Table des balades

Incipit Refrain St-H  
1 Mauditte soit condicion de chien Pour estre tout perdu d'uy a demain. I texte
2 Dieux soit louéz de ce bon temps Chascuns dit que c'est grant pité II texte
3 Cilz qui a chois de prandre et departir Ja riches homs n'yra en paradis III texte
4 On parle de seignourie A tout convoiteus couraige IV texte
5 Je ne croy pas que de touz les mestiers Qui saiges est n'ait de ce faire envie V texte
6 Qu'est Envie ? La mere de tristesce Maudis de Dieu soit tous cuers envieus VI texte
7 Je mercy Dieu de ses biens de sa grace Jamais ne quier suir guerre ne ost VII texte
8 De Nepturnus et de Glaucus me plain Contre les vens ne puet nulz de la mer VIII texte
9 Virginité, Beauté, Bonté, Saincté Certainement le siecle ains ordenee IX texte
10 Verité vi qui s'estoit embatue Par Convoitier mainte terre est perie X texte
11 Qui maison a de grant anceserie Qui son bien laist pour convoitier l'estrange XI texte
12 Se possible feust a nature humaine Ains que veoir de ce monde l'envie XII texte
13 S'Argus qui ot cent oeulx pour regarder Le bon prodomme et chevalier Sampy. XIII texte
14 Il n'est c'un roy qui ait titre certain De tel seigneur fait bon l'amour acquerre XIV texte
15 Je ne vueil mal a personne qui vive Ja n'auront paix, mais touz temps aront guerre XV texte
16 La maleiçon dont Dieux maudist Cayn De tous pais le plus mauvais pueple a XVI texte
17 Li uns se plaint de sa grant povreté Mais ne me plaing fors du pais de Flandres XVII texte
18 Orgueilleuse, desoial, tricheresse Maujugement et sentence mortelle XVIII texte
19 J'ay en Flandres trois fois oy sonner Quant sonnera li retours de matines XIX texte
20 Trop me merveil comme uns homs contrefais Ceuls s'accusent qui dient mal d'autrui XX texte
21 Nulz ne se doit au jour d'ui merveillier Par le deffault de vraie congnoissance XXI texte
22 Je ne voy rien qui me soit agreable Mener ne voy a nul honneste vie XXII texte
23 Entre les biens et toutes les vertus Car riens ne vault tant comme obeissance XXIII texte
24 J'ay mes livres en tant de lieux prestéz Plus ne prestray livre quoy qui aviengne XXIV texte
25 Qui bien vouldroit justement regarder C'est tout noiant, par ma foy, ce me semble XXV texte
26 J'ay tant crié, com le viel Symeon Tant qu'om dira : Angleterre fut cy XXVI texte
27 Je voy l'ortie et le chardon Bonne herbe est mise en nonchaloir XXVII texte
28 Soit tort soit droit est une decretale Chascuns le veult avoir, soit droit soit tort XXVIII texte
29 Qui me sçaroit bien aprandre a mentir Par les respons que l'en donne a la gent XXIX texte
30 Bien viengnéz ! c'est quant vous vouléz De lui ne souvendra jamais XXX texte
31 Temps de doleur et de temptacion Aage en tristeur qui abrege la vie XXXI texte
32 Ilz sont cincq sains, en la genealogie Jorges, Denis, Christofle, Gille et Blaise XXXII texte
33 Pluseurs veulent parler d'amours Je n'en voy nul qui a droit aime XXXIII texte
34 Moult sont belles les euvres de nature Foulz est vieulx homs qui jeune femme prant XXXIV texte
35 Quant roy Ceis ala au dieu de Claire Foulz est li homs qui bon conseil ne croit XXXV texte
36 J'ay leu et veu une moralité Mais on rent mal en lieu de bien souvent XXXVI texte
37 Quant j'ay veu tous les mondains estas Fors aux commis a departir argent XXXVII texte
38 Cilz qui a longuement servi C'est que il se sauve qui puet XXXVIII texte
39 J'ay veu pluseurs de nobles gens venter Qu'a ma Dame donrray chapeau de flour XXXIX texte
40 Dieux ordonna la franche voulenté Nostre foy tient ceste conclusion XL texte
41 Entre les choses de jeunesse Tien toudis vraie ta parole XLI texte
42 Chetis, que fais ? Va demander au Roy A homme plus ne fault, selon raison. XLII texte
43 Dolentement, en doleur desperee Lequel vault mieulx : ou parler, ou soy taire XLIII texte
44 Se ce temps tient, je devendray hermite Puis que je voy Malebouche regner XLIV texte
45 Puis que je voy Malebouche regner Se ce temps tient, je devendray hermite XLV texte
46 Se Mort ne fust a tous si generale Du noble Mille, evesque de Beauvais XLVI texte
47 Presumpcion est ou grant convoitise Trop convoitier fait asséz d'ennemis XLVII texte
48 Quarante ans a chanté de Requiem Sanz paix avoir, [nous] aurons guerre, guerre XLVIII texte
49 Tous les princes de la crestienté Pour conquerir de cuer la Saincte Terre XLIX texte
50 L'en doit mettre gens aprins es offices Qui ainsi fait, il prant bonne ordenance L texte
51 Bon fait garder sens, droiture et raison Ne fay passer despens ta revenue LI texte
52 Helas ! est il homme qui me sceust Metheode tesmoing et Joachin LII texte
53 De tous les .vii. ars qui sont liberaulx Nulz n'a estat que sur fait de finance. LIII texte
54 Tresdoulz compains, dit on riens de nouvel ? Il fault prandre le temps si comme il est LIV texte
55 En dimenche, le tiers jour de decembre Par ce sçara chascun ceste naissance LV texte
56 Puisque je voy que servir longuement Je ne vueil plus fors que vivre du mien LVI texte
57 Il a .xvi. ans que je suis ou vergier Onques n'y poy une flourette avoir LVII texte
58 Je treuve qu'entre les souris Qui prendra la sonnette au chat LVIII texte
59 Soit en amours, soit en chevalerie Fay ce que doiz, et aviengne que puet LIX texte
60 Nulz au jour d'ui ne puet regle tenir C'est tout noient en la conclusion LX texte
61 Sur tous les lieux plaisans et agreables Donna le nom a ce lieu de Beauté LXI texte
62 Vous qui estes paréz comme espousee Vous n'estes pas sur Grant Pont a Paris LXII texte
62bis Vous qui estes paréz comme espousee Vous n'estes pas sur Grant Pont a Paris DCCCCXXXII texte
62ter Vous qui estes paréz comme espousee Vous n'estes pas sur Grant Pont a Paris MCLVII texte
63 En trois oiseaulx me muerent jadis Je ne sçay mais quel beste devenir LXIII texte
64 Au jour d'ui veult chascun guerre mener Il se dampne qui telle guerre suit LXIV texte
65 J'ay les estas de ce monde adviséz Guerre mener n'est que dampnacion LXV texte
66 Se Voulentéz se tient en son estat Car autrement faire ne se pourra LXVI texte
67 Trente deux ans ara le cerf volant Telle est de lui la prophecie ditte LXVII texte
68 Esjouis toy, Jerusalem dolente Tant que chascuns devra crier Noé LXVIII texte
69 Doit bien amer un seigneur son servant Car chascun dit Monseigneur dit trop bien LXIX texte
70 Uns paisans ot un mastin On est amé tant c'om fait fruit LXX texte
71 Phisicien, comment fait Droit ? Vous me chantéz mauvaise note LXXI texte
72 Et dont viens tu ? Di moy de tes nouvelles Qui leur fera droit comme une faucille LXXII texte
73 Convoiteuse, non convoitable Perilleuse es et perissable LXXIII texte
74 Qui au jour d'ui veult a court demourer Condicion de ribaut et de pie LXXIV texte
75 Quant j'ay veu tous les estas qui sont Servir a Dieu est regner, si c'om dit LXXV texte
76 L'entendement est de l'ame salus Homs glorieus de fait et de pensee LXXVI texte
77 Le temps est tel et deça et dela Chascun ne pense au jour d'ui que de lui LXXVII texte
78 Des cas soudains et des cas fortunéz Je tien que Dieux fait tout pour le meillour LXXVIII texte
79 Puissans deffaillans de puissance Advise qu'il te fault mourir LXXIX texte
80 Pourquoy viens tu si po a court ? Je n'ay cure d'estre en geole LXXX texte
81 Puis que je voy né le fil de l'enfant Qu'ainsi est il pieça predestiné LXXXI texte
81bis Puis que je voy né le filz de l'enfant Qu'ainsi est il pieça predestiné MXX texte
82 Ou hault sommet de la haulte montaigne Benoist de Dieu est qui tient le moien LXXXII texte
83 Qui veult vivre paisiblement Sanz veoir, oïr ne parler. LXXXIII texte
84 Je vous souhaide entre vous, gens de mer Qui ainsi fait, ce n'est pas sens de beste LXXXIV texte
85 Joie, deduit, leesce, esbatement Tout ce vous fait Renommee sçavoir LXXXV texte
86 Depuis la mort du vaillant roy Basin Qu'elle sera mise a obeissance LXXXVI texte
87 Je puis asséz comparer no labour Autel est il de Gillet et d'Eustace LXXXVII texte
88 Du doubz vergier de toute douçour plain Qu'elle sema, et en mainte contree LXXXVIII texte
89 En un vergier d'une flour de lis nestre La maistre fleur doit moult estre honouree LXXXIX texte
90 Pres a d'un an que je suis messagier Quant plus y vois et moins sçay c'om y fait XC texte
91 Faire semblant d'une chose vouloir En tous temps doit homme estre veritable XCI texte
92 Esbahis sui, et ce n'est pas merveille Bon congnoistre fait que chascun scet faire XCII texte
93 Venéz a moy, li hault prince ancien Des or fust temps d'avoir paix, ce me semble XCIII texte
94 Arbres d'orgueil, plante d'iniquité Avise toy, fausse ville de Gand XCIV texte
95 Quant uns homs a jeunes esté Je ne voy que foles et folz XCV texte
96 Humilité, Honnour, Largesce Et pour ce eurent ilz pluseurs biens XCVI texte
97 Je ne finay depuis longtemps Tu bas bien l'eaue d'un pilet XCVII texte
98 Depuis le temps du grant Hermogenés Car chascun fault prandre un restraintif XCVIII texte
99 Améz les bons, donnéz au soufraitteus Aristote au grant roy Alixandre XCIX texte
100 Trop me merveil de rude entendement Chantéz a l'asne, il vous fera des pes C texte
101 Au souverain (c'est Dieu, qui tout crea) Dont bons ne puet au monde bien avoir CI texte
102 Trop esjouir, ne trop desconforter Ainsi le voit chascuns communement CII texte
103 De tous les biens qu'on pourroit souhaidier Quatre hernois pour vostre tour de Fymes CIII texte
104 Qui connoistroit les grans labours mondains Grace de Dieu, vivre, et son vestement CIV texte
105 Je ne sçay qui aura le nom Toudis vient un nouvel langaige CV texte
106 Qui puet vivre de son loial labour Mieulx vault honeur que honteuse richesce CVI texte
107 Quant element sont en conclusion Mortalité, tempest, guerre et famine CVII texte
108 Toute chose qui en joie commence Que ne laissons vanité pour vertus CVIII texte
109 Joustes, tournois, luttes et bouhourdis Et en tous cas leurs ennemis requerre CIX texte
110 Avant que Loy fust par Droit ordonnee Ainsi fist on, mais on ne le fait mie CX texte
111 Tous les regnes qui n'ont craimt et doubté Tesmoing Troies, Thebes, Romme, Ylion CXI texte
112 J'ay puis vint ans au jour de l'an nouvel Par le default d'estre bien gouvernee CXII texte
113 Je doubte trop qu'il ne viengne chier temps Car nul ne tent fors qu'a emplir son sac CXIII texte
114 Dix et sept ans ay au Sathan servi Foulz la poursuit et saiges la delesse CXIV texte
115 Trop de gent sont qui honourent l'abit On ne congnoist aux robes la pensee CXV texte
116 En mon vergier et en ma pommeroie Nulz ne se doit fier en apparance CXVI texte
117 Las ! je ne sçay de quoy sert jalousie Soubz nom d'amer se tapist traïson CXVII texte
