6164   Mesdire, jengleurs, malfachons
6165   Et qui en telz mestiers se duisent,
6166   Et du tout en tout s'i deduisent,
6167   Les uns aux chiens et aux oyseaulx,
6168   En filez, en laz, en rameau[l]xRaynaud corrige en reseaulx..
6169   L'autre se reveut deporter
6170   En tresbeaux garnemens porter,
6171   L'un en dormir, l'autre en veillier,
6172   L'un repos, l'autre traveillier,
[44b]
6173   Et qui tout cecy leur taulroit,
6174   Leur mort on leur avancheroit,
6175   Je diz, qui sont naturel<e>ment,
6176   Enclin a son ordonnement.
6177   Cecy te doit pour tout souffire :
6178   Tu entens biens que je veuil dire.
6179   Se Nature ne le vaulsist,
6180   Ja nulz a ce ne se duisist.
6181   Nature lye s'y ordonne,
6182   Et toutes telz viez leurRaynaud supprime xe mot ordonne.
6183   ― Lors, dist Renard, entendez moy.
6184   Plusieurs errent, et bien le voy,
6185   Par peu apprendre et retenir.
6186   Pour ce peuent erreur tenir,
6187   Car trop male chose est de croire
6188   Mensongne et chose qui n'est voire.
6189   EncoireRaynaud corrige en Encoir. fait plus a desprisier
6190   Mensongne faire auctorisier,
6191   Car pluiseurs gens oÿr le peu[l]ent,
6192   Ainsi auctoriser le veullent.
6193   Ainsi en pluiseurs s'enrachine,
6194   Ainsi Raison va a decline
6195   Qu'elle n'est pas bien maintenue,
6196   Mais le mensongne est soustenue.
6197   Pour ce est plain de mal sçavoir,
6198   Qui <de> mensongne veult faire voir,
6199   Qui fait la dissolucïon
6200   Naturele inclinasïon
6201   Et dist naturel<e>ment mal vient.
6202   Il fait monlt [mal] qui ce soustient.
6203   Qui maintient vice verité,
6204   Il use poy d'auctoricté.
6205   Mais desor de ce me tairay,
6206   Et pour vous apaisier diray.
6207   Primes, je vous diz sans doubtance :
6208   Mains boire n'est acoustumance.
6209   Qui eüst usé du contraire,
[44c]
6210   A tel us se vaulsist retraire
6211   Qui eüst abstinence prinse,
6212   Que Dieu honneure monlt et prise,
6213   Dissolucïon lui grevast,
6214   Que pour riens ne le recouvrast.
6215   Tous sommes en bon heure nez,
6216   Mais pluiseurs sont desordonnez
6217   Par sieuvirRaynaud édite siewir. folle compaignie
6218   Et par continuer folie.
6219   Continuer fait coustumance
6220   Qui met homme en mal ordonnance.
6221   Elle corrompt bonne Nature,
6222   De Raison l'oste et de sa cure.
6223   Quant nous autre de lui crëons,
6224   Elle nous laist, nous le laissons.
6225   Quant autre volons recouvrer,
6226   Ne disons plus par lui ouvrer,
6227   Et qui femme n'a si s'en tiengne,
6228   Ne ja de ce ne lui souviengne.
6229   Car souhais, desirs et pensers
6230   Et avec ce continuers
6231   Font entreprendre et maintenir
6232   Cela ou on ne doit venir.
6233   Aussi peut on l'autruy monnoye,
6234   L'autrui cheval, l'autrui corroye
6235   Desirer a son grant diffame,
6236   Comme on fait une estrange femme.
6237   Autant a il, a dire voir,
6238   En la femme comme en l'avoir.
6239   Pour ce fait bon en non chaloir
6240   Mectre ce qu'on ne peut avoir.
6241   Et qui a ce ne se duisist,
6242   De luxure ne lui chausist
6243   Et lui grevast le commencier
6244   Plus qu'aprés ne fait le laissier.
6245   Et pluiseurs veullent maintenir :
6246   « Je ne m'en porroye tenir. »
[44d]
6247   A qui dist il or ce ? a qui ?
6248   Laisse le mal, mal laira ly,
6249   Et ne le continuastMs. continuace. ja,
6250   Par mon chief, il ne l'en chaura,
6251   Continua[n]t bonne Nature.
6252   Car qui bien le crient, bien lui dure.
6253   Dont vëez vous par cestui point
6254   Que par Nature mal n'est point.
6255   Qui mal eslonge, mal le fuit,
6256   Et qui le mal queurt, mal le suit.
6257   Et quant a parler d'avarice,
6258   Qui est un tresdiffame vice,
6259   A Nature de riens ne tient :
6260   Mais pacïence de lui vient,
6261   Et quiconques pacïence a
6262   D'avariche ne lui chaurra.
6263   Car pacïence et souffisance
6264   Fait en Paradis l'ordonnance
6265   Et ont en Paradis la cure
6266   Et viennent de bonne Nature.
6267   Avec l'homme viennent quant naist,
6268   Combien que par foleur les laist.
6269   Laist mauvaise carnalité
6270   Et dissolue volenté.
6271   Orgueil, despit, haÿne, envie
6272   Lui font commencier tel folie,
6273   Et compaignie qui l'argue,
6274   Qui bonne conscïence tue,
6275   Le fait devenir si souscieuxRaynaud efface si et édite souscïeux..
6276   Lors devient avaricïeux
6277   Et chiet en telle ville hordure
6278   Qui touteRaynaud corrige en toute est. contraire a Nature.
6279   Et souvent grant paine lui donne,
6280   Quant si vilment se desordonne,
6281   Car chascun est nez a droicture
6282   […]Vers manquant ; pas de passage équivalent dans A.
6283   Et cil qui Nature fourvoie
6284   Envis peut tenir bonne voie.

