LA MORPHOLOGIE NOMINALE À PARTIR DU XVIIIe SIÈCLE

L'essentiel des caractéristiques de la morphologie nominale est acquis à la sortie de l'ancien français. Depuis cette époque, les choses n'évoluent que peu. Quelques faits peuvent être pointés au XXe siècle :

Le pronom on s'utilise de manière extensive comme substitut du pronom nous.

Le pronom ça, considéré comme populaire au XVIIIe siècle, est désormais tout à fait banalisé et va jusqu'à pouvoir être utilisé avec un référent animé (« c'est jeune et ça sait pas »).

La forme féminine grand, seul vestige de la classe d'adjectifs indifférenciés en genre, est cantonnée à quelques expressions figées, sanctionnées dans la graphie par le trait d'union : grand-chose, grand-place, grand-peine.