Le Contrefait de Regnart

Édition critique de la rédaction longue (ms. B1 et B2)

201

[201a]
de malvaise amour.
Si vint, conme le clerc eult melodieuse voix et fust diacre, l'empereur lui manda qu'il se revestit pour chanter l'Euvangille, car il l'oioit volentiers chanter.
Cellui ne se sentoit pas en point, et n'en vault rien faire pour l'empereur.
Et l'empereur le contraignoit pour veoir sa conscience, mais il ne vouloit obeyr.
A la parfin, l'empereur lui demanda, ou qu'il chantast l'Euvangille, ou qu'il s'en allast hors de sa court.
Et aprés ces choses, il trousa ses besongnes et s'en va.
Et l'empereur envoya aprez, mais quant il fust devant lui, en souriant lui dit :
« Tu as fait que preudomme, et j'ay grant joye de ta bonté, et pour ce que tu as plus doubté la paour de Dieu que laissier ton pays et a moy obeir, je voeul que tu ayes la premiere eveschié qui escherra en l'empire, mais que tu soies doresenavant preudomme et chaste. »
Il avint a une Pentecouste que l'empereur faisoit sa feste a Maience ; et ainsi comme on appareilloit au mostier le siege a l'empereur et a ceulx qui devoient seoir avec lui, et grans contens va mouvoir entre les gens de l'archevesque et les gens de l'abbé de Foulde, lequel serroit a la destre part de l'empereur.
Aprés les paroles et les contens vint la
[201b]
bataille : le sang couroit par le moustier.
Mais tantost l'empereur fist l'evesque venir et reconsillier le moustier, et chanta on la messe a haulte voix.
Or advint ainsi comme les deux vers de la sequence futRaynaud corrige en furent. chanté : « Hunc diem gloriosum fecisty », une voix fut ouye de hault qui dist : « Hunc diem bellicosum ego feci », sique tous eulrent grant paour.
Mais sçavoit bienRaynaud corrigee en sçavoit bien l'empereur. que ce fust diable, et dist :
« Tu, malvaix, as fait ce jour batailleux ; mais nous, se Dieu plaist qui le fist glorieux, le ferons aulx povres gracieux ».
Si conmanda que on rechantast la sequence, et chascun battoit son pis, et plouroient chauldement.
La messe chantee, l'empereur fit assembler les povres, et leur fist donner toute la viande qui estoit appareillie pour lui et pour sa gent.
Il advint ou tempz de son pere Conrrat, que ce Henry estoit encore enffant et jeune.
Ainsi, comme il se jouoit avecques ung clerjon qui avoit ung flajoeul d'argent, si lui promist qu'il lui douroit une eveschié, quant il seroit empereur mais qu'il lui donnast ce flajoeul.
Et quant il fut empereur, lui demanda ce qu'il lui avoit promis, et l'empereur lui acomplist tantost.
Mais assez tost aprés une maladie prinst a l'empereur, et fut par trois jours qu'il ne parloit ne ne mengoit.
Et ces trois jours les evesquez
[201c]
firent crier la jeune pour l'ame de l'empereur, que Jhesucrist lui voulsist donner santé, s'il pleut a Dieu qu'il fu gary de celle maladie.
Et lors il manda l'evesque a qui il avoit donne l'eveschié pour le flagoeul, et le demist, car il dist que tous les trois jours qu'il avoit esté si grevé, que les Ennemis luy coulerent par my le flagoeul en la bouche dedens le corpz metail ardant et boullant.
Mais ung bel jeune homme aporta ung calice d'or plain d'eau fresche par vertu de laquelle les ardures furent estaintes.
C'estoit saint Laurens, l'eglise du quel il avoit refaite, et y avoit donné ung calice d'or.
§ 114
En l'an tiers de l'empire Henry, Edouart regnoit en Engleterre, du quel dit Guillaume Historiographe, car, le jour de Pasques, ainsi comme il estoit a la table avecques ses barons, la ou les aultres entendoient a mengier, il retira sa pensee des choses terriennes, et conmença a penser a la bonté de Dieu.
Et adonc soudainement il jetta ung ris de sa bouce.
Aprés disner, trois grans hommes, qui avoient mengié delez lui, lui demanderent quelle chose il avoit pensee et pour quelle chose il avoit ris :
« Certes, fist il, je le vous diray. Il y a en la montaigne Celion Sept Dormans, lesquelz ont dormy sur le destre costé .iic. ans ;
[201d]
mais a l'heure que vous me veistes rire, je les vys tourner sur le senestre costé, et ainsi gerront .lxxiiii. ans ; et tant comme ilz gerront, monlt de maulx avendront en terre ».
Et leur dist la maniere de la Passion d'eulx et leur condicion, aussi bien que s'il eust esté tousjours avecquez eulx.
Adonc ces trois grans hommes, dont il avoit ung conte, ung evesque et ung abbé, envoierent ung homme a Elphese, la ou sont les .vii. Dormans, pour sçavoir se il estoit ainsi, et trouverrent pour certain qu'il estoit ainsi et que les Gregois jurerent que a la venue des Anglois, ilz estoient tournez d'un costé sur l'autre.
§ 115
L'an .vie. de l'empire Henry, ung clerc qui avoit nom Benedic, fut pappe par simonie.
Et, comme il fut ydiot et sans lettres, il fist sacrer ung aultre pappe avecques lui, qui fu appellé Sevestre.
Et comme il despleut a pluseurz, ilz vont faire le tiers pappe, qui avoit nom Gregore ; et ainsi ot trois pappes de Romme ensenble.
Ce Benedic qui estoit par symonie, fu nepveu a ung aultre Benedic qui avoit esté pappe ung pou<r> devant, du quel raconte Pierre Damascene, que depuis qu'il fut mort, l'evesque de Pardelle vyt qu'il se seoit sur ung grant cheval noir :
« Haro ! fist l'evesque, n'ez se tu pas pappe Bene-

