Le Contrefait de Regnart

Édition critique de la rédaction longue (ms. B1 et B2)

111

[111a]
15679   Qui jusqu'aulxMs. jusques aulx. genoulx leur batoi,
15680   Et de la couleur d'or estoi.
15681   Et la bouche ou pis avoientRaynaud corrige en il avoient.,
15682   Et de telle couleur estoient.
15683   AlixandreRaynaud corrige en Alixandres. en fist mener
15684   Trente avec lui pour esgarder
15685   Leur fachon et la grant merveille.
15686   Oncques n'avoit veu la pareille.
     
15687   D'illec avant tant esploiterent,
15688   Tant chevaucherent et esrerent
15689   Que dedens une terre vindrent
15690   Qu'a grant merveille bonne tindrent.
15691   La fu le palais roy Sersés.
15692   Nul plus beau palais ne vis mais.
15693   Sersés fu roy des Lidïens,
15694   Qui fu puis lïé de lïens.
15695   Alixandre s'est dedens mis.
15696   Avec lui furent ses amis.
15697   En ce palaix oiseaulx estoient
15698   Que les gens calandres nommoient.
15699   Calandres dindes sont nomme[e]s.
15700   En IndeRaynaud corrige en Indes. orent esté nees.
15701   Une telle nature avoient :
15702   Quant les gens malades estoient
15703   Et devant eulx on les metoit,
15704   Cil qui ly oisel esgardoit,
15705   Certains estoit ne moroit mye,
[111b]
15706   Mais il vaincroit sa maladie,
15707   Et n'aroit garde de perir.
15708   Et quant ly homs devoit morir,
15709   L'oisel se tournoit d'aultre part,
15710   Ja ne regardast celle part.
15711   Et lors pour tout mort le prenoient
15712   Tous ceulx qui entour lui estoient.
     
15713   Quant ilz sont en cel lieu esté
15714   Et en pluseurs dont j'ay compté,
15715   Lors adrecha vers ung chatel
15716   Qui monlt fu glorïeux et bel.
15717   Ly filz Israël le fonderent
15718   Ou temps que ilz par terre allerent.
15719   Ou siecle n'en toute la mer
15720   Ne porroit on plus bel trouver,
15721   Droit ou chief d'Inde par dela.
15722   Alixandre droit y alla.
15723   La gent Madrie l'apelloient,
15724   Car Madrïen y demouroient.
15725   Subbagre ot nomRaynaud corrige en a nom. ly chastiaulx
15726   Qui sur tous aultres estoit beaulx.
15727   De bonnes gens y ot assés,
15728   Plus de soixante mil armés,
15729   Si com l'istore le m'aprent.
15730   C'estoit la clef d'Inde la grant .
15731   C'estoitRaynaud corrige en Et c'estoit. d'Inde, a dire voir
15732   Le plus honnorable manoir,
15733   Le plus renommé, le plus gent,
15734   Ou il habitoit plus de gent.
15735   Herculés monlt grant piece y sist,
15736   Mais, a voir dire, peu y fist,
15737   Car la gent en leur lieu estoient,
15738   Par quoy trop mieulx valoir devoient.
15739   Sabbage est cil chastiaulx nommé,
15740   Et Madrie ot nom la cité.
15741   DagesmeRaynaud corrige en E Dagesme. y est apendant,
15742   Une terre qui est monlt grant.
[111c]
15743   Pluseurs aultres terres estoient
15744   Qui a cel chatel apendoient.
15745   Bien trouvast on .iiiixx. mille
15746   De gens a pié en celle ville,
15747   Et cinquante mille montés.
15748   C'estoit ville de grant bontés.
15749   Quant Alixandre le choisi,
15750   Monlt l'ama, monlt s'en esjoÿ,
15751   Et dist que mais n'en partiroit
15752   Jusques tout le païs aroit.
15753   Grant piece y sist et tournoya,
15754   Mais trop petit s'y avoya.
15755   Grant piece sist a l'environ,
15756   Ne leur forfist ung esperon.
15757   A Danmantin fu herbregiés,
15758   Ung chatel bel et bien prisiés,
15759   Qui fu delez celle cité,
15760   Dont il n'a pas sa volenté.
15761   Mais AlixandreRaynaud corrige en Alixandres. en jura,
15762   Ou il l'ara, ou il morra.
15763   Comme folz s'est habandonnez.
15764   De nuit est sur les murs montez
15765   Et tout seul est dedens saillis,
15766   Pour peu qu'il ne s'est mal baillis.
15767   Droit a la porte est avalés.
15768   Jusques au pont en est allés.
15769   Toutes les gardes y trouva :
15770   Illecques monlt bien se prouva.
15771   A eulx mont fort s'est combatus,
15772   Assez en y ot d'abatus.
15773   Et alors qu'ilz se combatoient,
15774   La gent dehors fort assailloient.
15775   Toutefois tant y a pené
15776   Que tous les portiers a tué.
15777   Mais maint grant copz y endura.
15778   Tant y fery, tant y mailla,
15779   Que il avalla la poullie
[111d]
15780   A quoy le grant porte se lie.
15781   Sa gent y entrent esranment,
15782   Tous armés plais de hardement.
15783   Tout ainsi fu la cité prinse.
15784   Mais mainte gent y ot ochise
15785   D'une part et d'autre a dolour.
15786   Alixandre en ot le meillour.
15787   N'y valut ne couroux ne iresRaynaud corrige en ire.,
15788   Il en fut et maistres et siresRaynaud corrige en sire..
     
15789   Quant celle grant cité fu prinse,
15790   Peu de demourance y a mise
15791   Fors pour reviseter sa gent
15792   Dont l'estat fut et bel et gent.
15793   Illec pres ung chatel avoit
15794   Qui en ung tresbeau lieu estoit,
15795   Tout au derrain d'Inde la Grant ,
15796   Hault et merveilleux et poissant.
15797   Plus avant ne poeult on aller,
15798   Car on n'y voit que Rouge Mer.
15799   D'illec vëoit on le soleil
15800   Trestout ouvertement a l'œil
15801   Yssir du valRaynaud corrige en d'aval d'après A., monter sur terre.
15802   Plus avant ne doit on enquerre.
15803   La lune veoit on adrechierRaynaud corrige en drechier d'après A et édite vëoit.
15804   Et toutes estoilles muchier.
15805   De la on ne poeult plus avant
15806   Aller par devers Orïant.
15807   D'illec voit on trestoutes plaines,
15808   Toutes vallees et montaignes.
15809   D'illec tout le monde on vëoit,
15810   Qui en ce chatel demouroit.
15811   Tant est hault soleil y esclipse,
15812   Toutefois que dessouz se glice,
15813   Et la lune en esclipsRaynaud corrige en esclipse. y est,
15814   Toutes les fois que dessoubz est.
15815   C'est le hault lieu ou nul n'ataint,
15816   Qui par dessus la terre maint.

