LA MORPHOSYNTAXE ET LA SYNTAXE DU LATIN VULGAIRE

En latin vulgaire, dans le domaine nominal, la réduction du système casuel a pour conséquence une tendance à employer davantage les prépositions pour signifier les relations syntaxiques entre mots, la morphologie seule n'étant plus à même de s'en charger efficacement.

Ces prépositions sont généralement suivies d'une forme à l'accusatif sans [m] final dans les témoins écrits que nous avons conservés de cette époque ; c'est qu'en effet, l'accusatif a hérité les emplois du génitif, de l'ablatif et du datif — le nominatif ayant pour sa part hérité les emplois du vocatif (on trouve des formes du nominatif en lieu et place de vocatifs chez Plaute) :

Exemples
LC Iacobus patri librum dat >< LV Jacomos levro a ppatre donat
LC Iacobus mihi librum patris dat >< LV Jacomos me levro de patre donat / Jacomos levro de patre a mme donat1

La réduction de la flexion nominale, l'usage généralisé des prépositions vont avoir des conséquences importantes sur l'ordre des mots : le recours récurrent aux prépositions, solidaires du nom qu'elles régissent, va concourir à fixer progressivement l'ordre des mots — un processus fort lent qui n'aboutira qu'en moyen français.

C'est aussi au latin vulgaire que remonterait la formation de la classe des articles, autre trait qui distingue fondamentalement les langues romanes de leur langue-mère ; le processus reste toutefois difficile à localiser dans le temps.

1     Exemples collectés sur Wikipedia