Balades >> Balade 125

Trop me merveil de ce monde present

Incipit Trop me merveil de ce monde present
Titre Balade
 
Emplacement dans le ms. de référence 28d
Présence dans d'autres manuscrits ---
 
Éditions antérieures
N° de la pièce dans le ms. de référence CXXV

Balade

 

 

Trop me merveil de ce monde present

 

 

Ou les aucuns sont si bien fortuné

 

 

Que sans sçavoir ni estre diligent

 

 

Ont riche estat et sont fort honouré.

5

 

Et ceulx qui ont tout leur temps labouré

 

 

Et qui ont sens et diligence bonne

 

 

Sont soufraitteux et de dure heure né,

 

 

Car ilz ne sont remeris de personne.

 

 

 

 

 

Dont puet venir de ce le mouvement ?

10

 

Est il [par Dieu] a chacun destiné

 

 

Que l'un ait bien, l'autre soit indigent ?

 

 

Certes, nenil. Mais Grace y a ouvré

 

 

Et Foul Plaisir : ce sont li dui degré

 

 

Dont maint coquart vont a la haulte bonne,

15

 

Sanz lesquelz deux li bon sont tel mené,

 

 

Car ilz ne sont remeris de personne.

 

 

 

 

 

Et certes, c'est merveilleus jugement

 

 

En noble cuer que bon soit decliné

 

 

Par Foul Plaisir, dont tel grace descent

20

 

Que le chetif est en hault eslevé.

 

 

Ignorance a ce plaisir alevé,

 

 

Tant qu'en mains lieux autre cloche ne sonne,

 

 

Contre les bons a trop perseveré,

 

 

Car ilz ne sont remeri de personne.