Balades >> Balade 25

Qui bien vouldroit justement regarder

Incipit Qui bien vouldroit justement regarder
Titre Balade
 
Emplacement dans le ms. de référence 7a
Présence dans d'autres manuscrits ---
 
Éditions antérieures
N° de la pièce dans le ms. de référence XXV

Balade

 

 

Qui bien vouldroit justement regarder

 

 

Les biens de Dieu encontre les mondains,

 

 

Cure n'aroit de richesce[s] garder,

 

 

Qui plus fuitives sont que cours de dains.

5

 

Ceuls qui les ont sont de tristesce plains,

 

 

De grant paour qu'on ne leur tolle ou emble.

 

 

Qu'est ce del mont qui blesce les plus sains ?

 

 

C'est tout noiant, par ma foy, ce me semble.

 

 

 

 

 

L'en n'y puet pas sa vie retarder,

10

 

Au mieulx venir, de .lx. ans ou moins,

 

 

Dont .xx. ans sont en jonesse gastéz,

 

 

En doute d'ame et autres perilz mains.

 

 

Dix ans y a pour tirer a ses mains

 

 

L'avoir mondain qui a dure s'assemble,

15

 

Dix ans regner et dix ans estre vains :

 

 

C'est tout neant, par m foy, ce me semble.

 

 

 

 

 

Mais des biens Dieu, qui ne puelent tarder

 

 

A ceuls qui ont vers lui les cuers certains,

 

 

Se doit chascuns en ce monde farder :

20

 

Car quant il muert, je suis seurs et certains

 

 

Qu'il yert jugiéz selon ses faiz humains,

 

 

Dont mes las cuer et l'esperit me tremble :

 

 

Penséz y tuit qui du monde estes tains.

 

 

C'est tout noient, par ma foy, ce me semble.