Balades >> Balade 240

Las ! je me plain, destruite et desolee

Incipit Las ! je me plain, destruite et desolee
Titre Autre Balade
 
Emplacement dans le ms. de référence 51d-52a
Présence dans d'autres manuscrits ---
 
Éditions antérieures
N° de la pièce dans le ms. de référence CCXLIII

Autre Balade

 

 

Las ! je me plain, destruite et desolee :

 

 

 

 

Tout le monde me fait sedicion.

 

 

 

 

Je fus jadis saincte Eglise appellee.

 

 

 

 

Pierres et Polz par predicacion,

 

 

5

 

Par ferme foy, par operacion,

 

52a

 

 

Par euvre de charité,

 

 

 

 

Par dire voir, par soufrir povreté

 

 

 

 

Firent a moy mains peuples convertir,

 

 

 

 

Et de la loy paienne departir,

 

 

10

 

Tant que pour moy furent lors decolé.

 

 

 

 

Mais a present mon fait est desolé :

 

 

 

 

Nulz ne veult mais pour moy estre martyr.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lors et depuis fu long temps honouree,

 

 

 

 

Car li apostre en grant devocion

 

 

15

 

Desquelz la char a esté martiree

 

 

 

 

Preschierent Dieu en toute region,

 

 

 

 

L'advenement, mort, resurrection,

 

 

 

 

Garissans par leur saincté

 

 

 

 

Maint languereus. Maint mort resuscité

 

 

20

 

Fut lors par eulx qui tout voulrent soufrir

 

 

 

 

Pour Verité et pour Foy soustenir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dont maint pais fut par eulx conquesté.

 

 

 

 

Autrement va. Chascun quiert Vanité :

 

 

 

 

Nul ne veult mes pour moy estre martir.

 

 

 

 

 

 

 

25

 

Synaguogue puis estre figuree.

 

 

 

 

My sers en moy font fornicacion,

 

 

 

 

Pour moy occir, contendent a l'espee,

 

 

 

 

Et de mes biens font vil vendicion.

 

 

 

 

O vray espoux, envoie de Syon

 

 

30

 

Par ta grant benignité

 

 

 

 

Des faulx mauvais venger l'iniquité

 

 

 

 

Qui en touz cas vont au Sathan servir,

 

 

 

 

Et ne vueilles moy t'espouse guerpir

 

 

 

 

Ne remanoir ou tele adversité,

 

 

35

 

Ains me secours, doulz Dieux, par ta pité :

 

 

 

 

Nulz ne veult mes pour moy estre martir.