202

[202a]
dic qui es mors ? ― Ouÿl, dist l'autre, je suis cellui, mal est. ― Et comment t'est il ce ? dist l'evesque.
Certes, dit le pappe, je suis griefment tourmenté, mais je ne desespere mie, se on me voeult aidier. Et pour ce, je te prie que tu t'en ailles a mon nepveu qui occupe orendroit le siege de Romme, et que tu lui dies de par [moy] que l'argent qu'il trouvera en tel lieu, qu'il le donne aulx povres pour l'amour de moy. Car cellui que on a donné pour moy ne m'a rien prouffité, pour ce qu'il estoit de rapine et de torfais ».
Si s'en alla tantost l'evesque a Romme, et dist au pape Jehan ceste chose, et en l'heure il laissa son eveschié et entra en religion.
Ce Benedic fu nepveu l'autre Benedic qui fu pappe par symonie, lequel aussi, puis qu'il fut mort, aparut a ung homme qui avoit nom Atise en celle semblance delez un molin : ses oreilles et sa queue estoient d'asne, son millieu sembloit estre d'ours.
Et quant NatiseRaynaud corrige en Atise. veyt ce monstre, il s'en conmença a fouyr.
Mais cellui commença a crïer et a dire :
« Homme, n'aies pas de paour, car je suis homme comme toy, mais pour ce que je suis vestu comme beste, aprés ma mort j'ay desservi sanblance de beste ».
Adonc l'homme lui demanda de quoi il avoit desservi.
Il respondi :
« Je suis, dist [il], cellui
[202b]
qui des benois fons n'ay eu que le nom, qui ay nouvellement le siege de Romme occupé. ― Et quelle retribucion, ce dit l'autre, en as tu ? ― Certes, dist il, il me convient aller et estre traynés par lieux de souffre puans et tous boullans jusquez au jour du Jugement, et aprés le Jugement, en corps et en ame, sans nulle redempcion et sans nulle esperance, je seray jetté aulx tourmens d'enfer, sans jamais issir ! »
Et ce dist, il se desaparut.
Ha ! a ! il lui eust mieux vallu qu'il n'eust oncques esté pappe !
§ 116
En ce temps, dist Guillame Historiographe, avoit en Engleterre une femme de grans malefice[s] plaine.
Or advint ung jour, ainsi comme elle estoit a la table, que une corneille qu'elle avoit conmença a crier plus hault qu'elle n'avoit acoustumé, et tantost le coustel lui chey de la main et le visage devint palle.
Et lors elle conmença a gemir et a dire en telle maniere :
« Aujourd'huy est venue ma charue a la derraine roye ! »
Et ainsi conme elle disoit ces paroles, on lui aporta nouvelles que ung sien filz esoit mort soudainement.
Et de la grant dolleur qu'elle eust, elle acoucha malade.
Lors elle fit ung sien filz venir, qui estoit moisne, et sa fille, qui estoit nonnain, et leur va compter de
[202c]
quelle vye elle avoit esté ; et lors leur dist :
« Quant je seray morte, metés mon corps en ung cuir de cerf et puis en une huche de pierre bien forte, et la lyés de trois bendes de fer et de trois chaines, le plus fort que on porra faire et me veilliés au moutier par trois nuitz, et faites pour moy dire messes et saultiers et oroisons. Se vous me poez ainsi par trois nuitz garder, le quart jour vous me meterez en terre, ja soit ce que j'ay grant paour que la terre ne me voeulle recevoir pour mes malefices ».
Tout ce qu'elle conmanda fut fait, mais rien n'y vallu, car ainsi comme les clercz disoient le Psaultier au mouster entour le corps, les deux premieres nuitz, les Ennemis briserent les portes du moustier et rompirent les trois chaines dont le cercus estoit lié, si non celle du millieu.
La tierce nuit, a heure que les cocqs chantent, les deables y vindrent a grant multitude.
Lors l'un qui estoit le plus horrible de tous, vint a la porte du moustier et en fist voler les pieces ça et la, et vint tout droit au cercus et l'appella par son nom, qu'elle se levast.
Mais la morte respondy qu'elle ne pouoit pour les liens ; et le deable lui dist :
« Tu seras tantost desliee a ton grant doeul ».
Adont il rompi la chaine, qui monlt estoit forte, et bouta le couvecle du sarcus du piet hors d'une part, et prist la femme de-
[202d]
vant tous et la tira hors du moustier, et la mist sur ung grant cheval noir, et en l'heure celle fut soustraite de la veue des gens.
Et n'est pas doubte qu'elle fust portee en corpz et en ame es tourmens d'enfer.
En ce temps, fu saint Thibault l'Hermite, qui ne fu pas des moindres de France.
§ 117
Guillame Historiographe dist que en cellui temps, en la voye de Romme, il avoit deux vieilles demourans en une petite maison, lesquelles estoient de si grant malefice qu'il venoit ung homme a estre herbregié, elleRaynaud corrige en elles. lui donnoient a boire ne sçay quel bruvage, lequel, quant ilz l'avoient beu, estoit mué en cheval, ou en asne, ou en porc.
En ce temps,advint a Romme une grant merveille, car comme ung noble homme de grant lignage eust espousee une femme, et eust fait ung grant mengier, aprez disner, il et ses compagnons allerent en ung champ pour jouer.
Et pour ce qu'il ne perdist son anel, il le mist secrettement au doy d'une statue qui estoit appellee Venus qui estoit delez eulx.
Le jeu finé, le jeune homme vault prendre son anel du doy de l'ymage, mais il trouva le doy de l'ymage tout courbe jusques au creux de la pamme, et tempta moult conment il le peust avoir, mais rien ne luy vally.
Ainsi se departi, sans rien de ce dire a ses

203

[203a]
compagnons.
La nuit ensuiant, que toutes gens estoient couchiez, il prinst ung sergent, et vint a l'ymage pour avoir son anel et pour casser le doy de l'ymage, se mestier fust, mais il trouva le doy de l'ymage comme devant et son anel osté sans dommage.
Il dissimula et retourna a l'hostel, mais quant il fut entré ou lit avecquez sa femme, il senty entre eulx deulx ne sçay quelle chose esponse, siqu'il ne peut celle nuit couchier avec sa femme n'atouchier a celle.
Et ouy une voix qui lui dist :
« Avecques moy tu dois couchier, car aujourd'huy tu m'as espousee, car je suis Venus a qui tu as mis ton anel au doy, lequel je ne te renderay jamaiz ».
Adont ilz furent tous espoeue[n]tés, et bien sentoient ce fantomme et oyoient, mais ilz ne le pouoient veoir.
Et ainsi leur advint par pluseurs fois, que quant il voulloit aller a sa femme, ceste chose se metoit entre eulx deux.
Finablement pour les querelles de sa femme, il dist ceste chose a ses amis, et s'en vont au prestre qui avoit nom Palumbe, lequel estoit maistre d'ingromance le plus grant que on sceut.
Si fist une epitre et le bailla au jeune home, et lui dist :
« Tu t'en iras a tel heure de nuit a tel quarefour ou quatre chemins s'assemblent, et en estant, considere ce que tu verras, car devant toy
[203b]
passeront toutes manieres de gens et a piet et a cheval. Quelque chose qu'ilz te dient, gardes que tu ne parles ; a la fin de ceste tourbe, tu trouveras ung qui sera greigneur que nulz que tu ayes veu, lequel sera en un chariot, et a chelui tu donneras mon epitre, sans rien dire, et tantost tu avras ce que tu demandes ».
Ainsi advint comme il dist.
Entre les aultres il veyt une femme de niche contenance sur une mulle.
Elle avoit les cheveulx espandus sus ses espaulles, sa robe estoit si deliee qu'on veoit sa char nue et gietz non chastes.
Aprés il en vint ung grant et mont horrible qui seoit en ung chariot, ainsi comme le prestre lui avoit dit, lequel demanda au jeune homme qu'il queroit.
Si pensa que c'estoit le maistre ; si lui bailla sans mot dire ; et l'Ennemy congnut le seel et lit la lettre, et puis leva les bras au ciel, en disant ces parolles :
« Dieu tout puissant, quant feras tu vengance du malvais prestre Palumbe ? »
Et tantost il envoia ses sattellites pour aporter l'anel, et Venus lui respondit, combien qu'il lui despleust.
Et le jeune homme retourna a sa femme, ne oncques puis ne vit celle islusion.
Mais quant Palumbe ouy ce que le deable avoit dit de lui, il pensa qu'il estoit prez de sa fin ; si se va confesser devant le poeuple de Romme 
[203c]
des grans malefices qu'il avoit fais, et se fist despechier piece a piece, et ainsi morust.
§ 118
Aprés la mort Henry, tint l'empire Herry, son filz, et regna cincquante ans.
Le tiers an de son empire, il vint si grant multitude de coeuleuvres a Tournay que c'estoit grant merveille, et se combatoient les unes aulx autres, et en y ot monlt de mortes.
La partie vaincue si s'en fouy et se bouta en ung grant creux d'un arbre, et l'autre partie s'en alla aprés en sublant.
Et quant elles furent dedens, on dist si grant feu tout entour qu'elles furent arses.
En ce temps, fut abbé de Clugny saint Hugues, qui fut filz du seigneur de Semur en Bourgogne, lequel fut homme de sainte vye et vertueuse, et dilata monlt l'ordre de Clugny en divers royalmes ; et si ot monlt grans faveurs envers pappes, empereurs, roys et aultres prinches.
Meismement du menu poeuple estoit monlt fort amés.
L'an .iiiie. de l'empire Herry, le roy Philipe, son filz, regna pour lui .xlix. ans en Angleterre.
Lors avoit ung astronomien qui cuidoit de la fable des deables que ce fust verité.
Si s'adouba de plumes en piés et en teste et en mains, ainsi conme la fable dist, et se mist sur une hault tour, et vola bien par l'espace d'une stade ou de plus.
Mais le vent ou la violence de l'estourbillon le fist cheoir et lui cassa les cuisses en telle maniere que oncques
[203d]
puis ne se peust aidier.
Et disoit le fol qu'il estoit cheu pour ce qu'il avoit oublié a faire queue par derriere, laquelle chose, s'il l'eust faitte, il eust vollé tant comme il eust volu.
§ 119
En ce temps fut Leuffrant, qui fut prieur de l'abb[a]ÿe du Becq, et puis abbé de Caen, et puis archevesque de Cantorbie.
On troeuve de ce Leuffrant que une fois ainsi comme il chantoit messe et tenist le corpz de Nostre Seigneur entre ses mains, le diacre qui lui administroit fu ravi de l'Ennemy.
Si prinst tantost l'archevesque queRaynaud corrige en qui. chantoit par les espaulles et par les cheveux.
Et l'archevesque le prinst par l'une des mains, et de l'autre tenoit le corpz de Jhesucrist jusquez la messe fut chantee.
Et aprés la messe il le fist porter avecques les malades ou il fut tourmenté pluseurs jours de l'Ennemy.
Et disoit le demoniacle les pechiez des freres de ce lieu, quant ilz venoient devant lui.
Or avoit leens ung frere que l'en reputoit monlt preudhomme.
Si lui dirent les aultres qu'il ne saroit riens dire de lui fors que bien ; mais le demoniacle dist qu'il n'oseroit aller devant lui.
Et quant ce frere ot ce oy, il ne s'osa monstrer a lui, pour ce qu'il ne lui reprochast aucuns de ses pechiez, mais s'en alla confesser a l'archevesque, et sa confession

