Le Contrefait de Regnart

Édition critique de la rédaction longue (ms. B1 et B2)

151

[151a]
21382   Et Katheline s'en fuÿ,
21383   Il et sa gent vers les montaignes,
21384   Et ont deguerpies les plaines.
21385   Mais ceulx de Romme courochiez
21386   Se sont envers eulx adrechiez.
21387   Toudiz ont ilz aprez sieuy.
21388   Cilz en CocaigneRaynaud corrige en Tocaigne d'après A. s'en fuÿ
21389   Qui Fïelle estoitRaynaud corrige en lors estoit d'après A. clamee.
21390   Tant fist qu'elle fust rebellee
21391   Contre Romme et tout son pooir.
21392   Mais les Rommains par leur sçavoir
21393   Grant ost et grant gent amenerent,
21394   Et la Katheline trouverent
21395   Tout droit au piet de la montaigne
21396   Qu'il n'a tallent qu'il se refraigne.
21397   Le pooir avoit tout cité
21398   De toute celle grant cité.
21399   La ou fu ycelle assamblee,
21400   Tout droit illecquez fu fondee
21401   Une cité de grant memoire
21402   Qui est appelle[e] Pistore :
21403   La fu faite grant discipline
21404   Des Rommains contre Katheline.
21405   La fu morte et mise a tourment
21406   Monlt grant partie de la gent.
21407   Par celle pestilence oultree
21408   Fut elle Pistore apellee.
21409   Dont s'en partirent ly Rommain
21410   Qui furent de grant ire plain.
21411   A la cité de Fielle allerent.
21412   Et par leur force l'assiegerent.
21413   Puis Chief de Mars fu apellee,
21414   Mais or est Flourence clamee.
21415   Autant vault Chief de Mars, sans faille,
21416   Que commencement de bataille,
21417   Mais une des planettes est
21418   Qui des batailles s'entremest.
[151b]
21419   Pour ce ne pot n'oÿr n'enquerre
21420   Pour quoy les Florentins ont guerre.
21421   Sur eulx regne, sur eulx se tient
21422   La planette dont guerre vient.
21423   Et pour ce, si com dis devant
21424   Que les Rommains par convenant
21425   Ne poeuent jamaiz avoir roy,
21426   Et seigneur fault pour leur aroy.
21427   De deux bons firent chevetaines
21428   Qui lez conduirent es montaignes,
21429   Et l'exaulcerent a grant haste.
21430   L'a n'ot point Katheline feste,
21431   Que par force si menez furent
21432   Que le plus des gens y morurent.
21433   Mais deux de leurs plus grans en prirent,
21434   Et a Romme en prison les mirent.
21435   La furent en prison mené
21436   Et jusquez a la mort pené,
21437   A bon droit ; et que se vouloient ?
21438   Riches furent, trop demandoient.
21439   Qui quiert que ne lui apartient,
21440   N'est merveille se mal lui vient.
21441   Mal quirent, s'en vindrent a honte.
21442   Cy fault de Katheline compte.
     
21443   Jules Cezar fut en ce temps
21444   Grant prestre et evesque regnans.
21445   Tenoit la temporalité
21446   Et l'espiritualité.
21447   France, Normendie, Engleterre,
21448   Ala Julius partout concquerre.
21449   Soubz Romme, si com dit la lettre,
21450   Vouloit tout le païs soubmettre,
21451   Et disoit soubz Romme devoient
21452   Estre tous paÿs qui estoient,
21453   Et nulz sans Romme riens n'avoit,
21454   Et tout a Romme estre devoit.
21455   Vault que trestous de lui tenissent
[151c]
21456   Et que tous a luy obeÿssent.
21457   Roy appeler ne se pooit
21458   Pour l'ordonnance qui estoit
21459   Faite de ses anchïens peres.
21460   Pour ce s'apella empereres,
21461   Et pour ce fu le premerains
21462   Qui fu empereur des Rommains.
21463   De grant sens fu et de vallour.
21464   Il fu d'une blanche coullour,
21465   Sy com l'istore le ramenbre.
21466   Plain et onny furent ses menbre,
21467   La bouce espesse et vairs lez yaulxMs. yeulx ; Raynaud corrige en iaus..
21468   Le corpz avoit et gent et beaulx.
21469   A grant merveillez fu legiers
21470   Et de corage fors et fiers.
21471   Ne ja pour pas ne pour riviere
21472   Son chemin ne tournast arriere.
21473   Avant vouloit aller sans torsse
21474   Tant <com> par legierté com par force.
21475   Quant il fu au guez d'Engleterre,
21476   Ne vault il par nuluy enquerre
21477   Quel port il y ot ne quel gué,
21478   Jusquez il ot partout esté.
21479   Et tant vault sçavoir les assens
21480   Plus par lui que par aultre sens.
21481   Ung jour fu que il y alloit
21482   Qu'adez de conquerir penoit,
21483   Tout jus de son cheval cheÿ.
21484   Mais oncquez ne s'en esbahy,
21485   Et dist : « Or suis je bien asseur
21486   Que au jour d'huy n'aray malheur :
21487   En la bataille arons victore. »
21488   Ainsi le tiengz en mon memore.
21489   Ung monlt fier cheval chevauchoit
21490   Qui les ongles fendus avoit
21491   Et sambloit que il eusist doys,
21492   Dont maint sy dirent pluseurz fois
[151d]
21493   Que licorne est ; ce nom lui mirent.
21494   Et les devins de Romme dirent
21495   Que cil qui ce cheval aroit
21496   Sur tout le monde marchiroit,
21497   De tout le monde seroit sire.
21498   Ainsi sceurent les devins dire.
21499   N'oncquez homs sur luy ne monta
21500   Fors que Julis qui le mata.
21501   Cecy ainsi signifïoient,
21502   Ainsi par tout si le disoient :
21503   Sur lui nul monter ne laissoit,
21504   Et encontre lui s'abaissoit.
21505   Ne laissoit nulluy approchier
21506   Fors que Juliz, n'a luy touchier.
21507   Une grant corne ou front avoit
21508   Qui de nature lui venoit,
21509   Plus dure que pierre de grez.
21510   Cheval ne homs ne venoit prez,
21511   Puis que point a lui avenist
21512   Que tantost il ne l'ocheÿst.
21513   Grant renom si fu de ses fais.
21514   Puis fu che cheval contrefais
21515   De droit marbre bien a devis,
21516   Et ou palaix de Romme mis,
21517   De son grant, de son gros fu fais,
21518   Ou temple Veneris atrais.
     
21519   Julis une maniere avoit
21520   Que en tout tempz il maintenoit.
21521   Il voulloit que sa gent bien fussent
21522   Armez et que toudiz sceüssent
21523   Son voeul et son ordonnement,
21524   Sans faire nul conmandement.
21525   Et qu'ilz venissent sans targier
21526   Touttefoiz qu'en aroit mestier.
21527   Ne ja a sa gent ne deïst
21528   De nulle chose qu'il veïst
21529   Le pooir de ses ennemis

152

[152a]
21530   Qu'ilz ne fussent en ire mis,
21531   Ou que ne s'en espoeue[n]tassent,
21532   Ou de leurs bons volloirs s'otaissent.
21533   Pluseurs foiz a ses gens donnoit
21534   Lycence, et assez le volloit,
21535   Especialment d'esbanÿer
21536   Et de eulx [se] solacÿerRaynaud corrige en s'entresolacÿer, ce qui rend le vers hypermétrique.,
21537   De prendre recrëacïon
21538   Selon le leur intencïon.
21539   La les deduis que ilz voulloient
21540   Tout de son gré ilz les prenoient,
21541   Et si les en amonnestoit.
21542   Mais avant jour il lez metoit
21543   Que chascun si se maintenist,
21544   Que semonre nel convenist.
21545   Les armes de toute sa gent
21546   Fist il paindre d'or et d'argent,
21547   Pour ce que plus belles parussent
21548   Et que plus grant renom eüssent.
21549   Quant plus beaulx garnemens avoient,
21550   Plus volentiers lez lui estoient.
     