45

[45a]
6285   Or vous diray d'acoustumance,
6286   Par quoy y ayez mieulx fïance,
6287   Ce qu'acoustumance fait faire,
6288   Comment a Nature est contraire,
6289   Et que ne diez que Nature
6290   Conserve ja tel nourreture.
6291   Un loup, un hours, un cerf et dain
6292   Pouez tant nourrir soir et main.
6293   Delez le feu lez vous serra.
6294   Se vous alez, il vous sieuvraRaynaud édite siewra.
6295   Et par les mons et par les vaulx.
6296   Pour vous laira et boiz et gaulx.
6297   Combien que boys est leur nature,
6298   Par acoustumer n'en ont cure
6299   Et par acoustumance hëent
6300   Leur nature, et point n'yRaynaud corrige en ne y. vëent.
6301   A leur nature sont contraire.
6302   Acoustumance leur fait faire.
6303   Faulcons, espreviers et aultoirs,
6304   Comment sont ilz de telz voloirs.
6305   Quant a homme veullent tourner,
6306   Ne pour crïer, ne pour corner ?
6307   C'est bien au contraire Nature :
6308   Ce leur fait faire nourreture,
6309   Longues continuacïons.
6310   Aussi vous diz je que ly homs
6311   Qui est nez pour trestout bien faire,
6312   Et pour <faire> sa vie a Dieu complaire,
6313   Selon sa nature ordonnés,
6314   En trestous casMs. car. a Dieu donnés,
6315   Tantost que il prent cognoissance,
6316   Tout bien lui vient a despitance :
6317   Lors devient il lourt et tricherres,
6318   Mesdisant, p[a]rescheux, menterres,
6319   Envïeux et luxurïeux,
6320   Plains d'ireRaynaud corrige en D'ire plains. et injurïeux.
6321   Tous telz vices tient et aprent,
[45b]
6322   Mais Nature ne scet nëant,
6323   Dont ne doit on mie retraire
6324   Que Nature lui face faire,
6325   Fors coustume tant seulement.
6326   Encor, a parler proprement,
6327   Veez un arbre tel qu'il vous plaist.
6328   Quant il de sa nature naist,
6329   Amonlt va naturelement,
6330   Qu'il n'y a point d'empeschement.
6331   Mais pluiseurs, pour leur plaisir faire,
6332   Le destournent a son contraire.
6333   Les branches contreval lui pendent
6334   Et en rondesse les estendent,
6335   Et font en rondesse avaler
6336   Ce qu'il deusist amont aller.
6337   Pierre[s] y mettent pour tenir,
6338   Les droictes branches font tortir.
6339   Ainsi propre nature tuent,
6340   Et tant cest œuvre continuent
6341   Que mal les mectent a leur droit.
6342   Et qui arriereRaynaud corrige en arrier. les remectroit
6343   En leur premier commencement,
6344   Puis qu'esté y ont longuement,
6345   Ou point ou par nature estoient,
6346   Pour voir, les branches briseroient.
6347   Trop sont endurcy en tel estre.
6348   Et s'ont oublié leur bon maistre
6349   Et leur propre nativité
6350   Pour estre en grant chetiveté,
6351   Envis mais se retourneront,
6352   Mais leur tamps ainsi fineront.
6353   Dont n'est ce mye naturelement,Raynaud corrige en Dont n'est mye naturelment.
6354   Mais force d'acoustumement.
6355   Ainsi est il des crëatures
6356   Qui se trestournent leur natures
6357   De la naturel nacïon
6358   En maise dissolucïon,
[45c]
6359   Et tant demeurent par loysir
6360   Que jamais ne peuvent issir.
6361   Dont appert que acoustumance
6362   Fait toute mauvaise ordonnance.
6363   Et qui naturelementRaynaud corrige en naturelment. se maine,
6364   Raison le met en son demaine.
6365   Raison et Nature est un point,
6366   Nul ne va pas sans l'autre point. »
6367   Lors dist le Lÿon : « Par ma foy,
6368   Je m'y acorde et bien le croy. »
     
6369   Le Lÿon sur ce erramment
6370   A dit a Renard proprement :
6371   « Tu me parles cy de Nature
6372   Et de Raison, et de leur cure.
6373   Ces deux choses, quant faicte[s] furent ?
6374   Qui les fist ? Pour quoy estre deurent ?
6375   Riens ne doit sans cause estre fait.
6376   Or le me dy bien et attrait.
    RENARD
6377   ― Volentiers, sire, vraiement.
6378   Dieu sans fin, sans commencement,
6379   Tout fist, tout ordonna, tout voit,
6380   Et scet comment tout aller doit.
6381   Fors que pechié, ce ne fist mie.
6382   N'ay talent que je le vous die,
6383   Comment on doit vivre et morir,
6384   Lesquelles doibvent diffinir
6385   Et lesquelles point de fin n'ont.
6386   Trestoutes les choses qui sont,
6387   Qui de matere on[t] esté faictes,
6388   Fineront et seront deffaictes,
6389   Et celles qui sont de noyent
6390   Faictes ne prendront finement.
6391   Si comme homs, cielRaynaud supplée et., terre et feu,
6392   Qui trestout de matere fu,
6393   Vrayement il se finira.
6394   Ja aultrement il n'en ira.
[45d]
6395   Mais angelesRaynaud corrige en anges. ne seront <ja> deffait,
6396   Par ce que de nëant sont fait.
6397   Tant com Dieu sera, ilz seront.
6398   Mais aultre chose fineront,
6399   Et sur tout ce queRaynaud corrige en qui. doit finir
6400   Qu'il fist de matere venir.
6401   Sur ce fust Nature ordonnee,
6402   De Dieu estably[e] et donnee :
6403   Et vault que elle gouvernast,
6404   Maintenist, feïst et usast
6405   En naistre, en vivre et en sentir
6406   (Je ne vous quiers de ce mentir),
6407   Tant comme tout sera en vie.
6408   Sur ce fut Nature establie.
    LE ROY LYON
6409   ― Quant fust ce ? Je le veuil sçavoir.
    RENARD
6410   ― Ce fust avant Adam, pour voir.
6411   AngelesRaynaud corrige en anges. furent faiz de noyent,
6412   Mais tantost et incontinent
6413   Leur beaulté cognurent et virent :
6414   Et pour ce il s'en orguillyrent.
6415   Tantost qu'orgueil vaulrent tenir,
6416   Paradis ne les polt souffrir.
6417   Lors cheïrent espessement,
6418   Comme pluye avecque le vent.
6419   Quarante jours au chëoir mirent
6420   Ceulx qui par orgueil se deffirent.
6421   La compaignie Lucifer :
6422   De cellui tamps est fait enfer.
6423   N'oncques n'estoit enfer sceüs,
6424   Quant Lucifer y fut cheüs.
6425   Ce fut cilMs. cellui. qui premier y vint
6426   Et qui le chemin d'enfer tint.
    LE LYON
6427   ― Or[e] me dy, et ne mens pas,
6428   Combien est doncques enfer bas.

