Balades >> Balade 266

Puis qu'il vous plaist que je die de bon

Incipit Puis qu'il vous plaist que je die de bon
Titre Autre Balade
 
Emplacement dans le ms. de référence 58a-b
Présence dans d'autres manuscrits ---
 
Éditions antérieures
N° de la pièce dans le ms. de référence CCLXIX

Autre Balade

 

 

Puis qu'il vous plaist que je die de bon,

 

 

 

 

 

Je le feray a vo commandement :

 

 

 

 

 

Soiéz saiges, gardéz vostre renom

 

 

 

 

 

Et améz Dieu et doubtéz fermement,

 

 

 

5

 

Et en voz faiz vous portéz humblement.

 

 

 

 

 

Loyauté soit en vostre compaignie,

 

 

 

 

 

Pitié aussi, et ne me dittes mie,

 

 

 

 

 

Et avec vous soit en tous temps Honeur,

 

 

 

 

 

Humilité, Douçour et Courtoisie :

 

 

 

10

 

Je ne vous sçay chose dire meilleur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et en tous lieux fuiéz noise et tenson.

 

 

 

 

 

A toutes gens parléz benignement.

 

 

 

 

 

Sobre soiéz. Fuiéz estrange don.

 

 

 

 

 

A vo pouoir gouvernéz loyaument.

 

 

 

15

 

Donnéz pour Dieu, faictes secretement

 

 

 

 

 

Voz aumosnes, non par ypocrisie,

 

 

 

 

 

Pour los avoir, ne pour estre prisie,

 

 

 

 

 

Fors pour gaingner l'amour Nostre Seigneur.

 

 

 

 

 

Servéz bien Dieu et la Vierge Marie :

 

 

 

20

 

Je ne vous sçay dire chose meilleur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ainsi vo corps garderéz et vo nom

 

 

 

 

 

Qui demourra, puis vo trespassement,

 

58b

 

 

 

A voz amis exemple, ce scet on.

 

 

 

 

 

Et vo bien fait sera le sauvement

 

 

 

25

 

De voz ames : ce pardurablement

 

 

 

 

 

Emporteront en la joieuse vie :

 

 

 

 

 

Plus n'emporte homs qui du monde desvie.

 

 

 

 

 

Et le bon nom demourra comme fleur.

 

 

 

 

 

Adviséz ci, mes dames, je vous prie :

 

 

 

30

 

Je ne vous sçay dire chose meilleur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'envoy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dames, a qui je vueilMs. vueil dire de chiere lie

 

 

Ms. +2

 

 

Comme voz serfs obeir sanz folour,

 

 

 

 

 

Prenéz en gré mon dit, je vous supplie :

 

 

 

 

 

Je ne vous sçay dire chose meilleur.