118 Porte d'enfer, destruccion de corps Fuir te doit un chascun et chascune CXVIII texte
119 Il me semble, qui bien s'aviseroit Qu'en ce monde n'a fors que vanité CXIX texte
120 Nul ne se doit pour grant estracion Qu'en le juge viande pour les vers CXX texte
121 De tous les biens temporelz de ce monde Ne dire sien, fors que le sens de l'omme CXXI texte
122 Je ne doubte qu'Envie et Traison C'est pour garder le droit de mon seigneur CXXII texte
123 Armes, Amours, Dames, Chevalerie La Mort Machaut, le noble rhetorique CXXIII texte
124 O fleur des fleurs de toute melodie La mort Machaut, le nomble rethorique CXXIV texte
125 Trop me merveil de ce monde present Car ilz ne sont remeris de personne CXXV texte
126 Je voy l'estat de nature abregier Car li mondes est bien pres de sa fin CXXVI texte
127 Treschiers sires, vueilléz remercier Qui en die fors qu'a vostre louenge CXXVII texte
128 Adieu, Printemps, adieu jeune saison Pour ce, tristes, te di adieu, jeunesce CXXVIII texte
129 Princes d'enfer, o ta forsennerie De l'ame avoir en enfer dure fin CXXIX texte
130 Femme servir et enfans gouverner Saiges n'est pas qui en tel service entre CXXX texte
131 Par la douçour de doulz nourrissement Mue souvent et change sa nature CXXXI texte
132 Vous qui avéz pour passer vostre vie Viellesce vient, guerdon fault, temps se passe CXXXII texte
133 L'eaue descent tousjours et coule aval Ou pluseurs sont en peril de noier CXXXIII texte
134 Secouréz moy, douce vierge Marie Se voz pitiéz envers moy ne se fonde CXXXIV texte
135 Presente suis, je te viens faire aïe Se ma pitié veulz que vers toy se fonde CXXXV texte
136 Homme et bestes ont leurs condicions Qui abaient et pincent par derriere CXXXVI texte
137 Un sens te vueil aprandre et declairer Saiges est cil qui puet vivre du sien CXXXVII texte
138 J'ay puis vint ans veu choses advenir Reprouche prant en vielle et convoitise CXXXVIII texte
139 Ou temps jadis des peres anciens Qui pert chevance, il pert esbatement CXXXIX texte
140 Long conseil, Orgueil et Envie Le noble royaume de France CXL texte
141 Par fondement me doy plaindre et plourer Preux Charlemaine, se tu feusse en France, Encor y fust Roland, ce m'est advis. CXLI texte
142 Prinsonnier est sanz cause et sanz raison Sanz joie avoir, confort, n'esbatement CXLII texte
143 Depuis le temps que regnoit Saturnus Les merveilles qui sont a advenir CXLIII texte
144 Qui veult terre de grant deduit savoir Pour ce est son cri : Coucy a la merveille CXLIV texte
145 Je me merveille d'un abus Par la mort dont Dieux vint a vie CXLV texte
146 Le suaire ou Dieux fut cousus Par la mort dont Dieux vint a vie CXLVI texte
147 Las ! bien est li mondes confus Par la mort dont Dieux vint a vie CXLVII texte
148 Dampnéz soit il et esperdus Par la mort dont Dieux vint a vie CXLIX texte
149 Vous qui servéz a femme et a enfans Et si n'ot onques feste en ce monde ci CL texte
150 Comment sont ceuls de tresbonne heure né Mais au jour d'ui partout double loy regne CLI texte
151 En treuve asséz en la saincte Escripture Lors se fera le tresor d'Antecrist CLII texte
152 Selon les fais et livres anciens Qui autrement fait, il se desherite CLIII texte
153 Comment pourroit princes bien gouverner Si qu'on voie toute bonté en lui CLIV texte
154 Par .iiii. poins vient tribulacion Pour les humbles devers lui ramener CLV texte
155 Je me plainf de lingua dolosa Elle est toudis de Raison condempnee CLVI texte
156 O peuple ingrat par orgueil surmonté Reprouché yert ou pais de Bretaingne CLVII texte
157 Dormi long temps ont en leur frommiere Il estoit mort s'il ne s'en fust alé CLVIII texte
158 Povres d'amis, deffaillant de confort Qui jadis fui la lumiere de France CLIX texte
159 Tant com j'ay eu Richesce avecques mi Au jour d'ui n'est ami que de Fortune CLX texte
160 Qui est eureus et qui scet pratiquer Cui il meschiet, tous jours on lui mesofre CLXI texte
161 Age de plomb, temps pervers, ciel d'arain Hui est li temps de tribulacion CLXII texte
162 Ne vous chaille de tendre a amasser Telz a pou blef qui a asséz pain cuit CLXIII texte
163 Lasse, lasse, chetive et esgaree Que devandra la dolente esbahie CLXIV texte
164 S'onques David ploura fort Absalon Par le trespas du roy Charles le saige CLXV texte
165 S'onques servent durent plourer seigneur Car chascun d'eulx est tenu a ce faire CLXVI texte
166 Or sus, or sus, baillis et seneschaulx Prenéz, pandéz. Gibéz sont en saison CLXVII texte
167 Je puis asséz ethimologier Or lui doint Dieux bien achever sa guerre CLXVIII texte
168 Quant j'ay la terre et mer avironnee Riens ne se puet comparer a Paris CLXIX texte
169 O tu, cité, de justice aournee Riens ne se puet comparer a Paris CLXX texte
170 O tu, cité tresnoble et ancienne Tu dois estre sur toutes honouree CLXXII texte
171 De trois choses nous veuille Dieux garder Car en ces trois n'a raison ne pité CLXXIII texte
172 Guettier de nuit, par jour a la barriere Chacier, voler, jouster et tournoier CLXXIV texte
173 Goupil en faiz et mastin en courage Pour quoy veulz tu les brebis et leur laine CLXXV texte
174 Dont peut venir le temps si dolereus Que pluseurs sont au jour d'ui enruméz CLXXVI texte
175 Ilz sont a court deux gens equipolé Qui saiges est face ainsi pourveance CLXXVII texte
176 J'ay le cuer bon, mais le corps ne puet rien Il ne me fault que finance et bon corps CLXXVIII texte
176bis J'ay bon cuer, mais le corps ne vault rien mq. CCCCXXIX texte
177 Vous qui a court royal servéz Pour aler quant la cour faurra CLXXIX texte
178 Reue en paon et parole de gay Lasches, cours, recreans et faillis CLXXX texte
179 En Boece, de consolacion En tous temps est Fortune decepvable CLXXXI texte
180 Quant le grant lac dont sourt la frommiere Par l'emprinse de leur commottion CLXXXII texte
181 N'a pas long temps qu'en une region Onques ne vi si dolereuse gent CLXXXIII texte
182 Roys, princes, ducs, chevaliers et barons Voit .iiii. roys et leur regne fenir CLXXXIV texte
183 S'Adam, Noe, Abraham, Ysaie Qui doit venir ou royaume des Gaulx CLXXXV texte
184 De l'ancien et nouveau testament L'ordre sçavoir du lire n'est que bon CLXXXVI texte
184bis De l'ancien et nouvel Testament L'ordre sçavoir du lire n'est que bon CCCCLXX texte
185 Habondanment a de tous bien plenté Souffise vous d'avoir santé et sens CLXXXVII texte
186 Quant verray je le temps Octovien Certes, je croy, ce ne sera jamés CLXXXVIII texte
187 Chascun blasme tousjours le temps present Ne jamés jour la regle ne faurra CLXXXIX texte
188 Qui aroit bien Bouece visité En ce monde n'a richesce certaine CXC texte
189 Depuis c'uns homs a passé cinquante ans Bonne vie fait a bonne fin tendre CXCI texte
190 Je, Sebile, prophete, la Cumayne Du cerf volant a la teste legiere CXCII texte
191 Mes richesces muent en povreté Se pitié n'est, grace et misericorde CXCIII texte
192 Selon le dit de Salemon le saige Fors faire bien et de soy esjouir CXCIV texte
193 Quant plus vient le temps avant Tout est perdu en une heure CXCV texte
194 Vous qui avéz pour vivre seulement Pour ce dit on : quant avoir vient, corps fault CXCVI texte
195 Un recepveur compte chascune annee Qui ne paiera, il sera mis en debte CXCVII texte
196 Dieux nous donna petit terme de vie Il n'est homme qui ait point de demain CXCVIII texte
197 Du plus petit estat jusques au grant Qui vit du sien de Dieu soit il benois CXCIX texte
198 Que vault avoir cent ou .ii.c chevaulx Homme ne voy chevauchier c'un cheval CC texte
199 Cilz qui s'attent au blef de son voisin S'il ne l'est hui qu'il le sera demain CCI texte
200  Quant Alixandre sa quest commença Le monde ainsi conquist jeune Alixandre CCII texte
201 Cellui qui veult maison edifier On ne tient pas toudis ce qu'en convence CCIII texte
202 Puisqu'ainsis est, selon le dit du saige Or prangne donc ci garde qui vouldra CCIV texte
203 Li envieux n'a joie ne repos Maudit de Dieu soit telz chiens convoiteux CCV texte
204 Estoc d'oneur et arbres de vaillance Plouréz, plouréz fleur de chevalerie CCVI texte
205 Tuit li vaillant et prodoms de jadis Du plus vaillant qui fust en tout le monde CCVII texte
206 Tant de perilz sont a suir la court D'avoir a court un pié hors et l'autre ens CCVIII texte
207 Je voy a tout changer condicion Dont puet venir au jour d'ui tel usaige CCIX texte
208 Pourquoi fist Dieu les.v. sens de nature Car je n'en voy a droit user nullui CCX texte
209 Selon le Brut de l'isle des Geans Ou temps jadis estoit cy Angleterre CCXI texte
210 Si comme Roys porte par excellence Ceuls qui portent l'ordre de la couronne CCXII texte
211 Or voy je bien qu'il n'est cuer de lyon Il n'est chose que femme ne consumme CCXIII texte
212 Nulz ne veult plus estre Dyogenés Voir dire vueil, laver et manger chouls CCXIV texte
213 Vous qui avéz chaude complexion De pis avoir que d'acés de tierçaine CCXV texte
214 Se je vouloie a droit considerer Sera toudis le monde ainsi mauvais CCXVI texte
215 Deffault d'advis et la noncongnoissance Noble chose est d'avis et de congnoistre CCXVII texte
216 Je voy que riens n'est estable Bon fait vivre liement CCXVIII texte
217 L'en me demande chascun jour Je ne di pas quanque je pence CCXIX texte
218 L'en dit qu'amis pour autre veille Amis sanz don pour autre dort CCXX texte
219 Phisiciens qui conseille la vie Taire le voir en ce cas n'est pas bien CCXXI texte
220 Grant joie avint a la mainson de France Si en devons estre trestuit joieux CCXXII texte
221 Quant une nef par viellesce perit Par ce vaissel no vie est figuree CCXXIII texte
222 Chose qui vient par accident soudain A ce mirer sedoivent foul et saige CCXXIV texte
223 J'oy a .xii. ans grant ymaginative Pardonnéz moy, car je m'en vois en blobes CCXXV texte
224 Quant povres homs vient selon l'escripture Chascuns doit bien tel malheureus hair CCXXVI texte
225 Pour quoy pant on le lou pour ce qu'il emble Or se gart donc chascun qu'il ne mefface CCXXVII texte
226 Six choses sont qui font prince exillier Pour ce fait bon telz vices remouvoir CCXXVIII texte
227 En la forest jadis noble et deserte L'en n'y scet mais quele voie tenir CCXXIX texte
228 Puisque les Roys sont faiz pour gouverner Pour ce furent les roys et princes fais CCXXXI texte
229 Renart jadis que grant faim destraignoit On se deçoit par legierement croire CCXXXII texte
230 Uns chascuns dit qu'il ne vouldroit que bien Ainsi dit on, mais on ne le fait mie CCXXXIII texte
231 Uns gouvernement fut en une maison Tout se destruit et par default de garde CCXXXIV texte
232 Chascun me dit : Tu te doiz bien amer Que m'est il mieulx de quanque je vi onques CCXXXV texte
233 Veoir les fais et sçavoir l'escripture Car sages homs la fin voit et regarde CCXXXVI texte