46

[46a]
    RENARD
6429   ― Aussi hault comme est Paradis
6430   Est bas enfer, soyez ent fis,
6431   Et d'aussi hault comme ilz estoient,
6432   Aussi bas en enfer chëoient.
6433   C'est aux orguilleux la maison
6434   S'ilz ne reviennent a raison.
6435   Et quant ses esperis chëoient
6436   Et de leur fait se repentoient,
6437   Ou lieu ou fu leur repentance
6438   Firent trestous leur demourance.
6439   La demourerent, et la sont,
6440   Et [si] tousjours esté y ont.
6441   Encoire y sont, jour, soir et main.
    LE LYON
6442   ― Doncques en est ly air tout plain ?
6443   De terre jusquesRaynaud corrige en jusqu'. au ciel amont,
6444   Aussi espés entre nous sont ?
6445   Envis ceste chose croiray.
    RENARD
6446   ― Sire, et je le vous dirayRaynaud corrige en je bien le vous dirai. :
6447   De terre jusquesRaynaud corrige en jusqu'. au ciel amont,
6448   Aussi espés entre nous sont
6449   Que les pointes sont au soleil,
6450   Car silz le vault qui n'a pareil.
6451   Ce sont les mauvais esperis
6452   Qui temptacïons et perilz
6453   Et males visïons envoient
6454   A trestoutes gens qui les croyent.
6455   Ce sont ceulx qui nous font tempter
6456   Et es mauvais desirs entrer,
6457   Qui as males œuvres nous mainent.
6458   Ce sont ceulx qui toudis se painent
6459   De nous faire toutes durtés,
6460   De chëoir es pechiez mortelz.
6461   Ce sont ceulx qui adez nous temptent,
6462   Ne nuyt ne jour ne se repentent.
[46b]
6463   Ce sont ceulx qui nous päourissent,
6464   Qui la verité nous troublissent
6465   Et qui nous mectent es memoires
6466   De demourer es vaines gloires.
6467   A brief motz, ilz font leur pouoir
6468   De toutes noz ames avoir.
6469   Mais Dieu les tient trestout en laisse,
6470   Qui leur voloir faire ne laisse.
6471   De eulx fut trouvee ma scïence,
6472   Ou lesRaynnnaud supprime ce mot. saiges ont peu de fiance.
6473   Des lors suis je, je vous tesmoing.
6474   Or vëez se je suis de loing.
    LE LYON
6475   ― Pour quoy ses esperisRaynaud corrige en espris. ne veons,
6476   Quant si pres de nous les avons ?
6477   Est il doncques nul qui les voye ?
6478   Est il nul qui<l> vëoir le doye ?
6479   Je les veïsse volentiers,
6480   Si eschieuisse leur sentiers.
    RENARD
6481   ― Sire, ja de ce ne vous chaille,
6482   Car je vous tesmoigne sans faille,
6483   Et si n'enquerez sur ces gloses.
6484   Car les espiritueulx choses
6485   Ne peult nul corps humain vëoir,
6486   Tant puist acquerir grant savoir,
6487   Tant sont soubtilz parfaictement.
6488   Se sur vostre ongle en aviés cent,
6489   Ja nulle rien n'en sentiriés,
6490   Et aussi point ne le verriés.
6491   Par cent murs oultre passeroient
6492   Et ja de riens n'y mefferoient.
6493   Ne ja nulz homs ne le verra
6494   Jusques au jour que il morra.
6495   Mais quant l'ame du corps se part,
6496   Elle les voit a une part.
6497   Elle les voit publicquement,
[46c]
6498   Generaulx especïaulment.
6499   Mais tant que l'ame au corps demeure,
6500   L'oeuil ne le peut vëoir nulRaynaud corrige en nule. heure.
6501   Or revendray a ma matereRaynaud corrige en matiere..
6502   En cellui tamps point monde n'yere,
6503   Quant ainsi decheÿrent tuyt.
6504   Et Paradis demoura vuit,
6505   Et les chieux furent tout vuidiéRaynaud édite widié.,
6506   Tout par mon art oultrecuidié.
6507   Lors fist Dieu homs a sa samblance,
6508   Affin que par perseverance
6509   Fussent arrier les sieges plains
6510   Dont les mauvais cheÿrent vains.
6511   Le premier jour du ciecle fu,
6512   Ainsi comme je l'ay sceü,
6513   Dix [et] sept jours en mars entrant.
6514   Fu du monde commencement.
6515   Au tiers jour, cil qui tout visa
6516   L'eaueRaynaud corrige en eau. de la terre divisa.
6517   Et tout ce qu'est enrachiné
6518   Fut fait et mys et ordonné.
6519   Au quart jour, fist par verité
6520   Soleil, lune, estoille, clarté.
6521   Au quint jour, fist poisson noer,
6522   Bestes par terre pasturer.
6523   Aprés, fist Adam de sa main
6524   Et de sa coste fist Evain.
6525   Et quant tout ot fait par mesure,
6526   Sur le monde establi Nature,
6527   Selon ce qu'il apartiendroit,
6528   Et le cours comment il iroit.
6529   Quel chose c'est, je le vous nomme :
6530   Firmamant, femme, beste et homme,
6531   Tout est a Nature baillié
6532   Et par Nature est tout taillié
6533   Par tamps, par poins et par saison.
6534   Elle doit regner par Raison,
[46d]
6535   Par raison lui fut baillié voye.
6536   Or [si] se gard qui la fourvoye !
    LE LYON
6537   ― Comment le peut on fourvoier ?
6538   Or le me dy sans delayer.
6539   Car je ne cuideRaynaud corrige en cuid. point que on truit
6540   Riens qui ja fourvoier le puist.
    RENARD
6541   ― Sy fait, sire, en toute saison,
6542   Quant elleRaynaud corrigeen el. fu faicte par Raison.
6543   Et par la Raison mesmement
6544   Doit on tout faire deuement,
6545   Gouter, ouvrer, vivre, habiter,
6546   Par la terre voloir anter.
6547   Tant que Nature tient sa voye,
6548   Par Raison point ne se fourvoye.
6549   Et quant elle passe le point,
6550   Que Raison ne le conduit point
6551   Et qu'en ses fais ne le convoye,
6552   Certainement elle fourvoye
6553   Et va contre l'ordonnement
6554   Que Dieu lui dist premierement.
6555   Tant commeRaynaud corrige en com. lez Raison va et vient,
6556   Elle son propre nom maintient,
6557   Icellui que Dieu lui donna
6558   Qui a ceste fin l'ordonna,
6559   Ne aultrement ne le doit faire.
6560   Et quant elle fait le contraire,
6561   Lors n'est plus Nature appellee,
6562   Mais gloutteRaynaud corrige en est gloutte. et desmesuree
6563   (Murdrier, larron, tricheur, ribault
6564   Ont tel nom quant Raison leur fault).
6565   Ne doit pas Nature [estre] dicte
6566   Si tost que sans Raison habite.
6567   Aultrement n'est ja fourvoyé,
6568   Se de Raison n'est eslongié.
6569   Or me suis vers vous acquitiés.