21551   Une fois nouvellez lui vindrent,
21552   Qui monlt mal et pesant le tindrent,
21553   Qu'on [ot] ochiz deux chevaliers
21554   Qui estoient ses messagiers.
21555   Sa barbe en laissa a rongnier,
21556   Et lui a rere et a pignier,
21557   Et dist son chief ne trencheroit
21558   Jusquez il vengiet en seroit.
21559   Siquez sa gent tant l'en amerent
21560   Que tous leurs cœurs en lui semerent,
21561   Et lui dirent comme a seignour
21562   Qu'il le serviroientRaynaud corrige en serviront. chascun jour,
21563   Que ilz feroientRaynaud corrige en feront. sa volenté,
21564   Tant que ilz seroientRaynaud corrige en seront. en santé.
21565   Siques de sa gent ot le cœur,
21566   Ne lui faulsissent a nul foeur.
[152b]
21567   Bien parut a la grant merlee,
21568   Quant il ala contre Pompee.
21569   Brisa ses murs et ses fortresses
21570   Et destruit toutes ses noblesses,
21571   N'y demoura palaix ne sale.
21572   Pompee fuÿ en Thessalle.
21573   Et quant ilz furent ens entré,
21574   Et que le chatel fut oultré,
21575   Virent quant ilz s'en departoient
21576   La vÿande dont ilz vivoient,
21577   Que mengoient et vivoient tuitRaynaud corrige en Et que ilz mengoient trestuit. :
21578   C'estoient pastez d'erbes cuit.
21579   Et de cecy fist Julis feste,
21580   Et dist : « C'est vïande de beste.
21581   Herbe mengue, et herbe voeult.
21582   AinsiRaynaud corrige en Si, ce qui rend le vers hypométrique. mengue qui myeulx ne poeut ! »
21583   Ainsi Pompee si rengna,
21584   Et le destruit et debouta,
21585   Et mist tout a destructïon
21586   Une monlt grande regïon.
21587   Sa gent a jouste sa plaisance
21588   Qui lui estoit a desplaisance.
     
21589   Ses amis adés il amoit,
21590   Adés en son cœur les mettoit.
21591   Ung sien amy ot maladye
21592   Que on apeloit litargie.
21593   La maldie ou bois lui vint.
21594   Illec demourer le convint.
21595   Cil qui la maladie avoit
21596   Bon amy a Juliz estoit.
21597   Toudiz fut ou bois delez luy,
21598   Pour l'amour qu'il avoit a luy.
21599   Oncques point il ne le laissa,
21600   Et du conforter ne cessa.
21601   Oncquez Juliz son maltallent
21602   Ne porta vers nul longuement
21603   En nul tempz n'en nulle saison.
[152c]
21604   Puis que cil lui offroit rayson,
21605   Tantost lui estoit pardonné,
21606   Et a cellui du sien donné
21607   Qui a son bezoing lui aidoit,
21608   Se cellui mestier en avoit.
21609   Ain[si]quez Julis se maintint,
21610   Et cil qui lors la loy mal tint,
21611   Ou que pechoit contre nature,
21612   Ou qui en mal metoit sa cure
21613   Du fait de fornicatïon,
21614   Cil l'en bailloit correctïon.
21615   Ens ou nom des dieux l'absoloit,
21616   Et le pechyé lui pardonnoit
21617   Par luy enjoignant penitance
21618   Selonc sa bonne repentance,
21619   Pour ce que il estoit grant prestre
21620   Et du Temple seigneur et maistre.
21621   Ne sçavoit nul de tel puissance
21622   Qu'il ne mist a obeÿssance.
21623   Sezille, Judee et Athaines
21624   Mist il soubz lui a monlt de paines,
21625   Especïalment Engleterre.
21626   Icelle fu sa droite terre.
21627   Mais puis est Romme devalee,
21628   Et France a honneurRaynaud corrige en est a honneur. montee
21629   De grande generacïon
21630   Et de tresgrande mencïon,
21631   DeRaynaud corrige en Et de. noblesse et de clergie
21632   Et de toute chevalerie.
21633   De tout bien et de tout honnour
21634   France emporte ores le greignour,
21635   Si comme Romme soloit faire.
21636   Des lors est bien changié l'affaire.
21637   Rayson y a evidanment
21638   Pour quoy, et la cause comment
21639   Lombardye, Romme avallee,
21640   Et France est or en hault montee,
[152d]
21641   Et de renommee et d'honneur,
21642   De sens, de force et de valleur,
21643   Et que on voit que tous paÿs
21644   Sont en France a venir baÿs.
21645   Tout le monde est desirans
21646   De estre en France demourans.
21647   Il y a de bonnes raysons,
21648   Et la cause vous en dirons.
21649   Tous aultres nez en tous paÿs,
21650   Chrestïens et aultres naÿfs
21651   Qui du soleil ont la sustance,
21652   N'est Dieu tant amé comme en France,
21653   Si bien servis ne sy doubtés,
21654   Tant reclameeRaynaud corrige en reclamees. ses bontés,
21655   Ou tant ayt de religïons
21656   Ne tant de predicacïons,
21657   Tant de messes, tant de services,
21658   Tant fondeez de grans eglises,
21659   Tant de bonnes devocïons,
21660   Tant de belles confessïons,
21661   Tant de belles messes oÿr,
21662   Tant de gens en Dieu esjoÿr,
21663   NeMs. De. tant de bons religïeux,
21664   Tant de gens en Dieu curïeux.
21665   En France sont les Christïens,
21666   Les clercs en Dieu praticïens,
21667   Toutes les bonnes escriptures
21668   Qui paient a Dieu ses droittures.
21669   En France est Dieu de cœur loëz,
21670   Et ses commandemens gardez.
21671   La doubtent Dieu de coeur et ayment,
21672   Et a son bezoing le reclayment.
21673   En France est la bonne esperance
21674   Et en Dieu toute l'atendance.
21675   Ung seul dieu pour leur vray dieu tiennent.
21676   Ainsiquez tresbien se maintiennent.
21677   Et pour ce France multiplie :

153

[153a]
21678   Preudom n'est qui contraire die.
21679   De tout paÿs c'est la bëance
21680   De venir demourer en France.
21681   France si est tant desiree,
21682   De tous lyeux, de toute contree.
21683   Tous y viennent, tous y habitent.
21684   Ens venus tous leurs paÿs quitent.
21685   Jamais retourner ne voulront,
21686   La demeurent et la morront.
21687   De Dieu vient toute ceste trache.
21688   Par lui acquiert France tel grace.
21689   France assez souvent Dieu reclaime,
21690   En lui croient, et il lez ayme.
21691   Or avez vous la cause oÿe
21692   Pour quoy France est sy conjoÿe,
21693   Et que autrez paÿs defaillent,
21694   Et ceulx de France en joye saillent.
21695   Et Dieu si les conserve en joye,
21696   Qui adés honneur leur envoye !
21697   Ainsi est il com vous oëz.
21698   Amen ! et Dieux en soit loëz !
    REGNARD
21699   Sire, a Julis renvendrayRaynaud corrige en je revendray.,
21700   Et de son fait vous compteray.
     
21701   Droit vers sa fin fraichons lui vindrent.
21702   EtRaynaud supprime ce mot. maintez maladies le tindrent,
21703   Peurs, frichons, meschiefz et anuyt
21704   Luy vindrent de jour et de nuyt.
21705   Une foiz fu sy esbahy
21706   De son cheval deux foiz cheÿ.
21707   Et une tel nature avoit
21708   Que monlt souvent ainsi faisoit
21709   Esrachier ses peux comme rere.
21710   Peu cheveulx ot et chevelure :
21711   Pour ce faisoit, et monlt souvent,
21712   Ses crins derrier tourner devant.
21713   Et en ce fort se delitoit.
[153b]
21714   Volentiers sur son chief mettoit
21715   Ung chapeau de lorier souvent,
21716   La foeulle le couvroit devant.
21717   Avecques ce, selon l'istore,
21718   Lorier signifïe victore.
21719   Pour son corpz large vestement
21720   Faisoit acoutumeement.
21721   Et monlt lachement se chaingnoit.
21722   Habis fronchiez toudis avoit.
21723   Delez Romme une ville fist
21724   Et de monlt grant avoir y mist,
21725   De lointtaings lieux grans coustemens.
21726   Tables de marbre et pavemens,
21727   Et fist l'un a l'autre loyer.
21728   En celle ville charroyer
21729   Marguerites fist et toppases,
21730   Pour mettre et ez yeulx et ez faces
21731   De leurs dëesses et leur dieux.
21732   Adonc sa crëance estoit tieulx.
     
