Balades >> Balade 168

Quant j'ay la terre et mer avironnee

Incipit Quant j'ay la terre et mer avironnee
Titre Balade
 
Emplacement dans le ms. de référence 37a-b
Présence dans d'autres manuscrits ---
 
Éditions antérieures
N° de la pièce dans le ms. de référence CLXIX

Balade

 

 

Quant j'ay la terre et mer avironnee,

 

 

 

 

Et visité en chascune partie

 

 

 

 

Jherusalem, Egipte et Galilee,

 

 

 

 

Alixandre, Damas et la Surie,

 

 

5

 

Babiloine, le Caire et Tartarie,

 

 

 

 

Et touz les pors qui y sont,

 

 

 

 

Les espices et succres qui s'i font,

 

 

 

 

Les fins draps d'or et soye du pays,

 

 

 

 

Valent trop mieulx ce que les François ont :

 

37b

10

 

Riens ne se puet comparer a Paris.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est la cité sur toutes couronnee,

 

 

 

 

Fonteine et puis de sens et de clergie,

 

 

 

 

Sur le fleuve de Saine situee.

 

 

 

 

Vignes, bois a, terres et praerie.

 

 

15

 

De touz les biens de ceste mortel vie

 

 

 

 

A plus qu'autres citéz n'ont.

 

 

 

 

Tuit estrangier l'aiment et ameront,

 

 

 

 

Car, pour deduit et pour estre jolis,

 

 

 

 

Jamais cité tele ne trouveront :

 

 

20

 

Riens ne se puet comparer a Paris.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais elle est bien mieulx que ville fermee,

 

 

 

 

Et de chasteaulx de grant anceserie,

 

 

 

 

De gens d'honneur et de marchans peuplee,

 

 

 

 

De touz ouvriers d'armes, d'orfavrerie.

 

 

25

 

De touz les ars c'est la flour, quoy qu'on die :

 

 

 

 

Touz ouvraiges a droit font.

 

 

 

 

Subtil engin, Entendement parfont

 

 

 

 

Verréz avoir aux habitans toudis,

 

 

 

 

Et Loyaulté aux euvres qu'ilz feront :

 

 

 

 

Riens ne se puet comparer a Paris.