47

[47a]
6570   S'il vous plaist, sire, or me quictiez.
    LE LYON
6571   ― Renard, or me raconte encoireRaynaud corrige en encore.
6572   De ce dont tu me contoisRaynaud corrige en Ce dont tu me contoies. ore,
6573   Des angelesRaynaud corrige en anges. qui si orguillirent,
6574   Pour quoy il ne se repentirent
6575   Et qu'ilz ne crïerent merchy.
6576   Comment furent ilz si noirchy ?
6577   Puis orent ilz plus grant sçavoir ?
6578   Et mieulx deussent mercy avoir,
6579   Par toute raison et droicture,
6580   Qu'Adam qui fut de pourreture.
6581   Car est chieulx furent de Dieu fais,
6582   Et Adam fut de terre trais,
6583   Si comme les docteurs le dirent,
6584   Et plus pecha que ilz ne firent.
6585   Pardon eust et cilz pas ne l'heurent,
6586   Ne puis pardon avoir ne peurent,
6587   Car se mercy eussent crïé,
6588   Je croy Dieu leur eust octroyé.
    RENARD
6589   ― Sire, et je le vous dirayRaynaud corrige en je bien le vous diray.,
6590   Et tout par my le voir iray.
6591   Sachiez, sire, quoy que on dye,
6592   Par orguil et par renardye
6593   Fut qu'Adam la pomme menga
6594   Comme la cause en orez ja.
6595   Car Eve entendant lui faisoit,
6596   Qui male volenté avoit,
6597   Et dyables aussi lui noncha :
6598   « Adam, dist elle, entendez cha.
6599   Bien sçay, mais vous ne le vëez,
6600   Pour quoy cest fruict cy [est] vëez.
6601   Et pour quoy n'en avons congié.
6602   Car se nous en avions mengié,
6603   Les fais de Dieu trestous sçariesmes,
6604   Et autant que lui nous porriesmes.
[47b]
6605   Pour ce le nous a contredit. »
6606   Lors le fol creut ce qu'elle dit,
6607   Et manga a son meschief grant,
6608   En espoir d'estre aussi poissant
6609   Que silz qui formé les avoit.
6610   Et aussi complaire il voloit
6611   A Eve qui fut sa moullier.
6612   Dont il acquist mauvais loyer :
6613   Sans fain et sans desir se mist.
6614   Or notez quel pechié il fist :
6615   Primes orgueil ot tout devant,
6616   Pour ce qu'il vault estre aussi grant,
6617   Poissant, saichant, commeRaynaud corrige en com. s'il estoit
6618   Qui formé et creé l'avoit,
6619   Et se vault faire a lui pareil,
6620   Aprés ot d'envieMs. ennuy. appareil,
6621   Car envie eust sur son pouoir,
6622   Sur sa beaulté, sur son savoir.
6623   Aprés ot gloutonnie en lui.
6624   Car sachiez de vray que cellui
6625   De gloutonnie va le sentier,
6626   Qui sans talent et sans mestier
6627   Vïande en nulle saison prent.
6628   Certes trop durement mesprent
6629   Car qui en ce parle a mesure,
6630   Ce est œuvre contre Nature.
6631   Aprés il ot en lui paresse :
6632   Car il pensa de sa simplesse :
6633   « Desormais te reposeras,
6634   Ne nulle chose ne feras.
6635   Jamais n'aras traveil ne paine :
6636   Tous biens seront en ton demaine. »
6637   Il fut en jaïne mortelle,
6638   Et si vous compteray bien quelle,
6639   Qu'il voult cellui desheriter
6640   De sa poissance et debouter
6641   Qui fait avoir lui et sa femme,
[47c]
6642   En lui querant honte et diffame,
6643   Et pensa : « Desor tel seras
6644   Que point [tu] ne le priseras. »
6645   S'honneur queroit apetinchier
6646   Et sa puissanceRaynaud corrige en grant puissance. abaissier,
6647   Qu'il ne peüsist riens sans lui.
6648   Avec tout ce il fust emply
6649   D'avarice, quant voult avoir
6650   De son seigneur tout le pouoir,
6651   Et plus de bien voult acquerir
6652   Qu'a lui ne devoit afferir,
6653   Et que ses sires ne peüt
6654   Riens faire, s'il ne lui pleüst.
6655   Avec ce luxure enquerqua,
6656   Car plus la sienne il enama,
6657   Pour ce que plus le conjoïst
6658   Et bonne chiere lui feïst,
6659   Qu'il ne fist son Dieu et son maistre,
6660   Et mieulx ama de sa femme estre,
6661   Si comme il parut bien a lui
6662   Quant pour elle son Dieu guerpy.
6663   Briefment Adam se maintint telz :
6664   Tout fist les sept pechiez mortelz.
6665   Trestous en lui les herberga
6666   Si tost que la pomme menga,
6667   Qui puis lui fust male et cuisans.
6668   Fol fust et desobeïssans,
6669   Qui Dieu deguerpy pour sa femme,
6670   Dont puis il ot honte et diffame.
6671   Au point qu'Adam fist sa folie,
6672   Avant menoient sainte vie
6673   Et toute souffisance avoient.
6674   En Paradis terrestre estoient.
6675   Nudz estoient, sans vestemens,
6676   Sans fain, sans soif et sans tourmens.
6677   Ne sçavoient qu'estoit pechié,
6678   Ne n'en estoient entechié.
[47d]
6679   Si tost que mengié ot la pomme,
6680   De sa femme ot grant onte l'homme,
6681   Et aussi eust elle de luiRaynaud corrige en li..
6682   Et certainement vous affy
6683   Que devant n'avoient honte eu,
6684   Ne point ne l'avoient sceü,
6685   Pour quoy s'estoient sans pechié.
6686   De honte n'estoient entechié.
6687   Ce fait, cy tost que nudz se virent,
6688   Tantost en l'heure se couvrirent,
6689   Qu'Ms. Que.Adam feuille de figuier prist
6690   Et devant son secret le mist.
6691   Chascun son secret lui couvry.
6692   Lors vint un angeleRaynaud corrige en ange. plain de fuy,
6693   Espee de feu en saRaynaud supprime ce mot. main tint.
6694   A Adam et [a] Eve vint
6695   Monlt tresespoantablement,
6696   Et dist : « Or tost alez vous ent !
6697   Vous n'estes dignes d'ycy estre.
6698   Fait avez contre vostre maistre.
6699   Fuyez, plus n'y serez veüz ! »
6700   Lors se virent ilz decheüz.
6701   Piteusement se regarderent.
6702   Lors de Paradis s'en alerent,