204

[204a]
faite, il fint devant le demoniacle.
Lors quant le demoniacle le veyt, il le conmença a regarder de travers et dist ainsi :
« Mal ait chelui qui ainsi t'a blanchi ! »
Et ne dist plus rien.
Et pour ce, on donne a entendre que la vertu de confession et d'asolucion oste a l'Ennemy la memore du pechié.
Assez tost aprés, par les merites Leufrant et oroisons des freres, le demoniacle fu gary.
En ce temps, es marche[s] de Normendie et de Bretaigne, estoit une monstre de femme, laquelle avoit deux testes, quatre bras, tout double jusques au nombril ; aucune fois l'une rioit, l'autre plouroit, et aucune fois l'une mengoit, et l'autre junoit.
Et combien que ce monstre mengast de deux bouches, touttesvoies la viande aloit a ung conduit.
L'une porta l'autre morte l'espace de trois ans.
L'an .vie. de l'empire Henry, Guillame, duc de Noirmendie, se combati contre les Anglo[i]s et les vaincqui et tua le roy qui avoit nom Arode ; et regna le dit Guillame .xxvi. ans.
Il fonda l'abbaÿe Saint Estiene de Caen et aussi l'abbaÿe de Saint Martin.
Item il demist Maugier, son oncle, qui estoit archevesque de Rouem, pour ce que malvaisement et negligemment il administroit les choses de l'Eglise et n'entendoit mais que a chanter et a faire
[204b]
faucons voler, et gastoit les biens de l'achevesquié en faire et tenir grans festes.
§ 120
En ce temps, le pape avoit nom Gregoire, et assembla le senne des evesques, et ordonna que tous les prestres qui avoient femme, que nul n'aministrast plus en sainte Eglise, et que nul n'oyst messe de nul qui eust femme.
En ce temps, fut saint Estiene, cil qui conmença l'ordre de Grantmont ; il fu saint de monlt grant vertu en sa vye et aprez sa mort, et comme pour les miracles qu'il faisoit aprez sa mort, monlt de gens venissent en pelerinage a son saint sepulcre.
Et le prieur du dit lieu se doubtast que la frequentacion du poeuple ne leur empechast leur contemplacion et leur devocion, et que les offrandes qu'on portoit au saint amoindist leur povreté, il s'en vint au sepulcre et dist ces parolles :
« Sergent de Dieu, tu nous a monstree la voye de povreté et nous as enseignié conment la devons tenir, mais maintenant il semble que tu nous voeullez aidier a oster de l'estroite voye de povreté ou tu nous as mis, et nous voeulx mettre en large voye de richesses et de honneurs pour cause des miracles que tu fais. Et tu, qui nous [as] preschié vye solitaire, nous ne sommes mie si curieux de veoir miracles. Nous crëons bien que
[204c]
tu es saint en Paradis. Gardes doresnavant que tu ne faces miracles pour monstrer ta sainteté, lesquelx destruisent nostre povreté et nostre humilité. Ne soies pas si diligent de ta loenge que tu ne soies diligent de nostre sauvement. Et se tu le fais aultrement, nous te disons, et par l'obedïence que nous t'avons promise te jurons, que tes os nous jeterons en la rivier ».
L'an de grace mil .lxxvi. fut fondee la dite ordre.
§ 121
L'an .xxie. de l'empire Herry, grant discencionMs. disceucion. fut entre l'empereur et le pappe Gregoire, qui par avant fut appellé Hildebron.
L'empereur appella le conssille des evesques, des barons et de leur assentement il deposa le pappe.
Et d'autre part le pappe excommunia l'empereur, et RadulpheRaynaud corrige en feÿt empereur Radulphe., le duc de bourgogne, et lui envoya une couronne en laquelle il avoit escript : « Petra dedit Petro, Petrus diadema RadulphisRaynaud corrige en Radulpho. ».
Et l'empereur la seconde fois deposa le pape, et fist pappe pour lui Gilbert, l'archevesque de Ravenne, qui fut appellé Clement.
L'an .xxiiiie. de l'empire Henry, Hildebron, qui avoit esté pappe, dist qu'il l'estoit, et que celle annee le faulx roy morroit.
Et dist voir, mais il fust deceu, car il cuidoit que ce fust Herry l'empereur, et ce fut Radulphe, qui avoit nom roy contre Henry ;
[204d]
car ainsi comme l'empereur Henry eust mené son ost contre les Saxoins, lesquelz a la requeste Hildebron se estoient rebellez contre l'empereur Henry et avoient receu a roy Radulphe que Hildebron avoit fait roy, en la dite bataille le dit Radulphe fut ochis, et des Saxoins grant plenté.
Si fut Henry confermé a empereur mieulx que devant, et Hildebron, le pappe deposé, s'en fouy aulx Normans.
L'an .xxixe. de l'empire Henry, [morut] Hildebron qui fut appellé Gregoire.
§ 122
L'an .xxxe. de l'empire Henry, en Ytalie, en pluseurs lieux et villes, les oiseaulx, comme cocs, gelines, chapons, paons, qui sont oiseaulx privés, s'en fouirent hors des maisons et devindrent sauvages.
En ce tempz, le corps saint Nicolas fut translaté de Mirre, en la cité dont il avoit esté evesque, au VarRaynaud corrige en a Bari., aprés ce qu'il estoit trespassés .viic. et .xl. .vii. ans.
En ce temps, Yves de Beauvais, prevost de Saint Quentin, fut fait evesque de Chartres.
Cestui Yves fist et compila ung volume de Decret.
Ysidore compila premier ung volume, mais pour ce qu'il estoit trop grant, Yves en fist ung plus petit.
Et aprez, Gracien compila le Decret, de quoy on use aujourd'huy.
§ 123
En ce temps, avoit deux qui se faisoient pappes : l'un esconmenioit l'autre, et l'un ne faisoit force de la sentence de l'autre ; pour quoy le menu peuple prisoit moins