112

[112a]
15817   Ly deluges bien s'i prouva,
15818   Quant tant de terre illec trouvaMs. prouva.
15819   Et tant de terres ailleurs quist
15820   Que illec tel moncel en fist.
15821   Par le deluge fu la mise
15822   En quelque lieu qu'elle fu prise.
15823   C'est le plus hault que homs sceüst
15824   Ne que nul jour veü eüst.
15825   Ly filz Noé illec le firent.
15826   Pour le plus hault illec le mirent,
15827   Au moins cil qui fu d'Inde sire :
15828   Ailleurs le vous ay volu dire.
15829   Quant Noé ses enffans parti,
15830   Quant le deluge departi,
15831   Tout estoit leur, tout vëoir vaulrent.
15832   Et des adonc tout vëoir paurent.
15833   Alixandre monlt l'esgarda,
15834   Et d'estre amont monlt lui tarda.
15835   Arrester fist ses chevaliers,
15836   Son ost, sa gent et ses sommiers.
15837   Anthigonus et Tholomé,
15838   Que il a monlt de cœur amé,
15839   Ces deux avecques lui mena
15840   Et en ces deux monlt se fïa.
15841   Par un degrés on y montoit,
15842   Et monlt grant paine on y avoit.
15843   La furent par art et par sens
15844   De degrés trois mil et cincq cens,
15845   De saphirs d'IndeRaynaud corrige en de l'Inde. esmailliés
15846   Et a chisel bien entailliés.
15847   Trestout contre le mont monta,
15848   Ne nul ne sot ou il alla.
15849   Toute sa gent de lui party,
15850   Quant pour la aller se party.
15851   Et se parti d'eulx trestout seulx,
15852   Ne il n'en mena que ces deux.
15853   Mais avant grant plenté sua,
[112b]
15854   Et monlt de sa couleur mua,
15855   Et fust lassé monlt malement,
15856   Et ses compagnons ensement.
15857   Toutesvoies amont allerent,
15858   Monlt s'assirent et reposerent.
15859   De monter furent monlt lassés,
15860   Le plus fort eult dolour assés.
15861   Touteffois entrent ou chatel.
15862   Oncques mais ne virent si bel.
15863   Chatel du Soleil l'apellerent
15864   Ceulx qui en ce lieu demourerent.
15865   Nul ne porroit l'avoir penser
15866   Ne la richesse racompter,
15867   Et y pensast toute sa vye,
15868   N'en racompteroit la moitie.
15869   Ly Acteur l'ont bien racompté
15870   Qui ont en cel païs esté,
15871   Par leurs livres, par leur rapport.
15872   Ceste parolle vous apport
15873   Que plus ont d'or ly Indïen
15874   Que de fer Macedonïen.
15875   Tant de fer n'ont mye Gregois
15876   Que de fin or ont ly Indois.
15877   Ne dient pas d'or estre riche,
15878   Comme le philozophe affiche
15879   Qui en cel païs habita.
15880   Trestout ainsi le recita :
15881   Esmeraudes, saphirs, rubis,
15882   C'est la gravelle du païs.
15883   Leurs degrés en sontRaynaud corrige en font d'après A. et les murs,
15884   De telz pierres sont ilz tous purs.
15885   D'espices, de telz fruis n'ont cure,
15886   Car ilz en ont oultre mesure,
15887   Et tout le soir et le matin,
15888   Car tout en sont plain ly jardin.
15889   Deux fois en l'an ilz le recoeullent,
15890   Et de nul froit ilz ne se doeullent,
15891   Ne ilz n'ont point de temps divers,
[112c]
15892   Ne nulle fois il n'est yvers.
15893   Tant comme en Prouvence a de ris,
15894   Tant ont de poivre par advis.
15895   De vairs, de gris ont par monchiaulx,
15896   Plus en ont qu'en France d'aigniaulx.
15897   Autant en ont que de festus :
15898   Tous les povres en sont vestus.
15899   Autant d'ivoiresRaynaud corrige en ivoire. a par les vaulx
15900   Comme en France il a de chevaulx.
15901   Une toille blanche ameroient
15902   Plus que vint chevaulxRaynaud corrige en cendaulz d'après A., s'ilz l'avoient.
15903   Plus a en Inde d'oliphans
15904   Que il n'a en Gresse d'enffans.
15905   Quant on enmaine ung escorchier,
15906   Les os prent qui yvoire a chier,
15907   Mais ne en prendent, n'en ont cure.
15908   Ad ce ne mettent point leur cure.
15909   Com os de bestesRaynaud corrige en beste. ou champ les laissent,
15910   Et de noble vye se paissent,
15911   De fin froment cler indoienMs. ylidoien (corrigé d'apes A).,
15912   Car, si com dient ly ancienRaynaud édite ancïen.,
15913   Gros en est ly grains comme pois,
15914   Blans et delïés comme nois.
15915   D'espisses, de poissons, de chars
15916   Ne sont defaillant ny eschars.
15917   D'argent font leur huchiaulx ferrer
15918   Et leurs huis, et clorre et barrer.
15919   D'esmeraudes et de rubis,
15920   De dÿamans et de saphirs
15921   Ont ilz a si grant habundance,
15922   CommeRaynaud corrige en Tant comme. ilz ont de plonc en France.
15923   Deulx charetees en douroient,
15924   Se une toille blance avoient.
     
15925   Au chatel je retourneray
15926   Ou Alixandre laissié ay.
15927   Tant fist hault que qui est amont
[112d]
15928   De la haulteur s'esbahist monlt.
15929   Les coulombes et les fenestres
15930   Qui furent ou millieu des estres
15931   Estoient trestoutes d'or fin.
15932   Pos, escuëlles et bachin
15933   Ens es murs enclavés estoient,
15934   Qui grant clarté lëans jettoient.
15935   Ly ung des filz Noé le firent,
15936   Qui tous ces biens laien<e>s si mirent.
15937   Ceulx furent qui premier fonderent.
15938   Aprés eulx maint s'en avancherent.
15939   En my la salle avoit ung lit,
15940   Oncques homs plus riche ne vit :
15941   Trestout estoit d'or et d'ivoire,
15942   Fait et compassé par istoire,
15943   De pailles d'or reflamboiant,
15944   De fine soye verdoiant,
15945   Yndes, verdes, gannes et perses
15946   Et de maintes couleurs diverses.
15947   En my ce lit jut ung preudoms,
15948   Grant et tresvieulx, blancs que cotons.
15949   Ne plus viel homme on ne sçavoit.
15950   Monlt grant corsage d'homme avoit.
15951   Monlt sambloit bien a sa faiture
15952   Que il fust de grant estature
15953   Et estrait de treshaulte gent.
15954   Son estat estoit bel et gent.
15955   En son lit mengoit par assens
15956   Carpobalsamon et encens.
15957   De ce se print a merveillier
15958   Quant tel vïande vit mengier,
15959   Qu'il ne pensast ne ne creüst
15960   Que nulz homs mengier le peüst.
15961   Ce preudhoms estoit monlt haulx homs.
15962   Plus de dix piés avoit de longs,
15963   Et vestu estoit comme roys,
15964   La barbe blanche comme nois.