48

[48a]
6703   Chassiez en furent monlt vilment.
6704   Tous deux en vont piteusement.
6705   Mais avant que l'angeleRaynaud corrige en ange. venist,
6706   Adam en un buisson se mist.
6707   Qui grant honte de lui avoit.
6708   Et lor vint Dieu ou il estoit
6709   Ou buisson couatis et celez.
6710   Ce dit : « Adam, ou es alez ?
6711   ― Sire, dist il, cha suis venus
6712   Moy bouter, pour ce que suis nudz.
6713   ― Onques mais nudz ne te veïz.
6714   Pour quoy tel mesproison feïz ?
6715   Et comment ozas ce penser
6716   De mon commandement passer ?
6717   ― Sire, ma femme me fist faire
6718   Toute cest œuvre et cest affaire,
6719   Qui tout ainsi m'a desvoyé ? »
6720   Lors lui a Dieu l'angeleRaynaud corrige en ange. envoyé,
6721   Si com je vous dy par deça,
6722   Qui de Paradis les chassa.
6723   Honteux s'en vont, leur fait cognurent.
6724   Tant avallent qu'a terre furent.
6725   Sur terre firent demourance
6726   A grand douleur et en pesance.
6727   La ou firent leur demouree
6728   Une cité y est fondee,
6729   Qui est appellee Damas.
6730   EncoireRaynaud corrige en Encoires. y perent les pas
6731   Qu'ilz firent quant ilz s'en issirent,
6732   Qui oncques puis ne se deffirent.
6733   Ne oncques puis qu'ilz y marcherent
6734   Les gens verde herbe n'y trouverent,
6735   Tant fut le pechié grant et layt.
6736   La ploura et gemist son fait,
6737   Et dist : « Laz ! qu'ay je fait, dolans,
6738   Dieu, le vray Pere tout poissans,
6739   De sa propre main fait m'avoit,
[48b]
6740   Tel que [ja] rien ne me failloit,
6741   Ne jamais rien ne me faulsist,
6742   N'a chose que de moy issist,
6743   Et tout m'avoit habandonné
6744   Et en fin Paradis donné,
6745   Fors un pommier tant seulement.
6746   Tout estoit mien le remanant.
6747   Trestout m'estoit habandonné.
6748   Laz ! chetif et desordonné !
6749   Or ay trespassé son voloir
6750   Dont a tousjours suis a doloir,
6751   En paine et en chetiveté
6752   Et en toute malheureté !
6753   Mien en est froit, fain et mesaise.
6754   Sans jamais avoir goute d'aise.
6755   Les povres qu'aprez moy venront,
6756   Qui ceste paine souffriront,
6757   Seront en couroux et en ire.
6758   Quel bien porront il de moy dire,
6759   Quel eschëance leur lairay
6760   Et quel douaire leur donray,
6761   Qui doy estre leur souverain
6762   Et leur grant pere premerain ?
6763   Par moy male beneïchon
6764   Aront et grandeRaynaud corrige en grant. maleïchon.
6765   Tous ceulx qui aprés moy verront
6766   Me mauldiront, et droit aront. »
6767   Adoncques se prent a yrer,
6768   Ses cheveux prent a detirer,
6769   Et se claime laz et dolent,
6770   Et pleure monlt parfondement.
6771   Jusques aux piez larmez lui vont,
6772   Tout le corps de plourer lui font,
6773   Et dist : « Laz ! quelle malfaicture
6774   Ort, vyl, moy chetif, plain d'ordure,
6775   Fait de l'ordure de la terre,
6776   A qui iray je secours querre,
[48c]
6777   Quant cellui aRaynaud corrige en qu'a. secours avoye,
6778   Par quelle main je fait estoye,
6779   En quel main estoit mise m'ame,
6780   Cellui ay guerpy pour ma fame ?
6781   Las ! vieulx, chetifz, matz et pesans,
6782   Vers mon CrëateursRaynaud corrige en Crëateur. despisans,
6783   A qui mais a garant iray ?
6784   A qui mes grans meschiefz diray,
6785   Chetif qui a le cœur noircy ? »
6786   Lors prie, et si crie mercy
6787   De cœur si tresparfaictement
6788   Et si tresamertumement
6789   Que tout de larmes se mouilla.
6790   Contre Orïant s'agenoulla,
6791   Et dist : « Eve, femme, par toy
6792   Ay fait le douloureux desroy,
6793   Par quoy je pers mon Crëateur !
6794   Or m'en fault il vivre en douleur. »
6795   Lors eut il sa femme en despit,
6796   Que en cent ans il ne le vit,
6797   Ne ne le requist, n'aprocha.
6798   Lors ses deffaulx fort reprocha.
6799   Quant Dieu de cœur le vit aourerRaynaud corrige en ourer.,
6800   Si ot pitié de son plourer,
6801   Et la regarda en pitié
6802   Et par debonnaire amistié.
6803   Vecy la cause proprement
6804   Qui Adam mist a sauvement,
6805   D'autre part Eve se lamente
6806   Et s'appelle lasse, dolente,
6807   Et dist : « Zabulon, Anemis,
6808   Qu'en signe de serpent t'ez mys
6809   Pour moy mater et dechepvoir,
6810   Tant as par ton mauvais savoir
6811   Fait que tu m'as cy decheüe,
6812   Que povre en suis, et <suis> matte et nue »
6813   Ainsi[nques] Eve se complaint,
[48d]
6814   De faire deuil point ne se faint.
6815   Cent ans fut que Adam n'avint,
6816   Ne compaignie ne lui tint.
6817   Mais au propos d'eulx deux venray,
6818   Pour quoy furent saulvez diray
6819   Par le volenté de leur maistre.
6820   Les angelesRaynaud corrige en anges. ne le porent estre,
6821   AngelezRaynaud corrige en Anges. qui de neantRaynaud corrige en nient faiz estoient :
6822   Nulle moisteur en eulx n'avoient,
6823   Ne sceurent de quoy <a>pesandir
6824   Ne de quoy leur fait refroidir.
6825   De tel matere se sentoient :
6826   Legiers furent, de n<o>yentRaynaud corrige en nient estoient.
6827   L'angeleRaynaud corrige en ange. pour muer n'eust de quoy.
6828   Pesandeur, moisteur n'eust en soy.
6829   Nulle moisteur n'ot en lui faire,
6830   Pour ce a moisteur ne peult traire.
6831   Ne furent mol, froit ne pesant,
6832   Ne en eulx n'ot molissement,
6833   Ne ilz ne peurent amolir,
6834   Puis qu'ilz ne doibvent ja morir.
6835   Et des qu'ilz furent faiz, sçavoient
6836   Que ja morir ilz ne devoient.
6837   Qui de moisteur ne peult tenir,
6838   Il ne peut a moisteur venir.
6839   Mais Adam qui de moisteur fu,
6840   Tost ploura, tost amoisti fu.
6841   De terre fu et de lyqueur :
6842   Pour ce vint il si tost a pleur.
6843   Et angelezRaynaud corrige en ange. amoistir ne peurent,
6844   Car nulle moisteur en eulx n'eurent.
6845   Si tost qu'Adam se repenty,
6846   De terre estoit, s'apesandy,
6847   Moisteur, lyqueur, eaue devint,
6848   Par les yeulx sur la terre vint,
6849   Et tout le corps qui fut de terre
6850   Mouillyé fut par lycqueur amere.