21733   Ung sien privé que luy manoit
21734   Pour ytant que fait il avoit
21735   Son volloir et son desirier
21736   De la femme a ung chevalier,
21737   Seullement pour l'oÿr compter,
21738   Il luy fist la teste copper.
21739   A merveillez il luy mesprint.
21740   Trestout le monde l'en reprint.
     
21741   Si fust il en ce curïeux
21742   Et dessus tous luxurïeux,
21743   Et monlt y despendi d'avoir
21744   Pour maintes pucelles avoir,
21745   Et de mainte dame ot l'honnour
21746   Sans le sceü de son seignour.
21747   CostumaRaynaud corrige en Postuma., la fille du prince,
21748   Despucella par son malice.
21749   Une aultre, la fille GarinRaynaud corrige en femme Gabin.,
21750   Qui fu niepce au prevost Marin.
[153c]
21751   La fille a la filleRaynaud corrige en femme. Pompee
21752   Ot il a celle fin menee.
21753   De pluseurs aultres ensement
21754   Fist il le sien conmandement.
21755   Et se bien son fait esgardast,
21756   Contre lui propprement jugast.
21757   Mais celle ou le sien cœur lÿa,
21758   Elle ot a non Cervilïa.
21759   En celle trestout son cœur fust.
21760   Celle a MacabrunRaynaud corrige en Marque Brut. mere fust
21761   Qui puis fust grant prestre de Romme,
21762   Comme l'istore le renomme.
21763   O celle lonc tempz sejourna.
21764   Julïus en Egipte alla
21765   Pour la femme du roy vëoir,
21766   Tant lui pot elle au cœur sëoir !
21767   Maint riche dont il luy transmist
21768   Et maint besant por luy y mist,
21769   Tant qu'il fist de luy son volloir,
21770   Et tant que de lui ot ung hoir
21771   Qui fu CenturïonsRaynaud corrige en Cesarions. nommés.
21772   Cil fu sur tous enffans amés.
21773   Son pere sambloit propprement
21774   De vis et de contenement.
     
21775   Une loy fist, et fut escripte,
21776   Qui puis a fait maint home triste,
21777   Et si la fist multiplïer
21778   Et par tout sçavoir et crÿer,
21779   Que chascun de femmes feïst
21780   Et tout son voloir en feïst
21781   Pour les enffans edifïer
21782   Et le siecle multiplïer.
21783   Disoit qu'il n'estoit tel avoir
21784   Que des enfans assez avoir.
21785   Petit mengoit, petit buvoit,
21786   Et monlt sobrement se tenoit.
21787   Dont Marcus tint en audïence
[153d]
21788   Que cilz de la mendre abstinence
21789   C'estoit Juliz, si com ilz dirent :
21790   Oncques son pareil ilz ne virent.
21791   Monlt grant paÿs il destruisi
21792   Plus pour le gaaing qui en issi
21793   Que n'estoit pour la forfaiture.
21794   En telz œuvres mettoit sa cure.
21795   Pour gaaing prendre destruisoit
21796   Le paÿs et amenuisoit.
21797   Le gaaing menoit en Italye
21798   Et en toute la Lombardye.
21799   Monlt assembloit ores deniers,
21800   Et tout metoit en ses greniers.
21801   Il print, ce raconte l'istore,
21802   Monlt grans deniers ou Capitoire
21803   Jusques a trois mil[le] besans,
21804   Et y remist autant pesans
21805   De coyvre qu'aporter y fist.
21806   Ou lieu de l'or, le coyvre y mist.
21807   Tout vendoit aulx aultres seigneurs,
21808   Villes, cités, chateaulx honneurs.
21809   MainteRaynaud corrige en Et maintes. parole en fu ditte
21810   De Tholomé, le roi d'Egipte,
21811   Dont il fu et grief et dollans.
21812   De lui ot .xm. besans.
21813   Ou nom de Pompee leRaynaud corrige en les. print,
21814   Et tout en son tresor les tint.
21815   Le temple des dieux il brisoit,
21816   Ce que tout homme desprisoit,
21817   Et en ostoit or et argent,
21818   Voyant le peupleRaynaud corrige en tout le peuple et la gent.
21819   Sur tous bien parloit et dittoit.
21820   En ce forment se delittoit
21821   A faire livres et histores
21822   Et en ancïennes memores.
     
21823   Au retourner qu'il fist de France,
21824   Fist il ung livre sans doubtance.
21825   Lequel voiageMs. volage. fist clamer,

154

[154a]
21826   Lire le fist et renommer.
21827   Encor de lui deux livres fist
21828   Quant il au siege des mons sist.
21829   Tout son temps vault estudïer
21830   A clergie multiplïer
21831   En faire livres et dittiés,
21832   Et des dames les amistiés.
21833   Ce point pour riens il n'oublïast
21834   Que tout adés femmez n'amast.
21835   Honneur, dames, avoir, clergie
21836   Voult il avoir toute sa vye.
21837   Mais pluseurs livres a eüs
21838   Qui oncquez ne furent veüs
21839   Qu'il disoit : « Homs trop amoureux
21840   Envis poeut estre bien eureux. »
21841   Toute paine pooit souffrir,
21842   A tous malvais s'aloit offrir :
21843   Ne doubtoit pluye ne tempeste
21844   Que tropRaynaud supprime ce mot. souvent n'alast nue teste.
21845   Il tesmongnoit et vouloit dire
21846   Que du monde et de l'empireRaynaud corrige en tout l'empire.
21847   Et de toute rien entreprendre
21848   Devoit on a lui compte rendre,
21849   Et d'avaller et de monter
21850   Luy devoit on trestout compter,
21851   Et pour loy devoit on tenir
21852   Tout ce qu'il vouloit maintenir.
     
21853   Il advint que ung enchanteur,
21854   Ung menestrel et ung truffeur,
21855   A ung grant jour, a une feste
21856   Pour sacrifïer une beste,
21857   En la beste cœur ne trouva.
21858   Si com a pluseurs revella.
21859   Iceste chose avant mistRaynaud corrige en il mist.,
21860   A Julis propprement le dist
21861   Quel signifïance c'estoit
 
[154b]
21862   Qu'en celle beste cœur n'avoit.
21863   Julis dist : « N'est signifïance
21864   Ne ce n'est nulle demonstrance,
21865   Que touttefoiz que je voulray,
21866   Le cœur revenir luy feray.
21867   Quant je voulray, le cœur rairont,
21868   Et quant je voulray, non aront. »
21869   Poeut estre qu'aucun le crëoit.
21870   Une aultre foiz il se sëoit
21871   Au temple Veneris tous seulx.
21872   C'estoit ung de leurs maistre hosteulx.
21873   Quant ilz riens a faire n'avoient,
21874   En ce droit lieu ilz se sëoient.
21875   Illec a luy ly Senat vindrent,
21876   Qui leurs chartres en leurz mains tindrent,
21877   Qu'a lui venoient consseillier.
21878   Mais monlt se porent merveillier
21879   Que contre eulx ne se leva point,
21880   Ne contenance n'en fit point.
21881   Dont en leur secret propre dirent
21882   Que oncquez mais homme ne virent
21883   Qui si grant honneur se portast
21884   Qui contre eulx tost ne se levast,
21885   Et qui ne leur portast honneur.
21886   D'illec prindrent ilz la teneur
21887   Que de petit cœur l'ameroient
21888   Et contre lui s'aviseroient :
21889   « Quant honneur il ne nous fera,
21890   Honnis soit cil qui l'amera ! »
21891   Des illec contre lui bastirent
21892   Et contre lui firent et dirent.
     
