Balades >> Balade 887

Rome qui fut dame monarchial

Incipit Rome qui fut dame monarchial
Titre Autre Balade comment Rome fut imperial monarchie et qui subjuga mains royaumes et empires tant comme ilz amerent justice
 
Emplacement dans le ms. de référence 349b-d
Présence dans d'autres manuscrits ---
 
Éditions antérieures
N° de la pièce dans le ms. de référence MCCLXXXVI

Autre Balade comment Rome fut imperial monarchie et qui subjuga mains royaumes et empires tant comme ilz amerent justice

 

 

Rome qui fut dame monarchial

 

349c

 

 

Et qui soubmist la machine du monde

 

 

 

 

Soubz son treu et comme imperial

 

 

 

 

Regna partout en terre, en mer parfonde,

 

 

5

 

Tant comme tint de justice la bonde,

 

 

 

 

Franchise aussi, que bien commun ama,

 

 

 

 

Que vraie amour et union garda,

 

 

 

 

Que les saiges gouvernerent sa terre,

 

 

 

 

Que les vaillans, vertueus honoura,

 

 

10

 

Nulz ne lui mut noise, contens ne guerre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais aprés ce qu'oiseuse curial

 

 

 

 

Sanz exercit, richesce qui suronde,

 

 

 

 

Orgueil, qui fut le cas especial,

 

 

 

 

Couvoitise qu'en ses princes redunde,

 

 

15

 

Division, cuer haineux, inmonde,

 

 

 

 

Le commun bien que de tous poins laissa,

 

 

 

 

Justice, amour, qu'elle se conseilla

 

 

 

 

Aux jeunes foulz desquelz le conseil erre,

 

 

 

 

Perdit honeur : car quant bien gouverna,

 

 

20

 

Nulz ne lui mut noise, contens ne guerre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais esMs. Les pays veons en general

 

 

 

 

Division, qui chascun jour habonde

 

 

 

 

En la cité, se revelent en mal :

 

 

 

 

A province la mettent povre et monde.

 

 

25

 

Advise cy tout royaume, et se fonde

 

 

 

 

Aux bons moyens que Rome commença,

 

 

 

 

En delaissant les poinsRaynaud corrige en le point qui destruit l'a,

 

 

 

 

Ou autrement les puet autre conquerre,

 

 

 

 

Com Rome fut qui, tant que bien ouvra,

 

 

30

 

Nulz ne lui mut noise, contens ne guerre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'envoy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Princes, gardéz les bonnes que donna

 

349d

 

 

Au roy Clovis Dieu, quant se baptisa,

 

 

 

 

Qu'en les gardant fut ferme comme serre

 

 

 

 

Son royaume, et tant multiplia

 

 

35

 

Que a son temps, puis que bien y pensa,

 

 

 

 

Nulz ne lui mut noise, contens ne guerre.