234 Vous qui avéz langaige d'envoyer Qui ne prant pas toudis ou ciel la grue CCXXXVII texte
235 Vous qui servéz de jour en jour Un coup vendra qui paiera tout CCXXXVIII texte
236 Qui est cellui, a parler proprement Chascun deust congnoistre quelz il est CCXXXIX texte
237 Je ne requier a Dieu fos qu'il me doint Car au jour d'ui est la plus seure vie CCXL texte
238 Trop me merveil de l'imperfection On ne congnoist l'omme jusques il est mors CCXLI texte
239 Grace, et honeur, paix, joie et paradis A Josué, Charle, Hector et Pompee CCXLII texte
240 Las ! je me plain, destruite et desolee Nulz ne veult mais pour moy estre martyr. CCXLIII texte
241 Chascuns se devroit bien garder Tousjours sent le mortier les aulx CCXLIV texte
242 Pour quoy est si obscurs le temps Je ne scé mais des quelz je suy CCXLV texte
243 Je faiz toudis mieulx que puis, et feray Au jour d'ui voy po qui bien n'oneur face CCXLVI texte
244 Dieux absoille le bon roy trespassé Maus du papier n'y sçay voie ne tour CCXLVII texte
245 De jour en jour, de sepmaine en sepmaine De pis avoir pour le pueple et l'Eglise CCXLVIII texte
246 De .vii. païs tendra la seignourie Philippes ducs, filz de Jehan, roy de France CCXLIX texte
247 Au roy supplie Eustaces humblement Retenue ait et confirmacion CCL texte
248 Ysoppe dit en son livre et raconte Qui legier croit, certes c'est grant folie CCLI texte
249 Angoisses sont amoy de toutes pars Merveille n'est se j'en suis esbahis CCLII texte
250 Quant Julius Cesar, dus des Romains François perdent leur temps a conseillier CCLIII texte
251 Long conseil est sanz execucion Mais au faire gist toute la maniere CCLIV texte
252 Je plain et plour le temps que j'ay perdu Quant l'un ne veult fors l'autre decevoir CCLV texte
253 Mon corps se pert, use, gaste et destruit Trop de perilz sont a suir la court CCLVI texte
254 Telz est bien çains et bient vestuz Tout n'est pas or ce qui reluit CCLVII texte
255 Quant j'ay bien tout consideré Car au derrain le bien vaint tout CCLVIII texte
256 Deceus est tout le monde au jour d'ui A paine est il au jour d'ui nul ouvrier CCLIX texte
257 Du droit du ciel fut franche creature Noble chose est que de franchise avoir CCLX texte
258 Tu qui en toy as tant de hardement Et heriter en regne pardurable CCLXI texte
259 Pluseurs saiges sont au monde tenuz C'est droictement la pie qui parole CCLXII texte
260 Je, qui a toy suis par succession Justice en toy, et que bien soit fardee CCLXIII texte
261 Vielle de murs, vefve de chastellain Chascuns ne quiert fort proufit sanz honeur CCLXIV texte
262 L'amant mis a sa fiance en ami Telz faulx amis doit bien perdre la vie CCLXV texte
263 Trop de gens voy, qui servent a la court Pour ce a telz gens dy adieu trop de fois CCLXVI texte
264 Certes oncques ne finay de servir Car ja prodoms n'ara bien en ce monde CCLXVII texte
265 Se Dieu feist pardurable esperit A grant paine congnoist on qui est roy CCLXVIII texte
266 Puis qu'il vous plaist que je die de bon Je ne vous sçay dire chose meilleur CCLXIX texte
267 Il n'est delit, joie, feste, soulas Car tout desplaist fors estude et science CCLXX texte
268 Les serfs jadis achaterent franchise Pour ce est li homs eureus qui frans se paist CCLXXI texte
269 Depuis qu'om a eu science en despit Tholomee, David et Salemons CCLXXII texte
270 Vicaire Dieu, commis ou temporel Au peuple fay remission et grace CCLXXIII texte
271 Charongne a vers, fiens pourris et ors Mais vis ne mors tu ne puéz valoir riens CCLXXIV texte
272 Plus a li homs et plus veult aquerir Nul n'est chetis s'il ne le cuide estre CCLXXV texte
273 Pleure, Pité, et appelle Oroison Impetre moy pardon de mes meffais CCLXXVI texte
274 Entre les ars et estas de ce monde C'est grant peril que de garder Justice CCLXXVII texte
275 Si com la nef qui en la mer chancelle On ne pourroit Convoitise assovir CCLXXVIII texte
276 Le poete nous deffent et le saige Tiers hoir ne jouist de chose mal acquise CCLXXIX texte
277 Or n'est il fleur, odour ne violette Viellesce est fin et jeunesce est en grace CCLXXX texte
278 Vous qui tournéz lumiere en obscurté Trop me merveil comment vie vous dure CCLXXXI texte
279 Mieulx vault un bien souverain et parfait Que chascun muert et ne puet sçavoir quant CCLXXXII texte
280 Uns saiges homs, considerans en soy Et que sur tout ait des bons congnoissance CCLXXXIII texte
281 Sebille, tu de qui Saint Augustin Du cours du monde et du definement CCLXXXIV texte
282 O Socrates plains de philosophie Grant translateur, noble Geoffrey Chaucier CCLXXXV texte
283 Encontre toy, Fortune fortunee Franc Cuer ne puet de son siege mouvoir CCLXXXVI texte
284 Lasse ! je voy pluseurs a la volee Lasche et moul cuer de son siege mouvoir CCLXXXVII texte
285 Qui bien vouldroit regarder Levitique Nous ne devons ne bien ne paix avoir CCLXXXVIII texte
286 Homs de ses maulx ne se puet excuser A Dieu donné a chascun et chascune CCLXXXIX texte
287 Vous qui n'avéz les grans possessions Il n'est tresor qui puist valoir franchise CCXC texte
288 Pour quoy veult on tant de terre acquerir Vivre, une chambre, une cote, un cheval CCXCI texte
289 Vous qui vivéz si gloutement Ne soiéz pas si convoitous CCXCII texte
290 Du sens que Dieu donna a Salemon Tant que France soit par vous honouree CCXCIII texte
291 Empereurs, Roys et tous princes de terre Mais en tous lieux gardéz vostre personne CCXCIV texte
292 Au requerant estat ne benefice Povre, riche, saige et de conscience CCXCV texte
293 Se ceuls qui ont seignourie a garder Durer ne puet royaume sanz justice CCXCVI texte
293bis Se ceulx qui ont segnorie a garder Durer ne peut royaume sans justice MVI texte
294 Qu'est devenu le temps ou je cuiday Pour ce est trop foulz qui en cuidier se fonde CCXCVII texte
295 Tu qui veulz aler par pais D'eschiver homme rumoreus CCXCVIII texte
296 Un jardinier qui un jardin avoit Qui chetif plant eslieve, il se destruit CCXCIX texte
297 Conseilliéz moi. De quoi ? D'avoir chevance Compter, getter et mannier argent CCC texte
298 On dit qui veult asséz sçavoir Toudis font gens de court l'estrange CCCI texte
299 Plus saiges est que Salemon Ayons de ces points souvenance CCCII texte
300 A paine voy je homme bien faire Richesces sont de tel nature CCCIII texte
301 Ja pour mesdit, barat ne janglerie Moy deguerpir. tous temps vous aymeray CCCCIX texte
302 Or sçay je bien que vous ne m'ayméz pas Avec celle qui vous het et vous ly CCCCX texte
303 Quant me souvient de vostre grant bonté Triste au depart et joieux au retour CCCXI texte
304 Pour mon desir plus fort renouveller A ce bon jour de renouvellement CCCCXII texte
305 Plus a de mal en armes qu'en amours Plus a griefs en amours que en armes CCCCXIII texte
306 Oncques nulz homs n'ot d'amours plus de paine Quant plus me voit ma dame et moins me prise CCCCXIV texte
307 Je ne voy pas au jour d'uy cueillir may Sur l'arbre sec vueil faire mon demour CCCCXV texte
308 A quelle heure fu nez le corps de my C'onques ne poy avoir grace d'Amours CCCCXVI texte
309 Belle, blanche, blonde, bonne, agreable Telle dame estre empereis de Romme CCCCXVII texte
310 Desir, plaisir et souvenir C'est ce qui me fait endurer CCCCXVIII texte
311 Sur tout les mois, qui sont .xii. nomméz A tous amans en doit bien souvenir CCCCXIX texte
312 En lieu de may que pluseurs vont cueillir Quant j'ay perdu ma dame bonne et belle

CCCCXX

texte
313 Se la bonté, la vaillance et l'onnour Or me soiéz vray sires et amis CCCCXXI texte
314 Servans d'Amours ay tout mon temps esté Se Loyaulté me veult estre ennemie CCCCXXII texte
315 Fontayne suy dont le ruissiau de plour Pour ce la vueil a tousjours mais plorer CCCCXXIII texte
316 Bon fait savoir la maison de leesce Quant departir me fault de voz doulz yeux CCCCXXIV texte
317 Secoure moy ! De quoy ? Des maulx d'amer Dont sont ces maulx que nul ne puet guerir CCCCXXV texte
318 Tant m'ont prié et requise d'amours Par les courtieux fu Anthioche prise CCCCXXVI texte
319 Se richesces feissent homme durer Car homme n'est qui ait point de demain CCCCXXVII texte
320 On dit que le monde est mauvais Qui mal fera si le compere CCCCXXVIII texte
321 C'est grant pité de terre grasse et bonne Ainsi est il de vous, doulce rousee CCCCXXX texte
322 Je ne desir avoir or ne richesce La fleur des fleurs, c'est ma dame et m'amie CCCCXXXI texte
323 Se tous les corps de tous les trespasséz Aux grans vertus de mon loyal amy CCCCXXXII texte
324 Dame, tant ay de vous oir parler Responnéz moy sur ce vostre plaisir CCCCXXXIII texte
325 Vous me priéz si amoureusement Je vous respons que je m'aviseray CCCCXXXIV texte
326 Tristesce fuit et joye me depart Ou autrement suy a desconfiture CCCCXXXV texte
327 Doulce com miel, blanche com fleur de lis Dame d'onneur, de grace et de pité CCCCXXXVI texte
328 Tant est cilz jours au jour d'uy solennéz Ce que je doy pour mes estrenes rendre CCCCXXXVII texte
329 Tant est ferus doulz penser en mon cuer Mon corps languist, quelque part que je soie CCCCXXXVIII texte
330 Joye, delit, leesse, esbatement Fors quant je harpe et de vous me souvient CCCCXXXIX texte
331 Sy me fait et en thiés pais Oncques amant n'ot si doulce prison CCCCXL texte
332 Le droit jour d'une Penthecouste Par amours, entre les rosiers CCCCXLI texte
333 Qu'est ce d'amours ? Aymes, tu le saras Et tout me vient par un tresdoulz regart CCCCXLII texte
334 Tant me fait mal de vous la departie Et gardéz bien ou vous aréz fiance CCCCXLIII texte
335 Armes, amours, deduit, joye et plaisance Et vous seréz honnoréz et cheris CCCCXLIV texte
336 Tresdoulce dame ou sont tuit my desir Et, se Dieu plaist, vous le saveréz bien CCCCXLV texte
337 Comment pourroit avoir mon cuer leesce Cent mille foiz asséz plus que ne sueil CCCCXLVI texte
338 Aprés Machaut qui tant vous a amé Que je soie vostre loyal ami CCCCXLVII texte
339 Prins m'a Amour et si soudainement Si vous suppli que vous me secouréz CCCCXLVIII texte
339bis Pris m'a Amour, et si soudainement Si vous suppli que vous me secouréz CCCCLXXV texte
340 Je vous gracy et mercy humblement Que de moy n'est plus amoureux en France CCCCXLIX texte
341 De tous amans suis le plus fortunéz Puis qu'a ma dame mon cuer ne partira CCCCL texte
342 Se je peusse avoir par souhaidier Jour de ma vie plus ne souhaideroie CCCCLI texte
343 Vous qui vouléz les armes frequenter Pour faire un preux comme Artus de Bretaigne CCCCLII texte
344 Pymalyon qui fist la belle ymage Pour ce vous tien la deesse d'amours CCCCLIII texte
345 Qui veult veoir tresjolie maison A Bievre voit, a trois lieues de Paris CCCCLIV texte
346 Puisque je voy Amours des cuers partir Adieu, bon temps, drois est que je te pleure CCCCLV texte
