LA MORPHOSYNTAXE ET LA SYNTAXE AU XIIIe SIÈCLE

Au XIIIe siècle, la perte progressive de la déclinaison bicasuelle, la non-différenciation du nombre dans la prononciation de la plupart des mots, suite à l'amuïssement du [s] final, vont avoir comme corollaire le recours plus systématique aux articles, que certains linguistes modernes perçoivent comme le substitut morphosyntaxique de la désinence, comme une sorte de désinence qui se placerait désormais devant le mot.

Les mêmes linguistes estiment par ailleurs que le pronom personnel sujet, dont l'emploi s'étend à la même période, jouera un rôle semblable et prendra le relais d'une morphologie verbale devenue non discriminatoire, le pronom étant pour eux au verbe ce que l'article est au nom.

On notera toutefois que le nom peut au XIIIe siècle continuer de se passer de tout article, comme le verbe peut se passer de tout sujet exprimé : dans son ensemble, la syntaxe du français du XIIIe siècle est conforme à celle du XIIe.