205

[205a]
les clercs et la court de l'Eglise, pour ce qu'ilz veoient telle discorde entre les souverains.
En ce temps, rengnoit en Angleterre ung roy que on appelloit Guillame, qui fut appellé Pestillent, lequel fist monlt de griefs a saint AncelineRaynaud corrige en Ancelme., pour laquelle chose il s'en alla en exil avec sa religion.
Advint que a ung matin, ainsi comme on le chaussoit d'unes chausses noeufves, il demanda a son chanbellan, combien ellex avoient cousté, et il lui dist :
« Trois solz ».
Lors le roy ot grant despit, et lui dist en fremissans :
« Vil tresort filz de putain, appartient il au roy chausses de si petit pris ? Va tost, et m'en aportes unes qui coustent ung marc d'agent ».
Tantost cellui s'en va au chausetier, et print unes chausses qui ne valloient pas les premieres, et lui dist du pris.
« Telles, ce dit le roy, appartiennent a la majesté royal ».
§ 124
En ce temps, avoit a Angers un conte que on nommoit Fouques, lequel ja viellart ala en Jhesusalem par devocion au saint Sepulcre Jhesucrist, et la, par serement, il parforça ses serviteurs que ilz feroient ce qu'il leur conmanderoit.
Si se fist traysner par les communes rues de Jherusalem au regard des Sarrasins.
L'un le trainoit par la corde, et l'autre le frapoit, et le conte crioit merci a Dieu Jhesucrist par celle maniere :
« Sire, rechoy, s'il te plaist,
[205b]
ce chetif Foucques ; rechoy ce parjur ; rechoy ce fugitif ».
Si ot maintes larmes espandues de ceulx qui le regardoient.
Et quant le noble conte fut retourné en son pais, il morut de sainte mort, et fust conte pour lui Geuffroy Martel, son filz.
Ce Martel prinst en la bataille son seigneur le conte de Poitou, lequel lui laissa Bordeaulx et toutez les appartenances.
Aprés, il must guerre contre Thibault, le conte de Bloix, et le prist, et cellui a perpetuité lui laissa et quitta la cité de Tours.
§ 125
En ce temps, avoit a Mente la cité deux clers qui monlt s'entr'amoient, lesquelz furrent fais prestres avant qu'ilz eussent eage, et neantmoins ilz s'entrefiancerent et promirent que cellui qui premier morroit, sil pouoit, dedens .xxx. jours retourneroit a son conpagnon.
Assez tost ilRaynaud corrige en l'un. morut, et le .xxxe. jour il aparut a son conpagnon, le visage pale et sans couleur.
Et l'autre tantost le congnut, et lui demanda son estat et pour quoy il avoit tant demouré a venir :
« Combien que j'aye demouré, se dist le mort, touttesvoiez je suis venu, et si te sera ma venue proffitable, se tu voeulx, mais a moy sans nul proffit, car je sui condempné aulx tourmens qui sont sans fin ».
Et comme l'autre lui dist qu'il lui aideroit
[205c]
par aumosnes et par oroisons :
« Nennil, dist le mort, les jugemens de Dieu sont sans fin et sans misericorde, car se tout le monde prioit pour moy et faisoit penitance, pour tant ne seroiRaynaud corrige en seroie. je delivré d'enfer ».
Adonc ce oÿ l'autre, vendi tout ce qu'il avoit et le donna aulx povres, et s'en alla a Saint Molemme, et devint moisne de sainte conversacion.
§ 126
L'an Nostre Seigneur mil cent et .v., pappe Urbain tint le conssille a Clermont, ou quel il fut ordonné que chascun jour on deist les Heures de Nostre Dame, et au samedi l'en chantast honnourablement pour l'amour de lui.
En ce conssille, fu Philipe, roy de France, pour ce que, non obstant sa proppe femme, il en prinst une aultre.
L'an de Nostre Seigneur mil cent et six, fut une grant allee de Crestiens en Jherusalem, car ilz se doulloient de ce que la Terre Sainte estoit en la main des paiens.
Et dist Sigilbert que sans amonnestement de predicacion ne de nul autre perforcement, forsque tant que l'un donnoit cœur a l'autre, sique contes et ducz et nobles et non nobles, riches et povres, evesques et clercs, moisnes et abbés, vieulx et jeunes, enffans, pucelles s'assambloient d'Espaigne, de Prouvence, d'Acquitaine, de Bretaigne, d'Escoche, d'Engleterre, de Bourgongne, de Lorraine, de Lombardie, de Germanie, de Puille, de Calabre et d'aultres roaylmes ; sique le nombre fut estimé a plus de .lx. fois .c. mille.
Le principal
[205d]
duc de cest ost fut Godeffroy, duc de Lorraine, et ses freres, Eustase et Bauduin, Ance de Ribemont, conte de Mons, Robert, conte de Flandres, Estienne, conte de Blois, Hue le Grant, frere au roy Philipe, Robert, conte de Normendie, Raymon, conte de Saint Gille, Raymont, conte de Puille et de Calabre, et Tangres, son nepveu, ung noble chevalier.
L'an mil cent et huit, fut fondee l'ordre de Citeaulx de .xxi. moisne[s] de Molemme avec leur abbé Robert.
En cel an, les ydes de jullet, le jour d'un vendredi, Jherusalem fut prinse des Crestiens, le .xxxe. jour aprés ce qu'elle ot esté assiegie.
Gordeffroy de Buillon fut esleu a prince, et demoura en Jherusalem, et les autres princes retournerent en leur païs.
En ce temps, Gordefroy, duc de Lorraine et de Buillon, prince de l'ost des Crestiens, morut en Jherusalem.
Et Bauduin, son frere, fu prinche aprez lui et fu couronné roy en Betheleen, l'an mil cent et .ix.
En celle annee, toutes les lampes du Sepulcre Nostre Seigneur furent enluminees par miracles.
En ce temps, Henry l'empereur morust au Liege aprez ce qu'il l'ot tenu cincquante ans.
Il fut monlt bel parlant et de bel engin et larges aulx povres.
Il fut en .lxii. batailles, mortelles, et toutes il vaincqui.
Il advint que, comme ung de ses adversaires estoit alé a table, soudainement il vint tant de soiris que