113

[113a]
15965   Quant Alixandre l'a veü,
15966   Grant joye au cœur en a eü.
15967   De cœur lui a fait reverence
15968   Et de tresgrant amour sanblance.
15969   Le preudhoms tout rendu lui a,
15970   De son salut le mercÿa,
15971   Et ses compagnons ensement
15972   Rendit salut monlt humblement.
15973   Alixandre lui a enquis
15974   Du beaul palais tout le devis,
15975   A qui il est et qui le sist,
15976   De quoy il sert, pour quoy le fist.
15977   Le preudoms lui compta de gré
15978   Trestout de degré en degré.
15979   Alixandre n'en fust iriés,
15980   Ains dist : « Grant mercys en ayés. »
15981   Adoncquez lui compte ly vieulx :
15982   « Alixandre, amis, se tu voeulx
15983   Vëoir le saint arbre sené,
15984   Tu as cy tresbien assené.
15985   Sur tous aultres est non pareil,
15986   On le dit l'Abre du Soleil.
15987   Se tu lui voeulx riens demander
15988   Pour sçavoir ta vye amender,
15989   Bien t'en dira la verité,
15990   Et le croy comme auctorité.
15991   Se du futur enquerir voeulx,
15992   Ou soit ta joye, ou soit telzRaynaud corrige en tes. doeulx.
15993   A quelle fin tu en venras,
15994   Incontinent tu le sçaras.
    ALIXANDRE A L'HOMME ANCHIEN
15995   SireRaynaud corrige en Sires., en mal ne le tenez.
15996   Je vous pry que vous m'y menez,
15997   Car j'ay tresgrant fain de vëir,
15998   Ne aultre chose ne desir.
    L'ANCIEN HOMME A ALIXANDRE
15999   ― Adonc, dist il, or te desune.
[113b]
16000   Sur toy ne lais chose nesune
16001   Fors que tant seulement tes braies :
16002   Ice voeul je bien que tu ayes. »
16003   Alixandre sans arrester
16004   Va tous ses vestemens oster.
16005   Ses compagnons point ne mena,
16006   Car ly vieulx deffendu luy a.
16007   Illec eulx deux s'acheminerent,
16008   Et ses compagnons demourerent.
16009   Ly vieulx aloit toudis devant.
16010   Alixandre le va sieuant.
16011   Le gardin fu monlt gracïeux,
16012   Beaulx et grans et melodïeux,
16013   Mains beaulx arbres y ot plantés
16014   De pluseurs divers fruisMs. plantes (corrigé d'après A). entés,
16015   Qui portent garingal, mascis,
16016   Pommes et grains de Paradis,
16017   Fruis de toutes bonnes oudours
16018   Et de toutes bonnes savours.
16019   Quant l'ot grant piece retardé,
16020   Lors a ung arbre regardé
16021   Qui unes grans foeulles portoit
16022   Et tout aparant luy estoit,
16023   Qui pendant contreval estoient.
16024   Couleur de droit cristal sembloientMs. estoient (corrigé d'après A).,
16025   ToutesRaynaud supprime ce mot. dorees sambloient estre
16026   A ceulx qu'estoient en cel estre.
16027   Sur cel arbre ung oisel avoit
16028   Qui a merveilles bel estoit,
16029   Qui le dos sambloit avoir d'or,
16030   Et le ventre il avoit tout sor.
16031   Le chief avoit celestïal,
16032   Les pennes sambloient deRaynaud corrige en et. cristal,
16033   La queue ot inde flamboiant,
16034   Ensamble verdeur verdoiant.
16035   Le becq avoit bien long d'un doy,
16036   Tresbelle chose estoit de soy.
[113c]
16037   La crette avoit longue et vermeille
16038   Tout ainsi qu'a ung cocq pareille,
16039   Et par dessoubz ot la baniere.
16040   Et ung peu plus grant d'une oye yere.
16041   A merveilles lui sambla bel.
16042   Quant Alixandre vit l'oysel,
16043   De ce vault il le fait sçavoir.
16044   Au preudomme en enquist le voir.
16045   Cil lui dist : « C'est ly beaul fenis,
16046   Dont en tout temps il n'est q'un vis.
16047   Quant le temps vient qu'il doit fenir,
16048   Challeurs lui prendent a venir.
16049   Ses aelles bat pour lui aidier.
16050   Ainsi se cuide refroidier.
16051   Et tant se bat, et plus a chault,
16052   Et tant se bat, que le feu sault.
16053   Si se prent a lui, et tout l'art.
16054   Ainssi fait de son corps essart.
16055   Et de sa pourre ung aultre vient.
16056   Sachiés, tout ainsi se maintient. »
    L'ISTORE DU FENIX
16057   Quant il ot ainsi devisé
16058   De cestui oisel desguisé,
16059   Adonc ly vieux s'achemina,
16060   Et point d'aller il ne fina
16061   Jusques vit l'arbre nompareil
16062   Que on dit l'Arbre du Soleil.
16063   Lors dit ly vieulx, quant il le vit :
16064   « Dy, roy, vois tu ce que t'ay dit ?
[113d]
16065   Or lui requier ce quy te fault,
16066   Mais que ce ne soit pas trop hault.
16067   Au premier, indois parleras,
16068   Et en gregois deffineras. »
16069   Alixandre est agenoulliés,
16070   Tout, fors ses brayes, despoulliés.
16071   Devant l'arbre est, siRaynaud corrige en et si. l'aoure
16072   A deux jenoulx, et des yeulx ploure,
16073   Disant : « Arbre sainctifïé,
16074   Je te requier la verité,
16075   Et respons, te quier humblement
16076   De tout mon cœur piteusement,
16077   S'en mon païs jamais iray,
16078   Que tant de fois desiré ay
16079   Vëoir ma mere et mon rengné
16080   Et le lieu ou j'ay esté né. »
16081   Ly arbre respond : « Voir orras :
16082   Ton païs jamais ne verras,
16083   Car en may prochain advenir,
16084   Il convient ta vye fenir
16085   En Babilone, c'est le chief.
16086   La sera de mort a meschief.
    ALIXANDRE PARLE A L'ARBRE
16087   ― Tressains arbreRaynaud corrige en arbres d'après A., et or me dy
16088   De quel part venra mort sur my. »
16089   Dit l'arbre : « Ne le diray mye,
16090   Car ceulx qui ordonnent ta vye
16091   S'en tendroyent mal ordonné,

114

[114a]
16092   Se nul advis t'estoit donné.
16093   Mais ceulx que tu moins en mescrois
16094   T'ochiront, ce est ly ottrois.
16095   EtRaynaud supprime ce mot. se d'eulx estoies congnoissans,
16096   Jusqua mort lesRaynaud corrige en Tousjours lor d'après A. seroies nuisans,
16097   Dont a fin si seroit mené
16098   Ce que tesRaynaud corrige en tels. dieux ont ordonné.
16099   Les dëesses ton temps ont mis,
16100   Cloto, Atropo, Lachesis.
16101   Si sont celles qui t'ont donné
16102   T'honneur et ton temps ordonné
16103   Et t'ont estably a fenir.
16104   Ad ce te couvient il venir.
16105   Par fer, par coup ne morra[s] mye
16106   Ne par naturel maladye,
16107   Mais par venin fort et pullent. »
16108   Adoncques le viellart le prent,
16109   Et dit : « Amis, grant tort avés.
16110   De tant parler vous le grevésMs. grever.,
16111   Ne le devés mye lasser :
16112   Par briefs mots vous couvient passer. »
16113   De la le lieve, si l'emmaine.
16114   Mais ot au cœur monlt mal et paine.
16115   De ces grans dons le viel offry,
16116   Mais cil au prendre ne soffry.
16117   Ses draps vesty, et si s'avoye,
16118   Et le viellart le reconvoye.
     
16119   Ses deux barons en a menés.
16120   Monlt est mats et desconfortés,
16121   Monlt est plain de grant obscurté,
16122   Mais par son sens s'est conforté.
16123   Lors vault il sçavoir et enquerre
16124   Combien il a peü concquerre.
16125   Vers une montaigne en alla,
16126   Par Inde costoiant de la.
16127   Monlt s'est pené et traveillié
16128   Et de nuit et de jour veillié
[114b]
16129   Par Inde, pour assé vëoir.
16130   N'est nulz qui neNote de Raynaud :
« ne barré dans B' ».
deüst sçavoir
16131   Les divers païs, les rengnés.
16132   Pour ce s'est il ainsi menés,
16133   Ne nulz ne le pot reprochier
16134   Que couardise poeult touchier.
16135   Tout prinst, tout acheva, tout quist.
16136   Tous les lieux que on sot enquist.
16137   Lors vers la montaigne s'aproche
16138   Qui estoit devers la Mer Rouge,
16139   Qui estoit monlt haulte a merveille.
16140   A celle ne fu point pareille.
16141   Sambloient les nues passaisent
16142   Et que proprement y touchaissent.
16143   Avant qu'Alixandre amont vint,
16144   Monlt prez de lui ses amis tint.
16145   Ceulx ou plus se fye a mandez :
16146   « Seigneurs, dist il, or m'entendez.
16147   Je vous ay forment travailliezRaynaud corrige en travaillé (d'après A).,
16148   Assez avés pour moy veilliezRaynaud corrige en veillé (d'après A)..
16149   Par les païs avons esté
16150   Et par tout avons conquesté.
16151   Je ne sçay mais nulz païs dire
16152   Du quel je ne doye estre sire.
16153   Sçavoir voeul, et tallent m'en prent,
16154   Combien ly mondes a de grant,
16155   Et combien je y ai conquis
16156   Des que premier les armes pris,
16157   De quoy je suis sire clamés
16158   Et de pluseurs barons amés.
16159   Tenus apaié ne me doy,
16160   Se ce que j'ay concquis ne voy.
16161   ― Sire, nous ne sçavons comment
16162   Le puissiez vëir proprement.
16163   ― Je vous diray que vous ferez :
16164   Quatre gryffons m'acouplerez,
16165   Les plus poissans et les plus fors,
[114c]
16166   Les plus fiers, les plus grans de corps.
16167   Et les laissiés deux jours jeuner,
16168   Et puis les faites enchainer,
16169   Qu'ilz ne se puissent forvoyer,
16170   Et bien se puissent manïer,
16171   Et que les chaines soient telles
16172   Que point ne nuisent a leurs elles.
16173   Une chaiere m'aprestés,
16174   Sur leur quatre dos le metés,
16175   Qui soit parfonde, longue et lee,
16176   Tresbien close et tresbien fremee.
16177   Car dedens mettre me voulray.
16178   Vëoir amont en l'air iray,
16179   Pour vëoir toute la grandeur
16180   Du païs dont je suis seigneur,
16181   Et combien de long a la terre.
16182   Trestout voeul vëoir et enquerre. »
16183   Fait fu trestout a son devis.
16184   Lors s'est en la chaiere mis.
16185   Une lance en sa main tenoit,
16186   Sus la char d'un mouton avoit.
16187   Quant il fu bien asseürés
16188   Et de son fait bien advisés,
16189   Et tout a son aise seïst,
16190   Les griffons laissier aller fist.
16191   La char fut en la lance amont.
16192   Adonc volerent contremont,
16193   Et quant ilz plus amont voloient,
16194   Et plus la char amont vëoient.
16195   Et ne sçavoient tant voler
16196   Qu'ilz le peuïssent adeser.
16197   Ilz estoient familleux monlt.
16198   Pour ce voloient contremont.
16199   Et sachiez que si hault montoient
16200   Ses gens vëoir ne le pooient.
16201   Et sa femme meïsmement
16202   Le regardoit piteusement.
[114d]
16203   Entour sa lance tournoia,
16204   Tout environ l'air l'envoya
16205   Pour mieulx la terre regarder.
16206   Une piece sans retarder,
16207   Fist [il]Suppléé d'après A. les griffons forvoier,
16208   Et amont en l'air tournoier,
16209   Car la ou ilz la char vëoient,
16210   Celle part voler ilz vouloient.
16211   Tant furent hault comme oiseul poeut
16212   Voler quant ilz voit ce qu'il voeult.
16213   La fu tant qu'a lui a pleü
16214   Jusques il a bien trestoutRaynaud corrige en tout d'après A et édite veü. veu
16215   Et toute la terre avisee.
16216   Mais il l'a trop petit prisee,
16217   Car il lui sambla des amont
16218   Que la terre n'ot plus de long,
16219   Plus de large, ne plus de lé
16220   Que une grange a mettre blé.
16221   Plus ne lui sambleMs. sambla., a dire voir,
16222   Ne q'une grange long avoir.
16223   Et celle grange si estoit,
16224   Si com proprement lui sambloit,
16225   D'une coeuloeuvre environnee
16226   Qui monlt estoit et longue et lee,
16227   Entour la grange tourniant,
16228   Et la couloeuvre entour noant.
16229   Le ciel estoit de toutes pars,
16230   Plus ne poeut prendre ses esgars.

