Balades >> Balade 580

Or ay je tant, Dieu merci, attendu

Incipit Or ay je tant, Dieu merci, attendu
Titre Autre Balade
 
Emplacement dans le ms. de référence 238d-239a
Présence dans d'autres manuscrits ---
 
Éditions antérieures
N° de la pièce dans le ms. de référence DCCCCXIX

Autre Balade

 

 

Or ay je tant, Dieu merci, attendu

 

 

 

 

Que desormais puis bein avoir mon don,

 

 

 

 

Car vous avéz, si com j'ay entendu,

 

 

 

 

Et de nouvel, deux genés d'Arragon :

 

 

5

 

Envoiéz moy coursier ou roucin bon,

 

 

 

 

De ce suppli vostre hault[e] noblesse,

 

 

 

 

Et mesmement que vous avéz le nom

 

 

 

 

De voluntiers tenir vostre promesse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ay mon argent en Julliers despandu,

 

 

10

 

Et Ardenne a destruit le compaignon.

 

 

 

 

Par les bois sont my chveal morfondu,

 

 

 

 

Riens ne me vault fraper de l'esperon.

 

 

 

 

Autant vauldroit chevauchier un baston

 

239a

 

 

Que mes chevaulx, dont chascun d'eulx me lesse.

 

 

15

 

Acomplisséz donques vostre renom

 

 

 

 

De voluntiers tenir vostre promesse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un lay vous doy, bien vous sera rendu,

 

 

 

 

Et chascun an, pour ce et en guerredon,

 

 

 

 

Coursier aray de vous ou j'ay tendu.

 

 

20

 

Promis l'avéz, jugiéz se c'est raison.

 

 

 

 

Sinon croupir me fault en ma maison

 

 

 

 

Ou chevauchier jument, asne ou asnesse.

 

 

 

 

Ne failléz donc, ce seroit desraison,

 

 

 

 

De voluntiers tenir vostre promesse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'envoy

 

 

 

 

 

 

 

25

 

Princes de Bar, ne querréz achoison

 

 

 

 

De refuser ce de quoy je vous presse,

 

 

 

 

Car plus donrréz, plus aréz a foison

 

 

 

 

De voluntiers tenir vostre promesse.