347 Dames, dames, que j'ay long temps servi Se de Dieu n'ay secours a vo priere CCCCLVI texte
348 Qui est amour, ne la conclusion Tendans a fin de doulce nourriture CCCCLVII texte
349 Dieux nous monstra, en tant qu'il fu humains Ainsi les siens doit avancer tout homme CCCCLVIII texte
350 Se l'en aymast aussi bien par amours Aymons donc tuit et toutes, je vous prie CCCCLIX texte
351 A doulce flour prochaine du doulx lis Aidiéz vo serf qui en lermes se font CCCCLX texte
352 Las, douloureux, desconfortéz, dolens Tort a Amour, se par amer n'ay grace CCCCLXI texte
353 Dame, au jour d'uy m'a vostre doulce face Se pitié n'est, octroy, grace et amour CCCCLXII texte
354 Qui saroit bien la biauté que je sçay Plus l'ameroit que creature nee CCCCLXIII texte
355 Las, je ne puis reposer ne dormir A main lever ne gist pas li esplois CCCCLXIV texte
356 Hardi couart, moudreur en trahison En Orient servent de tel buvrage CCCCLXV texte
357 Tresdoulx regart qui de moy chasséz hors Et m'ont osté la doulour que j'avoie CCCCLXVI texte
358 J'ay tant de plours arosee ma face Je croy de moy n'a plus triste en ce monde CCCCLXVII texte
359 Chief d'Absalon, clere face d'Elayne Pour ce estes vous de chascun bien amee CCCCLXVIII texte
360 Doulx esglantier, fresche rose de may Ou tel fleur croist a tresnoble vergier CCCCLXIX texte
361 Maudis de Dieu et du monde hays Qui ont ce dit : penser ne l'oseroie CCCCLXXI texte
362 Chascun des jours me semble une sepmaine Mais, se Dieu plaist, briefment vous reverray CCCCLXXII texte
363 Se triste suis, mas, dolens et pensis Helas ! dame, quel dur departement CCCCLXXIII texte
364 M'amour, mon bien, ma joie et ma leesce Elle a de Dieu et du monde la grace CCCCLXXIV texte
365 En ce douls temps c'om se doit resjoir Fors seulement que le chant du cucu CCCCLXXVI texte
366 Lasse, lasse, maleureuse, dolente Maints, entendéz ma piteuse complainte CCCCLXXVII texte
367 O tu qui as la pensee inconstant Noble chose est que de constance avoir CCCCLXXVIII texte
368 Ravis d'amours, trais d'un tresdoulx regart En bien amer ma belle et bonne dame CCCCLXXIX texte
369 Je n'ay en l'an, mois, sepmaine, journee Qu'en lieu de vert me fault vestir le noir CCCCLXXXI texte
370 Judith en fais, Lucresse en voulenté Dydo, Palas, Juno, Penelopee CCCCLXXXII texte
371 Sur tous les lieux c'om puet ymaginer Je n'en sçay nul plus propre que Cachant CCCCLXXXIII texte
372 Loyaulté soit a vous attribuee Si feréz lors ce que voz noms enseigne CCCCLXXXIV texte
373 Qui est le jour de toute l'annee La feste aux dames, c'est a l'Ascencion CCCCLXXXV texte
374 Tresdoulx plaisir et maintien gracieux Si vous suppli, haussiéz vo chapperon CCCCLXXXVI texte
375 A tous les biens c'om puet ymaginer Si vueil tous temps pour lui porter la palme CCCCLXXXVII texte
376 Par dessus tous, pour le bien que je sçay Que chascun doit plus voulentiers servir CCCCLXXXVIII texte
377 Beauté, bonté, honneur et courtoisie Adieu te dy, noble cité de Rains CCCCLXXXIX texte
378 J'ay en amours si grant desir eu Que j'ay un pié deschaux, l'autre chaucié XD texte
379 Quant revenra le doulx  amoureux Car meilleur temps fu le temps ancien XDI texte
380 Veoir ne puis ne bien considerer Maint vray amant et dame diffamee XDII texte
381 A vous m'octroy de vray cuer et de bon Recevéz moy, j'ay failli a Perronne XDIII texte
382 Je puis asséz comparer ma deesse Vueil faire ainsi de ma dame l'ymage XDIV texte
383 Ploréz, Amours, ploréz tous, amoureux Ploréz, Deduit, en l'ille d'Engleterre XDV texte
384 Cuer, corps, penser, sens, maniere et avis Ce povre don vous plaise recevoir XDVI texte
385 Certes jamais ne quier avoir amy De tel ami doit amie estre amee XDVII texte
386 Pour refroidir ma tresdure doulour Que rousee ne d'avril, ne de may XDVIII texte
387 Chasse de chiens ne le voler d'oiseaulx Au doulx penser qu'amans a de s'amie XDIX texte
388 Trop sont my œil a esgarder doubteux Se vraye amour ne me vient secourir D texte
389 A la feste de par le chevalier Omont dedens, de dehors Jehan de Trye DI texte
390 Amour est bien par son nom appelléz C'om lui respont : Il n'est pas ore temps DII texte
391 Amie, Amour, amant, avéz amé Ploréz, priéz pour le vray amoureux DIII texte
392 Se les vertus et les graces mondaines Que ma dame a, non mienne, et je suy siens DIV texte
393 Par le renom de vostre grant biauté Benoit soit Dieux qui vous fist ellement DV texte
394 Se je peusse mon cuer de trahison Mais j'ay du tout failli a ma pensee DVI texte
395 Nulz ne puet estre parfait Il n'est vie que d'amer DVII texte
396 Tant rudes n'est qui ne lait Il n'est vie que d'amer DVIII texte
397 Comparer puis asséz a .ii. ydoles Ilz valent moins, en ce cas, que les bestes DIX texte
398 Oncques ne fu fors d'Amours le message Que les chevaulx tendray des ors a l'uis DX texte
399 Puisque je voy le printemps revenir Je vueil amer sanz pensee villaine DXI texte
400 Comparer puis a toutes les vertus On ne pourroit meilleur dame trouver DXII texte
401 Se je me plains, triste et douloureux Maudite soit mauvaise jalousie DXIII texte
402 Pour souvenir qui souvent me resveille C'oncques encor ne vy si belle nue DXIV texte
403 Adieu, adieu, trestoute creature Je n'aray bien jusques je vous revoye DXV texte
404 Adieu le bel, le bon, le gracieux Adieu, adieu, l'un des meilleurs qui vive DXVI texte
405 Je vous conjur sur armes, sur amours Ou la belle est a qui vostre cuer tent DXVII texte
406 Se Dieu m'avoit octroyé mon souhait Or vueillés donc mon fait considerer DXVIII texte
407 Bien est Amour fichiee ou cuer de my En trestous lieux quelque part que je soie DXIX texte
408 Helas ! Amour, je me guermente a plain Pour Dieu, fay lui ma voulenté savoir DXX texte
409 Pour la joye que chascun doit avoir Faites crier haultement La Riviere DXXI texte
410 Ne doit uns cuers bien sa dame servir Que ma dame fait les hommes de terre DXXII texte
411 En visitant voult mes maulx enquerir Que ma dame fait les hommes de terre DXXIII texte
412 Qui veult avoir vie et joye mondaine A Nyeppe voit, pres le val de Cassel DXXIV texte
413 Se celle n'est a qui je suy donnéz Pour ce langui, c'est ce qui mort m'avance DXXV texte
414 Se le souleil de biauté n'enlumine Fors de languir plus qu'autre creature DXXVI texte
415 Dont puet venir a deux cuers en une heure Ainsi m'en va, dont mainte foiz souspir DXXVII texte
416 Mon cuer, mon corps, ma pensee et m'amour A ce bon jour aiéz pité de my DXXVIII texte
417 Se mesdisans l'avoient tuit juré Sera de moy plus c'onques mais amee DXXIX texte
418 Je say prier une dame d'amer M'aymeréz vous ou m'aymeréz vous mie DXXX texte
419 Dame, je vien paier ce que je doy De vo servant, dame, ce petit don DXXXI texte
420 Tant m'ont surpris vostre doulce parole Chiere dame, que j'aye nom d'amy DXXXII texte
421 Oncques nulz homs n'ot cuer de tel nature Se Fortune ne me veult estre amie DXXXIII texte
422 Regart me trait et Doulx Penser me rue Je n'attens riens fors que mort ou mercy DXXXIV texte
422bis Regart me trait et Doulz Pensers me rue Je n'attens riens fors que mort ou mercy MXXXIX texte
423 Qu'est devenu printemps, avril et may Lasse ! languir vois ou desert d'amours DXXXV texte
424 Lequel vault mieulx a jeune chevalier Demandéz ent a l'amoureux Cliffort DXXXVI texte
425 Grace d'Amours requiert le douloureux Se Grace n'est, je suis mors et perdus DXXXVII texte
426 S'oncques mon cuer n'avoit senti amour Jamais nul jour ne se tendroit d'amer DXXXVIII texte
427 Tresdoulce fleur toute blanche et vermeille Vostre nom est precieux, Marguerite DXXXIX texte
428 Mar vy le jour que je vous regarday Se vo doulceur, dame, ne me conforte DXL texte
429 Et que je suy tourmentéz durement Car mes bons jours sont au sel et l'yaue DXLII texte
430 Mon cuer au corps chascun se combat Ainsi ont trop cuer et corps a souffrir DXLIII texte
431 Se tous les biens que Fortune promet Se ma tristesce estoit tournee en joye DXLIV texte
432 Amour, Amour, humblement vous mercye Depuis que j'ay tout ce que je desir DXLV texte
433 Des sept vertus et des .vii. dons de grace Menalippe, Rebeque et Thamaris DXLVI texte
434 Qui est a choiz de deux choses avoir J'aim plus la fleur que la fueille ne face DCCLXIV texte
435 Pour ce que j'ay oy parler en France A droit jugier je me tien a la flour DCCLXV texte
436 Vous qui priséz et loéz la fleur tant Pour ce a fueille plus qu'a fleur nous tenons DCCLXVII texte
437 D'autel amour comme puet amer mere Sy pry Amour que sa grace m'envoye DCCLXVIII texte
438 Bourbon, Bar, Eu, Harcourt et Coucy Que le bon vent vous puist tost ramener DCCLXIX texte
439 Qui saroit bien que c'est d'Amour servir Armes, amours, dames, chevalerie DCCLXX texte
440 A bon droit de tous estre louee A bon droit n'est d'elle un cuer plus loyal DCCLXXI texte
441 Hugues d'Ars et Prunelé Je pri Dieu qui les maudie. DCCLXXII texte
442 De maulx coustiaux forgiéz en Lombardie Puist il morir qui mal faire me pense DCCLXXIII texte
443 Se nulz homs doit estre roy de Laidure Sur tous autres doy estre roy des Lays DCCLXXIV texte
444 Je vous faiz commendement Des Laiz vous veult retenir DCCLXXV texte
445 Qui est cilz compaings si joliz C'est un grant donneur de bons jours DCCLXXVI texte
446 Tu, qui me faiz si puant route Estront, par la ! g'iray par huys DCCLXXVII texte
447 De sainte Rien, dame juste, la caste Jamaiz nul jour ne seréz amoureuse. DCCLXXVIII texte
448 Veéz vous celle qui fait la papelarde Maiz je me doubt que ce ne soit trop tart DCCLXXIX texte
449 En Haynaut et en Brabant ay Tousjours, sanz demander, moustarde DCCLXXX texte
450 Foudre et tempeste, pluye, vent et gresil Il fait milleur sejourner a Paris DCCLXXXI texte
451 Je veu a Dieu, aux dames, a Amours Que je soye tresbien beux et batus DCCLXXXII texte
452 Uns homs jouoit aux dés en ma presence J'aray par temps tout joué et foutu DCCLXXXIII texte
453 Le baut, le doulx, le poupinet Milleur marchié a fait de ma maison DCCLXXXIV texte
454 J'estoie au kantié, a Boulongne Et quant venra le Tresorier DCCLXXXV texte
455 Trop me merveil du dur entendement C'est grant pechiéz d'ainsy blasmer le monde DCCLXXXVI texte
456 Dont viens tu ?  Six deniers, biau sire Vouléz vous achetter ma vache DCCLXXXVII texte
457 Au roy supplie Eustace, vostre hussier A Montagu qu'il ly paye sa debte DCCLXXXVIII texte
458 Compains, compains, je sçay mieulx vostre estat Maiz a la fin vous convient laissier gaige DCCLXXXIX texte
459 De la clarté et chaleur du soulleil Les sauteraux et les buissons de Brie DCCXC texte
460 Sausset, amis, veulléz moy conseillier Vous n'aréz plus de moy ne foing n'aveine DCCXCI texte
461 Chascuns me dit : Tu es lais garnemens Se je suis laiz, si sui je gracieux DCCXCII texte
