Balades >> Balade 115

Trop de gent sont qui honourent l'abit

Incipit Trop de gent sont qui honourent l'abit
Titre Balade
 
Emplacement dans le ms. de référence 26c-d
Présence dans d'autres manuscrits ---
 
Éditions antérieures
N° de la pièce dans le ms. de référence CXV

Balade

 

 

Trop de gent sont qui honourent l'abit

 

 

 

 

 

Et au corps font pour robe reverence,

 

 

 

 

 

Et ne tiennent compte de l'esperit

 

 

 

 

 

De cil qui a bonnes meurs et science.

 

 

 

5

 

Et n'ont regart a la sufficience

 

26d

 

 

 

Du corps, s'il n'est paréz de riches draps.

 

 

 

 

 

Combien que tel vest robe de bourras,

 

 

 

 

 

Ou la porte cointe et intercisee,

 

 

 

 

 

Qui plus a sens qu'en telz est advocas :

 

 

 

10

 

On ne congnoist aux robes la pensee.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'entendement et la voulenté fist

 

 

 

 

 

Dieu des hommes forméz a sa semblance.

 

 

 

 

 

Nuz les crea et puis l'ame leur mist

 

 

 

 

 

Ou chetif corps, sanz faire difference

 

 

 

15

 

De nul qui soit au naistre n'en semence.

 

 

 

 

 

Les grans robes saiges ne les font pas,

 

 

 

 

 

Ne fos aussi. Riens n'y font en ce cas

 

 

 

 

 

Povres habiz, fors sicence approucee,

 

 

 

 

 

Sens naturel, et le bien faire : helas !

 

 

 

20

 

On ne congnoist aux robes la pensee.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Apostres ne le doulz Jhesu Crist

 

 

 

 

 

Ne porterent draps de grant apparance,

 

 

 

 

 

Mais leurs vertus furent de grant proufit

 

 

 

 

 

Qui ont partout donné bonne creance.

 

 

 

25

 

Robes de vair ne de gris n'ont puissance

 

 

 

 

 

D'assagir nul. Mais puis que le sens as,

 

 

 

 

 

Se robes vestsMs. vestus pour ce ne le perdras.

 

 

Ms. +1

 

 

Foulz sa fleur pour sa robe herminee

 

 

 

 

 

Ne laissera, ne son sens l'omme bas :

 

 

 

30

 

On le congnoist aux robes la pensee.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'envoy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prince, n'aiéz nul saige homme en despit,

 

 

 

 

 

Se grant estat n'a ou robe fourree,

 

 

 

 

 

Car tel scet moult qui est povre et petit :

 

 

 

 

 

On ne congnoist aux robes la pensee.