LA MORPHOLOGIE VERBALE AU XIIIe SIÈCLE

Le système verbal du français du XIIIe siècle se distingue essentiellement de celui du siècle précédent en ce qu'il subit les effets de l'analogie, d'une part, et les derniers contrecoups de l'évolution phonétique, d'autre part.

1.   L'évolution analogique

Au XIIe siècle, la 1re personne du singulier du présent (et de beaucoup d'autres tiroirs) se caractérisait par l'absence de désinence, une caractéristique qui s'explique par l'amuïssement presque généralisé des voyelles finales en gallo-roman.

Lorsque l'amuïssement de la voyelle finale a pour effet de rendre final un groupe consonantique (primaire ou secondaire), une voyelle d'appui a fait son apparition. À la fin du XIIIe siècle, cette voyelle d'appui commence à s'étendre à tous les verbes à infinitif en –er, d'abord pour les verbes à radical consonantique, pour éviter l'amuïssement de la consonne devenue finale et préserver ainsi l'intégrité du radical, plus tardivement pour les verbes à radical vocalique :

Exemples
chant → chante
pri → prie

La finale –e va devenir progressivement pour ces verbes la désinence de la 1re personne du singulier, même s'il va subsister des formes sans –e jusqu'au XVIe, voire au XVIIe siècle.

2.   Les faits d'homophonie

L'amuïssement des consonnes finales et, dans une moindre mesure, la réduction des diphtongues vont contribuer à rendre homophones de nombreuses formes verbales :

Exemples
chantes = chante = chantent
chanté = chantai = chanter

Ces faits d'homophonie ne nuisent toutefois pas à la communication :

La langue du XIIIe siècle s'accommode donc parfaitement de ces innombrables faits d'homophonie verbale.

3.   Les dernières conséquences de l'évolution phonétique

L'évolution des diphtongues a un effet marqué sur les formes de l'imparfait, dont les désinences étaient diphtongales :

   
  LV XIIe s. XIIIe s.
Singulier 1re pers. *cantéa chanteie chantoie
2e pers. *cantéas chanteies chantoies
3e pers. *cantéat chanteit chantoit
Pluriel 1re pers. *cantéamus chantïens chantiens
chantiiens
chantïons chantions
2e pers. *cantéatis chantïez chantiez
chantiiez
3e pers. *cantéant chanteient chantoient

La prononciation des finales des 3 personnes du singulier et de la 3e personne du pluriel s'impose au XIIIe siècle, même si les graphies adoptées reflètent la dernière étape de la diphtongaison.

Par ailleurs, certains passés issus de parfaits en –si connaissent également une évolution phonétique touchant leur infixe –s–, qui tend à s'amuïr dans les formes faibles (où [z] est en position implosive, suite à la chute de la voyelle post-tonique) et tend à s'effacer dans les graphies de ces formes (et vraisemblablement dans les prononciations) :

  Étymon XIIe s. XIIIe s.
Singulier 1re pers. *prési pris pris
2e pers. *presísti presis preïs
3e pers. *présit prist prist
Pluriel 1re pers. *presímus presimes preïmes
2e pers. *presístis presistes preïstes
3e pers. *préserunt prisdrent prisdrent