49

[49a]
6851   Quant moullyé fut, s'apesandy,
6852   Ainsi par plourer s'alenty
6853   Et a Dieu grant pitié en print,
6854   Quant il vit qu'en pleur se maintint.
6855   Mais ange n'ot de quoy plourer,
6856   De quoy lui pesandir n'orer.
6857   Pour ce ne polt mercy avoir.
6858   Dist vous ay ce qu'en puis savoir.
    LE LYON
6859   ― Or me comptez encoreRaynaud corrige en encor., beau maistre,
6860   Pour quoy seuffre Dieu mal a estre.
6861   Car s'il voloit, riens n'en seroit,
6862   Et tout mal a riens [en]Raynaud corrige en s'en. iroit.
6863   Et il me samble que souffrirs
6864   Est, a droit parler, consentirs.
6865   Qui voit mal faire, et il le peult
6866   Deffendre, etRaynaud corrige en mais. il ne le veult,
6867   Quelque chose que on m'en dye,
6868   Du mal il est cause en partye.
6869   Et se mal vient naturelement,
6870   A tord iroientRaynaud corrige en iroit. a dampnement,
6871   Se pour mal faire estoientRaynaud corrige en estoit. dampné,
6872   Puis qu'a ce seroientRaynaud corrige en seroit. ordonné.
    REGNARD
6873   ― A ces deux poins vous respondray,
6874   Et verité vous en diray.
6875   Premier, pour quoy Dieu soeuffre mal :
6876   Vous diray tout en general :
6877   Pour ce, sire, que la bonté
6878   De la natureleRaynaud corrige en naturel. volenté
6879   Et de la bonne œuvre fut sceue
6880   Contre male œuvre cogneüe,
6881   Car jamais nul ne cognoistroit
6882   Le mal, se du bien ne sentoit.
6883   Pour ce le plaist Dieu a souffrir,
6884   Qu'on ne sceüst au quel offrir.
6885   Envis scet nulz que est bien faire,
[49b]
6886   Se il ne cognoist le contraire.
6887   Envis scet nul que est santé,
6888   S'il ne cognoist enfermeté.
6889   Le bien que Nature scet faire
6890   Est cogneü par son contraire.
6891   Nulz homs ne scet se bien feïst,
6892   Se le contraire ne veïst.
6893   Qui n'avroit eu enfermeté,
6894   On ne cognoistroit sa santé :
6895   Ainsi ne seroient creüesMs. creuent.
6896   Les œuvres de Dieu ne sceües.
6897   Chascun a franche volenté
6898   De faire mal œuvre ou bonté.
6899   Autrement nulz homs ne sçaroit
6900   Ne que bien ne que mal seroit.
6901   Se tous estoientRaynaud corrige en S'estoient tous. en bien parfais,
6902   On ne cognoistroit les mauvais.
6903   Et se trestous mauvais estoient,
6904   On ne saroit qui bons seroient.
6905   Ne nulz homs ne porroit savoir
6906   S'il feroit mal, ou diroit voir.
6907   Ainsi n'aroit nul de bien cure,
6908   Chascun feroit selon sa cure.
6909   Ainsi tous biens perdus seroient,
6910   Ne nulz biens meritez n'aroient,
6911   Ne mal n'aroit punicïon,
6912   Ne ne seroit ja mencïon
6913   D'essauchier bien et pugnir vice,
6914   Se cognüeMs. cognus. n'estoit malice.
6915   Chascun le mal du bien congnoit,
6916   Quel chemin qu'il voudra, si voit
6917   Dieu ne seuffre mal pour mal faire,
6918   Mais pour cognoistre le contraire.
6919   Or vous rediray a droicture
6920   Comment mal n'est point par Nature,
6921   Et je vous ay dist cy devant
6922   Dont pechié vint premierement.
[49c]
6923   Ains que ly monde fu esprins,
6924   Furent les angelesRaynaud corrige en anges. ou ciel mys.
6925   Quant s'orguillirent, pechié firent,
6926   Et pour pechié aval cheïrent.
6927   Cil pechié d'orgueil fut devant
6928   Que Nature, je vous crëant :
6929   Dont n'est par Nature, se crois,
6930   Fait pechié, quant fait fut ainchois.
6931   Avant fut pechié que Nature.
6932   Par pechié encor pechié dure,
6933   Ne Dieu ne le fist mie faire,
6934   Ains fut du tout a son contraire
6935   Et contre sa grant amistié,
6936   Car Dieu ne fist oncques pechié,
6937   Ne Dieu pechié ne consenty,
6938   Ne ne bourda ne ne menty,
6939   Il fist Nature pour bien faire
6940   Et pour faire œuvre pour lui plaire.
6941   Et quant pechié fut fait devant,
6942   Pour ce ne va Dieu pas disant
6943   A homme que pechié maintiengne
6944   Ne que point par Nature viengne.
6945   Mais est pechié contre droicture,
6946   Et tout au contraire Nature,
