Balades >> Balade 897

Fuiéz truant, caymant, coquin

Incipit Fuiéz truant, caymant, coquin
Titre Balade
 
Emplacement dans le ms. de référence 353b-c
Présence dans d'autres manuscrits ---
 
Éditions antérieures
N° de la pièce dans le ms. de référence MCCXCIX

Balade

 

 

Fuiéz truant, caymant [et] coquin,

 

 

 

 

 

Maquerelles, ribaudes, repentiers,

 

 

 

 

 

Potenciers, sorcieres et divin,

 

 

 

 

 

Ribaulx, paillars, menans oiseuses vies,

 

 

 

5

 

Par ces moustiers querrans truanderies,

 

 

 

 

 

Larrons a Dieu, qui faingnéz divers maulx,

 

 

 

 

 

Trainéz soiéz a queues de chevaulx,

 

 

 

 

 

Et puis aprés panduz a un gibet !

 

 

 

 

 

Adviséz y, baillis et seneschaulx,

 

 

 

10

 

Prenéz, pandéz, et ce sera bien fet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'un dit qu'il a le mal de saint Quantin.

 

 

Ms. +1

 

 

L'autre se fait batre des escourgiesMs. descourgies

 

 

 

 

 

Com hor du sens, et l'autre chiet souvin

 

 

 

 

 

Du mal saint Leu. De .xx. maladies

 

 

 

15

 

Sont entechiéz, enMs. et en pluseurs abbaies

 

 

 

 

 

Et es moustiers, ce dient les ribaux,

 

 

 

 

 

De divers sains lamentent comme faulx,

 

 

 

 

 

Car chascun d'eulx divers maulx contrefet.

 

 

 

 

 

Adviséz y, baillis et seneschaulx,

 

 

 

20

 

Prenéz, pandéz et ce sera bien fet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ilz robent Dieu et le peuple en la fin,

 

 

 

 

 

Les truandes font les maqueleries

 

 

 

 

 

En truandant, en portant leur cofin,

 

 

 

 

 

Et pour robet sont maintefoiz espies :

 

353c

 

25

 

Plus ont de plait qu'estourneaulx, gais ne pies.

 

 

 

 

 

Aux bons marchans font es bois mains assaulx,

 

 

 

 

 

Robent, tuent, es moustiers, es portaulx,

 

 

 

 

 

Font trop d'annuis. L'un crie et l'autre bet :

 

 

 

 

 

Adviséz y, baillis et seneschaulx,

 

 

 

30

 

Prenéz, pandéz et ce sera bien fet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'envoy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous qui aléz au moustier le matin,

 

 

 

 

 

Noble, bourgois, marchant et pelerin,

 

 

 

 

 

A telz truans donnéz chascun .ii. caux

 

 

 

 

 

D'un gros baston, pour aler leur chemin :

 

 

 

35

 

A truander ne sront plus enclin,

 

 

 

 

 

Mais s'en fuiront sanz chauces et deschaux,

 

 

 

 

 

En demoistrant que gueri sont et net.

 

 

 

 

 

Adviséz y, baillis et seneschaulx,

 

 

 

 

 

Prenéz, pandéz, et ce sera bien fet.