Balades >> Balade 169

O tu, cité, de justice aournee

Incipit O tu, cité, de justice aournee
Titre Autre Balade
 
Emplacement dans le ms. de référence 37b-c
Présence dans d'autres manuscrits ---
 
Éditions antérieures
N° de la pièce dans le ms. de référence CLXX

Autre Balade

 

 

O tu, cité, de justice aournee,

 

 

 

 

Qui onques jour n'aouvras de tirannie,

 

 

 

 

Fille de Dieu et par lui gouvernee,

 

 

 

 

Mere de foy, marrastre d'eresie,

 

 

5

 

Le vrai estoc de la theologie,

 

 

 

 

A qui tuit Crestien vont.

 

 

 

 

Saincte cité qui de touz faiz respont,

 

 

 

 

Dieux a sur toy regart et paradis,

 

 

 

 

Soubz le meilleur climat qui soit en mont :

 

 

10

 

Riens ne se puet comparer a Paris.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A toy ne soit nulle autre comparee,

 

 

 

 

Babiloine ne s'i comparast mie,

 

 

 

 

Ne Romme aussi qui tant fut renomme,

 

37c

 

 

Ne Ninive, Florence, ne Pavie,

 

 

15

 

Troie la grant dont tu es departie.

 

 

 

 

Ne cil que jamais seront

 

 

 

 

A toy seule comparer ne pourront.

 

 

 

 

De tes grans biens est chascuns esbahis :

 

 

 

 

Plus en prant on et plus en demourront.

 

 

20

 

Riens ne se puet comparer a Paris.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour ce dois tu partout estre louee,

 

 

 

 

Et chascuns doit amer ta seignourie :

 

 

 

 

Mainte Dame as de grant beauté paree.

 

 

 

 

Suir te suelt bonne chevalerie.

 

 

25

 

Tu as moult d'or, d'argent, de pierrerie

 

 

 

 

Et de joyaulx sur Grant Pont.

 

 

 

 

Le grant palais qui les mauvais confont,

 

 

 

 

Dont le seigneur est chief des fleurs de lis.

 

 

 

 

Tes noms durra, tuit dient et diront :

 

 

30

 

Tiens ne se puet comparer a Paris.