21893   Aultre fois ly Senat estoient
21894   Au Capitoire ou ilz sëoient,
21895   AinsiRaynaud corrige en Tout ainsi. comme il apartint.
21896   Julis Cezar illecquez vint.
21897   Trestous contre lui se leverent
21898   Et trestous honneur lui porterent
[154c]
21899   Fors ung seul qui ne leva point
21900   Ne contenance n'en fist point.
21901   Mais sans lever adés se sist.
21902   Julis monlt bien en cœur le mist.
21903   Ung grant despit en recouvra,
21904   Jura qu'il s'en aperchevra
21905   Et que on dira par renom.
21906   Ponmes ly angresRaynaud corrige en Ponces ly Aigles. avoit nom.
21907   D'illecquez avant, quant venoient
21908   Et ly Senat sens requeroient
21909   A Julis, conseil et advis,
21910   Si leur respondoit trestoudis :
21911   « Alez le sans plus retarder
21912   A Pommes l'angresRaynaud corrige en Ponce l'Aigle. demander.
21913   Pommes l'angreRaynaud corrige en Ponces l'Aigles. vous respondra
21914   Et le conseil vous en rendra.
21915   Quant est or de moy, plus n'orrez
21916   Jusques a lui esté arez. »
21917   Et tant Julis le demena
21918   Que deRaynaud supprime ce mot. la seignourie l'osta,
21919   Et tout hors du conseil le mist,
21920   Et puis paine et anuy luy fist.
     
21921   Volentiers se fust acordé
21922   Qu'encor a Romme eust roy esté,
21923   Mais pour rien Senat n'acordaissent
21924   Que jamaiz a roy retournassent.
21925   Ce fu l'acoison proprement
21926   Pour quoi vint le conjurement
21927   Que roy a Romme n'acordoient,
21928   Car li Senat ne le voulloient.
21929   Disoient : « Monlt l'avons juré,
21930   Ne j'a n'en serons parjuré. »
21931   Julis print plus grant hardement,
21932   Car sans conseil, sans jugement,
21933   Tout des plus grans il deposa
21934   Et a son voloir ordonna.
21935   Dont les senateurs grant doeul orent,
[154d]
21936   Et pour ce conseil venir volrent
21937   Qu'a Julis touldroient la vye,
21938   S'il venoit en leur compagnie.
21939   EtRaynaud corrige en Et tous. emsenble ilz l'acorderent,
21940   Et tous emsenble le jurerent,
21941   Et dirent l'acomplisement :
21942   « Es ydes de mars propprement,
21943   Consitoire querrons avoir.
21944   La en ferons nostre devoir.
21945   Hors de la ville nous serons,
21946   En la ville riens ne ferons.
21947   De la ville secours n'ara,
21948   Pour ce que trop hors en sera. »
     
21949   Devant sa mort vint aparences
21950   Et monlt grandes signifïances,
21951   Qui en vouldroit tresbien enquerre :
21952   On trouva ung sercus en terre
21953   Grant et parfont et bien couvert.
21954   Si tost come il fu descouvert,
21955   Dedens on trouva ung escript
21956   Qui en ceste maniere dist :
21957   « Ung dit Julis en ceste annee
21958   Qu'est issus du lignage Enee,
21959   Par ung sien cousin yert ochiz
21960   Et sera en ce tombel mis. »
21961   Une aultre foiz, on luy donna
21962   Six destriers qu'on lui amena.
21963   Les varlés qui yceulx garderent
21964   Tous six a l'eaue les menerent.
21965   Tous les six leur sont eschappez,
21966   Et loingz d'illec furent trouvez
21967   Ou ils plouroient durement.
21968   La vyt on le signifiement :
21969   Boire ne mengier ne vouloient,
21970   En grant marriment se tenoient.
21971   L'un en l'autre estoient boutés.
21972   C'estoit a vëoir grant pitiésRaynaud corrige en pités. :

155

[155a]
21973   Le peuple vëoir les alloit,
21974   Qui a merveillez ce tenoit.
21975   N'estoit nulz qui les regardast,
21976   Qui de grant pitié ne plourast.
     
21977   Le jour des ydes de mars vint
21978   Qu'aller oultre les pontz convint.
21979   Trestous ly SenacRaynaud corrige en Senat. y allerent,
21980   Qui la mort Juliz tous jurerent,
21981   Car pas oublÿé ne l'avoient.
21982   En leur propos toudiz estoient
21983   Et du faire bien apenssez.
21984   Et ja midy estoit passez.
21985   Julis pensa trop demourer.
21986   Adont s'esmut pour y aller
21987   Tout seul ; et quant vint sur les ponsMs. le pont.,
21988   Au devant luy vint ung preudoms
21989   Qui ung escript ou poing luy mist,
21990   Et monlt treshumblement luy dist :
21991   « Sire, tenez, cecy lisiezRaynaud corrige en lisez..
21992   Et sur ce bien vous advisez. »
21993   Estoit en cellui escript mis :
21994   « Jules Cezar, dist il, amis,
21995   Se les ponts passés nullement,
21996   Vous serez ochiz vraiement.
21997   Ne plus ne poeulx avoir duree,
21998   Ceulx y sont qu'ont ta mort juree :
21999   Retourne toy, et n'y vas point. »
[155b]
22000   Cilz qui s'en aloit tout a point
22001   Tout maintenant ce brevet prist,
22002   Et en sa memoire le mist
22003   Avec aultre qu'on lui bailloit,
22004   Sy com le peuple se plaignoit,
22005   Et pour ce au devant chascun yere.
22006   Et tout mist en sa gibessiere
22007   Pour tout monstrer aulx senateurs
22008   Des requestes et des clameurs.
22009   Et devant ce .viij. jours entiers,
22010   Il chevauchoit par my sentiers :
22011   Sy rencontra une dëesse
22012   Qui luy dist une telle messe :
22013   « Julis, tresbien apensés soyes
22014   Qu'ains que les ydes de mars voyes
22015   Toutes passeez, tu mourras.
22016   Ja contrester tu n'y porras. »
22017   Sur ces pons trouva la dëesse,
22018   Qui luy ot fait ceste promesse.
22019   Ainsi com il oultre passoit,
22020   Et la dëesse illecquez voit :
22021   « Ne suiz, dist il, encores mors.
22022   Sachiez, menchongneRaynaud corrige en menchongnes. est voRaynaud corrige en vos. sors.
22023   Les ydes a huy fineront,
22024   Et tous leurs cours perdu aront. »
22025   Et la d[ë]esse fit : « Crëez ?
22026   Ce jour n'est pas encor passez. »
22027   Oncques aultrement ne lui dist.
     