462 Si, comme on dit, chascun sert .iiii. moys En ce froit temps s'en fait bon estrangier DCCXCIII texte
463 Les troys offres que firrent les .iii. roys Et qui sont il ? ― Se sont les generaulx DCCXCIV texte
464 Dont viens tu ?  De veoir m'amie Or soit il pendus qui en ment DCCXCV texte
465 Chascuns se tient en amours honoré Que ma dame a en tous temps .iii. amis DCCXCVI texte
466 Dieux soit louéz de tous biens qu'il m'envoye Qu'il ne puisse jamaiz aler a chambre DCCXCVII texte
467 Adieu vous dy, boys, rivieres et pars Desor me fault boire a un vermical DCCXCVIII texte
468 Plouréz, plouréz, Robinet le tirant C'est la fille Montagu qui est morte DCCXCIX texte
469 Cartulat et Robinet Au vin querent toudiz seure DCCC texte
470 Puisqu'il me faut aler au guet de nuit Pour Dieu me soit houppelande donnee DCCCI texte
471 Poux, puces, lantes et vermine Vous doint Dieux et senglante estraine DCCCII texte
472 Hugues d'Ars, Garences, Rossoy Maudy soyéz de par Eustace DCCCIII texte
473 Grosse de corps, ronde comme une pomme Faicte fustes pour enfans estrangler DCCCIV texte
474 Pour Dieu, se je ne voiz voler Mauvaiz y fait, ce dit Eustace DCCCV texte
475 Du mal saint Fremin d'Amiens Soit maistre Mahieu confondus DCCCVI texte
476 Trop me merveille et me complains Bon fait jurer l'ame son pere DCCCVII texte
477 Au roy supplie pour Dieu et en pitié On l'appelle maistre Jehan Tastevin DCCCVIII texte
478 On sert a court de grant plenté de mez Je suis a court tousjours serviz d'oublie DCCCIX texte
479 De tous les culz lays et maugracieux Je croy qu'il n'a nul plus ort cul ou monde DCCCX texte
480 Helas ! je n'ose aler au boiz Sanz defubler mon chapperon DCCCXI texte
481 Par tous paiz et toutes nacions Lances, couréz, feréz sur ces Flamens DCCCXII texte
482 Je doy estre chancelliers des Fumeux Muser souvent et si ne say pourquoy DCCCXIII texte
483 Je hé mes jours et ma vie dolente Quant je me voy de tous maulz parsonniers DCCCXIV texte
484 L'autrier, pensiz et merencolieux Delivréz vous, car le temps le desire DCCCXV texte
485 Excellant prince, a Jaquemin de Mende Pou vault promesse qui ne l'acomplira DCCCXVI texte
486 Jehan Sejourné est bien mis au sejour Senz lui maudire a asséz qui li nuit DCCCXVII texte
487 Benoiste soit la chambre aux chevalliers En mon logis, dessus la chambre aisie DCCCXVIII texte
488 Gentilz doyens, a tout vos buthariaux Je pry a Dieu qu'il vous en veille aidier DCCCXIX texte
489 A ma dame faiz supplicacion Bon fait logier pres de son souverain DCCCXX texte
490 Vous qui vouléz aler en Retheloiz Pour la paye longuement delaier DCCCXXI texte
491 Dyonides qui tant suit la mer Ce vous mande le bailly de Valoys DCCCXXII texte
492 Homs hors du senz, plains de forçonnerie Des maleureux doit porter la banniere DCCCXXIII texte
493 Riches homs doit tousjours tendre a honneur Qu'onneur vault po, puis que proffit defaut DCCCXXIV texte
494 Vous qui honneur, armes, dames  améz Benoit soit il qui le visitera DCCCXXV texte
495 Je n'ay cure, se dist frere Bernars Fors que tousj ours asséz boire de vin DCCCXXVI texte
496 De tous paiz est li plus maleureux L'en leur doit bien tel paiz reproucher DCCCXXVII texte
497 He ! Fortune, que je doy [bien] hair Cappitaine de la foire aux chetifs DCCCXXVIII texte
498 He ! Eustace, dire pués desormés Chetifs, dolens, es tu bien mariéz DCCCXXIX texte
499 Simon Ployart, treschier et bon ami Pour mariage, ouquel je ne suis pas DCCCXXX texte
500 O decevans, je te voy deceu Deceveurs sont deceus communement DCCCXXXI texte
501 L'autrier esbanoier m'aloie Perdu avons nostre saison DCCCXXXII texte
502 Povre signe est que d'avoir mal es rains Jamaiz dame forment ne l'aimera DCCCXXXIII texte
503 Aucuns dient : Grant peine est de veiller Il n'est doleur fors que le mal des dens. DCCCXXXIV texte
504 Je fu jadiz de terre vertueuse J'aray desor a nom Brulé des Champs DCCCXXXV texte
505 Se vous vouléz veoir grant povreté Pour ce te pri, gardes bien ou tu vas DCCCXXXVI texte
506 Qui ne chevauche et qui n'est bien montéz Ja ne deissent sur autrui tel goulee DCCCXXXVII texte
507 Haro ! dame, souffréz que l'en vous voye Haro ! Haro ! est ce bien, gracieuse DCCCXXXVIII texte
508 Telz fait souvent bien le religieux C'est droitement Jhesus sur une pele DCCCXXXIX texte
509 Dieux, que je suis dolente et esbahie Pour un perdu j'en ay deux retrouvéz DCCCXL texte
510 Oéz, oéz l'ordenance du roy Fors bouche a court, senz riens mettre dedens DCCCXLI texte
511 Je fu jadiz emprisonnéz Mes seigneurs, j'oy bien que vous dites DCCCXLII texte
512 Avoir ne puis trop grant merencolie Que se semble le ris d'un cardinal DCCCXLIII texte
513 Tristes, pensis, mas et mornes estoye Oncques ne vi gens ainsi requinier DCCCXLIV texte
514 Guerre me font tuit li .iiii. element De tous ses maulx est servie Vertus DCCCXLV texte
515 Quelz choses sont c'on doit plus honorer Ancre, cire, pappier et parchemin DCCCXLVI texte
516 J'ay povre corps et bonne voulenté Pourquoy mist Dieux grant cuer en povre pense DCCCXLVII texte
517 Se grant corps eust cuer en hastivité Pour ce mist Dieux en gros corps petit cuer DCCCXLVIII texte
518 J'ain par amours la plus belle figure Je prie a Dieu que mal feu d'enfer l'arde DCCCXLIX texte
519 Qui  a mestier d'avoir un bon servant Nulx, Dieu mercy, ne me scet riens aprandre DCCCL texte
519bis Qui a mestier d'avoir un bon servant Nulz, Dieu Merci, ne m'en scet rien apprendre DCCCLI texte
520 J'ay un varlet, qui le vouldroit louer Je n'en vueil point. Varlet soit il au diable DCCCLII texte
521 La fievre quarte et la double tierçainne Et panduz soit qui ainsi m'assena DCCCLIII texte
522 Puisqu'il me fault aler au mandement En cel estat puis bien servir le roy DCCCLIV texte
523 On dit qu'eschaudéz yaue craint G'y renonce : a Dieu les commans DCCCLV texte
524 Pales et vers, longue teste et cocue Qui oncques vit corps de telle façon DCCCLVI texte
525 Je n'ay houseaulx, chauces ne esperon Le crucefis et je n'ont que .ii. crois DCCCLVII texte
526 Je me complaing de toute creature Amour n'y voy fors l'amour de Renart DCCCLVIII texte
527 Chascun me dit : Dieu gart Dieu gart Je me tue et si ne faiz rien DCCCLIX texte
528 Se jamais jour ne vantoit .iiii. vens Il ne vaut rien au jour d'ui qui ne soufle DCCCLX texte
529 On dit qu'il fault dissimuler Je vous di que la gist le lievre DCCCLXI texte
530 Chascun me dit que suis grans Je suis de paupere regno DCCCLXII texte
531 On ne pourroit pas pais trouver Dieux gart les veaulx de Veucquessin DCCCLXIII texte
532 Ars et bruléz, esclavéz et destruis De mes seigneurs d'Anjou et de Bourgongne DCCCLXIV texte
533 Je n'aray jamais mestier Tu porteras ma banniere DCCCLXV texte
534 A mes seigneurs sur le fait du demaine Jusques il ait verificacion DCCCLXVI texte
535 Les anciens furent jadis moult saiges Et a tous ceuls qui ont pou de chevaulx DCCCLXVII texte
536 Franche dogue, dist un Anglois Levéz vostre queue, levéz DCCCLXVIII texte
537 Je sçay un large despensier C'est Alixandre le poing clos DCCCLXIX texte
538 Le plus manteur et le plus desloial A grant moqueur fault grande moqueresse. DCCCLXX texte
539 Adieu m'amour, adieu douces fillettes Adieu Paris, adieu petiz pastéz DCCCLXXI texte
540 He ! gentilz rois, dus de Poligieras Si grant faiseur et si noble poete DCCCLXXII texte
541 Chascuns parle de divers gieux jouer Desor me fault jouer a l'esbahi DCCCLXXIII texte
542 Vous qui avéz vostre teste pelee Pour ce vous lo porter queue de martre DCCCLXXIV texte
543 S'amours ne fait par sa douce pité N'autre aprés lui jamais ne vueil avoir DCCCLXXV texte
544 Je n'oy oncques tel talent de venir Je suis perdu quant on de boit de vin DCCCLXXVI texte
545 Ceuls qui ont pris moustarde en pluseurs lieux Lerres ne croit soy mesmes au jour d'ui DCCCLXXVII texte
546 J'ay moult d'avis pour mon fait avancer Et se je fail je doy bien dire « Helas ! » DCCCLXXVIII texte
547 N'aléz aux champs, tenéz vous a la ville Escuséz vous par le conseil d'Eustace DCCCLXXIX texte
548 Que diriéz vous du froit mois de Janvier Est il saiges qui ainsi se marie DCCCLXXX texte
549 Tant fu d'amours sousprins et tourmentéz Je l'ay juré, ne m'en parjurray mie DCCCLXXXI texte
550 Galois, Galois, vous vous estes prins Ramenéz moy deux couples de Bretons DCCCLXXXII texte
551 Guynes, Hames, Merc, Sangattes, Clays D'acort commun a Rodelinghem DCCCLXXXIII texte
552 Je treuve asséz qui me donne a mignier Ainsi seront tuit mignéz mes quevaulx DCCCLXXXIV texte
553 Je congnois l'un des jolis chevaliers Vielle d'avoir, riche de cinquante ans DCCCLXXXV texte
554 Quant l'esprevier vole bien pour l'aloe Un esprevier qui prant vielle perdrix DCCCLXXXVI texte
555 Bon fait avoir varlet de congnoissance Mieux que n'a fait Jehannin, varlet Eustace DCCCLXXXVII texte
556 Tu qui jadis as les livres leuz Ouquel les mariéz vivent DCCCLXXXVIII texte
557 Certes je suis de si bonne heure né Je vien toudis a escourre les napes DCCCXXXIX texte
558 Mon chier seingeur et ami parfait Or ne vueilléz vo promesse noier DCCCXC texte
559 Le philosophe et li naturien Mais a present n'en suis pas bien d'acort DCCCXCI texte
560 Trop mieulx hochoit ou temps de mon mari Hurter ne veult plus a mon huis derriere DCCCXCII texte
561 Je fu l'autrier trop mal venuz Lors dis : Oïl, je voy vo queue DCCCXCIII texte
562 Aussi tendre comme un poucin Il a tousjours eufs ou pigons DCCCXCIV texte
563 Trois choses sont de quoy je ne faiz compte De ces trois bons ne vueil nul retenir DCCCXCV texte
564 Savéz vous pour quoy je fais De mentir, puis qu'om me ment DCCCXCVI texte
565 Ho ! ho ! Raison ! Je dors, je dors Tout va ce que dessoubz dessus DCCCXCVIII texte
566 Compains, je suis en dolereus parti Par mon conseil refuséz la a tous DCCCC texte
567 Plus sui muéz en forme merveilleuse Com viel roucin, mourir a la Saussoye DCCCCI texte
568 J'ay par cinq ans esté en maladie Le mal que j'ay jusqu'aprés la Toussains DCCCCII texte
569 A mon seigneur le duc de Bourbonnois Si prira Dieu pour vous ledit Eustace DCCCCIII texte
570 Trois manieres truis de chevaulx, qui sont Pour ce ne doit nulz homz amer poulain DCCCIV texte
571 Je me desmet de toute consequance Pardonnéz moy, se j'ay en riens failli DCCCCV texte
572 Alarme ! Alarme ! Yvers est descendus Garnisséz vous, avant qu'iver vous fiere DCCCCVI texte
573 Je ne me plains en riens de Doulz Penser Pour ce hair doit chascun Mauregart DCCCCVII texte
574 Il me convient remettre a mon mestier J'ay grant paour qu'on ne me vueille pandre DCCCCVIII texte
575 Guetier par nuit, de jour a la barriere Voler, chacier, jouster et tournoier DCCCCXIV texte
