Balades >> Balade 626

Tourment de corps, abregement de vie

Incipit Tourment de corps, abregement de vie
Titre Autre Balade morale
 
Emplacement dans le ms. de référence 255d-256a
Présence dans d'autres manuscrits ---
 
Éditions antérieures
N° de la pièce dans le ms. de référence DCCCCLXXVI

Autre Balade morale

 

 

Tourment de corps, abregement de vie,

 

 

 

 

Paine de cuer, lime pour tout lymer,

 

 

 

 

Perte de sens et de chevalerie,

 

 

 

 

Traveil sanz fin est de soy marier.

 

 

5

 

Car chevaliers et clercs fault varier

 

 

 

 

Leurs .ii. estas, l'un sens, l'autre prouesce,

 

 

 

 

Par femme avoir. Ainsi chascun se blesce

 

 

 

 

Qu'aux .ii. mestiers n'a leurs femmes ensemble

 

 

 

 

Ne puet servir nulz que l'un d'eulx n'en blesce :

 

 

10

 

Qui se marie, il est foul, ce me semble.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Car a femme fault estat et mesgnie,

 

 

 

 

Robes, joyaulx, s'amour continuer,

 

 

 

 

Meubles d'ostel, garnisons, et lors crie

 

 

 

 

Quant on lui fait longuement demander.

 

 

15

 

S'elle a enfans, il les fault gouverner,

 

 

 

 

Nourrice avoir, lors fera la maistresse.

 

 

 

 

Pour tout querir fault avoir grant destresse.

 

 

 

 

A son mari s'elle autrui deduit emble

 

 

 

 

Et il le scet, jamais n'ara leesce :

 

 

20

 

Qui se marie, il est foul, ce me semble.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'acquerir art clerc sa science oublie,

 

 

 

 

Et chaveliers ne se puet exercer

 

 

 

 

En fait d'armes, sa poursuite est perie.

 

 

 

 

Ainsis leur fault moult de maulx endurer,

 

 

25

 

De criz, de plours, de dangereus parler

 

 

 

 

Par leurs femmes, et tel doleur ne cesse

 

256a

 

 

Jusqu'a la mort. Dont est ce grant simplesse

 

 

 

 

A chascun d'eulx quant a femme s'assemble

 

 

 

 

Pour delaisser franchise, sens, noblesse :

 

 

30

 

Qui se marie, il est foul, ce me semble.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'envoy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Princes, bons clercs, chevaliers en jeunesce

 

 

 

 

Ne se doivent pour or ne pour richesce

 

 

 

 

Bouter ou feu qui art et qui estrangle

 

 

 

 

Les mariéz, car tous maulx les paresse.

 

 

35

 

Vivent donc frans, chascuns tel lien lesse :

 

 

 

 

Qui se marie, il est foul, ce me semble.