Balades >> Balade 872

Treshumblement vous vueil crier mercy

Incipit Treshumblement vous vueil crier mercy
Titre Balade
 
Emplacement dans le ms. de référence 344a-b
Présence dans d'autres manuscrits ---
 
Éditions antérieures
N° de la pièce dans le ms. de référence MCCLXV

Autre Balade comment Robin crie mercy a franchise

 

 

Treshumblement vous vueil crier mercy

 

 

 

 

Et retourner en vostre seignourie

 

 

 

 

Dont franc me suy folement departy.

 

 

 

 

― Et qui es tu ? Dy le moy, je te prie.

 

 

5

 

― Je suy Robins, nez de franche lignie,

 

 

 

 

Du droit du ciel naturel premerain.

 

344b

 

 

Or me suis fait serf, convoiteux, villain,

 

 

 

 

Pour robe avoir, vin, viande et estat.

 

 

 

 

Bien a trente ans ne goustay de franc pain :

 

 

10

 

Foulz est li homs qui servitude bat.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Las ! Quant de vous, ma dame, me party

 

 

 

 

Frans vivoie de pain et de boullie,

 

 

 

 

Tout m'estoit bon, tourment n'oy ne souffry

 

 

 

 

N'encontre moy ne regna nulle envie.

 

 

15

 

Es boys couhcay soubz la franche fueillie,

 

 

 

 

De douce eaue buvoye, soir et main,

 

 

 

 

J'estoye liéz, gaiz, amoureux et sain,

 

 

 

 

Envie adonc ne me fist nul debat.

 

 

 

 

L'orde salle m'a bracé ce levain :

 

 

20

 

Foulz est li homs qui servitude bat.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Or vueil laissier ce qui m'a asservy,

 

 

 

 

Estat mondain et convoiteuse vie,

 

 

 

 

Les vanitéz ou trop fu endormy,

 

 

 

 

Qui en paour m'ont ouvert ma folie,

 

 

25

 

Je n'ay puis bien fors que merancolie,

 

 

 

 

Tristesce au cuer, pour le nom d'oneur vain.

 

 

 

 

Tout rent des cy servitude en sa main,

 

 

 

 

Qui aux frans cuers chascun jour se combat.

 

 

 

 

Frans vueil mangier doresnavant mon grain :

 

 

30

 

Foulz est li homs qui servitude bat.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'envoy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

O franc Robert, je te voy esbahy,

 

 

 

 

Et les causes du vouloir et par qui

 

 

 

 

Convoiteux homs en grant peril s'embat.

 

 

 

 

Je te reçoy : puis que t'es repenty,

 

 

35

 

De ton labour frans a tousjours mais vy :

 

 

 

 

Foulz est li homs qui servitude bat.