576 Moult se vantoit li cerfs d'estre legiers Aussi tost vient a Pasques limeçon DCCCCXV texte
577 En tous cas est largesce renommee Ne face nul grant largesce d'amours DCCCCXVI texte
578 En tous estas est espargne en saison Et de putain ne face ja grenier DCCCCXVII texte
579 Chascuns me dit : Dieu vous doint joie Il me fault couchier sur l'estrain DCCCCXVIII texte
580 Or ay je tant, Dieu merci, attendu De voluntiers tenir vostre promesse DCCCCXIX texte
581 En retournant du palais a saint Pol Quant revendra nostre roys a Paris DCCCCXX texte
582 Dont puet venir la fortune que j'ay Plus me voit on, tant suis je moins prisiéz DCCCCXXI texte
583 Boniface, Miraumont et Poitiers Mauditte soit la couille de Brugaut DCCCCXXII texte
584 Des merveilles de quoy on puet parler C'est de dancier au son des chalemiaux DCCCCXXIII texte
585 Il a grant faim d'estre chetis Eustaces dit que c'est folie DCCCCXXIV texte
586 Maistre Mahieu, et vous, maistre Regnault Remede nul n'y a que boire fort DCCCCXXV texte
587 J'amay jadis de trop parfaitte amour Jehanne ? Nenil. Le vit ne te veult tendre DCCCCXXVI texte
588 Se tous li cielz estoit de fueilles d'or Ja sur mon corps n'en cherroit une goute DCCCCXXVIII texte
589 A luis ! Qui est ? Amis.  Que veuls Tu es fouls, pran une massue DCCCCXXIX texte
590 Les chevaliers du bon temps ancien Mais au jour dui ne voy regner que vice DCCCCXXXIII texte
590bis Les chevaliers du bon temps ancien Mais au jour d'ui ne voy regner que vice MCLVIII texte
591 Dame, bon jour vous soit donnéz Aies sur ces poins ton advis DCCCCXXXIV texte
591bis Dame, bon jour vous soit donnéz Aies sur ces poins ton advis MCLIX texte
592 He ! lasse, povre et desolee Et comment feray je, comment DCCCCXXXV texte
593 L'age premier fu ignorant Ly mondes en sera perdus DCCCCXXXVI texte
594 Le mendre de tous les.vii. ars Subgiéz tiennent tous les offices DCCCCXXXVII texte
595 Gramaire, logique, rhetorique Quant regner voy le mendre des .vii. ars DCCCCXXXVIII texte
596 Si vielle suy et de si long temps nee Mais des .vi. ars voy la destruction DCCCCXXXIX texte
597 Je voy planter ce qui ne vault Faisons le bon plant aluchier DCCCCXLI texte
598 Tresdolente et desconfortee Car tout le monde me fait guerre DCCCCXLII texte
599 Quelz nouvelles, gentils compains Tais toy : les dens devant sont bons DCCCCXLIII texte
600 Ainsi comme gent de folaige Char a espee ne vault rien DCCCCXLIV texte
601 Envies, machinacions Mais encores n'est ce pas le tout DCCCCXVI texte
602 Mon tresdoulz cuer, m'amour tresdiree Languir me fault, ma dame souveraine DCCCCXLVII texte
603 Mercure, Mars, Jupiter et Venus Puis que je voy vouloir regner la lune DCCCCXLVIII texte
604 Se Verité veult estre menteresse Que pour noz maulx la fin du monde approche DCCCCXLIX texte
605 Corps monstrueus, horrible a regarder Dieux nous vueille tous getter de ta main DCCCCL texte
606 Pour un saint corps miraculeux Or devinéz qui ce puet estre DCCCCLI texte
607 Vous, gouverneurs, baillis, et seneschaulx Serfz gouverneurs, seneschaux et baillis DCCCCLII texte
608 Chascuns doit faire son devoir On ne puet estre amé de tous DCCCCLIII texte
608bis Chascuns doit faire son devoir On ne puet estre amé de touz MCXIX texte
609 Dieux gart la belle compaignie Envie est en cloistre et en court DCCCCLIV texte
610 Ce jour de l'an estrener ne sçaroie De faulx parler et de mauvese envie DCCCCLVII texte
611 Puisque le chief qui est si precieux Congié, pour Dieu, d'avoir noz chaperons DCCCCLVIII texte
612 J'ay veu la riviere de Saine Pour dure chose violent DCCCCLIX texte
613 Gente de corps, face a droit coulouree De jour en jour vo beauté renouvelle DCCCCLX texte
614 Levres mouvoir sanz cuer a oroison Car de telz dons voy po jouir nulluy DCCCCLXII texte
615 J'aime tresfort et de tresgrant amour Char a espee au jour d'ui ne vault rien DCCCCLXIII texte
616 Sectes de loys, mutacions Or quiere chascun son refuge DCCCCLXIV texte
617 Vous qui vouléz servans avoir Que prandre rumoreus n'yvrongne DCCCCLXVI texte
618 Se ce n'est sens ou grant chevalerie Et ce sçavoir nous fait Experience DCCCCLXVII texte
619 A proprement exposer fait de court Bon fait sanz court vie et chevance avoir DCCCCLXVIII texte
620 Charongne a vers, povre fragilité Dieux nous vueille garder et Nostre Dame DCCCCLXIX texte
621 Qui est l'estat en ce monde plus sain Labour de mains et hostel de mesnaige DCCCCLXX texte
622 Se Boeces, de Consolacion Et tous estas et par touz les pais DCCCCLXXII texte
623 Qui a eu des estas moyens Serve Dieu, face sa besongne DCCCCLXXIII texte
624 Pour le doulz temps et pour l'acoustumance Car en tous fault que jonesse se passe DCCCCLXXIV texte
625 Perverse en cuer, desemblant tricheresse Tous les diables vous aiment par amours DCCCCLXXV texte
626 Tourment de corps, abregement de vie Qui se marie, il est foul, ce me semble DCCCCLXXVI texte
627 J'ay demouré entre les Sarrasins Or gart chascun qu'il n'y soit atrapé DCCCCLXXVII texte
628 De toutes pars est mon chief assailli Toutes vertus au jour d'ui se declinent DCCCCLXXVIII texte
629 Depuis l'aage qui commença premier Regner ne voy fors l'art d'arismetique DCCCCLXXIX texte
630 O Gallican, petit regne adoptif Entre vous, rois, a ces poins aviséz DCCCCLXXX texte
631 Depuis que le diluge fu D'estre monarchie muee DCCCCLXXXI texte
632 Orgueil, luxure, oultrecuidance Que le monde approuche sa fin DCCCCLXXXII texte
633 Cherir se doit sur toutes et amer C'est grant peril que de tant amer l'or DCCCCXXXIII texte
634 Doulz Zephirus qui faiz naistre les flours S'ainsi le pers, c'est trespovres consaulx DCCCCLXXXIV texte
635 Se Dieu ne fait les pechiéz remouvoir Pestillence, guerre et mortalité DCCCCLXXXV texte
636 Bien vesquirent nostre pere premier Tout est fondé sur pure convoitise DCCCCLXXXVI texte
637 Toudis suelt conseil conseillier Et par ce convient que tout fonde DCCCCLXXXVII texte
638 Puis que je voy tous les meurs bestorner Que la dance est durement retournee DCCCCLXXXVIII texte
639 Las ! Je ne sçay que ce puet estre Pensons a la fin pardurable DCCCCLXXXIX texte
640 J'amay jadis de tresparfaite amour En jeusne amour ne se doit nul fier DCCCCXC texte
641 Nulz homs ne se doit esbahir Tout fu et tout sera autrui DCCCCXCI texte
642 Chascuns desire a avoir grant estat Es grans cours n'a siege qui soit certains DCCCCXCII texte
643 Maiz qu'uns homs soit bien vestus et forrés Ne plus que fait une buche vestue DCCCCXCIII texte
644 Se vous estes biaux, riches et joliz Que telz porte l'abit de hault parage DCCCCXCIV texte
645 Ou temps jadis quant honneur commença Car nul ne veult fors que parler d'argent DCCCCXCV texte
646 Cilz qui veult paix et vivre en mariage Sages est cilz qui ainsy se marie DCCCCXCVI texte
647 Je voy souvent crier Noé Bon temps ? ne revendras tu mie DCCCCXCVII texte
648 Tristesse, orgueil, envie et traison Par vous s'en est tout li bon temps fuis DCCCCXCVIII texte
649 Chascun se plaint, chascun ordonne Ancor est Dieu ou il souloit DCCCCXCIX texte
650 Huissiers d'armes fu jadiz noble estat L'en leur oste leurs drois de jour en jour M texte
651 Endemantiers que mon maistre aprenoit Qui en tout temps ne doye bien apprendre MI texte
652 Ou tous les dix de l'escripture sainte Cryons mercy, demandons grace et paix MII texte
653 O comme grant est la gloire des roys Qui ne craint Dieu et justice, il a tort MIII texte
654 Trop vigne avoir et maisons en village Aise sont ceulz qui n'ont ne filz ne fille MIV texte
655 Moult sont les loys et les drois bestournés Justice fault, loy et honneur, a plain MV texte
656 Entre les biens et graces de nature Bonne et belle, gracieuse et courtoise MVIII texte
657 Ce qui souloit estre anciennement Car on ne hait fors les gens de Justice MXIII texte
658 Qui a le monde ainsi destruit C'est ce qui destruit les provinces MXIV texte
659 Faire despit, dommaige et desplaisir Par faire mal n'aprovois'on pas chien MXV texte
660 Com plus est grans en ce monde li homs Humilité attrait le cuer des gens MXVI texte
661 Helas ! sire, monstréz moy le chemin Congnoissance se tient trop pou a court MXVII texte
662 Ne doit chaloir a homme qui sens a Il fait trop bon son pain en paix mangier. MXVIII texte
663 Congnoissance, Sens, Honeur ne Memoire Tout se destruit, riens n'est qui me conforte MXIX texte
664 Qui vivre veult sanz grant peril avoir Pour ce que foul ne doubte jusqu'il prant MXXI texte
665 De quoy sers tu ? De moy esbatre C'est beau gieu, mais qu'om ne te voie MXXII texte
666 Chascuns parle de chevance acquerir Il me souffist que je soye bien aise MXXIII texte
667 A vous, maistre d'ostel, me plain Faictes sur ce vo jugement MXXIV texte
668 Lecervot, Peruche et Phillipe Ilz ne celent rien l'un a l'autre MXXV texte
669 Dieu gart, dame. Dieu vous benie Trop me faites dure responce MXXVI texte
670 Chascuns ne fait que demander Quant on baille, je fais des crois MXXVII texte
671 On dit qu'il fait bon avoir compaignie En tous temps fait bon couchier a par soy MXXVIII texte
672 On dit qu'il fait bon avoir compaignie En tous temps fait bon couchier a par soy MXLVIII texte
672bis Eschançons, queux et escuiers tranchans Aléz disner, ce dit maistre Regnault MXXIX texte
673 Chascuns se prant a amander Sire, souviengne vous de moy MXXX texte
674 Je m'en voys. Demouréz ici Vous ne passeréz plus avant MXXXI texte
675 Je vous ayme. De quel amour, amis A dire voir, c'est pour quoy nous amons MXXXII texte
676 Entendéz ça, vous qui a court aléz Que grant proufit de la court vous venrra MXXXIII texte
677 Je ne me donrray plus merveille Ainsi va des choses du monde MXXXIV texte
678 Je ne me sçay a quele heure lever Car, chascun jour, meschiet il qui que soit MXXXV texte
679 Depuis le jour que des dames parti Pour l'amour Dieu, envoiéz moy requerre MXXXVI texte
680 Il fait tresbeau demourer Ont pour deduire les belles MXXXVII texte
681 Tressaint Pere, Gillet supplie Vueilléz lui faire vostre grace MXXXIX texte
682 Mon cuer, mon bien, mon soulaz et ma joie S'il ne revient, a tousjours languiray MXL texte
683 Je croy que j'ay pour faire ce voyage Tant qu'il ne m'est demouré croix ne pille MXLII texte
684 Quant je parti de vostre grant douçour Quant me souvient du doulz departement MXLIII texte
685 Vous qui vouléz le monde chastier Car un chascun fait du sien a sa guise MXLIV texte
686 Plouréz, plouréz, peuples de Pharaon Prions a Dieu que vers nousse rapaise MXLV texte
687 Je, Sebille, de Dieu vivant prophete Et lors doivent monarchies changier MLXVI texte
688 J'ay .viii. mois l'an ordonnéz pour servir Les autres mois vueil faire ma besongne MXLVII texte
689 Plant de vigne tresrenommee Muéz vostre verdeur en vin MXLIX texte