22028   Julis en la halle se mist,
22029   Et s'assist avecquez iceulx.
22030   Adoncques se leva tous seulz
22031   Ung qui ot nom SinbercubusRaynaud corrige en qu'ot nom Cimber Tullius.
22032   Et s'en vint droit vers Julïus.
22033   Par la gorge l'aertRaynaud corrige en L'aert par la gorge,
ce qui implique une lecture disyllabique de aert.
a deux mains,
22034   A lui grever ne s'est pas fains.
22035   Cil qui de lui n'avoit plus doubte,
22036   Sa greffe en la gorge lui boute.
[155c]
22037   Les aultres tous sur luy saillirent,
22038   Et .xxiij. plaies luy firent,
22039   Dont il n'y ot q'une mortelz.
22040   Sa bature fut illec telz.
22041   Mors fut cilz, tantost s'en allerent.
22042   Ly sergans de luy l'emporterent,
22043   Les bras contreval luy pendoient.
22044   Ses gens grant doeul en demenoient.
22045   La mortel playe Brutus fist.
22046   Le fer par my le pis luy mist.
22047   Ung noble chevalier et ducz
22048   Qui ot nom Marcus SupidusRaynaud corrige en Lepidus.,
22049   Marechal, et ot seignourie
22050   De toute la chevalerie
22051   (AvecRaynaud corrige en Avecque. luy maint preudomme y[e]rent),
22052   Tout maintenant son sel briserent
22053   Et ouvrirent son testament,
22054   Que aporta illec present
22055   Laude BisonRaynaud corrige en Luce Pison., pere sa femme,
22056   Tresbon preudomme sans diffame,
22057   Qui ot bien veu sans riens cuidier
22058   Moyen et fin sans conmenchier.
22059   Ou septembre qui fu passé,
22060   De par Julis fu conmandé
22061   Cil qui l'abesse nonmeroit
22062   Icelluy senateur seroit.
[155d]
22063   L'abesse cest escript maintint.
22064   Ainsi cil senateur devint.
22065   Lors fu son testament ouvert
22066   En general et en ouvert.
22067   Cil testament faisoit sçavoir
22068   Qu'Avistes GarinRaynaud corrige en Auguste Caiius. faisoit hoir
22069   Des deux pars de ce qu'il avoit,
22070   Et en l'autre close mettoit,
22071   Sy com Julïus le fist faire,
22072   Quintupidïus et QuinaireRaynaud corrige en Quintus Pedius et Pinaire.
22073   Qui estoient ses drois nepveux,
22074   Les aultres pars furent a eulx.
     
22075   Quant cecy fu a fin mené,
22076   Adonc fu le feu alumé
22077   Droit a ung dymence matin
22078   En ung champ qu'ot nom Champ Martin.
22079   Avant sa mort y mist sa cure
22080   Que la seroit sa sepulture.
22081   Une sienne fille, Julia,
22082   La fist, pour ce esleu luy a.
22083   Il fu ou lit d'ivoire assis,
22084   Ung pourpre ot dessus luy mis
22085   Et de lorier il ot couronne.
22086   Sa propre robe, c'est la somme,
22087   Ot vestu ou on l'ot ochis.
22088   La chantoient doulz chant assis,
22089   Selon le temps qu'adonc estoit.
22090   En la chanson ainsi avoit :
22091   « J'ay ceulx gardés et soustenus
22092   Par qui je suis a mort venus !
22093   Soustenus les ay et gardés,
22094   Et par eulx suis a mort menés !
22095   Chascun y advise pour luy,
22096   Et advise sur ce fait cy ! »
22097   Lors le grant prevost a crïé
22098   Que trestous soient alïé,
22099   Et tous lui viennent faire honnour,

156

[156a]
22100   Comme on doit faire a son seignour,
22101   N'espargnent coustemens ne paines.
22102   Ainsi le fist crÿer Anthoines.
22103   Les plus grans hommes s'assemblerent,
22104   Ou lit d'ivoire le boutterent
22105   Jusquez au temple Venus droit.
22106   La fut dit qu'on le porteroit,
22107   Et pluiseurs dirent et cryoient
22108   Que ou temple Joviz yroient :
22109   La devoit on ardoir le corps.
22110   La furrent en pluseurs discors.
22111   Plusieurs chieulx Pompee disoient
22112   Et que droit la le porteroient
22113   Pour ce qu'esté y ot ochiz.
22114   La y ot il pluseurs devis.
22115   Et lors deux varletz avant vindrent,
22116   Bien armés leurs espees tindrent,
22117   Deux sierges en leur mains portoient,
22118   Maintes contenances faisoient,
22119   Et puis prindrent assez de rains.
22120   Sur le corpz en jetterent mains.
22121   Le feu dedens iceulx rains mirent,
22122   Et tantost a ardoir se prindrent.
22123   Tant jetterent de toutez pars
22124   Bois et rains que le corpz fut ars
22125   Et fu la pourdre du corpz mise
22126   Et en ung tombel bien assise.
22127   Et sur quatre pillers le mirent,
22128   Et tantost tout honneur luy firent.
22129   A Romme tel coustume avoient :
22130   Quant le corpz moroit, ilz l'ardoient.
22131   Tel la solempnité estoit.
22132   Nulz corpz pourrir on ne laissoit.
22133   Ainsi comme ilz revenoientRaynaud corrige en se revenoient.
22134   Du corps que ainsi ars avoient,
22135   Ung des murdriers ilz rencontrerent.
22136   Tantost la teste luy copperent.
[156b]
22137   Ne luy vallut crÿer ne braire,
22138   A male mort le firent traire.
22139   En une lance son chief mirent
22140   Siques trestous de loingz le virent,
22141   Et dirent : « Cel cil qui a tort
22142   A le bon Julez Cezar mort ! »
22143   Longuement fu la ly tombeaulx,
22144   Sur quatre pilliers monlt tresbeaulx.
22145   La faisoient leurs sacrifices
22146   Et juroient de leurs malices.
22147   Sur lui faisoient leursRaynaud supprime ce mot. jugemens
22148   Et trestous leurs grans seremens.
22149   Et quant plus longuement vivoient,
22150   Et plus le tombel aouroient.
22151   Avant qu'il passast cinquante ans
22152   L'estoient tous pour dieu tenans.
22153   De cœur et de corps l'aouroient,
22154   Sur lui et sur son nom juroient.
22155   Ainsi grant piece le menerent
22156   Et ainsi le continuerent.
     
22157   Mors est, ne plus ne m'en souvient,
22158   Ne plus a parler n'en convient.
22159   Cui bien fait a, si s'en souviengne,
22160   Qui l'asne est, par la queue le tiengne,
22161   Qui bien fera, bien trouvera.
22162   Chascun sache qu'ainsi sera.
22163   Et toutteffoiz, au vray compter,
22164   Bon se fait faire a tous amer.
22165   Jules Cezar a Romme amoient,
22166   Et pour ce seigneur ne vouloient.
     
22167   Avant bien furent cincquante ans
22168   Qu'a seigneur fussent acordans.
22169   Touttefoiz le doeul oublïerent.
22170   A faire empereur s'acorderent
22171   Qui eust d'empereour le nom.
22172   Fait fust, Octovïen ot nom.
22173   Avant que Octovïen fust
22174   Ne qu'emperere a Romme eüst,
[156c]
22175   Et des le tempz que conmença
22176   Romulus TommeRaynaud corrige en et Tomme. en ença,
22177   Furent .vijc. et cinquante ans.
22178   Et par trestout icelluy temps,
22179   Se menerent par royaulté
22180   .xijxx. ans, par verité.
22181   Par cest tempz l'un roy, l'autre eslurent,
22182   Ainsiquez roy par eslut furent,
22183   Tarquinïus le desrain fu.
22184   Ainsi le vous ay devant leu.
22185   Le tempz aprés .xijxx. ans
22186   Jusques a .vijc. [et]Raynaud ne corrige pas. .i. ans
22187   Fut qu'ilz avoient senateurs,
22188   Et apostas et dictateurs,
22189   Et en tables d'or escripsoient
22190   Toutes sentences qu'ilz donnoient,
22191   Jusquez y vint Octovïens,
22192   Nez d'Espagne, bons homs, scïens.
22193   Emperere fu esleüx,
22194   Le premier qui y fu sceüx.
    LYON
22195   ― Regnart, de cest OctovïensRaynaud corrige en Octovïent.
22196   Voeul oÿr l'istore briefment
22197   Et des aultres qui sont aprez.
22198   Mais je te charge par exprez
22199   Que de rymer tu te deportes,
22200   Et qu'en prose tu le m'aportes,
22201   Car y porras myeulx exprimer
22202   Leurs vyes et leurs fais compter
22203   Que en rymant tu ne feroyes,
22204   Car du langage y perderoyes.
22205   Pour ce d'eulx me conte briefment
22206   La fin et le commencement.
    REGNARD
22207   ― Sire, puis qu'il vous vient a gré,
22208   D'Octovïen vous compteray
22209   Et des empereurs qu'aprez furent
[156d]
22210 Avec les fortunes qu'ilz eurent,
22211 Et en prose tout meteray,
22212 Or escoutez que vous diray.
 
