Balades >> Balade 63

En trois oiseaulx me muerent jadis

Incipit En trois oiseaulx me muerent jadis
Titre Balade
 
Emplacement dans le ms. de référence 15a-b
Présence dans d'autres manuscrits ---
 
Éditions antérieures
N° de la pièce dans le ms. de référence LXIII

Balade

 

 

En trois oiseaulx me muerent jadis

 

 

 

 

 

Les dieux de l'air, et trop soudainement :

 

 

 

 

 

Je sui faucon, car toutes choses vis.

 

 

 

 

 

S'en fu en giéz tenu trop longuement.

 

 

 

5

 

Grue devins qui oit moult clerement,

 

15b

 

 

 

En tant oy que ce fut mon dommaige.

 

 

 

 

 

Et aprés ce, fu pie, et mis en caige.

 

 

 

 

 

Pour mon parler me fist on la tenir.

 

 

 

 

 

Veoir, oir m'ont grevé et langaige :

 

 

 

10

 

Je ne sçay mais quel beste devenir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lors Jupiter venus de Paradis

 

 

 

 

 

Me conforta et me dist doucement :

 

 

 

 

 

― De ces trois poins ne soies esbahis,

 

 

 

 

 

Car Cerberus et Plutho ensement,

 

 

 

15

 

Les dieux d'enfer, font ce gouvernement,

 

 

 

 

 

Qui n'amerent onques oisel ramaige.

 

 

 

 

 

Veoir, oir reciter leur oultraige

 

 

 

 

 

Leur desplaist trop. VueilleMs. veille t'en souvenir.

 

 

 

 

 

― Confortéz moi, dittes moyMs. dittes moy donc que ferai ge ?

 

 

Ms. +1

20

 

Je ne sçay mais quel beste devenir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

― Tu devendras, par mon conseil, fourmis

 

 

 

 

 

Qui se pourvoit en tous cas cautement :

 

 

 

 

 

Garnis toy bien, soies en ton trou mis.

 

 

 

 

 

Devient bugles qui oit tardivement.

 

 

 

25

 

Taupe te tien, qui ne voit nullement,

 

 

 

 

 

Et herissons qui sa bouche assouaige :

 

 

 

 

 

Tout estre en soy leSaint-Hilaire corrige en se garde de dommaige.

 

 

 

 

 

Ainsis te fault, pour vivre, maintenir.

 

 

 

 

 

― Ainsis feray ? pou y voy d'aventaige :

 

 

 

30

 

Je ne sçay mais quel beste devenir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'envoy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Princes, le Dieu que l'en tien a si saige

 

 

 

 

 

Dit qu'on ne doit parler, veoir, n'oir

 

 

 

 

 

Pour le jour d'ui, et pour ce, sanz servaige,

 

 

 

 

 

Je ne sçay mais quel beste de venir.