Le Contrefait de Regnart

Édition critique de la rédaction longue (ms. B1 et B2)

171

[171a]
chose de l'ordonnance au Senat il fut translaté avec les dieux.
Icellui Nerve deffist toutes les malvaises institucions et ordonnances que Domicien, son predecesseur, avoit fait en son temps.
§ 32
Aprés Nerve, tint l'empire de Romme Traye, qui fut homme de grant justice et monlt conmanda la chose publicque.
Touteffoiz il fist la tierce percecusion aulx Crestiens.
Soubz lui morust saint Jehan l'apostre, saint Clement, saint Ygnace, saint Eustace, lequel avoit esté chevalier de Traye, l'empereur.
Ce fu celllui a qui Nostre Seingeur s'aparu entre les cornes du cerf estant a le chassier en la forest d'Ardenned'Ardenne est rayé dans le ms..
En ce tempz, floury et fut a grant honneur PhinesRaynaud corrige en Plines. et especialement au peuple, et fu cellui qui fist monlt de beaulx livres des Natures des choses.
Ce PhineRaynaud corrige en Pline., quant il vit que on metoit tant de Crestiens a mort, il s'en alla a l'empereur, combien qu'il n'estoit pas crestien :
« Sire, dist il, on tue monlt de milliers de gens, es quelz je ne voy nul crisme ne qui facent rien contraire aulx loix des empereurs. Je ne voy en eulx chose digne de reprendre ne que on leur en doye faire mal, fors tant seullement que ilz chantent de nuyt aucune loenge a je ne sçay quel Crist qu'ilz dient qui est leur dieu. »
Sy fust a la requeste de PhineRaynaud corrige en Pline. la percecucion
[171b]
atrempee.
Aprez ce que Traye ot vesqui .lxxii. ans et regné .xix. ans, il morut de flux de ventre ; l'ame du quel, combien qu'elle fust dampnee en enffer, par la priere saint Gregoire qui aprez fut lonc tempz, elle fu mise a repos et delivree des tourmens d'enfer.
Ce Traye, selon ce que dit Eutrope, se rendoit monlt famillier a ceulx qui avoient a besongnier a luy.
Et comme ses amis l'en blasmassent, il respondy ainsi :
« Il appartient a bon empereur que tel se monstre et tel se rende aulx gens, comme il voulloit avant ce qu'il fust empereur que l'empereur se monstrast a lui. »
Dont il advint ung jour, ce raconte Helinant, comme ainsi qu'il fut monté sur son cheval pour aller en bataille, une femme vint qui le print par le piet.
A grans larmes elle le print a requerre qu'il luy fist droit de ceulx qui avoient son filz ochiz.
Et Traye lui dist qu'il lui feroit droit mais qu'il fust retourné :
« Et que sera ce, se dist la femme, se tu ne retournes points ? »
Lors l'empereur luy dist que son suscesuer luy feroit droit.
« Et que te pourfittera, ce dist l'autre, se ung aultre me fait bien ? Tu m'ez obligee a faire droit. Ton suscesseur avra assez a faire de luy, et la justice que ung aultre
[171c]
fera, ne te sauvera mie. Il souffira a ton suscesseur qu'il se puisse sauver. »
Et adont l'empereur meu des parolles a la femme, descendi du cheval et examina la cause de la femme, et lui fist condigne satisfacion.
Et ainsi la femme fut confortee.
Ce fait, Traye trouva saint Gregoire sur son sepulcre pour laquelle chose il fut meu a prier pour luy, combien qu'il sceust bien qu'il fust en enfer.
§ 33
Aprés la mort Traye, tint l'empire Elius Adrian, qui regna .xxi. ans, lequel fu monlt bien lettrez en toutes sciences, especialement en medicine et en rethoricque ; et parloit si bien et si prestement qu'il senbloit qu'il eult pensé a ce qu'il disoit.
Le Senat luy pria une foiz qu'il fist son filz Cesar, qui respondy que non feroit, « car il doit bien, ce dist il, souffire ce que je prins l'empire maugré moy la ou je n'estoie pas digne. Car la dignité n'est pas deue au Senat, mais aulx merites et a la proesse ; et samble cellui qui fait son enfant prinche, a chelui qui met une grosse pierre sur ses espaulles et ainsi l'estraint. On doit, dist il, premierement les enffans nourrir et exercer en vertu ceulx qui voeullent surmonter en honneurs. »
§ 34
En ce tempz, fu ung philozophe qui ot nom Secont, lequel<le>, comme il estoit
[171d]
enffant a l'escolle, ouy dire ceste parole que nulle femme n'estoit point bien chaste.
Sy advint que comme il fut bien parfaittement apris en philozophie, il s'en retourna en son pais comme ung pelerin commun, le baston en sa main et grans chevaulx et longue barbe, et se herbrega siex sa propre mere, et ne fu pas congnu de personne, ne de sa mere, ne d'autre.
Sy voult esprouver se c'estoit verité ce qu'il avoit ouy dire des femmes, et promist a une des chanberieres dix deniers d'or, mais qu'elle fesist tant que sa dame voulsist couchier avec lui.
Si fist tant la chanbriere que la dame s'i acorda ; et fist la dame le soir entrer le pelerin en sa chambre.
Lors quant la dame cuida que le pelerin se deust dormir charnellement avec elle, il se endormy jusquez au matin avec sa mere.
Et quant ce vint au matin, il se voult issir hors de la chanbre, celle lui dist :
« Que est ce cy ? Es tu venu pour moy tempter ? ― Mere, ce dist le philozophe, ce n'avendra ja, se Dieu plaist, que je touche le vaissiel dont je suis sissus ! »
Si fu celle esbahye, et lui demanda qu'il esoit.
« Je suis, dist il, Secont, vostre filz. »
Et lors la mere de vergogne, de doeul et de meschief de cœur morust avant trois passésAvant trois passés sont rayés dans le ms. en la place.
Lors quant le philozophe veyt que par sa parole sa mere estoit morte, il se donna ceste paine