§ 1La division en paragraphes a été ajoutée au texte
par Raynaud pour faciliter les renvois aux notes.
Le premier empereur qui [fu] a Romme par ellection aprez Julius Cezar, ce fu Octovien, qui fu apellé Cezar Auguste, et de lui tous les aultres empereurs sont appellez Augustes.
Le premier an de l'empire Cezar Auguste, en ung forbourc a Romme, ung bœuf parla parolle humaine, et dist a cellui qui le touchoit en allant : « Les hommes fauldront et les fromens habonderont. »
En celle annee, Ovide qui est appellé Naazon pour ce qu'il ot grant nez, nasqui a Pelignez.
En celle annee, oultre le Thybre ueulle sourdy et ne cessa toute une journee de courir comme une fontaine, et signifioit la grace Jhesucrist qui assez tost devoit venir au monde.
En ce tempz, le filz de Anthipater, nomme Herode, fu fait roy de Judee, et pour ce qu'il avoit prins a femme Marienne, la niepce Hircain, qui avoit regné ou dit royalme devant lui, laquelle il amoit monlt, et se circonsist pour l'amour de sa femme qui estoit juifve, et il estoit payen ; et fu le premier roy estrange qui regna sur les Juifs des le temps qu'ilz orent premier roy.
Et ainsi fut acomplye la prophecieCf. Genèse, XLIX, 10. que Jacob dist, quant il benyssoit ses enffans : « De Juda le septre ne sera point osté ne duc qui gouverne le peuple,

157

[157a]
jusquez atant que viengne celui que Dieu doit envoyer, et lequel payens et toutez gens atendent. »
C'est Jhesucrist, qui nasqui de la Vierge Marie .
§ 2
Ou tempz de cestui Herode, regnoit, comme nous dirons, Anthoine, qui gouvernoit pour les Rommains les parties devers Orient, qui estoit comme compains de l'empire ; et avoit a femme la suer Octovien, qui estoit principal empereur.
Et pour ce que Anthoine avoitRaynaud corrige en amoit. Cleopatre, la royne d'Egipte, il repudia la soeur Octovien et print a femme Cleopatre, et pour ce il deffia Auguste.
Si vint Auguste encontre Anthoine et Cleopatre a grant ost, et Auguste les vaincqui.
Et quant Anthoine se vey vaincu, il se tua d'un coutel. Lors Cleopatre vint a mercy a Octovien ; mais quant elle veyt qu'il ne lui faisoit pas bonne chiere, elle s'en alla mucyer ou sepulcre delez Anthoine, et illec morut.
Et ainsi fu destruit le royalme d'Egipte, et fut comm[u]e en provinceRaynaud corrige en reduit en province..
Aprez Anthoine, Herode s'en vint a Cezar Auguste en sinple habit de chevalier, et s'excusa de ce qu'il avoit administré a l'ost Anthoine, ja soit ce qu'il n'y eust pas esté en sa personne, et dist bien a Cezar que ce avoit esté fait contre son conseil, mais Anthoine voult myeulx faire selon le conseil de
[157b]
Cleopatre que selon le sien, et ayma myeulz estre vaincu avec Cleopatre sans lui.
« Et je sçay bien, dist il, que je suis vaincu avec Anthoine ; et pour ce j'ay mis jus et depposé la dignité de roy, avant qu'elle me fust ostee. »
Quant Auguste l'oy parler, il lui plait monlt et le reconcillia, et luy remist sa couronne sur la teste, et lui acrust son royalme.
Et comme Herode fu retourné en Judee, il ochist Hircain et tous ceulx de la gent aulx Juifz qu'il lui sembla qui pouoient avoir droit au royalme.
Il advint en ce tempz que Herode ot mestier d'argent.
Sy oy dire que ou sepulcre de David et de Salomon avoit grant tresor ; sy alla de nuyt, quant toutez les gens de la cité se reposoient, et fist ouvrir le sepulcre, et y trouva pluseurs vaisseaulx d'or.
Si conmanda a ceulx qui estoient avecques lui qu'ilz entraissent plus en parfont.
Mais une grant flanbe de feu issy de la dedens qui ardy deux sergens, pour laquelle chose il s'en retourna tout espoeuventé, et ediffia a AstalonneRaynaud corrige en Ascalonne. une monlt belle maison, et de ce dient aucuns qu'il est appelé AstaloniqueRaynaud corrige en Ascalonicque., car son pays fut Ydumee.
Herode, en l'honneur de Cezar et des Rommains, fist mettre ung grant aigle d'or sur la porte du temple qui est appellee Belle, laquelle chose desplait monlt aulx Juifz.
[157c]
§ 3
L'an de l'empire Auguste .xve, VairoRaynaud corrige en Maro. morut, lequel saint Augustin loe monlt forment, et les escriptures qu'il fist. C'est cellui dont vint ceste parolle commune : « Entre bouce et cuillier vient souvent enconbrier, et par plus forte rayson, fist il, entre l'erbe et le grain a il grant intervale. »
Le plus deRaynaud corrige en des. dis Maro [sont] moraulx ; il escript ainsi des choses qui sont advenues au monde.
En ce tempz, Virgille le poete morut a Brandis du quel le corps fu transporté a Naples ; et est ceste parolle epitaphe sur luy :
MontuaRaynaud corrige en Mantua. me genuit ; Calabri rapuere ; tentRaynaud corrige en tenet. nunc PertenopeRaynaud corrige en Partenope. : seciniRaynaud corrige en cecini. pascua, rura, duces.
On tient que de tous les poetes il fut le plus excellent. Et pour ce, dist saint Augustin que on le fait apprendre aulx enffans, que on ne l'oublie pas legierement.
Ce Virgille, selon ce que dient aucunes cronicques, [fist pluiseurs choses]Conjecture de Raynaud. ou avoit monlt de merveilles, entre lesquelles il fist une mouche d'arain sur une des portes de Naples qui chassoit toutes les aultres mouches hors de la cité.
En celle meismez cité, il fist une boucherie, ou la char ne pooit pourir ne corrumpre.
Item
[157d]
il fist ung clochier de pierre qui se mouvoit en la maniere que les cloches sonnoient.
Item il fist en pluseurs lieux bayns tous chaux naturelz soubz terre, qui encores durent.
Item il fist a Romme celle merveille qui est ung de sept miracles du monde, qu'on appelloit le Sauvement de Romme ; car illec estoient les statues de toutes les provinces du monde, et avoit chascune escript en son piet le nom de sa province, et a son col une sonnette pendue.
Et s'il avenoit que aucune province se rebellatRaynaud corrige en rebellast. contre les Rommains, tantost conmenchoit a sonner celle sonette, et l'ymage tendoit le doy vers le nom de la province qui s'estoit rebellee.
Tantost l'un des prestres qui gardoient ces ymages portoit le nom en escript de celle province au Senat, lequel envoyoit tantost leur ost pour les remettre en leur subjection.
§ 4
L'an .xxviie. de l'empire Cezar Auguste, selon la revellacion faicte a sainte Elisabeth, la benoite Vierge Marie nasqui ou temple de Jherusalem avecquez les aultres vierges, selon saint Jherome.
Et, dist le Livre de l'Enffance Jhesucrist, lequel est apocriphe, que a et aulx aultres vierges on faisoit filler pourpre et aultres choses qui appartiennent aulx aornemens du Temple.
L'an .xxxv. de l'empire Cezar Auguste, Orace le prestreRaynaud corrige en poëte. morut,

