LA MORPHOLOGIE NOMINALE AU XVIIe SIÈCLE

Au XVIIe siècle, la morphologie nominale n'évolue plus guère que dans des sphères très réduites :

L'# et la restitution de la prononciation de certaines consonnes finales, a dans le domaine de la suffixation nominale des effets inattendus. Dans le cas des noms d'agents masculins en eur, l'amuïssement du [r] final dans la prononciation a en effet entraîné la réfection des féminins correspondants ; au moment du rétablissement du [r] final, ces féminins refaits ont parfois concurrencé les féminins étymologiques, quand ils ne les ont pas évincés :

Exemples
chanteur = [∫antør] → fém. [∫antœrεs]1
vs
chanteur = [∫antø] → fém. [∫antøz]
parallèlement à
amoureux = [amurø] > fém. amoureuse [amurøz]

1     Féminin conservé dans enchanteresse.