172

[172a]
que jamais tant qu'il viveroit, ne parleroit, ne parolle de sa bouce n'ysteroit.
Si ne parla puis Second jusquez a la mort.
Or advint que l'empereur vint a Athenes, et ouy parler de ce philozophe ; si le fist a lui venir.
Et quant il fut venu, l'empereur le salua premier, mais cellui ne respondy riens.
Lors l'empereur le menacha et le fist mener ou lieu la ou on justichoit les malfaitteurz.
Mais rien n'y vallut, car, combien que on lui fist le col estendre sur le tronc pour decoller, il prisa moins sa vye que sa silence.
Et pour ce que le bourrel avoit en commandement qu'il ne le tuast pas, mais qu'il l'espoentast, si le fist ainsi, et le remena, et dist a l'empereur qu'il avoit tenu sa silence jsuques a la mort.
Adont lui dist l'empereur :
« Puis que tu a prins ceste loy de silence, au moins prens unes tables, et parlez a moy par escript, puis que par bouce parle ne voeulx. »
Lors le philozophe prinst une[s] tables et escript en telle maniere :
« Adrian, je ne te doubte riens. Se tu es prinche de ce temps, tu me poeus bien ochire, se tu voeulx ; mais ad ce que tu me faces parler, ton pooir ne s'i estend mye. »
Adont l'empereur lui fist monlt de demandes aus quellez il respondy souffisanment et excellentement.
[172b]
§ 35
En ce temps, pour ressuciter la foy qui estoit ainsi comme estainte, fu envoyé de Romme en Galle a Autry, la cité qui or en droit est appellee Aucerre, saint Pelerin, qui fut evesque d'Aucerre, qui puis fu decolé pour la foy, et fu son corpz jetté aulx champs aulx bestez sauvages ; mais l'angle Nostre Seigneur s'apparut la nuyt ensuiant a ung paissant, et lui dist qu'il se levast et qu'il mist en terre le corpz de son sergant Pelerin.
Mais le paisant respondy qu'il ne savoit pas le chemin a Aucerre.
L'angle lui dist qu'il le conduiroit.
Et ainsi qu'il fut entour la mynuit, et le paisant cuida estre pres de Aucerre, il se trouva a Saint Denis.
Et tantost une voix fut ouyRaynaud corrige en ouÿe. en dortoir qui dist aulx moisnes :
« Levez sus et alez a l'encontre de mon sergant Pelerin, et le rechevez mont honnourablement. »
Sy rechurent les moynes le corpz saint Pelerin devotement et le mirent en une chasse d'argent.
Icil cy appert qu'il avoit des lors moynes a Saint Denis et que Daugobert, qui fu aprés lonc tempz, ne fu pas premier fondeur du lieu.
En ce tempz, fu martiriee a Romme sainte Sophie avecquez ses filles, desquelles la premiere avoit nom Foy, la seconde Esperance, la tierce Charité.
En ce temps, soufry marire ung vierge qui avoit
[172c]
nom sainte Marie.
En ce temps, .xim. martirs souffrirent martire en ung jour.
En ce tempz, Adrian reddiffia la cité de Jherusalem, et l'apella de son nom Elye, car il avoit nom Elye Adrian.
En ce tempz fu Aquille qui fut le second interpreteur aprez les .lxx.
En ce tempz, fu pappe de Romme Thelefore, qui ordonna la .viie. sepmaine devant Pasque a jeuner.
Item que la nuit devant la Nativité de Nostre Seigneur on chantast messe, car devant, ne cellui jour, ne aultre, on n'osoit chanter messe devant tierce, en laquelle heure Jhesucrist monta en la croix.
Item il comp[os]a « Gloria in excelsis », et ordonna que l'en le chantast en la messe.
En ce tempz, saint Thibault vesqui et saint Anthoine, l'an Dieu cent et .xi. ans.
En ce tempz, regnoit Galien qui estoit un monlt notable fisicien.
Saint Policarpe en ce temps fu regnant.
§ 36
Cest empereur en son tempz deffist toutes loix qui ne lui sembloient pas estre bonnes ne utilles au bien publicque, et haioit forment les Juifz, et ama et autorisa monlt les paiens, et voult qu'ilz tenissent ses loix.
Icil empereur mist fort son entente a parler gregoiz et latin ; et avoit ceste nature qu'il haioit chevalerie et mettoit toute sa cure a le destruire et le desprisoit en quelque lieu qu'il fust en disant ainsi :
[172d]
Or est ce vray, combien me semble,
Chevalerie et paix ensemble
Ne seront ja bien hostellezRaynaud corrige en hostellé.
Ne qu'orgoeul et humilité,
Ne ja paix avec gentillesse,
Ne point science avec noblesse.
 
Cestui empereur ne queroit que paix, et pour ce il fuioit les gentilz hommes et suivoit les preudhommes du pays.
Il rendit en son temps toutes les contrees que ses predessesseurs avoient acquises, pour ce qu'il lui sembla qu'elles n'estoient ne justes ne bonnes.
Icil empereur moru en Champagne.
Et ja soit ce qu'il fust paien et qu'il tenist la loy paienne, touttesvoiez amoit mont a avoir paix et haioit tous ceulx qui lui consseilloient a faire guerre.
Il ne meffist, ne dit oncques riens aulx Crestiens.
Icellui commanda a clorre de pierre le lieu ou le crucefiement estoit, pour aourer les Crestiens, affin que nul n'y feist villenie et que nul n'y entrast, si non pour aourer Dieu, car il disoit que Dieu avoit fait grant charité d'avoir vollu recevoir mort si cruelle pour son povre poeuple.
§ 37
Aprez la mort Adrian, fut empereur Anthoine le Debonnaire, qui regana .xxii. ans.
Ou temps Anthoine, nulle percecucion ne fu faicte aulx Crestiens, ains leur fut bon et debonnaire et les honnoura et prisa monlt.

173

[173a]
Et ot Anthoine espousee la fille Adrian devant dit, dont il ot pluseurs enffans.
Encores vivoit en ce tempz Galien qui estoit bon phisicien, qui fist pluseurs beaulx livres de sa science, dont pluseurs a present usent.
REGNARD
 
22213   Sire, mon voulloir est que dye :
22214   Trop croire phisique est folye.
LYON    
22215   ― Certes, Regnard, tu as dit voir,
22216   Car j'en ay veü maint doloir
22217   Et maint a malle fin venir
22218   Qui ne s'en pooientRaynaud corrige en pooit. repentir.
22219   Qui se vivera sobrement
22220   En vye sera longuement,
22221   Car maint par trop fisique querre
22222   Sont avant leur tempz mis en terre.
22223   Cest Anthoine que je vous dis
22224   En la main Galien fu mis.
 
