Balades >> Balade 37

Quant j'ay veu tous les mondains estas

Incipit Quant j'ay veu tous les mondains estas
Titre Balade
 
Emplacement dans le ms. de référence 9c
Présence dans d'autres manuscrits ---
 
Éditions antérieures
N° de la pièce dans le ms. de référence XXXVII

Balade

 

 

Quant j'ay veu tous les mondains estas

   

 

 

Des lieux royaulx et de chevalerie,

   

 

 

Et advisé des plus haulx aux plus bas

   

 

 

Les pratiques et la mahommerie,

   

5

 

Tant sur les queux qu'en l'eschaçonnerie,

   

 

 

Et autre part, je voy communement

   

 

 

Qu'il n'est hommeSaint-Hilaire corrige en honneur en ceste morteleSaint-Hilaire corrige en mortel
(conséquence de la correction précédente)
vie,

   

 

 

Fors aux commis a departir argent.

   

 

 

 

   

 

 

Aucuns parlent d'onourer advocas,

   

10

 

Et les autres, clercs en theologie,

   

 

 

Mais ce sont ceuls qui ont plaiz et debas,

   

 

 

Car un chascun ne les honoure mie.

   

 

 

On se retrait souvent de seignourie,

   

 

 

Mais je ne voy grace avoir entre gent,

   

15

 

N'oneur donner a nul, quoy que l'en die,

   

 

 

Fors aux commis a departir argent.

   

 

 

 

   

 

 

Dieux sont mondainSaint-Hilaire corrige en mondains, qui ont argent en tas,

   

 

 

Et aouréz tant comme ydolatrie.

   

 

 

On les poursuit humblement, pas a pas.

   

20

 

Si grant n'y a qu'a eulx ne s'umilie,

   

 

 

En deffublant, a genoulz on les prie,

   

 

 

ObeissantMs. En obeissant a leur commandement,

  Ms. +1

 

 

Ne secours n'est qu'aucuns ait ne aie,

   

 

 

Fors aux commis a departir argent.