115

[115a]
16231   Une petite chose ronde
16232   Lui sambla de trestout le monde,
16233   Ne d'espace plus ne tenoit
16234   Ne que une grange faisoit.
16235   Quant il ot la terre advisee,
16236   Adonc a sa lance tiree
16237   Tout environ lui avalant.
16238   Et ly griffon le vont sieuant.
16239   Et la lance si bien maintint
16240   Que a la terre tantost vint.
16241   Quant ce sorent les gens de l'ost,
16242   A luy s'en vindrent bien et tost.
16243   Quant le trouverent en santé,
16244   Monlt tresjoians en ont esté.
16245   Si lui demanderent du fait :
16246   « Certes, dist il, je n'ay riens fait.
16247   Par lonc tamps me suis traveillié
16248   Et de nuit et de jour veillié
16249   En espoir de terre acquerir.
16250   Mais je me tue a riens querir.
16251   Trestout le monde j'ay veü
16252   Et quancques j'ay gaignié sceü.
16253   Tournoyé ay fait mainte lanceMs. dance. :
16254   Tout ne me semble q'une grance,
16255   Aultre long n'a ne aultre lé,
16256   Car tresbien y ay regardé.
16257   La terre est petitte aparant
16258   A homme qui est cler voiant. »
16259   Tous emsenble s'en esbahirent,
16260   Quant telles parolles ouÿrent.
16261   Lors leur dit sans estre esmaiés :
16262   « Je ne me tiens bien apaiés,
16263   Se j'ay gaignié toute la terre.
16264   Trop peu de chose est a conquerre.
16265   De toutes terresRaynaud corrige en toute terre. estre seigneur
16266   A mon advis n'est pas honneur.
16267   Et sachiez ne me souffist mye,
[115b]
16268   Se mieulx trouvoye en ceste vye.
16269   Peu me doy de si peu loër,
16270   Se ne suis sire de la mer
16271   Et de quancqu'il y a dedens,
16272   Et de tous les poissons noans,
16273   Et de toutes les grans merveilles
16274   Qui sont en la mer despareilles.
16275   De tout en voeuil sçavoir l'affaire. »
16276   Adonc fist il ung tonnel faire,
16277   Sy comme ung tonnel par samblant
16278   De fin voirre cler et luisant.
16279   A branches de fer bien border
16280   Que nulz effors n'y puist entrer.
16281   Cilz qui dedens est poeult vëoir
16282   Toutes choses dedens paroir.
16283   Ung anel de fer sus avoit
16284   A quoy la chaine le tenoit.
16285   De long bien cent toises tenoit,
16286   […]Vers manquant.
16287   <Et> Une corde quant sentiroient
16288   Branler amont, le tireroient,
16289   Et jusqu'a tant ne tireront
16290   Que celle corde sentiront.
16291   Quant ainsi furent doctriné,
16292   Lors sont dedens la nave entré.
16293   Lors entra dedens le vaissel,
16294   Qui tant fust fort et cler et bel.
16295   Quatre lampes avec lui mirent
[115c]
16296   Qui clarté et joye lui firent.
16297   Monlt y ot doeul et monlt plourerent,
16298   Quant dedens la mer l'avalerent.
16299   Sa femme meïsmesRaynaud corrige en meïsme. y estoit
16300   Qui en grant doulour se metoit,
16301   Et tant que la corde fu longue
16302   L'avalerent en mer parfonde.
16303   En la mer ot tant demouré
16304   Que on eust bien .vij. lieues alé.
16305   Et la vit il tant de merveilles
16306   Que homs morteulx ne vit pareillez,
16307   De telles que racompta bien
16308   Et de telles qu'il n'en dit rien,
16309   Car nullement n'en feust creüs.
16310   Et pour ce s'en est il teüs.
16311   Gens tous samblans d'hommes estoient
16312   Qui au fons de la mer aloient,
16313   En samblans d'hommes tous samblans.
16314   Arbres y avoit fruis portans.
16315   Hommes y avoit chevaliers,
16316   Tous poissons montés sus destriers,
16317   Et les varlés qui les servoient
16318   Qui avec eulx toudis aloient.
16319   Dames y avoit et pucelles,
16320   Qui menoient festes monlt belles
16321   Et chantoient monlt noblement
16322   Et monlt melodïeusement.
16323   Hommes poissons de fruit vivoient
16324   Et avec les poissons mengoient.
16325   D'escailles trestous vestus yerent.
16326   Ainsi la aval demourerent.
16327   Chiens et bœufs, pourceaulx et lïons
16328   Y avoient leurs mansïons.
16329   Enffans qui prenoient batailles,
16330   Qui estoient vestus d'escailles,
16331   A quatre piés par terre alloient,
16332   Ne point par la mer ne nooient.
[115d]
16333   D'aultre part y avoit oisiaulx,
16334   A monlt grande merveille beaulx,
16335   Qui par laRaynaud supprime ce mot. mer aloient volant
16336   Si tost et si hastivement
16337   Que nul poisson tant ne pooit
16338   Noer que cilz oiseaulx voloit.
16339   Et si avoient naturelles
16340   Comme poissons d'escailles aelles,
16341   Musel et dens comme poissons.
16342   Ne vivoient fors de poissons.
16343   Assés vit ou fons et aval
16344   Moitié homme, moitié cheval,
16345   Moitié femme, moitié poisson
16346   Et seraines a grant foison.
16347   N'est nulle rien qui soit en terre
16348   Qu'on ne peüst en la mer querre.
16349   Toute rien qu'en terre voit on
16350   En la mer trouver le poeult on.
16351   Balaines pluseurs y estoient :
16352   Quant les lampes ardans vëoient,
16353   Elles s'en fuioient arrier
16354   Ne les osoient aprochier.
16355   Lors se fit il amont tirer.
16356   Com cil qui monlt vault souspirer,
16357   Dist : « Mil tant a plus de richesses
16358   Et de valours et de noblesses
16359   Par tout devis, au voir requerre,
16360   En la mer qu'il n'a en la terre.
16361   Nul ne doit point la terre amer
16362   Envers ce que on fait la mer. »
16363   Quatre jours fust sans esjoÿr,
16364   Que joye ne le pot tenir.
16365   Toudis pensoit : « Porroit il estre
16366   Que tu fusses de la mer maistre
16367   Et de tous les poissons noans
16368   Et de tous les oiseaulx volans ? »
16369   Quant il vit qu'estre ne pooit,

116

[116a]
16370   Le penser laissier convenoit.
16371   Des lors qu'il yssist de la mer,
16372   Tout le monde vault despiser,
16373   Et celler en vault grant partie
16374   Sans dire a homme qui eust vye.
16375   Toutesvoies ne cela pas
16376   Que il a plus veü en bas,
16377   Dedens la mer ou plus parfont,
16378   Que il a plus veü amont,
16379   Et qui plus font a merveillier,
16380   Qui jusques la peust traveillier,
16381   Ne nulz croire ne le porroit
16382   Qui ce fait la veü n'avoit,
16383   Les grans dolours, les obscurtés
16384   Les richesses et les beaultés
16385   Que dedens la Rouge Mer sont
16386   Et les choses qui dedens vont.
16387   Plus lassé fu au retourner
16388   Que il ne fu a l'avaler.
     