§ 37
En ce tempz, morut Mahommet qui fut ung tressages homs en astronomie.
Et pour ce par la grant clergie et science qui fut en lui, les paiens le prindrent en si grant amour qu'ilz le cuidoient estre dieu.
En ce tempz, fu pappe Alixandre ; cellui fust qui premier fist eaue benoite.
§ 38
Aprez la mort Anthoine, tint l'empire Marcques, oncle d'icellui Anthoine, et regna .xix. ans.
En ce temps, ot monlt grant persecucion a Lyon ; on ne laissoit crestien que on ne tuast.
En ce temps, Egigisope, converti des
[173b]
Juifz, fut monlt vaillant homme, et escript ung livre comment Jherusalem fut destruitte.
§ 39
Aprez la mort Marcques, tint l'empire Aurele Commode qui regna .xiii. ans.
En ce tempz, sainte Eugene en habit d'homme pour garder sa virginité conversa lonc tempz avecquez moisnes, et aprez la mort de l'abbé, d'un commun assentement, elle fu esleue pour estre abbé.
Et de puis qu'elle ot lonc tempz esté abbé, une malvaise femme l'accussa que Eugene luy avoit volu faire violence.
Et ainsi convint que Eugene, pour monstrer son innocence, qu'elle rompist sa cotte devant le juge et aparu femme.
Et ainsi fu justiffiee, et la malvaise femme condempnee.
Cestui Commode fu regnant en l'an .c. .iiiixx. et .xi., lequel fu monlt luxurieux.
§ 40
Aprés la mort ConmodeRaynaud corrige en Commode., fu empereur Gelius, qui estoit appellez PercinaulxRaynaud corrige en Pertinaulx., qui regna .vii. mois seullement.
Il ne voullut oncquez souffrir qu sa femme fust apellee Auguste, ne son filz Cezar, et leur dist :
« Il vous doit suffire que contre ma volenté je soye empereur. »
§ 41
Aprés lui, tint l'empire Severe, qui regna .xviii. ans, ou tempz du quel les Crestiens soufrirent de grans persecucions
[173c]
et pluseurs martirs monterrent ou ciel. En ce temps, floury Tertules, qui escript maintes escriptures monlt prouffitables.
En ce tempz fu monlt grant docteur en sainte Eglise Origene, qui surmont par excellence les aultres docteurz qui avoient estez avant lui, et escript tant d'escriptures que a paines ung homme les porroit lire toute sa vye.
Cestui Origene fu si devot que pour servir a gré les dames en religion coppa ses coulles et son vit.
Il fu monlt grant philozophe.
Et fut icelluy empereur rengnant l'an Dieu deux cens et .xviii., et moru en Bretaigne.
§ 42
Aprés la mort Severes, regna TantallesRaynaud corrige en Caracalles., et tint l'empire six ans.
Aprez lequel tint l'empire Macer MacriusRaynaud corrige en Macrins. qui regna quatre ans.
Aprés lequel fut empereur Alixandre, la mere du quel ot nom MaconneeRaynaud corrige en Mammee. et fut crestienne, et regna .viii. ans.
Lequel a la priere de sa mere dessusditte il fist translater le corpz saint Thomas l'apostre de Judee, en la cité apellee Edize, ou il fut mis en une chasse qui pent a cheynes d'argent.
En la ditte cité regna AbgatesRaynaud corrige en Abgares. ou tempz que Nostre Seigneur vivoit.
A cest AbgatesRaynaud corrige en Abgares. escript Nostre Seigneur une lettre de sa main qui est encorez gardee en la ditte cité, laquelle lettre
[173d]
lit ung enfant baptisé sur la porte de la cité toutes les fois que la cité est assaillie, et celle journee, ou les ennemis s'en fuient, ou ilz font paix.
En celle cité nul home n'y poeult vivre, ne Juifs, ne nul aultre homme qui aoure les ydolles en la ditte cité.
En cellui tempz, souffry passion sainte Cecille et saint Cir, enffant, et sainte Julite, sa mere, et maint aultre martir.
Ou tempz Alixandre, fut Wulpian consul de droit, et estoit accesseur a Alixandre.
Ce Vulpain fist loix de quoy on use aujourd'huy aulx escolles et aulx causes.
Cestui Alixandre hay monlt gentillesse, et ne s'osoit nul clamer gentil homme devant luy ; et estoit monlt preudhoms et pacient, et faisoit pluseurs abstinences.
Et entre aultres chosez il ne couchoit point en lit de plume, et si ne buvoit point de vin.
Cestui fist pluseurs beaulx volumes, et fu monlt de belle vye, comme plus a plain est desclairié en ung livre qui est appellez Esclesiastes.
Volentiers pugny les malvais.
Il fina ses jours par envye que aucuns gentilz hommes eulrent sur luy, a cause qu'il ne les vault oncquez amer ne approuver leur gentillesse.
Et pour ce iceulx gentilz lui copperent la teste.
Et dist on que aprez sa fin pluseurs

174

[174a]
vyrent sa teste qui clariant fu, laquelle se plaignoit pour ce qu'il n'avoit esté cristiennez.
Cil fu tenu le plus preudoms et le plus loyal empereur qui oncquez eult esté devant, car du tout desprisoit orgoeul.
En ce tempz, fu martirié saint Ypolite, mais non pas par le conmandement du dit Alixandre, ains ce fu fait en une aultre seignourie.
§ 43
Aprez la mort Alixandre, MaximienRaynaud corrige en Maximin. tint l'empire qui regna .iii. ans, aprés la mort du quel, regna Gordian six ans.
En cellui temps, flory a Athenes Prophire le philozophe.
Aprés la mort Gordian, regna Philippe qui regna .vii. ans.
Il fu le premier cristien de tous empereurs de Romme.
Regnan[t] Philipe, le millesime an fu acomply que la cité de Romme fu fondee, pour laquelle chose on fist a Romme si grant solempnité que nul ne le porroit penser.
On troeuve en la vye saint Ponce qu'il converti le dit empereur a nostre foy en telle maniere ; car comme saint Ponce fu famillier du dit empereur, Philipe, et l'empereur pour raison de la solempnité que on faisoit a Romme pour l'an millesime, allast aourer et sacriffier aulx ydoles,
[174b]
saint Ponce fut avecques l'empereur.
Lors SaintRaynaud corrige en saint Ponce. lui print a dire :
« Sire, monlt plus deussiez adorer et rendre graces a Dieu et vous humilier devant cellui qui vous a essaulcié a si grant honneur ; a lui et a nul aultre ne deussiez faire sacrifice. »
Et l'empereur lui respondy :
« Pour ce voy je faire sacrifice au grant dieu Jupiter qui m'a donné ceste puissance. »
Adont le saint lui dist :
« Sire, vous errés, car Dieu est ou ciel, qui par sa parolle toutes choses a creezRaynaud corrige en crëeez., qui donne les puissances du monde, qui envoia son Filz en terre. » etc.
Et ainssi par ces parolles l'empereur et son filz, qui aussi avoit nom Philipe, crurent en Jhesucrist, et ainsi furent baptisié de saint Fabien qui estoit lors pape de Romme.
A l'exemple de eulx, maintes gens furent baptisiés et crurent en Jhesucrist.
Aprez ung pou par la fraude de Dece, le mailvais tirant, ces deux Philipe furent ochiz.
Et regna ce Dece ung an et .iii. mois, lequel fist monlt grant persecucions aulx Crestiens par diverses parties du monde.
En ce tempz, souffry sainte Agate en CathermeRaynaud corrige en Cathenne. martire, et lors en EpheRaynaud corrige en Ephese. furent .vii. Crestiens qui pour sa grant persecucion se mucerent en la montaigne Celyon, en une caverne qu'ilz trouverent, et illec s'endormirent jusques au tempz Theodose l'empereur ; et sont
[174c]
appellés le .vii. Dormans.
§ 44
Aprez la mort Dece, tindrent l'empire GalbeRaynaud corrige en Galle. et Volucien, son filz, et regnerent entour deux ans.
Aprés lesquelz furent empereurs aprés leur mort, Valerien et Galien .xv. ans.
En ce temps, fu Cyprian evesque de Cartage, homme de grant sainteté et de grant sens, qui escript escriptures de grant auctorités et contenans bons ensegnemens.
En ce tempz que Dece regnoit dessus dit, s'en fouirent en hermitage saint Pol qui est appellé le premier hermite, et saint Anthoine aussi, desquelz deux la conversacion fut monlt sainte et merveilleuze.
En ce tempz, soubz Dece, souffry martire saint Sixte, pappe de Romme, et saint Laurens, son archediacre, et saint Ypolite et toute sa gent.
Aprez ce Dece, tint l'empire de Romme Claude qui aprés lui regna deux ans.
Aprez lequel regna QuincilienRaynaud corrige en Quintilïen. ; et aprez lui, Aurele fu empereur, qui regna .v. ans et .v. mois, soubz leque[l] souffry martire saint Beguine de Dijon et maintz d'aultres martirs de diversses regions.
De ce Aurele, selon aucunes cronicques, est apellee la cité d'Orleans, laquelle avant que Aurele y venist, fu Jevalle nommee.
En ce temps, estoit le bon preudomme Zozimas, qui confortoit et aministroit souvent Marie l'Egipcienne.
Et dient aucuns que Zozimas 
[174d]
passa le fleuve Jourdain, pour aller ou desert ou estoit Marie Egipcienne, a piet secq sur son mantel qu'il estendi sur le dit fleuve.
Et fut celui qui le mist en terre a l'ayde d'un grant et horrible lyon qui la survint et fist la fosse a l'ayde du dit Zozimas, et mirent en terre icelle benoite femme.
Et ce fait, le dit lyon couvrit le corpz et la fosse a ses pattes, qui fut une chose miraculeuse.
Cestui Aurele destruisi monlt de Crestiens.
Ce fu cellui premier qui meist pierres en or, ne qui fist faire esmaulx ne aornemens de pierries.
Cil fist decoler sainte Coulombe et fist martirier saint Savinien et berser de sayettes, mais par la volenté de Dieu, l'une des sayettes retourna en l'oeul Aurele et lui entra dedens la chervelle, et incontinent fit decoler le benoit saint.
Mais devant qu'on le decolast, dist aulx tirans monlt doucement :
« Amis qui decoler me devez, voeuilliez prendre aprez ma mort du sang qui istera de moy, et en metez en la playe de l'oeul de vostre maistre, et je croy qu'il en garira ; et mon ame s'en yra a Dieu. »
Ainsi fut decolé saint Savinien.
Et Aurele fu gary par le sang de saint Savinien qui fu mis sir l'oeul de Aurele, du quel miracle il ne rendy oncquez graces a Dieu.

