Balades >> Balade 561

Je fu l'autrier trop mal venuz

Incipit Je fu l'autrier trop mal venuz
Titre Autre Balade
 
Emplacement dans le ms. de référence 230d-231a
Présence dans d'autres manuscrits ---
 
Éditions antérieures
N° de la pièce dans le ms. de référence DCCCXCIII

Autre Balade

 

 

Je fu l'autrier trop mal venuz

 

 

 

 

Quant j'alay pour veir Calays.

 

 

 

 

J'entray dedenz comme cornuz,

 

 

 

 

Sanz congié. Lors vint .ii. Anglois,

 

 

5

 

Granson devant et moy aprés,

 

 

 

 

Qui me prindrent parmi la bride.

 

 

 

 

L'un me dist : ― Dogue. L'autre : ― Ride.

 

 

 

 

Lors me devint la coulour bleue :

 

231a

 

 

― Goday, fait l'un. L'autre : ― Commidre.

 

 

10

 

Lors dis : ― Oil, je voy vo queue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour mal content s'en est tenuz

 

 

 

 

L'un d'eulx, qui estoit le plus lays,

 

 

 

 

Et dist : ― Vous serés retenuz

 

 

 

 

Prinsonnier, vous estes forfais.

 

 

15

 

Mais Granson s'en aloit adés

 

 

 

 

Qui en riant faisoit la vuide :

 

 

 

 

A eulxMs. Deulx m'avoit trahi, ce cuide.

 

 

 

 

En anglois dist : ― Pas ne l'adveue.

 

 

 

 

Passer me font de Dieu l'espite.

 

 

20

 

Lors dis : ― Oil, je voy vo queue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis ay mes talons estenduz

 

 

 

 

De mon roucin, le serray pres,

 

 

 

 

Lors sault, si furent espanduz.

 

 

 

 

Deléz Granson fut mes retrais.

 

 

25

 

La ne me vault treves ne pais,

 

 

 

 

De paour la face me ride,

 

 

 

 

De tel amour ma mort [me] cuide.

 

 

 

 

Au derrain leur dist : ― Je l'adveue.

 

 

 

 

― Chien, faisoit l'un, vez vous vo guide ?

 

 

30

 

Lors dis : ― Oil, je voy vo queue