16389   A grant fait osa ce roy tendre
16390   Et grande hardïesse emprendre,
16391   Quant s'en hardy de toute terre
16392   Mettre soubz luy et tant acquerre.
16393   Avec grant valleur grant fait fist,
16394   Quant toute la terre conquist.
16395   GrantRaynaud corrige en Grande. paine y ot a l'avoir.
16396   Avec ce faillut grant sçavoir,
16397   Avecques sçavoir hardement,
16398   Avec valleur, car aultrement,
16399   Se de ces ars ne fu parés.
16400   Ja tel fait n'eusist achevés.
16401   S'ung de ces quatre lui faulsist
16402   Envis jusquez la il saulsist.
16403   Mais tous ces poins en lui duisoit,
16404   Ne sçay lequel plus l'anfoissoit.
16405   Tant l'angoisserent qu'a chief vint
16406   Tant que dessoubz sa main tout tint,
[116b]
16407   Ce qu'oncques n'eüst fait devant
16408   Ne ne fera mais ça avant.
16409   Grant hardiesse ot et vertu,
16410   Quant a l'Arbre du Soleil fu
16411   La ou fault trestoute la terre.
16412   Nul ne le sot plus avant querre.
16413   Encores plus grant chose fist,
16414   Quant il dedens la mer se mist
16415   Et qu'i vault aval avaler.
16416   Qui est qui la osast aller ?
16417   Que savoit il ou il alloit ?
16418   Que sçavoit il qu'il y avoit,
16419   La ou ilRaynaud supprime ce mot. n'a voye ne sentier,
16420   Et si ne l'en estoit mestier ?
16421   Et lieux tenebreux, sans clarté,
16422   En tous perilz, en obscurité,
16423   En ung lieu la ou ne voit goute,
16424   Qui est donc cellui qui s'i boute ?
16425   Encor fist il plus a loër,
16426   Quant il se fist en l'air porter,
16427   Si hault qu'envis on le veïst,
16428   Onques mais ce homs n'entreprist,
16429   En la sceureté des griffons.
16430   Jamais ce ne fera nulz homs.
16431   S'un petit fussent bestourné,
16432   Et l'un dessus l'autre tourné,
16433   Ou l'un de ceulx lassé se fust
16434   Que sieuir l'autre ne peüst,
16435   Par quoy aval vaulsist venir,
16436   L'autre ne le peust retenir,
16437   L'un l'autre a la terre meïst.
16438   N'y eust peu mettre contredist.
16439   Seureté n'y peut nulluy prendre,
16440   Mais tout perilz de mort atendre.
16441   Qui est cil qui si hault sausist
16442   Que tout le cœur ne lui faulsist ?
     
16443   Quant il ot tout ce trespassés,
[116c]
16444   N'est merveilles s'il fut lassés.
16445   Lassés fut il monlt durement,
16446   Siques de repos ot tallent.
16447   Lors dist sa gent ordonneroit,
16448   Et puis si se reposeroit,
16449   Mais sa pensee estoit adés
16450   De vëoir Olinpïadés,
16451   Sa mere, que tant a amee.
16452   Lors a sa maisnie apellee,
16453   Et demander conseil leur volt
16454   Lou il reposeroit son ost,
16455   Car monlt les avoit fait pener
16456   A monter et a avaler.
16457   Long temps aRaynaud supprime ce mot. sa contree ne vist,
16458   Lors son privé consaulx lui dist,
16459   Qu'il l'amoit sans point de faintie :
16460   « Certes, sire, ne vëons mye,
16461   Tant y ait homs esté baÿs,
16462   Qu'il ait cy environ païs
16463   Que soustenir vostre ost peüst,
16464   Que trop grant deffaut n'y eüst,
16465   Selonc ce que nostre sens prent,
16466   Fors que Babilone la Grant .
16467   Mais celle bien le soustenra,
16468   Que ja deffaulte n'y ara
16469   A si grant gent que vous avez.
16470   Aultre païs n'est affremés. »
16471   Alixandre ce fait ottroye.
16472   Adonc se mirent a la voye.
16473   En Babilone est retournés.
16474   Tout le païs est atournés.
16475   Vers Babilone s'acheminent.
16476   Jusqu'en cellui païs ne finent.
16477   La trouverent serpens oribles.
16478   Grans et gros et fors et penibles.
16479   Monlt crueulx et maulx ilz estoient,
16480   Et trestous deux testes avoient,
[116d]
16481   Les yeulx comme mirouer luisans.
16482   Monlt faisoient aulx gens d'ahans.
16483   Et avec eulx estoient bestes
16484   CoursRaynaud corrige en Court. velu[e]s a grosses testes.
16485   Trop bien grans singes ressanbloient,
16486   Fors .viij. piés et .viij. yeulx avoient.
16487   Dedens l'ost tantost se ferirent.
16488   Des gens grant cantité ochirent.
16489   Mais Alixandre fu devant,
16490   Lou il se retourne souvant,
16491   Et leur a dit : « Freres, amis,
16492   Au retourner en vos païs,
16493   Au moins tenez fort cest estour,
16494   Car tantost serez au retour. »
16495   Quiconques vëist Alixandre
16496   Son corps et ses hommes deffendre,
16497   Sa proësse fu nompareille.
16498   De son corps il faisoit merveille.
16499   Se il ne fust, soiés tous dis,
16500   Ses hommes fussent desconfis.
16501   Mais son grant cœur et sa proësse,
16502   Sa grant vigueur et sa noblesse,
16503   Ce que ne porroit bouce dire,
16504   A fait les serpens desconfire.
16505   D'illec en Babilone vint.
16506   Nul encontre lui ne se tint.
16507   Tant y ot gent et tant en vindrent

117

[117a]
16508   Que trestout le païs pourprindrent.
16509   Illec s'est tout ly ostz assis.
16510   Illecques s'est a repos mis.
     