175

[175a]
Saint Germain fut l'un de ses gouverneurs, lequel haioit monlt les Crestiens, mais de puis fu filz de Jhesucrist.
Cil Germain estoit pour le dit empereur procureur par tout le pais de France, et fu natif d'Auserre.
Lors avoit a MadreRaynaud corrige en Amadre., ung evesque monlt preudhoms, establi par les Crestiens, pour mettre a mort, et qu'il faisoit mal, en luy disant qu'il ne savoit gueres qu'il faisoit et qu'en guerriant les Crestiens, il guerrioit soy meismes, et que aprez lui il seroit evesque d'Auserre, et bon crestien, et qu'encorez chasseroit les paiens comme il chassoit les Crestiens.
« Et saches que ce t'avendra incontinent que je seray trespassé de ce present monde », ce dist l'evesque a Germain.
Saint Germain estoit monlt grant clerc, et retint monlt en sa memore les paroles du bon evesque, et tant l'ayma Nostre Seigneur, qu'il fut evesque de MadresRaynaud corrige en d'Auserre. et bon crestien, incontinent aprés le trespas du bon evesque, ainsi qu'il lui avoit dit.
Et pour mieulx servir a Dieu, relenqui femme et enffans.
En ce tempz, fu saint Leu vivant qui estoit evesque de Troye et fut compagnon de saint Ger-
[175b]
main, comme plus a plain peu estre veu en leurs legendes.
Cestui empereur fist tant de maulx aulx Crestiens que trop longue chose seroit de tout cy raconter.
§ 45
Aprés cestui Aurele, tint l'empire Tacite qui regna .vi. mois.
Et aprés lui, regna Florien .lx. xxix. jours.
Aprés lequel regna Probes, qui tint l'empire .vi. ans et .iiii. mois.
En cellui tempz, fut ung herese en Perse qui fut de monlt grant engin, qui avoit nom Manés.
Il fut le conmencement ds Manicees, qui mettent deux dieux, ung bon et ung malvais.
Le bon fist toutes les choses non visibles, comme lez anglez et les ames humaines.
Le malvais dieu fist toutes les choses corporelles que on poeult veoir.
Et ainsi selon leur opponion, l'homme est composé de deux choses, dont l'une est bonne, de ce est l'ame, et l'autre est malvaise, et ce est le corpz.
§ 46
Aprés la mort Probe, tint l'empire Kares, qui fu de Nerbonne et rengna deux ans.
Aprés lequel regna Numerien, son filz, ou tempz du quel pluseurs souffrirent martire, entre lesquelz fu saint Cressant et sainte Daire, qui avoit esté vierge de Veste, la deesse, que saint Cressant converti.
§ 47
Aprez la mort Numerien, tint l'empire Dyoclecien qui fu
[175c]
le .xxxe. empereur, et rengna .xx. ans.
Il fist Maximien, son compagnon, lequel il envoya en Gaule qui orendroit est apellee France.
Et ot ce Maximien en son ost la Legion Thebee, ou il avoit .vim. .vic. .lxxi. chevaliers, desquelz saint Morice estoit l'un des prinches, lesquelx furent tous martiries du conmandement Maximien en ung lieu par deça les mons qui est appellés Agaune, pour le nom de Nostre Seigneur, lesquelx ne se deffendirent point, combien qu'ilz ne eussent bien le pouoir, par quoy ilz ne perdissent la couronne de martire.
En ce tempz, fu monlt grant persecucion en crestienté, et conmanda Dioclecien que toutes les eglises de par tout le monde fussent abatues, et que on ardist toutes les saintes Escriptures en quelque lieu qu'elles fussent trouveez.
Et n'espargnoit ne prestre, ne clercq, ne lay, ne noble, ne femme, ne enfant, puis que crestiens fussent, que on ne tourmentast et que on ne feist morir de divers tourmens.
Sy sembloit aulx mauvaiz que leur intencion estoit acomplye du nom Jhesucrist estaindre.
En cellui tempz, souffry martire saint Sebastien, qui estoit des premiers chevaliers Dyoclecien.
En ce tempz, furent Aglaos et Boniface qui depuis qui orent lonc temps mené orde vye et luxurieuse, Boniface souffry martire pour le nom de Jhesucrist, et Aglaye mena depuis monlt sainte vye.
Item sainte Juliane qui ot merveil-
[175d]
leuse victore de l'Ennemy.
Item saint Cosme et saint Damien.
Item sainte Blesue, sainte Anastaise, de laquelle on fait ramenbrance le jour de Noel, saint Grigoire Grisogone.
En ce tempz, fu converti saint Cyprian a la foy, non pas cellui de quy nous avons dist dessus, mais ung aultre qui fut ingromancien.
Et la maniere de sa conversion fu telle, car il ne peut oncquez envoier le deable a sainte Justine qui la peust vaincre ad ce qu'elle s'acordast a pechié, par la vertu de la croix de laquelle elle se garnissoit toutteffois que les deables venoient a elle et l'amonnestoient de peché.
Et lors quant Cyprian vey la vertu de la croix, il laissa tous les ars de l'Anemy, et se fist baptisier, et fut puis bon chrestien, et fut evesque de Sarragoce.
En ce tempz, fu martirié saint George, chevalier.
Item saint Quentin, qui estoit venu a Romme d'Amiens ; saint Crespin et sainte Crespine, qui vindrent avec lui et saint Quentin, depuis furent faiseur de sorlés en la cité de Soissons.
Illec soustindrent cruelzRaynaud corrige en cruel. martire pour le nom de Nostre Seigneur.
En ce temps, en Gastinois estoit saint Mathurin de Larchant.
Aprés ce que Dyoclecien ot aministré l'empire .xx. ans et avecques

