Balades >> Balade 1009

J'ay mainte foiz prins grant merencolie

Incipit J'ay mainte foiz prins grant merencolie
Titre De la condicion de pluseurs femmes qui refusent amour honourable et prannent ce qui les deshonore par sotie
 
Emplacement dans le ms. de référence 451a-b
Présence dans d'autres manuscrits ---
 
Éditions antérieures
N° de la pièce dans le ms. de référence MCCCCLXXXI

De la condicion de pluseurs femmes qui refusent amour honourable et prannent ce qui les deshonore par sotie

 

 

J'ay mainte foiz prins grant merencolie

 

 

 

 

Que maint amant digne de dame amer,

 

 

 

 

Dont elle fust honouree et servie,

 

 

 

 

Amoient fort sanz y pouoir trouver

 

 

5

 

Confort, amour ne gracieus parler

 

 

 

 

Fors que refus, dangier, parole dure.

 

 

 

 

Et un chetif, venent a l'aventure,

 

 

 

 

Estoit améz ! Dont ceste chose preuve

 

 

 

 

Que femmes ont entre elles la nature

 

 

10

 

Et en ce fait condicion de leuve.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui de maint leu est en amour suye

 

 

 

 

Grant et puissant, qu'elle seult refuser,

 

 

 

 

Le plus chetif prant en sa compaignie !

 

 

 

 

Par son erreur ce la fait ahonter

 

451b

15

 

Pour le chetif qu'elle veult demener

 

 

 

 

A son plaisir. Et par ceste figure

 

 

 

 

Appert asséz qu'elle reçoit injure

 

 

 

 

De perdre honeur : en maint escript se treuve

 

 

 

 

Que femmes ont entre elles la nature

 

 

20

 

Et en ce fait condicion de leuve.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De ce leur vient blame toute leur vie :

 

 

 

 

Au doy s'en font de pluseurs gens moustrer.

 

 

 

 

Ne li chetifs ne puet leur villenie

 

 

 

 

N'elles aussi deffendre ne garder,

 

 

25

 

Ce qu'homs d'onneur pourroit touldre et oster

 

 

 

 

Par son bon sens. Mais pluseurs n'en ont cure,

 

 

 

 

Qui demeurent en blame et en laidure

 

 

 

 

Par leur foleur, qui en tous temps appreuve

 

 

 

 

Que femmes ont entre elles la nature

 

 

30

 

Et en ce fait condicion de leuve.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'envoy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prince, je tien que femme fait folie

 

 

 

 

Qui le bon pert et au chetif s'alie,

 

 

 

 

Et qui en fait ce que le bon lui reuve :

 

 

 

 

Se mal l'en prant, plaindre nel doit on mie,

 

 

35

 

Mais la fuster, quant son maleur descueuvre,

 

 

 

 

Et qu'elle veult au chetif estre amie.

 

 

 

 

[…]Vers manquant.

 

 

 

 

Ce moustre a tous, puis que le bon repreuve,

 

 

 

 

Que femmes ont entre elles la nature

 

 

40

 

Et en ce fait condicion de leuve.