LA MORPHOLOGIE VERBALE DU LATIN CLASSIQUE

En latin classique, le verbe se conjugue en voix, mode, temps, personne et nombre, cette dernière catégorie étant seule commune au nom et au verbe.

Les tiroirs verbaux du latin classique sont les suivants :

Indicatif Subjonctif Impératif Infinitif Gérondif Participe Adjectif verbal Supin
présent présent présent présent   présent    
imparfait imparfait            
futur simple   futur futur   futur    
parfait parfait   parfait   parfait    
plus-que-parfait plus-que-parfait            
futur antérieur              

Toute forme verbale latine se compose au moins :

  1. d'un radical (comme pour le nom, c'est la partie stable du verbe) différent par exemple pour le présent (infectum) et le parfait (perfectum), thème qui est vocalique ou consonantique ;
  2. et d'une désinence spécifique, véhiculant les informations de nombre et de personne, voire de voix (lorsque la voix n'est pas signifiée par une périphrase) ou de temps (les désinences de l'indicatif parfait sont par exemple distinctes de celles des autres formes dites finies).

Entre le thème et la désinence peuvent se greffer :

  1. une voyelle thématique (principalement lorsque le thème est consonantique) ;
  2. un infixe (p. ex. –ba– pour l'indicatif imparfait, –re– pour le subjonctif imparfait…)

Aux modes nominaux, les formes se déclinent en s'alignant sur les paradigmes des noms (infinitif, gérondif, supin) ou sur ceux des adjectifs (participes et adjectif verbal).

Au plan de la voix, le participe présent et le participe futur sont réputés actifs, le participe parfait est réputé passif ; les autres tiroirs opposent une forme active à une forme passive (voire à une périphrase passive).

Il en résulte un système d'une grande richesse et d'une grande complexité, mais aussi d'une grande cohérence.