16511   Alixandre ly avisés,
16512   Quant il fu bien asseürés,
16513   Ses briefs commanda a escripre
16514   Ou il vault tout son meschief dire
16515   Et nommer sa grant povreté,
16516   Sa grant emprise et sa durté,
16517   Et les païs et les contrees
16518   Qu'il a par force concquestees,
16519   Les serpens, les hommes velus
16520   Aus quelz il s'estoit combatus,
16521   Tous divers païs recordés
16522   Que il a en Inde trouvés,
16523   Des griffons sur quoy il monta,
16524   Comment en l'air on le porta,
16525   Comment il s'estoit desvalés,
16526   Comment il fu en mer allés,
16527   Quel ly Chatel du Soleil fu
16528   Et comment au saint arbre fu,
16529   Les cités que il a fremees
16530   Et les gens que il a menees.
16531   Cest escript sa mere envoya
16532   Et son maistre ou monlt se fïa :
16533   Ce fu Aristote ly sages
16534   Adoncques fu que ly mesages
16535   Qui courtois fu et advisés
16536   Devant Alixandre est allés :
16537   « Amis, dist Alixandre, oy moy.
16538   Tout mon affaire mes sur toy.
16539   Droit en Grece tu t'en iras.
16540   Ma mere me salueras
16541   Et Aristote, mon bon maistre,
16542   Fay qu'en brief temps y puissez estre.
16543   Cest escript que tu vois leur baille.
16544   De trop demourer ne te chaille,
16545   Car droit tousjours [je] me tendray
[117b]
16546   Et tes nouvelles atendray. »
16547   Adonc ly message s'en part.
16548   Sy ne fina ne tost ne tart,
16549   Et tant s'est d'aller estrivés
16550   Que il est en Grece arrivés
16551   A la roÿne en est venus.
16552   A grant joye fust receüs.
16553   Endementiers que ly message
16554   Ala acomplir son voyage,
16555   Alixandre messages vindrent
16556   De tous païs qui de lui tindrent,
16557   Qui le treü lui aportoient
16558   Des païs qui de lui tenoient,
16559   Et de Perse et de Rommenie,
16560   Gaulle, Callabre et Olbanie,
16561   De Pulle, <de> Tarse et d'Ermenie,
16562   Et de Rodes et de Surie,
16563   Et de DorcaneRaynaud corrige en Dorcanes. et de Chaines,
16564   Et d'aultres contrees loingtaines.
16565   De toutes aultres nacïons
16566   Luy aportoient noncïons,
16567   Les treüRaynaud corrige en treüs. et les redevances
16568   De trestoutes leurs residences.
16569   Car tout par tout couroit memore
16570   Que sur tout le monde a victore.
16571   Ceulx de Romme pour leur païs
16572   Grant somme d'or luy ont tramis.
16573   Ceulx d'Europe ung escu transmirent.
16574   Aultre present ilz ne lui firent.
16575   Chascun païs, selonc s'onnour,
16576   Luy envoye comme a seignour.
16577   Tout païs a luy illec vindrent,
16578   De tout le mond seigneur le tindrent.
16579   Tout païs cest honnour luy donne.
16580   Et lors dist : « Seigneurs, je ordonne
16581   Une feste d'auctorité
16582   Qui sera en royalité.
[117c]
16583   Une feste soit establie
16584   Et par tout le monde nonchie,
16585   Et tous les barons y venront
16586   Qui de moy leurs terres tenront.
16587   Car, sachiez, je voeul qu'ilz y viengnent,
16588   Ne nulz ensoingne ne les tiengnent.
16589   Je voeul mes barons deporter,
16590   Et couronne d'or voeul porter,
16591   Comme de tout le mond seigneur.
16592   En voeul porter ce jour l'honneur. »
16593   Fait fut quant il l'ot commandé.
16594   Donc furent message mandé
16595   Et envoiés par tous païs,
16596   Et que nul n'y ait delay mis.
16597   A ma matere revendray
16598   Et au message tourneray
16599   Qui la lettre en Grece porta.
16600   La dame monlt se deporta,
16601   Quant de son filz ouÿ nouvelles.
16602   Monlt lui furent gentilz et belles.
16603   Ly message monlt grandement
16604   Fust festïé monlt richement
16605   La dame a Aristote vint
16606   Qui la lettre en sa main tintRaynaud corrige en retint..
16607   De ceste chose s'esjoÿrent.
16608   Grant feste et grant honneur en firent.
16609   Grant joye eulrent de sa santé
16610   Et grant pitié de sa durté,
16611   Des dolours, des maulx qu'a tenus,
16612   Comment a chief en est venus.
16613   Sa mere en eust monlt grant pitiéRaynaud corrige en pité.
16614   Et monlt forment en a plouré.
16615   Aultres lettres en a escriptes,
16616   Aultres paroles dedens dittes,
16617   Comment elle rendoit mercys
16618   Tous ceulx qui sont avec son filz.
16619   Comment trestout elle habandonne
[117d]
16620   Et son avoir et sa couronne
16621   A tous ceulx qui ayment sa vye
16622   De lui et de sa compagnie.
16623   Comment trestous les hoirs franchist,
16624   Sans prendre terme ne respit.
16625   « Et desseur trestous proprement
16626   Par escript especialment
16627   Je lui mand par tresgrant tendrour
16628   Et par grande et parfaite amour. »
16629   Et dit : « Filz, filz, je vous depry
16630   Sur l'amour que avez a my,
16631   Et seur a moy desobeïr,
16632   Se vous voulez honneur tenir,
16633   Que vous entour vous ne metés,
16634   Aller ne venir ne souffrés,
16635   Les enffans de Anthipater,
16636   Qu'ilz ont le cœur plus noir que fer.
16637   Antipater het vostre vye
16638   Et durement vous porte envye.
16639   Pourchasse et pourchasser fera
16640   Comment a mort vous metera.
16641   Et ses effans sont avec vous
16642   De quoy vous estes monlt jaloux :
16643   A vo boire et a vo mengier
16644   Les avez et a vo couchier.
16645   Certes, filz, ilz vous ochiront,
16646   Car de leur pere le tenront.
16647   Sy vous pry avant, chiers amis,
16648   Que ilz soient loings de vous mis. »
    UNE EPITLE QUE ARISTOTE ENVOYA A ALIXANDRE
16649   Une aultre epitle renvoya
16650   AristoteRaynaud corrige en Aristotes. et lui prÿa :
16651   « Et je, Aristote, vous pry,
16652   Pour l'amour dont je vous servi
16653   Quant a l'escole vous menay,
16654   Pour l'amour que je vous monstray,
16655   Pour le gueredon bonnement

118

[118a]
16656   Que m'eüstes en couvenent,
16657   Ce que vostre mere a mandé,
16658   Que vous faciez sa volenté
16659   D'eschever et de tost fuïr
16660   Ceulx qui vous beent a traÿr,
16661   Qui ont les cœurs plus dur que fer :
16662   Ce sont les filz Anthipater.
16663   Faites ce que vo mere prie,
16664   Et pour alongier vostre vye
16665   De rechief souverainement
16666   Et tresaffectueusement
16667   Vous suply en humilité
16668   Qu'il vous menbre, de charité
16669   A dire, du sang espandu
16670   Que vos homsRaynaud corrige en vostre homme d'après le vers suivant. ont pour vous perdu.
16671   Ne sont vostre hommes proprement.
16672   Service y avés seullement,
16673   Et se acertes le voloient,
16674   Ja service ne vous debvroient.
16675   Ne vous doibvent ne que vous eulx.
16676   Chascun en poeult aller tout seulx,
16677   Sans estre de nulluy restés.
16678   Et sur tout ce vous advisés :
16679   Ne sont vostres ne que vous leur.
16680   Se ce n'est pas leur grant valeur.
16681   Dont n'y a fors amour fëal
16682   Qui vous servent de cœur lëalMs. feal. :
16683   En loiaulté riens n'y avés,
16684   Mais grant service leur devez,
16685   Quant pour vous laissent leur païs
16686   Et le lieu dont ilz sont naïfs.
16687   Pour vous est leur sang espandus.
16688   Sachiez par vous sera rendus,
16689   Et comperés ceste amistié :
16690   Par raison n'atendés pitié.
16691   Quant ilz leur sang pour vous espandent
16692   Pour vostre voloir lou ilz tendent.
[118b]
16693   Si leur voeulliez gueredonner,
16694   Et en tel maniere ordonner
16695   Que ly .viie. hoir s'en sente.
16696   Affin que nul ne s'en repente,
16697   Quant il ou ly sien vous servirent
16698   Et que pour vous ilz s'aservirent.
16699   Car envis rendre leur poëz
16700   Le sang que de leurs corps avez,
16701   Ne les poëz resconpenser,
16702   Tant sachiez longuement penser.
16703   Car nul ne donroit pas son corpz
16704   Pour tout argent ne pour tout or.
16705   Vous ne poëz, bien le compere,
16706   Au filz rendre le sang son pere.
16707   Or vëez, quant pour vous se met,
16708   Et pensés quel grace il vous fait.
16709   Doncques le sang gueredonnés
16710   Que pour vous a esté donnés,
16711   Se voulez qu'il soit en la cure
16712   Vostre ame, le Dieu de nature.
16713   C'est ung doulx nom rescompensant,
16714   Quant pour homsRaynaud corrige en homme. on respant son sang.
16715   Donne cent fois plus que tu n'as.
16716   Pour ce resconpensé ne l'as.
16717   Voeulliez y la pensee avoir,
16718   Vous en avez bien le sçavoir.
16719   Avecquez ce n'oublïez mie
16720   Ceulx qui sont en vo compagnie :
16721   Pour vous ont laissié leurs amis,
16722   Leur nourreture arriere mis.
16723   Femmes, enffans vaulrent guerpir
16724   Pour vostre vouloir acomplir.
16725   Chascun jour leur corpz, leur nature
16726   Mettent pour vous en adventure.
16727   Si sont huy, ne sont point certain
16728   Point ne vivent jusqu'a demain
16729   Nourreture perdent pour voir
[118c]
16730   Et enffans que deussent avoir
16731   Pour la terre multiplïer
16732   Et pour le siecle publïer.
16733   Or leur en tollés les semences.
16734   Gardés que fait qui si s'avance :
16735   Mil enffans leur avés tollus
16736   Qui fussent au siecle venus,
16737   Qui la terre multipliassent
16738   Et le Dieu de nature amaissent,
16739   Et lui rendissent le treü
16740   Que tout homme lui ont deü :
16741   OrRaynaud supprime ce mot. sont perdues ces nourrechons.
16742   Ly preudhommes sont vieulx, crochons.
16743   Jones estoient, quant ilz partirentRaynaud corrige en quant partirent.,
16744   Oncques puis leurs femes ne virent,
16745   Ne point jamais ne les verront.
16746   Ainsiques nourrechons faulront,
16747   Car ilz seront vieulx et cassés,
16748   De force et de joye passés,
16749   Ne porront mais nul bien hanter
16750   Fors a biens despendre et gaster.
16751   Ainsi avés toute Nature
16752   MeneeRaynaud corrige en Amenee. a desconfiture.
16753   Et si voeul bien [le] tesmongnier,
16754   Ne nul ne m'en poeut prolongier
16755   Ou fait dont point Raison n'a cure
16756   Qui est au contraire Nature.
16757   C'est service sans gueredon.
16758   Pour quoy cilz est en mal cordon
16759   Qui le service d'aultruy prent
16760   Et le gueredon ne lui rent.
16761   Pour ce, sire, je vous supli
16762   Qu'amiés ceulx qui vous sont amy,
16763   Affin que leur gueredonnés,
16764   Leur service recongnoissiez.
16765   Tout ce est prest que fait v<o>ous ont.
16766   Assez tost tollu vous seront,
[118d]
16767   Et se de cecy n'avez cure,
16768   Sachiez que le Dieu de Nature
16769   Qui fait justice loialment
16770   Les en vengera cruelment. »
16771   Ainssi sa mere lui descript,
16772   Et son maistre ainsi lui escript.
     