206

[206a]
c'estoit merveille, ne ne cuidoit pas qu'en tout le pais en eult autant, ne chasser ne ferir qu'on y desist, n'y faisoit rien, et a nul ne queroient nuyre fors qu'a cellui.
Il fu mis en la mer bien avant, mais la nef fu tantost plaine de soris.
A terre fut ramené, et illec morut, car il fut mangié de soiris.
On troeuve en escript que se le liepart mort ung homme, tantost les soris viennent pissier contre lui.
En ce temps, fu Pierre Alphons, premier Juïfz appellé Moyse, et fut apellé aprés Pierre, a laquelle [feste] de saint Pierre il fut baptisié, et ainsi ot nom Pierre Alphons.
Et fu faite ceste grace l'an de grace mil cent et six.
Il fist ung monlt bel livre, ou il depute monlt soubtillement contre les erreurs des Juifs et des Sarrasins.
§ 127
Aprés la mort Henry le quart, tint l'empire Henry le quint, son filz, et regna .xx. ans.
En ce temps, morut Philipe, roy de France ; et regna son filz Lois en France .xxix. ans.
Ce Philipe fu le premier Philipe des roys de France, et fut son corpz mis a Saint Benoit sur Loire ; et son filz, le premier Loys aprez Hue Cappet, fu couronné a Orleans de l'archvesque de Sens.
§ 128
L'an .m. cent .xiii., l'an .viie. de l'empire Henry le quint , saint Bernard en l'eage de .xxi. an[s], avecques .xxx. de ses conpagnons, entra en l'ordre
[206b]
de Cyteaulx, et fut monlt sainte Eglise par lui enluminee, si comme chasun scet.
En ce temps, a Ravenne et a Pavie, il plut sanx ung mois tout entier.
En ce temps, l'an de grace mil cent et .xv. fut fondee l'abbaye de Clervaulx soubz saint Bernard, qui fu le premier abbé de la ditte abbaÿe, aprés ce qu'il fut moisne.
Et en celle annee, fut fondee l'abbaye de Pontigny soubz Hugues de Mascon, lequel fu puis evesque d'Aucerre.
Et en ce temps, les Ronmains eslurent ung pappe qui ot nom Jehan ; et pour ce que l'empereur ne fut pas a l'esleccion, il en fist ung aultre d'Espaigne, qui ot nom Bourdin.
En ce temps, fust fondee l'ordre de Premonstré soubz Robert, le premier abbé de la ditte ordre.
En ce temps, fut maistre Hugues de Paris, chanoine de la dite ordre de Saint Vittor, lequel escript maintes belles escriptures et proufitables.
De cest Hugues on raconte que comme il fut malade de la maladie dont il requist monlt devotement son Sauveur, et conme l'abbé se doubtast de lui aporter pour ce qu'il avoit mal au cœur et ne pouoit riens retenir, du conseil des freres, il lui aporta, sans ce qu'il en sceut rien, pain non sacré.
Et quant ilz furent entrés en la chanbre ou il gesoit malade, il congnut par l'esperit que ce n'estoit pas le saint Sacrement de l'autel, et dist ainsi :
« Freres, Dieu 
[206c]
vous pardoint ce pechié ! Ce n'est pas mon Sauveur que vous m'avez aporté, et, se Dieu plaist, je ne seray ja ydolatre, ne oncquez ne fu ».
Adonc les freres furent monlt honteux, et retournerent au moustier et prindrent le corps de Nostre Seigneur et lui aporterent.
Et lors quant il le vyt, il dist ainsi :
« Or confesse je que c'est mon Sauveur, mais pour ce que je ne suis pas en estat que je le puisse rechevoir, Filius ascendet ad Patrem et Spiritus ad Deum qui dedit illum », laquelle parole voeult dire en françois : « Le Filz montera au Pere et l'Esperit a Dieu qui l'a donné ».
Et tantost comme il ot dit ceste parolle, il rendi l'ame, et ne sceust on que le corps Nostre Seigneur devint.
§ 129
Aprés la mort Henry, fut empereur de Romme Lothaire, qui fut appellé Lucam, duc de Saxoine, et regna .xi. ans.
En ce temps, ot deux pappes a Romme, ung qui fut appellé Innocent second, et l'autre AnacléRaynaud corrige en Anaclet., lequel avant qu'il fut esleu, fut appellé Pierre Lion.
AnacléRaynaud corrige en Anaclet. demoura a Romme, car il estoit trespuissant d'amis et de richesses ; mais Innocent s'en vint en France, car l'Eglise de France et d'Alemaigne estoit plus favourable a Innocent qu'elle n'estoit a l'autre.
Si fu receu Innocent du roy Loys et de tous les evesquez de France et d'Alemaigne comme pappe.
L'an mil cent .xxxi., vivant encores Loys, roy de France,
[206d]
Philipe, son filz, fu couronné, mais tantost qu'il fu couronné, il chevaucha par la ville de Paris et en chevauchant, ung pourcel se mist entre les jambes de son cheval et le fist cheoir a terre, et tanttost il morut ; si en eurent les Franchois grant doeul.
Aprés ce, tint pappe Innoncent consille a Rains, ou quel il couronna Loys, le frere Philipe, lequel le pourcel avoit ochis ; lequel Loys regna, vivant son pere, sur les François.
Aprés, le pappe Innocent vint a Soissons et dedia le moustier Saint Marc.
L'an mil .c. .xxxii., l'empereur Lothaire avec pluseurs que evesquez et archevesquez de France et d'Alemaigne mena le pappe a Romme, et le mist en son siege, et demist Pierre Lyon qui se faisoit pappe.
§ 130
Adonc florissoit par bonnes œuvres ThibertRaynaud corrige en Thibaut., conte de Champaigne ; c'estoit le pere des orphelins et le juge des vesves ; lequel engendra Edeline, qui fu femme Loys, le roy de France, et mere Philipes, qui puis regna en France et conquist mainte terre.
L'an mil cent trente sept, fu si grant secheresse en France que les fontaines, puichz et rivieres furent sechees, ou la plus grant partie.
En ce tempz, avoit grant discord de deux pappes, car Poitou et Acquitaine obeyssoient a Pierre Lyon, qui estoit appelé AnacléRaynaud corrige en Anaclet., et les aultres obeyssoient a Innocent ;