690 Le departir et la longue demeure Chiere dame qui n'avéz vo pareille ML texte
691 Je voy d'amours requerir largement Ja ne requier fors la paille d'amours MLI texte
692 Dont viens tu ? Du Dieu qui sommeille Li dieux d'amours qui me desvoye MLII texte
693 Tristes, pensis et merancolieus Las ! et de lui si eslongié me voy MLIII texte
694 Malade suy, dist le chief a son corps Corps, doulz amis, dy moy donc que feray ge MLVI texte
695 En un pais plain de soulas Gardéz vos brebis pour les leux MLVII texte
696 Le temps vendra. Quelz ? Ne sçay. Il me tarde Or se gart donc qui s'ara a garder MLVIII texte
697 Le lion fist jadis son mandement D'escrevice, qui en alant recule MLIX texte
698 Avant ! avant ! tiréz vous ça Mais de paour les voy trambler MLX texte
699 Un joueur fut qui tant joua En disant : ― A ce coup la quille MLXI texte
700 Qui me sçaroit des ars mondains apprendre Ment donc toudis et le voir vueilles taire MLXII texte
701 Vint ans a que je ne cessay Faittes du pis que vous pouéz MLXIII texte
702 Trop m'est changiéz li temps et la maniere Que mon cuer noye en larmes et en plours MLXIV texte
703 Donnéz au povre langoreux Aléz a Dieu, l'aumosne est faicte MLXV texte
704 Homme ne puis chascun jour encontrer Le temps toudis m'est tel comme il souloit MLXVI texte
705 Dont venéz vous ? Ou fustes vous er soir Tant qu'elle dist : ― Fuy de cy, tu me blesces MLXVII texte
706 Dieux gart ! Nient, Dieux vous confonde Mais vous qui me cuidéz maudire MLXVIII texte
707 Donnéz au povre qui ne voit Nostre Sire t'a fait grant grace MLXIX texte
708 Apprenéz moy comment j'aray estat Va a la court et en use souvent MLXX texte
709 Adam, Noé, Abraham et Davit Et si n'est nul qui en ait congnoissance MLXXII texte
710 Je voy Vengence a tout s'espee Or y pensons toutes et tuit MLXXIII texte
711 Charité, Pité, Misericorde Reforméz paix au monde et en l'Eglise MLXXIV texte
712 Preschier de Dieu ne les vices blasmer Dont grant doleur vendra prouchainement MLXXV texte
713 Ceuls qui aiment leur naturel seigneur Saiges est cilz qui tel service fait MLXXVI texte
714 Selon les temps et les douces saisons Il n'est chose qui ne viengne a sa fin MLXXVII texte
715 Depuis qu'uns homs, de quelqu'estat qu'il soit Ait homs toudis bonnes mains, bonne bouche MLXXVIII texte
716 Uns preudoms fut en un villaige Saichiéz qui a mangié le lart MLXXIX texte
717 A une grant court tresnotable De deux celles le cul a terre MLXXX texte
718 Mieulx vault mangier du potaige et des chos Perilleux sont ar tout les grans estas MLXXXI texte
719 Les aveugles que fonda saint Loys Maint ont grans oeulx et si ne voient goute MLXXXV texte
720 Sur trois pilliers ay fondé une tour Qui ces pilliers et leur nature sent MLXXXVI texte
721 Ly airs, ly temps, ly ans, ly .xii. moys Tout se destruit et ne scet on comment MLXXXVIII texte
722 Nulz ne pense au bien souverain Pensons de nostre sauvement MLXXXIX texte
723 Les cours de ceste vie humaine   MXC texte
724 Dont viens tu ? ― De la court du roy Tu deusses tout faire trembler MXCI texte
725 Qui veult perdre sens et entendement Qu'a grant paine sont gent de court loyaulx MXCII texte
726 Qui ayme bien ne croit pas de legier Qui son chien het, on li met sus la raige MXCIII texte
727 Le droit signe de perdre seignourie Si je di voir, ne cuidiéz que je songe MXCIV texte
728 Ou j'arderay tous les livres que j'ay Et qui sont ilz ? ― Ce sont li general MXCV texte
729 Qui sont ceuls qui aux cours roiaulx J'ay menti, je croy que je songe MXCVI texte
730 Tresdoulz amis, mais qu'il ne vous desplaise Tout yra bien. ― Et quant ? ― L'autre sepmaine MXCVII texte
731 En ce doubteus pelerinaige Car quant avoir vient et corps fault MXCVIII texte
732 Ly homs qui a de Dieu principalment Telz homs doit bien son Dieu remercier MXCIX texte
733 Honourer Dieu, doubter et obeir Servir a Dieu, bien regner lui souffise MC texte
734 Ja homs qui vueille faire bien Au monde ne regne que vice MCI texte
735 Toute chose se trait a sa nature Pour ce est homs foulz appeléz qui folie MCII texte
736 Il faut un temps qu'a la court frequenter D'avoir deux piéz de tous poins hors de court MCIV texte
737 Des guerres, des mortalitéz Se j'eusse mon vit d'Orliens MCV texte
738 Se les vens, la chaleur, la froidure Nos sommes tous d'une maniere ne MCVI texte
739 A tous qui ces lettres verront Ou la besoingne yra de plat MCVII texte
740 Que font prelas aux cours royaulx Chascuns fait contre son mestier MCVIII texte
741 Je ne voy vray phisicien Restraingnons le plus necessaire MCIX texte
742 Je ne vueil plus estre bailli Chascuns d'eulx ses gaiges perdra MCX texte
743 Je voy toute restrinction Autre science n'a pratique MCXI texte
744 A tous les roys et princes de la terre Faictes par tout garder Loy et Justice MCXII texte
745 Puis que Rolant et Olivier mouru Encor fust il Oliviers et Rolans MCXV texte
746 Tant ont esté de voyages emprins Pour noz pechiéz je voy que tout se mue MCXVI texte
747 Selon aucuns tresanciens poetes Perdra du tout ses plumes natureles MCXVII texte
748 Pour signes du ciel que l'en voye Je ne voy homme qui s'amande MCXX texte
749 Las ! bien sommes glouz et chetis Sanz reposer et sanz dormir MCXXI texte
750 Flums naturelz, granz et petiz ruisseaulx Plourons, chetis, nostre fole jeunesse MCXXII texte
751 Je ne sçay chose qui vaille Et qu'il puist vivre du sien MCXXIII texte
752 Je vueil cesser mon livre de memoire Noble chose est de bon renom acquerre MCXXV texte
753 Grant guerre et tribulacion Bon se fait garder de Malice MCXXVII texte
754 Nature est trop au jour d'uy aveuglee C'est grant peril de legierement croire MCXXVIII texte
755 Menton poncé, filz Hermofondricus Infeables, desloyaulx et mauvais MCCXXIX texte
756 Dont venéz vous ? Je viens de Saint Omer Je n'ay riens veu fors le moustier de Liques MCXXX texte
757 Orgueil, despense, oultrageus dons Par cuidier et fole plaisance MCXXXI texte
758 Grant bien me fist et resjoussement Vueilliéz tousjours telz gens acompaignier MCXXXII texte
759 Ainsis c'om va pour vir a l'aventure Bon fait tel gent tenir en sa maison MCXXXIII texte
760 Je viens tous nus, dame, en vostre povoir Mere de tous soy nommee Fortune MCXXXIV texte
761 Enseigniéz moy, douce gent Ou puet elle demourer MCXXXVI texte
762 Comment sont les cuers endurcis Pour Dieu, gardons nous de meffaire MCXXXVII texte
763 Resjouis toy, Jherusalem dolente Tant que chascuns devra crier : ― Noué MCXXXIX texte
764 Dont vient a tous souveraine noblesce Nulz n'est villains se du cuer ne lui muet MCXL texte
765 Mort, je qui sui l'exemplaire et figure Toute vie par toy se determine MCXLI texte
766 Douce France, pran en toy reconfort Et conquerir la terre d'oultre mer MCXLII texte
767 Gelee, noif, montaigne ne valaige Au grant peril et fortune de mer MCXLIII texte
768 Jamais nul jour n'auray fiance ou temps L'en ne doit pas par tout jugier de l'œil MCXLIV texte
769 Qui a bon cuer, pouoir et hardement Vaillant cuer puet en tous temps faire guerre MCXLV texte
770 Je qui vous ay en jeunesse servi Pechié seroit et grant deffault de sens MCXLVI texte
771 Sires qui veult faire aucun maçonnaige Chascun sçavoir doit ce que bon li est MCXLVII texte
772 Depuis Nembroth qui acquist seignourie Pour le debat d'Angleterre et de France MCXLVIII texte
773 Je ne croy par mon jugement Qui fille a n'est pas a repos MCXLIX texte
774 Je me donne grant merveille Qui de l'argent lui donrroit. MCL texte
775 Fille que j'ay, puis que vous fustes nee Soiéz humble, courtoise et debonnaire MCLI texte
776 Se ceuls qui ont tant de maulx pour amer Faulx amoureus et de cuer et de bouche MCLII texte
777 Trop me merveil que devient Congnoissance C'est ce qui fait le monde anientir MCLIII texte
778 Angleterre est une isle d'Occident C'est de ce mot l'interpretacion MCLIV texte
779 Pour quoy fina par venin Alixandre Toudis advient ce qui doit advenir MCLV texte
780 Douce dame, je viens de vous aprandre Qui bien se met soubz povre couverture MCLX texte
781 Qui veult son corps en santé maintenir Et ne voist hors s'il ne fait bel et cler MCLXII texte
782 Ou temps que l'en seult plus hault tendre Ne prinst bonne conclusion MCLXIII texte
783 Vous qui vouléz l'ordre de chevalier Ainsi se doit chevalier gouverner MCLXV texte
784 He ! Dieu, quel temps et quel regne de monde Qu'a nul ne chaut d'Enfer ne Paradis MCLXVII texte
785 Il a cinq ans que mes corps ne cessa En si faiz dons mauvais fier se fet MCLXVIII texte
786 Bons compains fut, de dolente heure né Que bon compains a trop sur lui a dire MCLXX texte
787 Vous estes gracieus et beaux Vous arméz bien les compaingnons MCLXXII texte
788 Douce, plaisant, courtoise et saige Grans mercis, je suis bien armee MCLXXIII texte
789 Laissiéz le chant de la geole Chantons au vray le chant du boys MCLXXIV texte
790 Pour les estas qui sont si perilleux Qu'est ce de nous ? Par ma foy, ce n'est riens MCLXXV texte
791 Enfans, enfans, de moy, Adam, venus Vous estes tous d'une pel revestus MCLXXVI texte
792 S'Amour, qui m'a par doulz regart feru Poursuy honneur et vif joyeusement MCLXXVII texte
793 Je ne sçay des communs mestiers Compains, apran a flajoler MCLXXVIII texte
794 Loy tenir, science et justice Ainsi doit tout vaillant roy faire MCLXXIX texte
795 De chien qui mort et de cheval qui rue Car de tout ce ne vient fors que dommaige MCLXXX texte
796 Ainsi qu'Eve, par la trasngrescion Toute paix vint par un saint mariaige MCLXXXI texte
797 A tous ceuls qui ont de quoy vivre Mais nul n'a cure de raison MCLXXXII texte
798 En quel estat est vostre corps Je ne voy, n'oy ne ne parole MCLXXXIII texte
799 Vrays Dieux, que c'est noble chose et joieuse Quant donné m'a si douce compaignie MCLXXXIV texte
800 Vielle a present, jadis juvencula Vetula sum sine muneribus MCLXXXV texte
801 Plouréz, plouréz les armes de Champaigne En paradis soit s'ame couronnee MCLXXXVI texte
802 Plouréz, heraulx, plouréz, chevalerie Plouréz pour lui, toute gent de noblesce MCLXXXVII texte
803 Crueulx Noiron, de grant cruauté plain Tyrannie ne fut oncques en saison MCLXXXVIII texte
804 J'ay servi par .xxviii. ans Me laissiéz mes gaiges a vie MCXC texte
805 Adviséz vous, tous serviteurs de court C'est le plus sain que d'estre bien renté MCXCI texte
806 Huit choses doit homs desirier Dieu et le monde l'amera MCXCII texte
807 L'en parle trop senestrement L'en ne fait pas tout ce qu'on presche MCXCIII texte
808 Princes qui ont peuples a gouverner Qui trop humble est, c'est default de science MCXCIV texte
809 D'an en an voy venir nouvelle annee Certes tousjours vient pis ouan qu'entan MCXCV texte
810 Vous qui améz honeur, deduit, plaisance Ou noble lieu dit a la Table Ronde MCXCVII texte