16773   Mais il advint endementiers
16774   Que cheminoit ce messagiers,
16775   En la cité de Babilone
16776   UneRaynaud corrige en Que une d'après A. femme a monlt grant paine
16777   Ung enffant com beste enffanta
16778   A Alixandre on l'aportaRaynaud corrige en Qu'a Alixandre on aporta..
16779   Quant le vit, monlt fut esbahis
16780   Et monlt forment espaouris.
16781   Et pour sçavoir s'entencïon,
16782   Manda son maistre Arïolum :
16783   « Vëez, maistre, que ce poeut estre,
16784   Demy enffant et demy beste ? »
16785   Arïolum le regarda,
16786   De plourer ne se retarda :
16787   « Sire, dist il, pres de vous touche,
16788   Car pour vray vostre mort aprouche.
16789   Ly enffes homme signifie
16790   Qui de beste a seignourieRaynaud corrige en la seignourie d'après A.,
16791   EtRaynaud supprime ce mot. signifïe ta royaulté,
16792   Ta puissance et ta dignité,
16793   Vers cui poissance contrester
16794   Ne poeult nulz en terre compter.
16795   La besteMs. Les bestes. les roys signifie
16796   Qu'aprez toy aront seignourie.
16797   Cilz roys vers toy pooir n'aront
16798   Ne que bestes a homme aront,
16799   C'est assavoir trestout le roy
16800   Qui bien tost venront aprez toy.
16801   Vers toy ne seront seignoury,
16802   Doubté, ny amé, ne chiery
16803   Ne q'une beste est envers homme.

119

[119a]
16804   Je te dis voir, c'en est la somme. »
16805   Quant Alixandre voit ces dis,
16806   Monlt fu pensans et estourdis.
16807   Touteffois ou palais entra
16808   Et belle chiere a tous monstra,
16809   Ne nul malvais sanblant n'en fist,
16810   Ne parolle a nulluy n'en dist.
16811   Par sanblant il ne se doubta.
16812   Grant feste a faire conmanda
16813   Par toute la bonne cité
16814   Pour une leur solempnité,
16815   Pour ung leur dieu dont feste estoit,
16816   Que chascun joye en demenoit.
16817   Dedens Babilone la Grant
16818   Tint le roy court noble et poissant.
16819   Monlt y ot de gens aünés
16820   De pluseurs païs assenblés,
16821   Et meïsmes par toute terre
16822   Les a envoiés le roy querre,
16823   Car couronner il se voloit,
16824   Car du monde tout roy estoit.
16825   De grant feste de grant seigneur
16826   Ne vit oncquez homme greigneur.
16827   En cel temps, en celle saison
16828   Demouroit en GreceRaynaud corrige en En Grece demouroit. ung hom :
16829   Anthipater estoit nommés,
16830   Qui souvent s'est chetif clamés.
16831   Par Alixandre cachié fu,
16832   Et tout quanques il ot tollu.
16833   Alixandre tout luy tolly,
16834   Ne oncques rien ne luy failly.
16835   Riche sanbloit estre nommés
16836   Et des grans hommes renommés,
16837   Et sanbloit tenir monlt grant terre.
16838   Or ne scet ou sa vye querre
16839   Dont par Alixandre apovri.
16840   Myeulx qu'il pot sa douleur couvri,
[119b]
16841   N'il ne scet quelle voye il tiegne,
16842   A quel chief d'Alixandre viengne.
16843   Tant ot le cœur vers lui plain d'ire
16844   Qu'il ne scet que il doie dire,
16845   Et par maintefois il pensa
16846   Comment ochire le porra.
16847   Par maintefois s'en est penés,
16848   Mais n'y a pas bien assenés.
16849   Lors se rest prins poisons a faire
16850   De venin a santé contraire,
16851   Si aspres et si tresperchans,
16852   Si morteulx et si malfaisans
16853   Vaisseaulx de fust ne les tenoit
16854   Ne soustenir ne les pooit.
16855   Mais les fist tresbien enfrumer
16856   En tresbons fors vaisseaulx de fer.
16857   La poison fu monlt venimeuse,
16858   Monlt tresprechant et monlt crueuse.
16859   En faisant se plaignoit a luy :
16860   « Alixandre, tu m'as honny,
16861   Alixandre, tu m'as destruit.
16862   De doeul morray, si com je cuit.
16863   Tu m'as amené mes dolours,
16864   Tu m'as tollueRaynaud corrige en tollues. mes honnours.
16865   Jamais nul jour joye n'avray
16866   Tant comme en vye te sçaray. »
16867   Et toudis estoit son refrain :
16868   « Alixandre, de toy me plain.
16869   Ne ja ne puisse je fenir
16870   Jusques je t'aye fait morir ! »
16871   Par tous les lieux ou il aloit
16872   Et en tout ce que il faisoit,
16873   Toudis s'aloit il doulousant
16874   Et d'Alixandre monlt plaignant.
16875   Meïsmes sa mere en haioit
[119c]
16876   Et trestous ceulx que elle amoit.
16877   De cœur et de fait l'envaÿ,
16878   Alixandre toudis haÿ.
16879   De cest Anthipater estoient
16880   Deux filz qu'Alixandre servoient
16881   A son boire et a son mengier,
16882   A son lever, a son couchier.
16883   Ne jamais ne s'apercheüst
16884   Que nulz d'eulx vers lui mal eüst,
16885   Car tant servoient humblement,
16886   Par bonne amour et sagement,
16887   Que jamais nul ne s'apensast
16888   Que nulz vers luy haine portast.
16889   Par leur beaul servir les amoit
16890   Et monlt grant honneur leur portoit.
16891   Ly ung Calsandra ot a nom,
16892   L'autre Eoly apelloit on.
16893   Eoly autre nom avoit,
16894   Car Jonas chascun l'apelloit,
16895   Ly pluseurs Eoly Jonas :
16896   Cest nom ne mescongnoissoit pas.
16897   Anthipater qui fu leur pere
16898   Ot a son cœur dolleur amere :
16899   Riche sanbloit estre a devise,
16900   Or le couvient a meschief vivre.
16901   En Babilone a mandéRaynaud corrige en a il mandé.
16902   A Calsandra, son fils aisné :
16903   « Filz, dist il, representés soies
16904   Et en ton cœur memoires aiezRaynaud corrige en oiez d'après A.
16905   Que tu fus filz de bonne mere
16906   Et que pour voir je suis ton pere.
16907   Filz, dist il, tu as bien sceü
16908   La grant honneur que j'ay eü,
16909   Et se l'avoie de bon droit.
16910   Mon pere avant moy le tenoit.
16911   Grans honnours, grans terres tenoie,
16912   Com poissans homs me maintenoie.
16913   De haulx homs estoie servis.
16914   Mais or suis je tout asservis
[119d]
16915   Par Alixandre qui tout tolt,
16916   Qui tout emprunte, et riens ne solt.
16917   J'estoie riche, servisRaynaud corrige en servis, riche., amés.
16918   Or suis povres, viel, affamés.
16919   Jamais joye a mon cœur n'aray
16920   Tant que je vengiez en serayMs. vengeance en aray (corrigé d'après A)..
16921   Filz, de ma grant honneur te menbre,
16922   Et de ton pere te ramenbre.
16923   Ja nulz jour bon filz ne seroies
16924   Se tu mon anemy amoies
16925   Qui m'a mis tout du hault au bas,
16926   Ne toy, ne ton frere Jonas.
16927   Beaulx enffans, menbrés vous de moy.
16928   Pour ce vous envoye en requoy
16929   Ces poisons et que tu les bailles
16930   A ton frere, et garde n'y failles,
16931   AlixandreRaynaud corrige en Qu'Alixandre. poeut tant amer.
16932   Quant il sera a son disner,
16933   Qu'il lui en doint ne laisse mye,
16934   Afin que il perde la vye.
16935   Et luy diras que je luy mands
16936   Si chier comme il me va amans,
16937   Que il lui doint de cest bruvage
16938   Affin que son corpz ait dommage. »
16939   Fait fu si comme ot ordonné.
16940   Gens ot assez en la cité.
16941   Alixandre tint court monlt grant
16942   Dedens Babilone la Grant .
16943   A table furent tous assis
16944   Ses pers, ses contez, etRaynaud supprime ce mot. ses marchis.
16945   Lors luy fust ly boire donnés,
16946   Si comme ot esté ordonnés,
16947   Si com Jonas faire le sot.
16948   Et si tost qu'Alixandre pot,
16949   Le venin qui ou corps lui fu
16950   Tout en propre samblant lui fu.
16951   Que d'un glave le cœur luy part.

