Balades >> Balade 867

Depuis qu'Amour m'ot donné congnoissance

Incipit Depuis qu'Amour m'ot donné congnoissance
Titre Balade amoureuse et de congnoissance d'amour
 
Emplacement dans le ms. de référence 342a-b
Présence dans d'autres manuscrits ---
 
Éditions antérieures
N° de la pièce dans le ms. de référence MCCLVII

Balade amoureuse et de congnoissance d'amour

 

 

Depuis qu'Amour m'ot donné congnoissance

 

 

 

 

Et qu'il me voult son serviteur nommer,

 

 

 

 

Que .xvi. ans n'oy, en lui prins tel plaisance

 

 

 

 

Que tout mon ceur mis des lors a amer

 

 

5

 

Dame ou il n'a orgueil, vice n'amer,

 

 

 

 

Jeune, gentil, belle, bonne amoureuse,

 

 

 

 

Humble en regart, en maintien gracieuse,

 

 

 

 

De qui je suy le servant et seray

 

 

 

 

Pour son grant bien et sa vie joieuse :

 

 

10

 

A tousjours mais, com[me] siens l'ameray.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Car des .xv. ans qu'elle ot en son enfance,

 

 

 

 

Lui plut a moy le nom d'ami donner

 

 

 

 

Et je lui fis com serfs obeissance

 

 

 

 

Et lui promis de son honeur garder,

 

 

15

 

Et elle m'a fait venir et aler,

 

 

 

 

Cerchier maint lieu, aventure doubteuse

 

 

 

 

En maint pais, et chose adventureuse,

 

 

 

 

Et par ma fay, se bien ou renom ay,

 

 

 

 

Tout vient de lui, c'est m'amour precieuse :

 

 

20

 

A tousjours mais comme siens l'ameray.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais en mon cuer ay trop grant desplaisance

 

 

 

 

Que si loins suy de son viaire cler,

 

 

 

 

Hors des marches ou est sa demourance,

 

342b

 

 

Qu'oir ne puis son gracieus parler.

 

 

25

 

Ce jour de may, que la deusse honourer,

 

 

 

 

Soit souvenant de mon fait et piteuse

 

 

 

 

Et ne me soit, se loing suy, oublieuse,

 

 

 

 

Car se Dieu plaist, briefment la reverray,

 

 

 

 

Comme celle qui fait ma vie eureuse :

 

 

30

 

A tousjours mais comme siens l'ameray.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'envoy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prince, on ne puet deça ne dela mer

 

 

 

 

Nulle dame querir ne reclamer

 

 

 

 

Ou il ait plus d'onneur que li en sçay.

 

 

 

 

Or me doint Dieux a joye retourner

 

 

35

 

Briefment vers li, car sanz mon cuer muet

 

 

 

 

A tousjours mais comme siens l'ameray.