158

[158a]
qui fut homme de grant auctorité.
§ 5
L'an .xlie. du dit empire, saint Jehan Baptiste fu concheu en la quinone de auctone, .viiie. kalende d'octobre.
Et la .viiie. kalende d'avril ensuyant, la Vierge Marie concheut Jhesucrist, le Filz de Dieu.
Et tantost comme la Vierge Marie ot concheu et que l'angle se fu parti de lui, comme saint Lucas l'euvangelisteRaynaud édite ewangeliste. dit, elle se leva et s'en alla a saincte Elizabeth qui avoit concheu saint Jehan, qui estoit laRaynaud corrige en sa. cousine et a qui l'angle avoit revellé sa concepcion ; et demoura avec elle trois mois.
Et dirent aucunes cronicquez qu'elle leva saint Jehan de terre, et puis s'en retourna en Nazareth en son hostel.
Et quant saint Jehan fut allaittié en eage assez tendre, il s'en alla au dezert ou il fist merveilleuse penitance jusquez au tempz que Dieu avoit ordonné qu'il se devoit monstrer au peuple.
En ce tempz, come tout le monde vesquist en paix ne ne fust nullez guerres en nullez parties du monde, Cezar Auguste, empereur de Romme, envoya par tout le monde et commanda que on lui apportast en escript les provinces et les royalmes qui estoient subgietz a l'empire de Romme et avec ce toutes les cités de chascune province
[158b]
et tous les chiefs appartenans a chascune cité ; et chascun chief donnast se<r>tRaynaud corrige en sept. deniers d'argent a cellui qui rechevoit les tailles ; et chascun denier valloit dix petis deniers, et pour ce estoit il appellé denier, car il valloit dix.
Si fu conmandé de par les Rommains que quicunquez appartenoit a acune cité, qu'il allast a celle cité. Et pour ce que Joseph, espoux de Marie, appartenoit a la cité de Betheleen, et Josepf estoit descendu de David, carRaynaud corrige en par. Eliachin qui fu de la droitte lignie de ceulx qui sont descendus de Adam et de Abraham par droit suscesion jusques a David et jusquez a cestui Aliachin, lequel Eliachin engendra Azoe, Azoe engendra Sadoc, Sadoch engendra Achin, Achin engendra Eliud, Eliud engendra Aliazae, Eliazar engendra Mathain, Mathain engendra Jacob, Jacob engendra Josepf, le mary Nostre Dame, pour ce dont qu'il estoit descendu de celle lignye, il appartenoit a la cité de Betheleen.
Si y alla pour paier le treuage et pour faire profeccion et honmage aulx Rommains.
Et ainsi comme ilz furent illecquez, la nuyt d'un dimence a la mynuyt, .viiie. kalende de janvier, le .xlviie. an de l'empire Octovien qui fut appellé Cezar Auguste,
[158c]
du commencement du monde (selon Bede, lequel ensuit le commun) .vm. .cxix. ans et selon Methode le Martir, .vm. justement, et selon Jherome et la verité hebraicque, .iiim. .ixc. .lxiii. ans, selon Ysidore et le Mangeur, .vm. c. et .xix. ans, Jhesucrist nasqui de la Vierge Marie.
Et yssy termine la .ve. eage du monde, qui conmença a la transmigracion de Babilone et dura .vc. et entour .xc. ans.
Jusques ad ce temps dura le tempz de la loy escripte, et conmença lors le tempz de grace.
Voir est que jusquez au tempz que l'Euvangille fu preschié par tout le monde [garda on]Conjecture de Raynaud. acoustumeement la loy et l'Euvangille ; et veut on garder l'une et l'autre selon l'Euvangille ; et failly simplement la loyCf. Hebr., VII, 18. que nous appellons ancienne.
§ 6
LesRaynaud corrige en Des. oppinions cy devant recitees des le conmencement du monde jusques a la nativité de nostre benoit Sauveur Jhesucrist, frere Jehan de Paris s'acorde myeulx a l'oppinion Methode le martir.
L'une si est que comme il fut sinple et ygnorant, il lui fut ainsi revellé du saint Espirit, et pluseurs aultres choses du conmencement du
[158d]
monde et de la fin ; et n'est pas chose prouvable que comme il fut saint, que revelacion lui eust esté faite fors de verité.
L'autre si est que l'opinion Methode s'accorde mieulx a l'inquisicion qui poeult estre faite par astronomie, par laquelle inquisicion on troeuve que du conmencement du monde jusques a la nativité de Jhesucrist a autant de ans comme Methode dit, c'est a sçavoir .vm. ans justement.
La voye d'enquerre et d'encerchier ce nombre est telle : nous supposons que les estoilles furent disposees en l'enconmencement du monde en la meilleur disposicion qu'ellez poeuent avoir, et est une des causes pour quoy ceulx de devant le deluge vivoient si longuement.
Et comme selon les astronomiens, le Soleil ait son royalme, son exultacionRaynaud corrige en exaltacion. et sa force ou signe du Mouton, et dyent les plus grans clercz que le Soleil a ses dignités, que nous avons nommees proprement ou .xve. degré du Mouton, lequel est ou millieu du firmament, estant egalement des deux poles.
Nous supposons aussi que Paradis terrestre soit en Orient soubz le signe du Mouton ; et les docteurs dient que Paradis est soubz l'equinocial, qui est ainsi appellé pour ce que quant le Soleil y est, il

159

[159a]
fait les nuys egalles aulx jours.
Nous supposons aussi que le Soleil fu creés en son ange, c'est la partie du cercle du Soleil plus loingz et plus eslevé de la terre, et ce fu convenable chose pour atremper la chaleur du Soleil qui envoyoit adont ses rays sur Paradis terrestre ou homme estoit ; car le Soleil en la partie de son cercle plus basse, la challeur fut trop grande.
L'ange du Soleil doncques fut au conmencement du monde quant le Soleil fut creez, au .ve. degré du signe du Mouton, car ja nous avonsMots répétés dans le ms. dit que le Soleil fu creez en la meilleur distance de la terre, pour ce que sa chaleur fu atempree.
Or est il ainsi que, selon ce que Tholomee preuve et les aultres astronomiens, chascune estoille fiche se meut encontre le mouvement du firmamant en .c. ans, combien que Tholomee met l'ange du Soleil non mouvable ; mais les aultres astronomiens qui aprez sont venus l'ont quant ad ce corigié.
Or tesmongne le dit Tholomee en Almageste que en son tempz il trouva que l'ange du Soleil estoit ou .vie. degré des Juvenaulx.
Ces supposi-
[159b]
cions faites il appert que l'oppinion Methode est vraye.
La deduction est telle ; le Soleil fu creez ou .ve. degré du Mouton, ainsi comme la premiere supposicion dit.
L'estoille fichee et l'ange du Soleil estoit ou tempz Tholomee ou .vie. degré des Juvenaulx, selon ce que il trouva.
Il convient que tant de foiz .c. ans soient couruz jusquez au tempz de Tholomee des le conmencement du monde, et que il est des degrez, du .xve. degré du Monton jusquez au .vie. degré des Juvenaulx, .l. et ung degré, car chascun signe a .xxx. degrez ; et comme il y ait ung signe tout entier entre le Mouton et les Juvenaulx, c'est a sçavoir le signe du Thoreaul, .xv. degrez qui demeurent du signe du Mouton et .xxx. que a le signe du Thoreaul, et .vi. degrez du signe des Juvenaulx, tous ces degrés joinctz ensenbleRaynaud corrige en font ensenble. cincquante et ung degré[s].
Il y a doncques du conmencement du monde jusquez a Tholomee .li. foiz cent ans, qui font cincqm et cent ans justement.
Or est il ainsi que Tholomee fust aprés l'incarnacion de Jhesucrist .c. et .xxx. ans, qu'il
[159c]
convient du conmencement du monde jusquez au temps Tholomee, ainsi comme nous avons prouvé.
Nous ostons .c. et .xxx. ans qu'il convient de l'incarnacion jusquez a Tholomee, il en demeure ne s'en fault que .xxx. Il y a doncquez jusquez a l'incaracion de Jhesucrist .vm. ans d'eage, quant il fu baptisié.
Il y [a] doncquez du conmencement du monde jusquez au baptemme de Jhesucrist et jusques a sa predicacion publicque .vm. ans justement.
Comme doncques en si grans opponions l'oppinion Methode est plus concordable a l'inquisicion faite selon astronomie, il semble que on la doibt tenir comme celle qui est vraye.
§ 7
Or dit oultre qu'i ne conviengne plus retourner.
Cestui Methode dit que le cours du monde se doit muer ou .vie. millier, et que adont vendra Antecrist.
Et se nous prenons six mil ans rondement, c'est certain qu'ilz sont passez, et trois cens et plus.
Touttesvoiez ne le monde n'a son cours mué, ne Antecrist n'est ancore venu.
Et pour ce, se nous vollons veriffier la prophecie Methode de la fin du monde et de la venue Antecrist, il convient le .vi. millierRaynaud corrige en millier prendre. avec ses fractions, lesquelles fractions ne poeuent monter oultre six
[159d]
cens ans.
Cellui nombre appartendroit au septiesme millier, et ainsi le cours du monde ne seroit pas mué, ne Antecrist ne seroit pas venu ou .vie. millier.
Et de ses fractions de six .m. ans qui ne poeuent monter oultre six cens ans, comme dit est, nous avons ja fait .cccc. .lxiiii. ans.
Prouvable chose est que dedens .c. cincquante et .xlv. ans, le cours du monde muera, et Antecrist vendra.
Cecy nous avons dit sans presumptueuse assercion, car ce n'est pas nescecité, mais que suppose la prophecie du Martir, laquelle il ot par revellacion, sy comme on dit.
§ 8
Or convientRaynaud corrige en convient dire. les ditz et les tesmongnages des payens de l'incarnacion et de la nativité temporelle de Jhesucrist, le Filz de Dieu, et selon ce que le dit frere Jehan de Paris encercha diliganment.
Premierement, nous trouvons ez cronicques du tempz Hirene et Constantin empereurs de Romme, enfouy en ung sepulcre, et trouva l'en le corpz d'un mort, et avecquez lui c este escripture : « Crist naistra de la Vierge. Je croy en lui. Soleil, tu me verras de rechief ou tempz d'Yrene et de Constantin. »
De Sebille de EritreeMs. ou entree. qui fut ou tempz Romulus, comment elle parla clerement de la nativité de Crist, de sa passion et de sa resurection.