176

[176a]
luy Maximien, tous deux se deposerent de la dignité imperial, et demoura Dioclecian a Nicomede, et Maximien a Milan.
Aprez, les Roumains virrent que la chose publicque n'estoit pas bien gouvernee, envoyerent par messages solempnelz a Dioclecien qu'il vousist prendre le gouvernement de l'empire.
Mais il ne s'i vault consentir, ains dit aulx messages :
« Se vous sçaviez, dist il, le grant delit que j'ay a translater et planter des choux d'un lieu en l'autre, vous ne me prieriez mie que je presisse l'empire, ou je n'eux oncquez jour d'aise. »
Et ainsi s'en retournerent les messages sans riens faire.
Cestui Dioclecien fut bastard.
En cellui tempz, fu saint Marchel pappe, qui fut monlt preudhomme.
En ce temps que saint Marcel fut pappe, se tint ung consille de Crestiens ou quel consille se trouverent bien .xxxm. Crestiens, entre lesquelx furent trouvés cent .iiiixx. evesquez, et la furent preschiés et remonstrés pluseurs articles prouffitables a la foy crestienne.
Aprés laquelle predicacion, pluseurs infidelles qui oyrent leur sermons, se convertirent, dont Dyoclecien ot monlt grant rage.
Et lors fist
[176b]
prendre saint Marcel et le fist decoler, dont pluseurs miracles vindrent, car le clergié de sainte Eglise conclud qu'ilRaynaud corrige en qu'ilz. ne metteroient point le preudhomme en terre jusques ad ce qu'il seroit apointié de Dieu qu'ilz en deveroient faire.
Et lors commirent les Crestiens .xii. prestres qui le garderent cincq jours.
Aprés lesquelz cincq jours fut ouye une voix que tous ouyrent qui dist en ceste maniere :
« Marcel, fay mettre ton corpz en sepulture, car tu es de Dieu aymé et es heureux par humilité que tu as monstré en ton martire ; par quoy tu seras couronné ou ciel avec les martirs. Et saches que je suis Pierre qui ce te anonche et te prie que tu faces mettre ton corps d'emprés le mien, car tu m'aras a compagnon. »
Et aprez ces parolles, firent les Crestiens leur devoir du corpz du benoit saint Marchel selon la revelacion qu'ilz eulrent.
En ce tempz, fu martirié saint Vinchent.
Finablement cestui Dyoclecien fut empoisonné et morut par venin.
§ 48
Aprez ce que Dyoclecien et Maximien se furent desposez, Galleres et Constances tindrent l'empire, Galleres es parties d'Orient, Constances es parties d'Occident.
Ce Constance fu monlt sage homs et preudhoms, selon ce que dit l'istore.
Constance vault une fois
[176c]
esprouver lesquelz estoient plus loyaulx de toutes ses gens.
Sy conmanda que ceulx qui venroient aulx sacrifices de ses ydolles et qui les aoureroient, fussent avecquez lui et demourassent en leurs dignités, et ceulx qui ne le vouldroient obeir a ce faire, c'en allaissent hors de son hostel et de son palaix, car on leur feroit grant grace, se on leur laissoit la vye.
Or advint que aucuns vouldrent acquerir la grace du roy et ne firent force de faire contre leur loy.
Aucuns en y ot qui orent plus chier perdre la grace du roy et estre mis hors de son palais que qu'ilz feyssent contre Dieu.
Et ceulx l'empereur retint avec soy, et les aultres comme flateurs et non loyaulx il mist hors de son conseil, et dist que ce ne pooit estre que ceulx fussent loyaulx au roy ou a homme qu'ilz n'estoient pas loyaulx a Dieu.
Et il ayma monlt et honnoura les amis de Dieu et les religieux.
En ce tempz, estoit Arrius qui mettoit que le filz de Dieu estoit mendre que le Pere, et estoit pur homme.
En ce tempz, dient aucuns, fu martirie saint Cristofle.
En Auvergne furent martirié saint Julien et Ferreole, chevaliers.
Ce Galleres qui fu empereur es parties
[176d]
d'Orient, fu monlt cruel aux Crestiens, car il estoit paien et ne regna que deux ans.
§ 49
Aprés Gallere, tint l'empire de Romme Constantin qui est appellé Grant, et regna .xxxiii. ans et dix mois.
Et Constantin ainssi qu'il se devoit combatre contre Macence, vit ou ciel le signe de la sainte croix, et oyst une voix qui lui dit :
« Constantin, veez cy le signe en quoy tu vaincras. »
Et tantost il fist mettre la croix en ses armes.
En ce temps, estoit pape de Romme saint Silvestre, et comme le dit empereur fu messel, et les phisiciens eussent consseillié qu'il fust baignié en sang d'enffans pour guerir, et ainsi comme les enfans fussent aportés, et Constantin fut descendu, quant il oy les meres des enffans qui plouroient pour ce que on volloiut tuer leurs enffans, sy fu Constantin meu de pitié, et dist :
« Rendés les enffans a leurs meres, et ne les tués pas. J'ay plus chier morir que vivre en pleurs de tant de gens. »
Et pour ce, la nuit ensuivant, saint Pierre et saint Pol lui apparurent, et lui dirent ainsi :
« Pour ce que tu n'as pas souffert que le sang innocent ait esté espandu et as eu ceste pitié, nous sommes envoiez de par Jhesucrist, quy te mande