120

[120a]
16952   Tantost se cline d'une part
16953   Et s'escrïa monlt haultement :
16954   « Las ! las ! las ! moi, chetif, dollent ! »
16955   Tantost ly chevaliers leverent.
16956   De doeul et de meschief plourerent,
16957   Et Alixandre leur escrye :
16958   « Seigneurs, sés vous, ne levez mye !
16959   Mengiés, et vous tenez tout aise.
16960   Je n'ay q'ung petit de mesaise.
16961   Jonas, dist il, mon bon amy,
16962   Une plume m'aportez cy.
16963   Dedens ma bouce le metray,
16964   Par adventure je rendray. »
16965   Jonas tost une plume a prise
16966   Qu'il a dedens le poison mise.
16967   A Alixandre l'a portee
16968   Qui l'a en sa gorge boutee.
16969   Mais or ala pis que devant :
16970   Plus humaMs. l'ama., plus a dolour grant,
16971   Car la plumeMs. terre (corrigé d'après A). fu abruvee,
16972   Et la saveur luy est coulee.
16973   La fust il en son lit mené,
16974   La a a traveillier pené.
     
    LAMENTACIONS DE ROSANE FEMME A ALIXANDRE
16975   Rosane qui estoit sa femme
16976   Se vitupere et se diffame :
16977   « Chetifve, meschant, que feray ?
16978   En quelle terre m'en iray ?
16979   Ou porray le confort trouver ?
16980   Mort, tu me fais trop demourer !
16981   Mort, c'or me prens, et se me tue !
16982   Je ay toute joye perdue,
16983   Aujourd'huy pers toutes honnours.
16984   Or commenchent mes grans dolours,
16985   Ma meschance et ma povreté,
16986   Et ma tristeur et ma durté !
16987   Roÿne estoye la plus grant
[120b]
16988   Qui fust puis que morut Adam.
16989   Or seray povre, decachie
16990   Et desconfortee et haÿe !
16991   Mort, c'or me fay tresgrant honnour,
16992   Preng moy et laisse mon seignour !
16993   Tresgrans emperere, chier sire,
16994   Vous puis je bien faire ne dire ?
16995   Je vous requier en bonne foy,
16996   S'aidier vous puis, dites le moy. »
16997   Lors print le palais a emplir
16998   Et gens de toutes pars venir.
16999   Et lors se fist il aporter
17000   Au palais, a tous esgarder,
17001   Disant : « Las ! chetif, que feray ?
17002   Et dollent en quel lieu iray ?
17003   Toutes richesses ay eües :
17004   Or me sont aujourd'huy perdues !
17005   Toutes honneurs ay conquesté :
17006   Or les lais, et més a durté !
17007   Et ou sont ores my sergens,
17008   Et mes amis et mes servans ?
17009   Et ou sont allez mes fourriers,
17010   Mes chanbrelans, mes escuiers ?
17011   Et ma chanbre ou gesir iray,
17012   Ou est le lit ou je gesray ?
17013   Ce roy qui fust et qui n'est mais,
17014   Tout seul lui fault porter son fais.
17015   Et chiere mere, ou me querras ?
17016   Jamais nulz jour ne me verras.
17017   Aristote, mon chier amyRaynaud corrige en mes chiers amys d'après A.,
17018   Tant de paine avez en moy mis.
17019   Mon chier maistre, que tant amay,
17020   Jamais nul jour ne vous verray.
17021   Rosane, ou estes vous, amye ? »
17022   Et celle qui fu monlt courchie,
17023   Luy dist : « Sire, laissiez ester,
17024   EtRaynaud corrige en Et si. vous plaise a ordonner
[120c]
17025   De vo gent et de vo maisnie,
17026   Qui demeure toute essillie,
17027   Et que vous avez amenee,
17028   Qui demeure toute esgaree.
17029   Chascun ou aller ne sara
17030   Si tost que perdu vous ara.
17031   Ordonnés ent a vo plaisir,
17032   Tant com vous estes a loisir. »
17033   Dist le roy : « Bien me vient a gré. »
17034   Lors a son notaire mandé.
17035   En my la salle qui fu grant
17036   Qui fu toute plaine de gent,
17037   De dames et de chevaliers
17038   Et de bourgois et d'escuiers,
17039   Tout en my eulx ung lit avoit
17040   Ou Alixandre se gisoit.
17041   Le sien notaire a fait huchier
17042   Pour son testament avanchier.
17043   Et il y est tantost venus,
17044   Devant luy a genoulx tenus.
17045   Symëon fu son clerc privés :
17046   « Symëon, dist il, escripvés.
17047   Je vous command mon testament
17048   Que vous l'ordonnez loialment.
    LE TESTAMENT DU ROY ALIXANDRE
17049   Maistre Symëon <escripvez>, tout premiers,
17050   Aristote, mon maistre chierRaynaud corrige en mes maistre chiers.,
17051   En mon tresor roial prendra
17052   Qu'aulx prestres d'Egipte donra,
17053   La ou mon corpz sera gesans,
17054   De fin or jusqu'a mil besans,
17055   Que je meismes ay ordonné
17056   Le lieu ou je seray posé.
17057   Et Tholomé, mon prouvancier,
17058   Avecquez luy pour luy aidier.
17059   Ainsi je le voeul et command.
17060   Metés le en mon testament.
[120d]
17061   Et puis je conmand et ottrie
17062   Que Rosane, ma doulce amie,
17063   Qui est enchainte vraiement,
17064   Se elle a marle, je coumand
17065   Vostre roy soit et emperere,
17066   Et adés soit dame la mere.
17067   De vous sera dame clamee,
17068   De vous servie et honnouree,
17069   Et tous obeïssez a elle.
17070   Et s'elleRaynaud corrige en se elle. a enfant femelle,
17071   Que elle soit tresbien gardee
17072   Et a vo vouloir marïee
17073   A sage homme, prince vaillant,
17074   Non mye en fort couart faillant. »
17075   Alixandre fu en son lit
17076   Ou il n'eust joye ne delit.
17077   En la salle estoit qui fu lee.
17078   De gent y ot grant assemblee.
17079   Monlt y ot doeul et marriment
17080   En appert et priveement.
17081   Et Symëon, son bon notaire,
17082   Fu delez luy pour son lais faire.
17083   Mais Rosane sur tous d'iceulx
17084   Mena ung fort doeul angoisseulx.
17085   Par ung peu qu'elle ne s'affolle,
17086   Tant se doulouse et tant se dolle.
17087   Lors trestous les Macedonois
17088   Vindrent crïer a une voix :