Balades >> Balade 559

Le philosophe et li naturien

Incipit Le philosophe et li naturien
Titre Autre Balade
 
Emplacement dans le ms. de référence 230b-c
Présence dans d'autres manuscrits ---
 
Éditions antérieures
N° de la pièce dans le ms. de référence DCCCXCI

Autre Balade

 

 

Le philosophe et li naturien

 

 

 

 

Dient que c'est tresparfaitte nature

 

 

 

 

Que de cheval espaingnol et de chien,

 

 

 

 

Et qui aiment humaine creature.

 

 

5

 

Car chiens vivre ne pourroit

 

 

 

 

Se de l'omme compaignie n'avoit,

 

 

 

 

Et le cheval blescé jusques a mort

 

 

 

 

A son maistre pour un jour ne fauldroit.

 

 

 

 

Mais a present n'en suis pas bien d'acort.

 

230c

 

 

 

 

 

10

 

Car j'ay nourri .iiii. chevaulx au mien

 

 

 

 

Et gouvernéz de tresbonne pasture,

 

 

 

 

N'oncques encor je ne leur meffis rien.

 

 

 

 

SyMs. Gy ay [je] fait mauvaise nourreture.

 

 

 

 

Qu'a l'oste qui les gardoit

 

 

15

 

Se sont fortrait, et pour ce qu'om li doit,

 

 

 

 

Dit qu'a Paris les [re]tendra au fort.

 

 

 

 

Aler a piet ainsi m'en convendroit :

 

 

 

 

Mais a present n'e[n] suis pas [bien] d'acort.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce sont cheval qui rendent mal pour bien

 

 

20

 

Et qui vivre font leur maistre a usure,

 

 

 

 

Et se cachent et despendent le sien,

 

 

 

 

Et qui d'aler de la ville n'ont cure.

 

 

 

 

Jamais chiens ce ne feroit,

 

 

 

 

Car son maistre pour riens ne guerpiroit :

 

 

25

 

Or voit on bien que mes chevaulx ont tort,

 

 

 

 

Qui me fauldront si l'en ne m'i pourvoit :

 

 

 

 

Mais a present n'en suis pas bien d'acort.