LA MORPHOLOGIE VERBALE AU XIe SIÈCLE

Dans le domaine de la morphologie verbale, on vient de voir que le protofrançais conservait dans ses graphies de la 3e personne du singulier la désinence –t précédée de voyelle, finale supposée disparue de la prononciation (cf. § 5.2.4) ; la langue du XIe siècle fera de même :

Exemples
Li reis Marsilie la tient, ki Deu nen aimet
Mahumet sert e Apollin recleimet :
Nes poet guarder que mals ne l'i ateignet.
(Chanson de Roland, v. 7-9)

Plus notable sera au XIe siècle l'extension des désinences –ons/–uns (issues d'un hypothétique *–umus) et –ez/–eiz (issues de –atis) aux 1re et 2e personnes du pluriel pour différents tiroirs du système verbal :

Exemples
Si li preiuns que de tuz mals nos tolget
(La vie de saint Alexis, CI, 5)
Granz est la presse, nus n'i poduns passer
(La vie de saint Alexis, CIV, 2)
Asez est melz qu'il i perdent le chefs, / Que nus perduns l'onur ne la deintet, / Ne nus seiuns cunduiz a mendeier.
(La chanson de Roland, v. 45-47)
An la maisun Eulemien quereiz / Quer iloec est, iloc le trovereiz.
(La vie de saint Alexis, LXIII, 4-5)
Seignurs, vos en ireiz / Branches d'olive en voz mains portereiz, / Si me direz a Carlemagne, le rei, / Pur le soen Deu qu'il ait m(er)ercit de mei.
(La chanson de Roland, v. 80-83)
Ço dist li reis : « E vos l'i ameneiz. »
(La chanson de Roland, v. 510)