LA MORPHOLOGIE NOMINALE AU XIe SIÈCLE

Au XIe siècle, le matériau linguistique, plus abondant que pour les époques précédentes, nous permet d'envisager distinctement l'évolution des noms et celle des adjectifs, qui vont désormais se dissocier.

1.   Les classes de noms

Les phases antérieures de l'évolution du système nominal ont vu l'élimination rapide du neutre, ainsi que la réduction des paradigmes de déclinaison.

On a vu que les noms de la 3e déclinaison latine dont le référent est inanimé tendront dès le gallo-roman à opter pour un radical identique aux deux cas résiduels de la déclinaison.

Au XIe siècle, les noms imparisyllabiques de la 3e déclinaison dont le référent est animé cette fois connaîtront une extension et serviront notamment à former bon nombre d'anthroponymes masculins :

Exemples
Charles/Charlon
Pierre/Pieron
Hugues/Hugon

et, par extension, des féminins :

Exemples
Berte/Bertain
nonne/nonain
pute/putain

On trouve ainsi le couple de formes Karles/Carles >< Karlon/Carlun, Guenes >< Guenelun, Marsilie >< Marsiliun dans la Chanson de Roland.

2.   Les classes d'adjectifs

Le protofrançais a hérité deux classes d'adjectifs dans le prolongement des deux classes latines, qui se démarquent des noms en ce que s'y maintiennent des formes du neutre :

      Étymon XIe s.
Masculin Singulier CS bónus > bons
CR bónum > bon
Pluriel CS bóni > bon
CR bónos > bons
Féminin Singulier CS bóna > bone
CR bónam > bone
Pluriel CS *bónas > bonnes
CR bónas > bonnes
Neutre Singulier CS bónum > bon
CR bónum > bon
      Étymon XIe s.
Masculin Singulier CS grándis > granz
CR grándem > grant
Pluriel CS *grándi > grant
CR grándes > granz
Féminin Singulier CS grándis > granz
CR grándem > grant
Pluriel CS grándes > granz
CR grándes > granz
Neutre Singulier CS gránde > grant
CR gránde > grant

Très tôt toutefois va s'amorcer une tendance à aligner les adjectifs de la 2e classe sur ceux de la 1re et à doter tous les adjectifs d'un féminin différencié. On trouve les premières hésitations dans la Vie de Saint Alexis :

Exemples
Rices hom fud, de grant nobilitét.
(La vie de saint Alexis, III, 4)
Ne vos sai dire com lour ledece est grande
(La vie de saint Alexis, CXXII, 5)

mais des féminins non différenciés vont subsister jusqu'aux XVIe et XVIIe siècles.