6947   Et a Nature paine donne
6948   Cil qui a pechié s'abandonne.
    LE ROY LYON
6949   ― Renard, encoire me diras,
6950   Puis que tant respondu m'en as,
6951   A homme qui est si puissans,
6952   Si fort, si digne et si sachans
6953   Que riens a lui ne se compere,
6954   Fait a l'hymaige Dieu le Pere,
6955   Comment dont lui est riens nuisans,
6956   Ne comment lui est rien cuisans,
6957   Si comme serpent et couleuvres,
6958   Vers, escorpïons et telz œuvres,
[49d]
6959   Ras, souris, mouches, males bestes,
6960   Qui tant font aux hommes tempestes,
6961   Et tout plain d'autres putes choses.
6962   Comment peuvent estre si oses
6963   Que<lles> ozent homme contrester ?
6964   Et comment les peult on doubter,
6965   Ne leur venin, ne leur assault ?
6966   Moy samble que c'est grant deffault.
6967   ― Sire, et bien tost le sarezRaynaud corrige en vous le sarez.,
6968   Trestout ce que me requerez.
6969   Les samblables et les pyeurs,
6970   Les moyennes et les meilleurs
6971   Furent faictes, ce est la somme,
6972   Bonnes et enclines a homme.
6973   Toutes Adam soubz lui mectoit,
6974   Et chascune honneur lui portoit.
6975   Toutes estoient de pourfit,
6976   Avant que le pechié feïst.
6977   Tretout estoit bon communal,
6978   Riens ne lui pouoit faire mal.
6979   Et aussi tost comme il pecha,
6980   Chascune de mal entecha,
6981   Ne fut riens qui demoura sains,
6982   Que l'une plus, que l'autre moinsRaynaud corrige en mains.,
6983   Toute riens qu'honsMs. que homme. pooit trouver,
6984   Ne pouoit ne voloit grever.
6985   Mais tout se senty de la feste.
6986   Neis le mouton, qu'estMs. qui est ; Raynaud corrige en Neïs le mouton, doulce beste). doulce beste,
6987   Qui n'estoit pas encoire fait,
6988   Se sent encoireRaynaud corrige en encoir. de cellui fait.
6989   Vaches [et] pourcheaux et chevaulx
6990   En ont recouvré pluiseurs maulx.
6991   Au moins mordent, ruent et fierent
6992   Et desobeïssance quierent.
6993   Ce que devant riens n'en sçavoient,
6994   Par tout obeïssance avoient.
 

50

[50a]
6995   Ce que fu bon, lui fut contraire,
6996   Si tost que le pechié vault faire,
6997   Qui toutes obeïssance yerent.
6998   Arbres robes en empirerent :
6999   Fruit portoient sans riens mauvais :
7000   Or en portent de tout punais,
7001   Mortelz, amers et perilleux.
7002   Tous estoient bons etRaynaud supprime ce mot. gracïeux.
7003   Terre ne portoit, c'est la somme,
7004   Riens qui ne fust pour santé d'homme,
7005   Et tout a lui obeïssans,
7006   Et du tout par lui gouvernans.
7007   Maint estrangé en son[t] oysel
7008   Qui venient a homme a l'appel,
7009   Et son commandement faisoient.
7010   Les poissons qui en mer noyoient,
7011   Venoient a sonRaynaud supprime ce mot. commandement.
7012   Et s'en empira durement
7013   Ly ayr et le vent et les nues.
7014   Ja fouldre n'y fussent cheües,
7015   Esclistre, tempeste, hydeur,
7016   Ne grant froit, ne male chaleur.
7017   Ne homs jamais malade fust,
7018   Se la pomme mengié n'eüst,
7019   Que riens fust nuysans, se sachiez,
7020   A homme fors que ses pechiez.
7021   Se pechié n'eust esté en homme,
7022   Riens ne le grevast, c'est la somme,
7023   Ne riens ne lui feïst meschief.
7024   Se ungz homs a grant mal ou chief,
7025   Ou es yeulx especialementRaynaud corrige en especialment.
7026   La clairté lui griefve forment,
7027   Certes ce ne fait la clairté,
7028   Ainchois lui nuist s'enfermeté.
7029   La clarté blasmer n'en convient,
7030   Mais le mal qui ainsi liMs. le. vient,
7031   Se ungs homs sans pechié vivoit
[50b]
7032   Et le vouloir de Die[u] sieuvoitRaynaud édite siewoit.,
7033   N'est riens qui grever le peüst,
7034   Que riens ne vouldroit qu'il n'eüst :
7035   S'il commandoit une montaigne
7036   Qu'elle s'en alast en uneRaynaud corrige en la. plaine,
7037   Ou se meïst en la valee,
7038   Tantost elle y seroit alee.
7039   Un exemple vous en diray
7040   De saint Bernard, puis me tairay.
     