207

[207a]
mais saint Bernard, abbé de Clervaulx, et Geffroy, evesque de Chartres, mirent grant paine a les acorder.
§ 131
Aprés la mort Lothaire, tint l'empire Conrrat le tiers, et regna .xv. ans.
Et lors florissoit l'Eglise françoise par honnourable homme Geuffroy, evesque de Lengres, Hue, evesque d'Aucerre, Geffroy, evesque de Chartres, Aubery, archevesques de Bourges, et saint Bernard, abbé de Clervaulx.
En ce tempz, estoit Pierre Aboelart, homme de grant science, mais il sentoit mal de la foy.
Et pour ce le pappe condempna tous ses escripz.
En ce tempz, l'evesquié de l'eglise de Tournay conmença, car devant elle n'en avoit point, ains estoit soubz l'evesquié de Noyon.
L'an .m. cent .xviii. fut le conssille soubz Eugene le pappe, ou quel fu condempé Gilbert, qui fu apellé Poree, qui fut evesque de Poitiers.
§ 132
En ce temps, Loys, le roy de France, puis qu'il fu retourné de la Terre de Promission, par jalouzie qu'il avoit de sa femme Alienor, fille jadis du conte de Poitiers, il la repudia et jura qu'elle estoit sa cousine.
Et ainsi le dit roy perdit la duchié d'Acquitaine, laquelle terre il avoit prinse avec sa femme.
Aprés ce, le duc de Normendie, qui avoit nom Henry, la print a femme.
Et pour ce,
[207b]
grant discencion fust entre le roy et le duc.
De ceste Alienor nasquirent trois filles, dont l'une fut donnee au roy de Castelle, de laquelle nasqui Blanche, qui puis fu royne de France (et l'autre a Alexe l'empereur de Constantinoble)Raynaud n'édite pas ces mots,
tout en signalant leur présence dans le ms.
, et l'autre au duc de Saxoine, de laquelle nasqui Othe, qui puis fut empereur de Romme, et l'autre fut donnee au conte de Thoulouse, la fille du quel fu puis donnee a Alphons, le frere du roy.
Aprés la repudiacion de la femme, Loys prinst a femme la fille a l'empereur d'Espagne, mais elle morust assez tost aprez.
Aprés la mort de laquelle, il print a femme la sœur Thibaut, le conte de Blois, laquelle avoit nom Adelle et fu mere a Philipe, qui puis regna en France aprés Loys, son pere.
§ 133
Aprés la mort Conrrat, tint l'empire de Romme Frederic le premier, son nepveu, et regna .xxxii. ans.
Et en France regnoit, comme dit est, Loys, pere Philipe le Grant.
En ce temps, fut grant renommee de maistre Pierre le Lombart a Paris, et fu evesque de Paris, qui conpilla le volume de Sentences ; item les Grans Gloses sur le Psaultier et les Gloses sur les Epitles saint Pol.
Et lors fut appellé Pierre le Mangeur, qui fist les Histores
[207c]
scolastiques.
En ce temps, saint Thomas de Cantorbie fut fait chancellier a Henry, roy d'Angleterre, et estoit saint Thomas archediacre de la ditte citté.
En ce temps, le poeuple de Romme eslut deux pappes pour laquelle chose grant tribulacion fut en l'Eglise.
Car les ung obeissoient a l'un, et les aultres a l'autre.
L'an .m. cent .lxii. l'empereur destruit Mellan ; et l'archevesque de Coulongne, il translata de Melan a Coulongnes les corpz des Trois Rois qui vindrent aourer Nostre Seigneur en Jherusalem.
En celle annee, Alixandre le pape vint en France, car grant discencion estoit entre lui et ung aultre qui se faisoit pappe.
Et en celle annee, saint Thomas de Cantorbie vint en France au pape Alixandre et lui monstra les griefs que Henry, roy d'Engleterre, lui faisoit.
L'an .m. cent .lxvi. nasqui Philipe, le filz Loys, aprés ce que Loys, son pere, avoit commencié a regner .xxxvii. ans.
En celle annee, furent acomplis .viiic. et .xxx. ans que les Anglois vindrent premier en Bretaigne la Grant qui est appellee Angleterre, en comptant ce que ce livre fu fait, nom pas escript.
En celle annee, les loups estoient en l'esvechié de Rodés si enrragiés qu'ilz ravissoient les enffans des mamelles leurs meres et les devouroient.
L'an .m. cent .lxiiii., le premier jour de janvier, saint
[207d]
Thomas de Cantorbie fut martirisié au moustier.
L'an ensuivant, il fu canonisié du pappe Alixandre.
Adonc estoit evesque de Paris Morise, du quel on raconte que comme il fut de povres parens et querrant son pain, comme povre escollier, il refusa l'aumosne que ung homme lui voulloit donner par celle condicion qu'il ne fust ja evesque de Paris.
Ce Morise fonda le mouster Nostre Dame de Paris, et fist abatre les maisons la ou est orendroit la rue Neufve Nostre Dame, car par avant le dit moustier estoit si repoist que on ne le povoit veoir jusques on fust dedens.
§ 134
L'an .m. cent .lxix., le jour de la Toussains, Philipe, filz Loys le Debonnaire, fu couronné a Rains, vivant son pere, qui avoit bien .lxx. ans d'eage et avoit regné plus de .xl. ans.
A ce conmencementRaynaud corrige en couronnement. fu Henry, roy d'Engleterre, qui d'une part [mist] la couronne sur la teste deRaynaud corrige en du. nouvel roy, qui n'avoit d'eage, quant il fut couronné, que .xiiii. ans.
Ce Philippe ot en grant reverence le nom de Dieu et fist crier par tout quicuncques jureroit vilainement Dieu et ses sains, qu'il fust griefment pugny.
Et quant il oioit, ou il lui estoit dit ou denunchié d'aucun, combien qu'il fust grant maistre, il le faisoit jetter ou fleuve.
En son conmencement, ung