160

[160a]
Avicene dist aussi ou .viie. livre qui est appellé les Rachines que comme noble choseRaynaud corrige en noble chose est. que les revellacions divines soient faites a ung, et non pas a pluseurs, et dist que cellui est Dieu en humanité.
Et dit oultre que cellui on doit aourer aprez Dieu, et que il est du monde, en terre vicaire de Dieu, et que de Dieu il doit rechevoir loy, laquelle il doibt conmenier a tout le monde et exposer et la preschier, et c'est certain que ce ne poeult estre entendu ne de la loy Moyse, ne de la loy Mahommet.
Virgille qui fu mort ou .xxve. an de l'empore Cezar Auguste, dist monlt de belles choses de Crist, si comme saint Augustin tresmoingne ou .xe. livre de la Cité de Dieu ; et dist Virgille que ce qu'il dist de Crist, il l'a de Sebille de Eritree.
Si dist ainsi es BucoliquesCf. Égl., IV, 4-7. :
Ultima Cumei jam venitRaynaud corrige en venit jam. carminis etas :
Magnus ab eternoRaynaud corrige en integro. seclorum nascitur ordo.
Jam redditRaynaud corrige en redit. et [Virgo], rediuntRaynaud corrige en redeunt. Saturnia regna.
Et regnaRaynaud corrige en Jam nova. progenies cello demittitur alto.
La sentence est telle que une lignie d'un enfant bien tost vendra du ciel, ainssi comme Sebille a prophetisé, et vendra le temps qui fut quant Saturne regnoit.
Albimazar, grant astronomien, ou .vie. livre qu'il fist de l'Introducion d'astronomie, dit ainsi : « L'incarnacion et la nativité de Jhesucrist, ainsi que tesmongnent, ce dit il, ceulx de Perse et de Caldee,
[160b]
d'Egipte et tous leurs docteurs du premier eage, Hermés et Asturés enseignent : du premier dean, c'est a dire en dix premiers degrés du signe de la Vierge, naistera une vierge nette pucelle qui avra le corps sans tache, belle de visage et honneste, et nourrira ung enffant. Maintes nacions appellent l'enfant qu'elle nourry Jhesum, lequel en grec appellons Crist. »
Ce sont les parolles Albimasar.
Et c'est certain que ce ne poeult estre du linage du ciel que on appelle l'ymage de la Vierge, car il dist ou lieu ou quel le nom est en ebrieu, ou que Jhesucrist nasquit.
Cest Albimazar apella Vierge en trois manieres de langues, ainsi comme se il ne se poeut saouler de la nommer ; et vallent autant les noms qu'il appellentRaynaud corrige en appelle. laditte Vierge comme vierge, nette, pucelle.
§ 9
Les histores des Rommains dyent, si comme temongne Innocent le Pappe, que monlt grant paix fut par tout le monde et par tout pays par .xii. ans sans nulles guerrez.
Si firent les Roumains ung temple de paix monlt bel et monlt fort, et mirent dedens la statue de Romulus ; et lors ilz envoierent a Apollo pour lui demander se le dit temple demouroitRaynaud corrige en demourroit. guerez en estat de tempz.
Et Apollo respondy qu'il dureroit
[160c]
jusques atant que la Vierge enfanteroit.
Et pour ceste responce ilz mirent sur la porte cest title : « c'est le temple de paix pardurable », car ilz ne peurent penser que vierge enfantast.
Or dist l'istore que la nuyt de la nativité Jhesucrist cellui temple chey et l'ymage de Romulus trebucha.
Les aultres ydoles aussi cheyrent ou ellez estoient, selon ce qu'il estoit prophetisé devant, non pas tant seulement de nos prophettes, mais de nos philozophes anciens, car Hermés Termergistés ou livre qu'il escript a Eclope, selon ce que dit Augustin ou .viiieRaynaud corrige en viie. livre de la Cité de Dieu, cellui Hermés plaint la ruine des ydolles.
Et le Mangeur dit en histores que quant JheromeRaynaud corrige en Jheremie. fut en Egipte, ou tempz de la transmigracion des enffans d'Israel, il donna signe aulx Egipciens que leurs ydolles trebucheroient quant la Vierge enffanteroit son enffant ; pour laquelle chose les prestres des ydoles firent une ymage d'une vierge qui tenoit ung enffant entre ses bras et la mirent en ung lieu secret, et la l'aouroient.
Et comme Tholomee, le roy d'Egipte, ot veue celle ymage, il leur demanda que ce signifiot. Lors ilz respondirent que c'estoit ung mistere que leurs peres avoient fait du saint
[160d]
prophette qui leur dist que ung tempz vendroit que une vierge enfantteroit.
Et ainsi les Egipciens crurent que des lors seroit acomplie la prophecie en son temps ; et est certain adont que les ydoles cheyrent, ainsi comme YsaieCf. Isai., XIX, 1. l'avoit prophetisié, quant il dist ainsi :
« Ascendet Dominus super nubem levenRaynaud corrige en levem. et novebunturRaynaud corrige en commovebuntur. simulacra Egypti. » 
§ 10
Eusebe dist que ung pou devant la nativité de Jhesucrist, aprez la mort Julez Cezar, troiz soeulx apparuent en Orient qui puis s'assemblerent en ung signe de la nativité de Jhesucrist, laquelle furent en une personne unies trois choses : le char humaine, la vye, la deyté.
Nous avons dit dessus de la fontainne d'oeulle, qui sourdi de terre et tout ung jour ne cessa de courre jusquez au Tybre.
Innocent le tiers raconte aussi comme il trouva en aucunes histores que quant Octovien l'empereur ot mis en la sussession des Roumains aussi comme tout le monde, il fut si amiable au Senat qu'ilz le voulrent aorer, comme dieu.
Mais l'empereur, sage et cler voyant et attendant sa mortalité, il ne vault usurper.
Or avoit il adont une sage femme a Romme qui donnoit responsez de ce que on lui demandoit, et avoit nom Sebile.
Si la fist l'empereur venir devant lui, et luy enquist et demanda se ja-