177

[177a]
que tu faces venir Silvestre, l'evesque de Romme, qui est muchié en la montaigne de Suripte avecques ses clercs, et il te monstrera une piscine en laquelle, puis que tu seras lavé, tu aras parfaicte garison. »
Lors Constentin fist venir saint Silvestre et lui dist la vision.
Et saint Silvestre entendit tantost que ce vouloit dire.
Sy prescha a l'empereur de Jhesucrist et l'informa de nostre foy et puis le baptisa, et tantost il fu gary de sa meselerie parfaitement.
Adont a l'exemple de l'empereur, tous les senateurs et la plus grant partie de Romme furent convertis a la foy.
Et lors fonda Constentin a Romme le moustier de Saint Sauveur, est a sçavoir de Jhesucrist, et ordonna que ce fust le chief de toutes les eglises du monde.
Et ordonna que l'engle peuist tenir ce que on lui donneroit, et lui meismes donna par diversses parties du monde grans possessions aulx serviteurs de Jhesucrist.
Et comme Helaine, la mere a l'empereur, qui estoit de Judee, et s'estoit tournee a la loy des Juifz, oy dire que son filz avoit deguerpy les ydoles, si en eult monlt grant joye.
Et pour ce qu'il s'estoit converti au
[177b]
Crucifié, ne fu pas lye ne joyeuse.
Et pour ce elle lui escript qu'il feroit que sage se il se convertisoit a la loy des Juifs.
Adont Constantin escript a sa mere qu'elle luy envoiast une douzaine ou plus des Juifs des meilleurs clercs et des plus parffais en leur loy, et il esliroit .xii. Crestiens, et ilz disputeroient ensenble devant eulx, et la mere et le filz s'acorderoient a la loy de ceulx qui avroient vittore.
Et ainsi fu fait ; et commanda a saint Silvestre qu'il respondist pour les Crestiens.
Nul Juifs ne lui pooit contrester.
Adont les .xxi. Juifz et les aultres qui estoient a Romme, se firent baptisier avecquez la mere Constentin, qui fu monlt sainte femme.
Laquelle, puis qu'elle fu baptisie, ala en Jherusalem et fist tant qu'elle trouva la sainte Croix ou Jhesucrist avoit esté mis.
Adont Constantin fist l'eglise de Romme principal et le chief de toutes les eglises du monde.
Et pour reverence de l'eglise de Romme, il laissa la cité de Romme au pappe et a ses suscesseurs.
Et se transporta a Bisente qu'il apella Roumenie, qui vault autant comme Romme menue, mais orendroit on l'appelle Constentinoble, qui vault autant comme la cité Constentin ; et la translata toutes les dignités de Rome.
[177c]
§ 50
En ce temps, en la presence Constentin, fut assemblé le senne ou il y ot .iiix. et .xviii. Peres.
Et en ce senne fut comdedenpné Arrien, le herite, du quel nous avons dessus parlé.
Et ordonnerent les Peres comment on devoit vivre et des choses de nostre foy.
En une cité nommee AniceRaynaud corrige en Nicee., du pays de Bithinie, ot ung philozophe qui parloit contre nostre foy, et nul des nostres ne le pooit vaincre par parolles ne par argumens.
Lors ung sinple home et ydiot se va armer de foy contre le philozophe, et lui dist en telle maniere :
« Ou nom de Jhesucrist, philozophe, entens ce que je te voeul dire. Dieu si crea toutes chosez et envoya son Filz au monde, qui nasqui de la Vierge, et par sa mort il nous racheta et rescucita, le tiers jour, et vendra a la fin jugier toutes gens. Philozophe, ce dist le sinple homme, crois tu qu'il soit ainsi ? »
Adont le philozophe fut aussi muet que s'il n'eust oncquez en sa vye parlé, et ne peust dire aultre chose fors qu'il creoit qu'il estoit ainsi.
Lors dist le preudhoms :
« Si tu crois qu'il soit ainsi, lieve toy, et me sieu, et prengs le sinacle de ceste foy. »
Adont le philozophe dist a ses diciples et aulx aultres qui estoient avec lui assemblez pour oyr la disputacion :
« Entendez moy, seigneurs ; tant comme on
[177d]
a eu parolles encontre moy, j'ay eu parolles encontre parolles, et par parolles j'ay vaincu. Mais quant pour parolles, vertu est issue et venue par la bouce du disant, parolles n'ont peu arrester ne resister a vertu, car homme ne peut contrester a Dieu. Et quicuncques poeult sentir ce que j'ay sentu, il convient qu'il croye en Jhesucrist. »
En ceste maniere fut le philozophe faitCe mot est doublé dans le ms. crestien, et joieux de ce qu'il avoit eté vaincu par telle maniere.
En cellui consille aucuns philozophes […]Lacune du ms. contre Alixandre, evesque de Constentinoble.
Du conmandement a l'empereur, il s'acorda, combien qu'il fust ung sinple homme, il conmanda que nul ne parlast fors que ung, auquel il dist :
« Ou nom de Nostre Seigneur Jhesucrist , je te conmande que tu ne parles » ; et tantost cellui perdi la parole.
Au grant consille de Nichee furent Anastaise d'Alixandre, qui fut homme de grant foy et de grans biens ; et ParfiniceRaynaud corrige en Paphnuce., de qui parle la Vye des Peres, lequel ParfiniceRaynaud corrige en Paphnuce., ne faisoit pas moins de vertus, se dit Ruffin, que faisoient les Apostres quant ilz vivoient.
Et si y fut Spiridium, evesque de Cypre, qui gardoit les brebis tout estant

178

[178a]
evesque.
Sy advint que larrons entrerent au parc pour enbler aucuns moitons.
Et ainsi comme tendusRaynaud corrige en avoient tendus. les mains pour ouvrir l'huis, ilz furent tantost loyés d'un lyen non visible, ainsi comme se on les vaulsist mener aulx tourmens.
Et quant le preudoms se fust levé au matin pour mener ses bestes paistre, il trouva les larrons qui pendoient sans humains lyens.
Et comme ilz eulrent congnut leurs coulpes, il les absoult de sa parolle, lesquelz il avoit lyez par ses merites.
Et leur conmanda qu'ilz preissent .vii. moutons, pour ce qu'il ne semblast qu'ilz fussent venus pour neant.
Cest evesque avoit une fille vierge qui le servoit, et avoit nom Hirene, laquelle morust puis qu'elle l'ot servi lonc tempz.
Or advint que aprés la mort de la ditte fille, ung homme vint qui lui demanda ung depost que on ne pooit trouver, il s'en alla au sepulcre de sa fille, et l'apella par son nom :
« Pere, dist la fille, que voeulx tu ? ― Ou as tu, dist il, mis le depost de cest homme ? ― Je l'ay mis, dist
[178b]
la fille, en tel lieu. »
Adont il retourna a l'ostel et trouva le depost la ou la fille lui avoit dit, et le rendi a cellui a qui il estoit.
En c ellui consille fu ordonné le Credo que on chante en la messe.
En ce tempz fut saint Nicolas, lequel, selon ce que dient aucuns, fut au concille de Nichee, et estoit tout ancien.
En ce tempz, fut saint YvulcreRaynaud corrige en Evurce. d'Orleans, qui fu evesque de la dite cité et fist le moustier de Sainte Croix : car la dedicacion fut celebree le jour de l'Invencion sainte Croix, et fu la ditte eglise tout parfaite en trois ans.
En ce tempz, la mere de l'empereur, nommee Helaine, ala en Jherusalem, et trouva la croix ou Jhesucrist avoit esté mis, de laquelle troeuve sainte Eglise fait feste.
§ 51
Aprés la mort Constantin, tint l'empire Constance, son filz, et tint son palaix a Constantinoble, qui regna par l'espace de .xxiiii. ans.
Ce Constance se converti a l'erreur Arrie, qui mist le Filz de Dieu mendre du Pere.
En ce temps, fu Anastaise, avecque d'Alixandre, qui fut au consille de Nichee, si comme dist est.
Mais lors il n'estoit pas evesque.
Il fist contre les Arriens « Quicunque vult salvus esse », etc.
Constance lui donna monlt a souffrir, pour ce qu'il ne se voul-
[178c]
loit consentir aulx Arriens.
Il avint une fois que les Arriens subornierent une femme contre lui, qui acusa le dit Anastaise devant l'empereur.
Car, si comme elle disoit, elle l'eust une nuit receu en son hostel, la ou elle ne pensoit a nul mal, il lui avoit vollu faire force et violence.
Et ainsi comme la femme se plaignoit en jugement, Anastaise fist signe a Thimotee, son prestre, qu'il lui respondist pour luy.
Et lors Thimotee lui dist :
« Certes, femme, tu m'as bien receu en ta maison, mais ou fusse, ny a quelle heure je te fis cette violence. »
Adont celle femme dist fierement et sans honte, ainsi comme telles femmes ont acoustume :
« Voirement me fis tu ta volenté et me vyolas ma chasteté » ; car elle cuidoit que ce fust Anaistaise qu'elle n'avoit oncques mais veu.
Et furent confondus et la malvaise femme et les malvais envyeux qui l'avoient subornee.
En cellui tempz, estoit pappe de Romme Libere, qui fut envoyé en exil, pour ce premierement qu'il ne se voulloit acorder aulx Arriens.
Mais quant il se vit en exil, il fu monlt esbahy, et monlt luy despleut.
Et pour ce qu'il fu rappelé, il se converti aulx Arriens.
En ce temps, avoit en l'Eglise grant persecucion des Arriens contre les catholicques, dont pluseurs des catholicques furent martiriés.
[178d]
En ce temps, fu Julien appellé Cezar, soubz lequel fu fait chevalier saint Martin. En ce tempz, Victorian enseigna rhetoricque a Romme, et Donnet fu maistre de grammaire.
Ce fu cellui Donnet que les enffans aprennent premier a l'escolle.
En ce temps, flourirent les saintz Peres, saint Pol le sinple, saint AnthoineRaynaud n'édite pas ce nom
tout en signalant sa présence dans le ms.
qui laissa sa femme pour ce qu'il la trouva en advoultrie et s'en alla a saint Anthoine, les deux Machaires, saint Ylarion et saint Ylaire qui fut evesque de Poitiers.
§ 52
Aprés la mort Constance, fut empereur Julian Apostat, qui premier fu crestien, et puis regnya a la foy et fist monlt grant persecucion aulx Crestiens.
En ce temps, fu saint Gregoire a Ravenes, qui [fu] monlt dilligent des sainttes Escriptures exposer.
En ce temps, fu martirié saint Jehan, saint Pol, saint Quiriasque qui premier fut appellé Judas, et fu cellui qui enseigna a Helaine, la mere Constentin, la croix Nostre Seigneur.
Aprés ce qu Julian ot regné .vii. ans et ung peu plus, il fut ochis en la bataille qu'il avoit contre ceulx de Perse en telle maniere.
Basille qui est appellé Grant, evesque de Capadoce, vit une telle vision qu'il luy sembloit que la Royne