7041   Saint Bernard, qui tant Dieu ama
7042   Et tant de bon œuvre sema,
7043   Se sa vie voloye compter,
7044   Trop metteriez a l'escouter.
7045   Cil qui tousjours a Dieu pensoit
7046   Par une ville s'en passoit.
7047   La gent lui vindrent au devant,
7048   Dirent : « Sire, n'alez avant,
7049   Mais tost arriere retournés,
7050   Car en ce grant bois la delez
7051   Maint un grant loup tout esragié
7052   Qui maint homme y a ja mengié.
7053   Trestout luittyé a lui avons,
7054   Mais grever nous ne le pouons.
7055   Il destruit [tres]tout ce paÿs.
7056   Tournez arriere, beaux amys. »
7057   Le preudhoms lors leur respondy,
7058   Qui grant mercy leur en rendy.
7059   Et dist : « Cilz a qui suis sergant
7060   QuiRaynaud supprime ce mot. nulle foiz n'oublie sa gent.
7061   Contre lui bien me sauvera.
7062   Ja mon corps ne retournera.
7063   Messaigier suis au Roy celestre,
7064   Qui est de toute chose maistre. »
7065   Et lors le preudhoms s'achemine,
7066   JusquesRaynaud corrige en jusqu'. a ce boys d'aller ne fine.
7067   Ceste beste au devant lui vit
7068   Qui la goulle bee tendit,
[50c]
7069   La langue rouge issant dehors.
7070   Comme un asne ot grantRaynaud corrige en grant ot. le corps.
7071   Mais quant le preudhoms l'avisa,
7072   De riens il ne s'espouanta.
7073   HaultMs. Vault. lui dist : « Beste, avant ne vieng.
7074   De par Dieu illecques te tieng. »
7075   La beste point avant ne vint,
7076   Illec sessa, illec se tint,
7077   Et devint trestoute a noient.
7078   Par ce peus vëoir clerement
7079   Que les bestes point ne vous nuisent.
7080   Mais les grans pechiez trop vous cuisent,
7081   Car se vous sans pechiez fussiés,
7082   Les bestes point ne doubtissiés,
7083   Ne riens grever ne vous peüst,
7084   N'Ennemy sur vous pooir n'eust,
7085   Ne envers vous n'osast hanter,
7086   Ne point ne vous peüt tempter.
7087   Fait fust ce que vous vaulsissés,
7088   Acomply ce que deïssiés,
7089   Comme sainct Jan l'Euvangeliste,
7090   Qui a Dieu fut si bon ministre
7091   Et qui ses œuvres maintenoit.
     
7092   Ou tamps que par la terre aloit,
7093   Pluiseurs bonnes gens le sieuvoientRaynaud édite siewoient.
7094   Pour le grant bien qu'en lui vëoient,
7095   Tant estoit bon et gracïeux,
7096   Que a tous estoit amoureux.
7097   Un jouvenceaux pour lors estoit
7098   Au quel son pere mors estoit.
7099   Ce que son pereRaynaud corrige en peres. ot il prist
7100   Et nobles atours sur lui mistMs. atours y mist sur lui.,
7101   Et se vesti honnestement
7102   Et de tous poins mignonnement.
7103   Un jours aprés, sainct Jan aloit
7104   Ou un sien amy le menoit.
7105   Le preudhomme vit et oÿ.
[50d]
7106   Monlt en son cœur s'en esjoÿ,
7107   Car tant gracïeux le vëoit
7108   Que tout son cœur en lui mectoit,
7109   <Et>Raynaud garde Et et corrige estre en est. Pensa de bonne heure estre nez
7110   Qui de lui porroit estre amez.
7111   Tant ceste volenté maintint
7112   Que un jour a saint Jan il vint,
7113   Et lui dist monlt piteusement
7114   Qu'a lui parlast secretement.
7115   Le preudhom volentiers le fist.
7116   A lui parla, et s'il lui dist :
7117   « Sire, volentiers aymeroie
7118   Et en mon cœur grant joye aroie,
7119   S'il vous plaisoit a ce entendre
7120   Que mon servir voulsissiez prendre.
7121   Je vous serviroie volentiers,
7122   Et voz voyez et voz sentiers,
7123   VozRaynaud corrige en vo. dit et vozRaynaud corrige en vo. commandement
7124   Feroie de cœur loyaulment.
7125   Autre maistre ne veuil avoir.
7126   Je suis assez riche d'avoir.
7127   Mon pereRaynaud corrige en peres. assez m'en laissa,
7128   Quant de ce ciecle trespassa.
7129   S'il vous plaist, si me retenez,
7130   Et com voz servant m'emmenez. »
7131   Lors le preudhom lui respondy :
7132   « Amys, dist il, entens a my.
7133   Certes je ne te refus mie,
7134   Mais monlt me plaist ta compaignie.
7135   Et de tous ceulx, au dire voir,
7136   Qui me desirent a avoir,
7137   Ne je n'en veuil nul refuser,
7138   Puis que il veullent Dieu amer
7139   Et faire son commandement.
7140   Or entens, beaulx amys, comment :
7141   Laisse les vanitez du corps
7142   Et du siecle te mes tout hors.