208

[208a]
grant homme de Berry, qu'on appelloit NisesRaynaud corrige en Hebes. de Charenton faisoit maintz friefs aulx eglises et aucuns aultres avec lui, mais le roy le debouta en telle maniere qu'ilz vindrent a crier mercy a ses piés.
L'an aprés que fut couronné Philipe, Loys le Debonnaire morust a Paris et fut enterré en l'abaye de Barbel, laquelle il fonda et ediffia.
Et Adelle, sa femme, fist ung monlt beau sepulcre sur son corpz, d'or et d'argent et de pierres precïeuses.
§ 135
L'an .m. cent .iiiixx. et ung, il advint a Orleans ainsi comme le prestre ot sacré le corpz Nostre Seigneur, ainsi comme il voulloit prendre le Sacrement, il apparut soudainement tout sanglent.
Il courut, et le roy Philipe vint veoir la merveille et vit le Saint Sacrement en sanblance de char, ainsi comme Jude.
Et dessus les corporaulx apparoient les goutes de sanc vermeil toutes rondes en maniere de cercle.
Semblable miracle aparut ou terroir de Vendome et a Arras la cité.
En ce temps tous les Juis furent chassiez hors du royalme.
Des guerres et des batailles, des nobles victores que ot Philipes en son tempz, je ne fay point cy <point> mencion, car ce seroit trop longue cose, et si le poeult on trouver legierement.
En ce tempz, fu saint Pierre de Clervaulx,
[208b]
homme de grant sainteté et de grant perfection de vye.
Il advint en ce tempz que comme il eust discencion en une eglise de France de faire ung evesque, on eult compromis a ung cardinal qui estoit present que de deux qu'on lui avoit nommés il eslust lequel qu'il vouldroit.
Adont le cardinal demanda au preudhomme lequel des deux estoit le meilleur.
Lors le saint homme respondy :
« De deux deniers faulx ne peult on avoir ne bon ne meilleur ».
Adonc ou tempz de lors, le roy Philipe fist paver la cité de Paris de bonne pierre fort et fist clorre le Bois de Vincennes.
En ce tempz, fu l'abbé Joachin, qui prophetiza monlt de choses advenir.
L'an .m. cent .iiiixx. et six, Salhadin soumist a lui tout Orient et prinst Jherusalem.
En ce tempz, veant le roy Philipes maintes manieres de jongleurs et de flateurs, mesdisans et desprisans les absens ausquelz les prinches et les royz donnoient or et argent, robes, chevaulx, et comme le bon roy eult veue ceste vanité qui est si contraire au sauvement de l'ame, il promist a Dieu que tant comme il vivroit, les robes qu'il lairoit il donneroit pour Dieu aulx povres, car il avoit plus chier a
[208c]
les donner aulx povres qu'a les donner aulx flateurs et pechier griefment, car autant valoit faire sacrifice au deable comme donner a tel gent.
L'an mil deux cens, le roy Philipe et le roy Richart d'Engleterre, a grant compagnie de barons et de princes et d'autres gens, allerrent oultremer pour deffendre la Terre Sainte.
§ 136
Aprés la mort Frederic, tint l'empire de Romme Henry le .vie., son filz, et regna .vii. ans.
En ce temps, le conte Thibault, seneschal de France, et le conte de Flandres et plusieurs aultres morurent au siege d'ActeRaynaud corrige en Acre..
Et pour ce que le conte de Flandres n'avoit point d'hoir masle de son corps, la conté vint a Baudouin, son nepveu, filz du conte de Henaut, lequel Baudouin fut aprez empereur de Constantinoble.
En ce tempz, les Juifz qui estoient a Braye, crucifierent ung crestien que leur avoit baillié la contesse du dit lieu, laquelle ilz avoient coroumpue par dons.
Mais, ce oy, le roy Philipe ala a Braye et fist ardoir plus de .iiiixx. Juifs.
Ce fu fait depuis qu'il fut retourné d'oultremer.
Et lors le roy envoya en Danemarche pour avoir une des sœurs au roy ; au quel il envoya Engebourc, sainte dame et honneste, mais ne sçay pour quel malefice le roy
[208d]
la print a hayne et la repudia.
Adonc advint le miracle de Bourc de Dieu, que maintes villes ardirent de fouldre, entre lesquelles la ville de Chartre ardi avec l'eglise ; et dient aucuns qu'il y avoit des corbaulx portant les charbons tous ardans par l'aer.
§ 137
En ce tempz, morust le bon evesque Morise, evesque de Paris, qui fonda HermaulxRaynaud corrige en Herivaulx., Hermeres, Hyerre et Giffe.
Aprés lui fut evesque de Paris Eude de Sully, frere Henry, l'archevesque de Bourges.
L'an .m. cent .iiiixx. et .xix., le roy Richart d'Engleterre morust, et son frere que on appeloit Jehan Sans Terre regna pour lui.
En celle annee, Baudouin, conte de Flandres, prinst Constantinoble et en fust empereur.
L'an dessusdit, l'archevesque de Bourges morut, et saint Guillaume, qui estoit abbé de Chaalis, tint le siege pour lui.
L'an mil deux cens et deux, veans les Normans qu'ilz n'avoient nul secours du roy d'Angleterre, aprés qu'ilz orent esté assiegiés de l'ost au roy Philipe, la cité de Evreux avec deux chateaulx baillerent au roy Philipe sans nulle condracdiction.
Et avant, le roy Philipe avoit prins les aultres cités et villes de Normendie.
Et ainsi fut en possesion de toute Normendie avecques ce que Rollo le Danois avoit osté par force

209

[209a]
a Charles le Sinple .iiic. et .xv. ans devant.
§ 138
En ce temps, l'an de Nostre Seigneur mil deux cens et .vii., le pappe innocent envoya en la terre d'Abigois, laquelle terre estoit toute entechie de hereses, .xii. abbés de Cyteaulx pour la terre purgier de venin de heresie.
Et comme les dis abbés eussent appellés tous les prelas et evesques du pais, Didaques, evesque d'Oxoine en Espaigne, [fut] a ce consille avec saint Dominicque qui estoit soubz prieur des chanoines de la ville d'Oxoine, et fut illecques ordonné conment ilz yroient ensemble pour extirper le crisme de heresie.
Si considera le preudom saint Dominicque qui estoit soubz prieur des chanoines de la ville d'AxoineRaynaud corrige en Oxoine., et fut illecques ordonné conment ilz yroient ensemble pour extirperMs. exurper. le crisme de heresie.
Si considera le preudom saint Dominicque qu'il seroit chose monlt prouffitable a la foy et au sauvement des ames que aucuns preudhommes, mais qu'ilz entendissent a l'estude et estre de bonne vye, fussent continuellement a la dite terre et ailleurz, qu'ilz preschassent continuellement et contre les pecheurs generalment.
Et pour ce qu'il veoit les evesques a qui il en apartenoit, de leur office, en estoient negligens, et par leurs negligences leurs ames perissoient et vivoient pluseurs comme bestes, si establi le dit preudhomme cest office, de l'assentement du pappe Innocent le second, et establi l'ordre des Freres Prescheurs,
[209b]
lesquelx on appelle en France Jacopins, pour ce que la premiere eglise qu'ilz eurent en France fu fondee de saint Jaques, la ou ilz sont encores aujourd'uy a Paris, mais pour tous autres pais, ilz sont appellés Freres Prescheurs.
En ce temps, fu saint François qui establi l'ordre des Freres Mineurs et demanda au pappe congié de preschier penitance, lui et ses freres, et il luy attroya ainsi.
Sanble que Dieu a la fin du monde ait esleu ces deux lumieres pour enluminer le monde par parolles et par exemples, car les aultres pardevant entendoient a oroison, adevosion et a contemplacion ansi comme Marie Madeleine de laquelle dit Nostre Seigneur expressement que Marie a esleü la milleur partie.
§ 139
Aprés la mort Frederic le premier, pappe Innocent, contre la voulenté du roy Philipe de France, couronna a empereur Othe, lequel fut filz du duc de Saxoine, et fu appellé Othe le quart.
Mais assez tost aprez, Innocent l'esconmenia et l'absoult de sa gent de la feaulté qu'ilz lui devoient.
En ce tempz, advint une grant merveille que ainsi comme on assiegoit ung chatel que on appelloit Minerbe, ung archier fery ung
[209c]
homme au pis d'un quarel, et cheust le quarel sur une croix de fust que l'autre portoit en son pis, mais tantost va ressortit comme s'il eust feru au marbre.
§ 140
L'an .m. deux cens et .xi., puis que Othe fut reprouvé, les princes d'Allemaigne, du conseil Philipe, le roy de France, esleurent a empereur Frederic, qui fut filz a Henry l'empereur, et regna .xxxiiii. ans.
En celle annee, fut fait le parlement entre l'empereur et Loys, le filz au roy de France, a Vaucoulour ; et firent alliances pardurables ensemble, ainsi comme leurs devanciers avoient fait.
En celle annee, le roy Philipe enchaint la ville de Paris de murs.
L'an mil. iic. et .xiii., le roy d'Angleterre offry son roialme du conseil de ses barons a Dieu et a ses apostres saint Pierre et saint Pol et au pappe de Romme, Innocent le tiers, pour le remede de son ame et remission de ses pechiez, de tous ceulx de son lignage et vifs et mors.
Et de ce il fist hommage au pappe dessus nommé.
Et promist tous les ans a l'eglise de Rome de ses proppres rentes .m.
mars a paier, .vc. a la Saint Michiel et .vc. a Pasques, c'est a sçavoir .viic. pour le royalme d'Engleterre, et trois cens pour le royalme d'Irlande, sauve la disme saint Pierre.
§ 141         
L'an .m. .iic. et .xiiii., Loÿs, filz a Philipe, ot victore en Anjou de Jehan, le roy d'Angleterre, et Phlipe, son
[209d]
pere, en Flandres de l'empereur Othe et des Flamens ; et fu prins Ferrant le conte au point de Rames.
L'an .m. .iic. dix huit, saint Guillame de Bourges fut canonisé ; et le conte de Monffort, Symon, fut feru l'endemain de la Saint Jehan a Thoulouse d'une pierre, et morust.
L'an .m. .iic. .xxi., saint Dominique morust a Boulongne, et fut mis en terre par l'evesque d'Ostienne, cardinal, qui lors estoit legat en Ytalie, et puis fu pappe Gregoire.
Mais assez tost aprez, le corps saint fut translaté et mis en lieu plus solmpnel.
Et quant le cercus ou il fut mis fut ouvert, si grant et si souefve oudeur en issi qu'il senbloit que tout le moustier fust plain de choses aromastiquez.
Et ceste oudeur se tint par lonc tempz es mains et es robes de ceulx qui les saintes relicques avoient touchiees.
Lors le trespuissant roy Philipes, puis les glorieuses victores qu'il avoit euez d'Othe, l'empereur de Romme, des Anglois, des Flamencs, des Poitevins et pluseurs aultres, et puis qu'il ot acquise Normendie, Acquitaine et une grant partie de Galles, il s'endormy en Jhesucrist, et fu enterré en l'eglise Saint Denis en France.
Il fist ung merveilleux testament.
Il laissa a Jehan, roy de Jherusalem, .c. mille livres ; aulx Templiers .c. mille livres