179

[179a]
du ciel seoit en siege royal, et monlt grant compagnie a dextre et a senestre, et dit a ceulx qui estoient entour lui :
« Qui me porra vengier de ce malvais Julien qui fait tant de maulx contre mon Filz et mes sergans ? »
Si lui fut dist que Mercure qui estoit ung chevalier crestien, qui avoit esté tué pour le nom Nostre Seigneur et estoit enterré en ung moustier, en vendroit monlt bien a chief.
Si commanda la dame que l'en lui alast dire qu'il se appareillast et qu'il preyst ses armes et ce que il seroit mestier, et qu'il s'en allast conbatre contre Julien.
Et ainsi comme Basille fust esveillié, il s'en alla tantost au sepulcre de Mercure, le chevalier, et ne vyt point sa baniere ne sa lance ne les aultres signes de chevalerie qui estoient sur sa tombe.
Si fist venir le mareglier qui gardoit l'eglise et lui demanda que estoient devenues les armes qu'encores esoir estoient sur la tombe Mercure.
Si print le mareglier a afermer qu'ellez estoient en leur place a l'heure qu'il ferma au soir l'eglise.
Et lors pensa l'evesque que sa vision estoit vraye.
Et quant vint au lendemain, Basille vint au moistier et vit la lance Mercure pendant comme de-
[179b]
vant, et estoit toute ensenglentee.
Et assez tost aprez, nouvelles vindrent que ainsi comme Julien estoit a la bataille, ung chevalier non congneu vint armé sur ung beau cheval, qui fery de sa lance l'empereur ou pis, et l'abati du cheval, et ainsi morust.
Hugues de Flory raconte que comme il moroit et vey son sang qui estoit issu de son pis, il prenoit son sang et le jettoit vers le ciel en disant telles parolles :
« Tu m'as vaincu ! »
Et en ce disant, rendi son ame dampnee.
Nul ne porroit penserMs. pensoit. la grant joye que on faisoit par tout le monde de sa mort.
En ce tempz, fut Ilarion, homme de grant sainte vye et de grant vertu, que comme il eust vescu .iiiixx. ans, et il senti sa fin, et vit qu'il avoit ung peu de doulleur de la mort, lors il prist a dire a son ame :
« Dame, dist il, aydes toy, et ys du corps seurement, et n'ayez point de paour. Tu as esté au service de Jhesucrist .lxx. ans, et tu as paour de morir, et doubtes la mort ! »
Et en disant ces parolles, il rendy sa sainte ame.
§ 53
Aprez la mort Julien, tint l'empire JournienRaynaud corrige en Jovïen., mais il ne rengna que .viii. mois, et fut monlt bon crestien, car comme Julien eust fait conmandement que quicunquez ne lui obeiroit en son ydolatrie, qu'il fust privé de chevalerie, il eult plus chier
[179c]
de perdre la dignité de chevalerie que obeir aulx conmandemens de l'empereur.
Sy advint, ainsi comme il pleust a Dieu, aprés la mort de Julien, le malvais empereur.
Il fut esleu a empereur, mais il dist adont :
« Je suis crestien, ne pour rien ne vouldroie avoir seignourie sus gens mescreans. »
Si crierent lors :
« Sire, ne laisse pas pour ce que nous ne sommes crestiens, car nous nous repentons de ce que nous avons obey a Julien. »
Jovien establi que quicunquez violeroit vierge qui fut sacree a Dieu et qui la regarderoit de regard corrumpu, qu'il fust decapité.
Grant doumage fut, quant il morut si tost.
§ 54
Aprés la mort JournienRaynaud corrige en Jovïen., regna Valentinien, au quel Julien l'Apostat, quant il vivoit, osta le ordre de chevalerie.
Ce ValentinRaynaud corrige en Valentinïen. rengna .xi. ans et fist son frere qui avoit nom Valent regner avec luy.
Ou tempz de ce Valentinien, les Gaulles qui ores sont apellés Franchois, vindrent demourer en France.
Et fu leur habitacion premier entour le Rin, mais ilz se dilatoient petit a petit, tant que leur seignourie s'estendu jusques aulx montaignes de Pirné.
En cellui temps, gouvernoit l'Eglise de Romme Damase, lequel accusoient deux diacres de crisme d'avoultrie, mais il se purga par devant .xliiii. evesques, et furent les accusans condempnés.
[179d]
Ce Damase ordonna que l'en deist en la fin de chascune psealme : « Gloria Patri. »
En ce tempz, maint preudhomme [fu], especialment Didime d'Alixandre, qui perdi la veue avant ce qu'il eult cincq ans.
Mais il fut par dedens tellement enluminé qu'il ne estoit Escripture divine qu'il ne sceust.
Et de geometrie que on ne peult entendre sans veoir, d'arimesticque et de philozophie respondoit il si bien que nul philosophe ne peust mieulx respondre.
Saint Jherome et pluseurs aultres furent ses diciples.
En ce temps, furent les sains Peres desquelz l'en apelle le Vye des Peres.
En ce temps, fu le grant Basille, evesque de Capadoce.
Illec escript la rigle que tiennent les moysnes de Grece.
En son temps, ung juif vit entre ses mains quant il levoit le corpz Jhesucrist ung enffant, pour laquelle chose il se fist baptisier, et sa femme et ses enffans.
Ce Basille delivra ung homme des mains de l'Ennemy, car il s'estoit rendu et avoit fait honmage au deable.
Et maintes aultres merveilles
 fist pour luy. Et en ce temps, fu saint Gregoire evesque de Sens en Bourgongne, qui fu frere a saint Basille devant