210

[210a]
et aux Hospitaliers .c. mil livres.
Avec les aultres dessus nommés, il concquist et ajousta au royalme ces contrees qui ensuivent : la conté de Vermendois, la conté de Clermont, la conté de Pontieu, la conté d'Alençon, la conté du Mans, la conté d'Angiers, la conté de Tours, la conté de Poitiers.
Celle annee, le premier dimence de aoust, son filz Loys, qui avoit ja .xxxvii. ans d'eage acomplis, fu couronné a Rains, et Blanche, sa femme, a royne.
§ 142
L'an .iiiic. .iiiixx. et quatre, regna Clovis, qui fu baptisié de saint Remy de Rains, et sa lignie aprez lui jusquez a l'an .viic. et cincquante.
Et adonc fut translaté le royalme a Pepin, pere Charle le Grant, la lignie desquelz regna sur les François jusquez a l'an Nostre Seigneur .ixc. et .xxiiii. ans.
Et lors fut translaté le royalme a Hue apellé Cappet, conte de Paris, la lignie du quel a regné des lors, et regne encores aujourd'huy, et regnera tant comme il plaira a Dieu.
Et y sont les noms des roys qui ont regné puis que le royalme fut translaté a Hue Cappet, conte de Paris, et a sa progenie.
Hue Cappet engendra Robert.
Robert engendra Henry.
Henry engendra Philipe le premier.
Philipe engendra Loys 
[210b]
le Gros.
Loÿs engendra ung aultre Loÿs, qui fu apelé Debonnaire, lequel engendra Philipes le Grant, lequel Philipe engendra Loys, lequel aprez ce qu'il eust humilié aucuns rebelles et prins aucuns chasteaulx en Poitou, il ala en Aubigois contre les hereses, et print la cité d'Avignon.
Mais ainsi qu'il retournoit d'Avignon, il morut a Montpensser, le dimance des Octaves de la Toussains, l'an de Nostre Seigneur mil .iic. .xxvii., et ne regna que quatre ans, et fust monlt catholicque et de sainte conversasion.
Le royalme fist moult grant doeul de sa mort.
§ 143
Aprez lui, regna son filz Loys et couronnéRaynaud corrige en fu couronné. a Rains premier dimence des Avens par l'evesque de Soissons.
Et avoit Loys, quant il fut couronné, .xiiii. ans.
Et combien que pluseurz barons fussent semons pour estre a son sacre et a sa couronnacion, touttesvoiez il y ot peu de barons, car ilz se excuserent pour la mort de son pere dont ilz orent doeul monlt grant, si n'y porroient faire feste.
Il eult monlt de contraires a son conmencement, mais il les surmonta tous par l'ayde de Dieu.
En ce temps, saintRaynaud corrige en fu saint. Anthoine, de l'ordre des Freres Mineurs, lequel ot nom en baptemsme Ferrent, il fut saint de monlt grant ferveur et de sainte
[210c]
vye, ce est demonstré par pluseurs miracles.
En ce temps, fu sainte Elizabeth, fille au roy de Hongrie.
Entre les aultres miracles que Nostre Seigneur fist pour elle, elle resucita .xvi. mors.
L'an .m. .iic. .xxxiiii. prinst le roy Loÿs a femme Marguerite, fille au conte de Prouvence, laquelle fu couronnee a Sens entour l'Ascension Nostre Seigneur.
L'an ensuivant, fu si grant famine en France que le setier de blé valoit en Acquitaine cent solz.
L'an mil .iic. .xxxvi., frere Jourdain, maistre de toute l'ordre des Freres Prescheurs, en alaRaynaud corrige en alant. en la Terre Sainte, morust en la mer et avec lui deux aultres freres et des aultres personnes .iiiixx. et .ix., et virent ceulx qui eschapperent de celle tempeste par pluseurs foiz et nuytz grant lumiere du ciel ardant sur son corps, lequel ilz mirent en terre en Acre, ou Nostre Seigneur a fait pluseurs miracles depuis pour ses merites.
En celle annee, pappe Gregoire fist preschier par les Freres Prescheurs et Mineurs en France pour aller en la Terre Sainte.
Et puis que ce Gregoire ot tenu le siege de Romme .xiiii. ans, il morut ; et fu pappe aprés lui Celestin le quart, et ne vesqui que .xvi. jours, aprez la mort du quel, le siege de Romme vacqua .xxii. mois.
Et puis eslurent Sennebault, le cardinal, lequel fut appellé Innocent 
[210d]
le quart.
En ce temps, une grant tempeste chut, et chut entre les aultres une grosse pierre du ciel, en laquelle estoit entaillie l'ymage de la croix et de Jhesucrist, et avoit dessus escript en lettres d'or : « Jhesus Jhesus Nazarenus, Rex Judeorum » ; et quant la pierre fut remise en l'eaue et les moisnes vont laver de celle eaue les yeux d'un frere aveugle, et il recouvra tantost la veue.
L'an de grace mil .iic. .xlv., le pappe Innocent tint conssile a Lion sur le Rone, et de commun assentement il condempna l'empereur Frederic le second.
En ce temps, Loys, roy de France, print la croix pour aller outremer.
En ce temps, fu saint Ennout, archevesque de Cantorbie, le corps du quel fist a Montigny l'abbaÿe.
A cest Ennout, quant il estoit enffant a l'escolle a Paris, Jhesucrist lui aparut.
Et comme l'enffant ne le congnut, Jhesucrist lui demanda la lettre qu'il verroit en son front.
Et quant le saint enffant ot consideré diligemment son visage, il va trouver escript :
« Jhesus Nazarenus ».
« C'est mon nom, dist Jhesucrist, du quel, se tu te garnis toutes les nuis, tu en avras remede contre la mort soubite. »
Ce saint fut de monlt divine devosion, et fist monlt de miracles a la vie et a la mort.
L'an .m. .iic. .xlviii., le vendredi