180

[180a]
nommé.
Ce Grigoire fist maintes escriptures prouffitables a l'Eglise.
En ce temps, fut ung aultre saintSaint est rayé dans le ms. Gregoire NazezemieRaynaud corrige en Nazianzene., homme saint et de parfont engin, qui monlt exposa la sainte Escripture.
En ce tempz, fu saint Ambroise evesque de Millan, qui mont enlumina sainte Eglise.
Item saint Augustin, qui fu de si grant entendement et de si grant engin que tous ceulx qui devant lui avoient esté il surmonta, et fist tant d'escriptures que un homme aroit assez a faire du lire toute sa vye, quant il ne feroit jamaiz que lire.
Item saint Jherome, qui fu prestre et cardinal de Romme, qui sceut si parffaittement trois langues, l'ebrieu, le grec, le latin.
Les clers l'en chasserent, pour ce qu'il escrivoit, parloit et preschoit contre leur vye qui n'estoit pas si honneste comme mestier fust, et ilz ne peurent souffrir qu'il les reprist.
En ce tempz, saint Ambroise de Millan establi que l'en deist le service de l'eglise a note en chantant, car devant, en Ytalie et en Gaulle, qui maintenant est apellee France, et en toutez les eglises de France et d'Occident, on le disoit sans chanter.
§ 55
En cel tamps, saint Martin vicoit qui gentillesse relenqui.
[180b]
Saint Martin estoit jeune enffant, et avoit pere et mere, et estoient lors paiens a Tours.
Mais le pere et la mere de saint Martin estoient crestiens non baptisiez, et creoient en Dieu.
Entre eulx deux a leur filz souvent comptoient comment du tout se forvoioient quant ne creoient en Nostre Seigneur, pour quoy saint Martin estoit tout esbahy et escoutoit volentiers sa mere, quant elle en parloit.
Nous en traiterons ung petit en ryme :
 
22225   En ce tempz s'esmut en la terre
22226   De Tours etre les paiens guerre.
22227   Le sire de Tours fist crïer
22228   Nul ne laissa sans detrïer,
22229   Viel ne jone ny demourast,
22230   Que ses armes monstrer n'alast,
22231   Car la ville estoit assegie.
22232   Pour vray je le vous certeffie.
22233   Ainsi fust, ou champ en allerent
22234   Et par acord trestout passerent.
22235   Martin, pour son pere et sa mere
22236   (Bourgoiz furent de petit aireMs. estat.),
22237   Martin s'en alla a la porte,
22238   Ne point d'armures il n'y porte.
22239   Droit la s'estoit ung povre homs mis
22240   Trestout nutz, sans nesun abit,
22241   N'ot ne robe, ne chaussement,
22242   Et disoit a tous haultement.
22243   « Pour l'amour de Dieu Jhesucrist
22244   Qui char et sang en Vierge prist,
22245   Qui en ce siecle vault venir
22246   Pour nous et la mort soustenir,
22247   Que Judas aulx Juïfs vendi
[180c]
22248   Qui pour le couroux se pendi,
22249   Pour l'amour de cellui que nomme,
22250   Voeulliés bien faire a ce povre home
22251   Aucun petit recouvrement ! »
22252   Le povre plouroit durement :
22253   Devant Martin endroit luy vint.
22254   Lors des paroles lui souvint
22255   Qu'il ot ouÿ dire a sa mere.
22256   Lors ot pitié au cœur amere.
22257   Pitié en ot si grandement
22258   Qu'il print a plourer durement
22259   De ce povre qu'ainsi crioit
22260   Et qui durement se plaignoit.
22261   Dist : « Povres, qui cellui Dieu aymes
22262   Et de qui le nom tu reclaimes
22263   Qui pour nous a tourment morut
22264   Et que voir fu bien y parut,
22265   Pour luy mes biens je partiray,
22266   Et puis mon chemin m'en iray. »
22267   Lors prinst de cœur par grant pitié
22268   De son bon manteau la moitié
22269   Et lui donna sans nul respit,
22270   En pensant : « Ce povre voir dist,
22271   C'est la parole dont mon pere
22272   Parole souvent et ma mere. »
22273   Tout a pié estoit en ce point
22274   Ne crestïenté n'avoit point.
22275   Ainsi la journee se tint,
22276   Et Martin a l'hostel revint.
22277   Sy com le vray escript le dit,
22278   Martin le soir en dormant vit
22279   Dieu qui en son trosne sëoit,
22280   Et trestout proprement vëoit
22281   Que Dieu proprement vestu ot
22282   Le mantel que donné lui ot,
22283   Et disoit Dieu communement
22284   Aulx Apostres monlt liement :
[180d]
22285   « Avez vous tous Martin veü
22286   Qui de moy a pitié eü ?
22287   A moy s'est de bon cœur donné :
22288   Vëez que il m'a presenté. »
22289   Ainsi Dieu du don se looit.
22290   Martin en dormant le vëoit.
22291   Tantost se fist crestïenner,
22292   En la foy de Dieu ordonner.
22293   Pour ce, se bien cler y vëoient,
22294   Perez et meres quel<que> qui soient,
22295   Devant leursRaynaud supprime ce mot. enffans ne dient mie
22296   OultrageRaynaud corrige en oultrages., orgoeul ne folie,
22297   Mais toute bonne demonstrance
22298   Et trestoute bonne ordonnance :
22299   Et bonne auctorité retraire
22300   Doivent devant leurs enffans faire.
22301   Et s'il parle d'esbatement
22302   Ou d'aucun fol contenement,
22303   Et il voit ses enffans venir,
22304   De folie se doit tenir,
22305   Non pas parler de vitupere,
22306   Car maint enffant traient au pere,
22307   Pensent : « Mon pere ce disoit.
22308   Par ensïent il le faisoit,
22309   Car pour riens il ne [me] deïst,
22310   Si ne l'eust on ne le feïst.
22311   Et quant a mon pere pot plaire,
22312   Je ne mesprens mie du faire. »
22313   Car tost ont enffans en eulx prins
22314   Ce qu'ilz ont a leur pere aprins.
22315   Saint Martin tresbien le retint
22316   Le bien que de son pere tint.
22317   Bien lui pleust et bien lui deust plaire :
22318   Ainsi doivent bons enffans faire.
     
22319   L'enffant se mist a bons atourz,
22320   Puis fust il evesque de Tourz.
22321   Mais il avoit une maniere