811 J'ay .xl. ans passé la quarantaine De tout mon temps ne vi si dur caresme MCXCVIII texte
812 Je fu de trop male heure né Je m'en rapporte a Loribaut MCXCIX texte
813 Las ! qui ains vit si fausses traisons Qui faussement as esté mis a fin MCC texte
814 Avec santé vivre et vestir me donne Vivre, vestir, bonne santé avoir MCCI texte
815 Qui veult paix et repos avoir A gens qui sont en maladie MCCII texte
816 Qui aroit tout le monde a gouverner Mais qu'il peust bonne santé ravoir MCCIII texte
817 Helas ! on dit que je ne fais mes rien Vray pappe n'est n'empereur en l'Eglise MCCIV texte
818 Comment pourroit il avoir paix Oncques ne vi tant de procés MCCV texte
819 Au roy, nostre sire, supplie C'est de bien servir povre exemple MCCVI texte
820 Je ne sçay royaume au jour d'ui Toutes choses vont en l'empire MCCVII texte
821 Qui regardast les diz de Salemon Que je ne voy de la sustracion MCCVIII texte
822 Atournéz vous, mes dames, autrement Rendéz l'emprunt des estranges cheveux MCCIX texte
823 L'en voit les cers naturelement muer Qu'elles aient le chief d'un cahuant MCCX texte
824 Princes, barons et toute seignourie Les victoires sont en la main de Dieu MCCXI texte
825 Ouéz trestous le juge du grant roy Par le default d'amour et charité MCCXII texte
826 Chascun vivant, puis qu'il a congnoissance Mais je n'en voy amender creature MCCXIII texte
827 Ainsi comme l'en seult querir Saiges se doit garder d'enfance MCCXV texte
828 Qui regarde bien vo phillosomie Dens de serpent, orde, laide et camuse MCCXVI texte
829 Vive chascun qui puet joieusement Car don de Dieu est de vivre en leesce MCCXVIII texte
830 L'en doit bien les femmes loer Lors se marie qui vourra MCCXX texte
831 Ne prans riens d'autrui ne reçoy Tien toy de mal faire et fay bien MCCXXI texte
832 Parle qui veult, chastie qui sçara L'en ne craint Dieu, Paradis ne Enfer MCCXXII texte
833 Adviséz vous, toutes gens de pratiques Les medicins le vous font tuit sçavoir MCCXXIII texte
834 Deux eurs ay qui ne sont pas grans Malheureux suis par toute lettre MCCXXIV texte
835 O domine, responde michi Onques mais homs n'ot si foible merrien MCCXXV texte
836 Tant com je me po esmouchier Je ne puis la queue mouvoir MCCXXVI texte
837 Helas ! mainte femme me fuit Par deffault de bon vit avoir MCCXXVII texte
838 Helas ! tant com je fu moinés Je ne puis mais fors que baisier MCCXXVIII texte
839 De tous les maulx de quoy Dieux puet garir Ribaulx, paillars, truandes et coquins MCCXXIX texte
840 Pour Dieu, donnéz maille ou denier Atten encor jusqu'a demain MCCXXX texte
841 Vielle, laide, barbue et diffamee Le feu d'Enfer puist ardoir vo fournaise MCCXXXI texte
842 J'ay mon mari qui se rigole Si j'en puis nullement finer MCCXXXII texte
843 Lasse ! donnéz moy une offrande Que l'en vous puist trestouz ardoir MCCXXXIII texte
844 Qui a filles a marier A tart venir a repentence MCCXXXIV texte
845 Quant j'oy mon aage premerain Onques femme n'ot tel dolour MCCXXXV texte
846 Sçavéz vous la cause pour quoy Pourcel ne fist bien en sa vie MCCXXXVI texte
847 Saint Denis, saint Georges, saint Blaise Dieux essaucera sa requeste MCCXXXVII texte
848 Trop grant familiarité Peuples soit tousjours cremeteux MCCXXXVIII texte
849 Vous me demandéz qu'il me semble Car nulz ne fait bien son devoir MCCXXXIX texte
850 Que sont les bons chiefs devenus Tout se pert, le monde et l'Eglise MCCXL texte
851 Douze heures sont de jour, autant de nuit Mais je n'en voy amender creature MCCXLI texte
852 Muse eloquent entre les .ix., Christine Seule en tes faiz ou royaume de France MCCXLII texte
853 De jour en jour et d'annee en annee Je me repens quant je fis onques homme MCCXLIII texte
854 Pour quoy dit l'en les .vii. ars liberaulx Roy sanz lettre est comme asne couronné MCCXLIV texte
855 Entre les biens que l'en fait chascun jour Belle chose est de contenter son hoste MCCXLV texte
856 En mon cuer n'a, ce jour de may, verdure Toute chose est par tout mal ordonee MCCXLVI texte
857 Le temps est hui que de bonne heure est nez Qui a de quoy pour vivre en sa maison MCCXLVII texte
858 Je suis mis hors trop cautement Je suy des premiers escosséz MCCXLVIII texte
859 Fuiéz, viellars, ne vous monstréz jamais L'en het par tout droit, raison et justice MCCXLIX texte
860 Puis que je voy que Voulenté domine Je prie a Dieu qu'om ne m'oste ne donne MCCL texte
861 A chascun dy qu'il s'avise ou il sert Et qui sont ilz ? Femme, peuple et enfans MCCLI texte
862 Selon la revolucion Que je ne soye revoquéz MCCLII texte
863 Un paisant avoit un chien Quant fruit fault, desserte s'en va MCCLIII texte
864 Je voy pluseurs parler improprement Ne pas ne fait des gens mutacion MCCLIV texte
865 Puis qu'om impetre mes offices par mort Car, Dieux mercy, je suis en bonne vie MCCLV texte
866 Je ne sçay en la vie humaine Envie ne mourra jamais MCCLVI texte
867 Depuis qu'Amour m'ot donné congnoissance A tousjours mais, comme siens l'ameray MCCLVII texte
868 Vous qui avéz chox, pois, feves et lart Car il n'est riens qui vaille franche vie MCCLVIII texte
869 A Dieu me plaing et a ses sains Que n'en fait l'en pugnicion MCCLIX texte
870 Par trois cens ans .lx. et .iii. aprés Brennuys fut princes de hault affaire MCCLXII texte
871 Le bien commun doit tout homme garder Ainsi se doit garder le bien commun MCCLXIII texte
872 Treshumblement vous vueil crier mercy Foulz est li homs qui servitude bat MCCLXV texte
873 Je deviens courbes et bossus Ce sont les signes de la mort MCCLXVI texte
874 Basiliques, griffe de lyonnesse Tant que mourir puissiéz de male mort MCCLXVII texte
875 Ou nostre loy ne seroit mie vraye Car Dieux pugnist chascun de son meffait MCCLXVIII texte
876 J'ay leu les faiz d'Adam et de Noé Mais en la fin les truis touz mors et cendre MCCLXIX texte
877 On parle de paons rostis Chascuns veult des tripes mangier MCCLXXII texte
878 O Rebeca, fondee sur saigesce Onques ne fut tele a mon esperance MCCLXXIV texte
879 L'en souloit presenter jadis Les clers et ceuls de la cuisine MCCLXXVII texte
880 Puis que li homs puet sa besongne faire Car au jour d'uy nulz ne fait son devoir MCCLXXVIII texte
881 Qui aime bien, il a pou de repos Onques Amour ne fut sanz Jalousie MCCLXXIX texte
882 Tresreverent pere en Dieu, sanz la foy Pleges vault mieulx, qui y puet advenir MCCLXXX texte
883 Utile chose est des ars mecaniques Qui aux autres ont leur regle donnee MCCLXXXI texte
884 O Anthoine, qui faictes le poulain Or y parra que vous en sçaréz faire MCCLXXXII texte
885 Exemple du temps ancien L'en ne doubte pechié ne honte MCCLXXXIII texte
886 Las ! dont sont venus tant d'excés Tant qu'a peine veons nous goute MCCLXXXIV texte
887 Rome qui fut dame monarchial Nulz ne lui mut noise, contens ne guerre MCCLXXXVI texte
888 De tous maulx dont Dieu puet garir Qui me requerra de combatre MCCLXXXVII texte
889 De males dagues de Bourdeaulx Qui me requerra de faire armes MCCLXXXVIII texte
890 J'ay a ma dame demandé Puis qu'il n'y a autre querelle MCCLXXXIX texte
891 L'air corrompu, la terre venimeuse Font en mains lieux causer l'epidemie MCCXC texte
892 Qui veult fuir la persecucion Se vous vouléz vie avoir longuement MCCXCI texte
893 A pluseurs voy maintes choses querir Ceuls qui ce font, sont plus que droictes bestes MCCXCII texte
894 Je, Raison, suy trop esbahie Qui jeusne sainctist, viéz enrrage MCCXCV texte
895 Vous, curiaulx, que juenesse demaine Foulz est a court qui trop s'i tient et crout MCCXCVI texte
896 Bon fait oïr, qui n'a ailleurs a faire Que pas ne soit par tel vent assotee MCCXCVII texte
897 Fuiéz truant, caymant, coquin Prenéz, pandéz, et ce sera bien fet MCCXCIX texte
898 Je ressoingne aler au moustier Mais ce sont tuit larron a Dieu MCCC texte
899 J'ay esté de divers estas Crier me fault : ― Oublie, oublie MCCCI texte
900 L'orfevre, Florigny, Roussay Jamais jour ne m'i quier embatre LCCCII texte
901 Je suis aux abais comme uns cerfs Ja n'y parleront que thioys MCCCV texte
902 Je ne cessay depuis .xxxii. ans Car en la fin nous fault touz rendre compte MCCCVI texte
903 Tous les oiseaulx et bestes qui seront Qui se destruit par couvoitise pure MCCCVII texte
904 De paradis ne sçaroie parler Le pais est un enfer en ce monde MCCCIX texte
905 Je croy qu'entre joueurs de dez Que sont partout les maronniers MCCCX texte
906 Ceuls qui ne partent de l'ostel Il ne scet rien qui ne va hors MCCCXI texte
907 Bon sont les chevaliers de terre Chascun est hardi en son art MCCCXII texte
908 Faisons tous bien, et ne nous fions mie Congnoissons Dieu en toute humilité MCCCXIII texte
909 Moult est uns clers qui a bon benefice Clers repentiz en nul cas ne vault rien MCCCXIV texte
910 Vous qui tenéz cinq prouvendes ou six Vous les tenéz a vo dampnacion MCCCXV texte
911 Las ! se Judich ploura pour Bethulie De chascun d'eulx ait Dieu mercy de l'ame MCCCXVI texte
912 O doulz pais, terre treshonourable Tel pais n'est qu'en royaume de France MCCCXVII texte
913 Poisson salé, char de porc enfumee Mal fait mangier a l'appetit d'autruy MCCCXVIII texte
914 Qui fait par tout les terres apovrir Justice fault, dont je suy esbahis MCCCXX texte
915 Gar toy de l'oiseleur qui prant On ne doit pas croire a tout homme MCCCXXII texte
916 Je me fusse marié long temps a Qui se marie, il a mal en sa teste MCCCXXXVI texte
917 O nobles chevaliers errans A tout compter, c'est toute perte MCCCXXXVIII texte
918 Vertus est ville vertueuse Chascun le puet veoir a l'ueil MCCCXXXIX texte
919 A tous vivans de la foy crestienne Larmes de sang et vengence cruele MCCCXL texte
920 Vous ambasseur et messagier Tousjours aréz d'uy a demain MCCCXLI texte
921 Je vy en chastel de Boissy Sine dubio, c'est latin MCCCXLIII texte
922 Ma treschiere et redoubtee dame De voz gens bien devéz estre servie MCCCXLIV texte
923 Je vous mercy, dames et damoiselles Car je voy bien : qui aime, a tart oublie MCCCXLV texte
924 Grant honte avoir doit le docteur qui presche Sa grant folour le fait partout reprandre MCCCXLVI texte
925 Avecques gens qui n'usent que d'un droit D'un droit pour eulx et d'un pour leurs voisins MCCCXLVII texte
926 S'argent plouvoit aussis espessement Sur tout mon corps ne maille ne denier MCCCXLIX texte
927 N'a gaires que je m'en aloie Deux chiens sont mauvais a un os MCCCL texte
928 Se roys David en son psaultier ne ment Il n'appartient de mentir a prodomme MCCCLI texte
929 O serviteur qui aux cours vous tenéz Je muir de froit, l'en mappayé du vent MCCCLII texte
930 Il vauldroit mieulx l'omme de faim perir Plus que fin or vault bonne renommee MCCCLIV texte
931 Quant j'ay veu et bien consideré Au jour d'ui n'est vie que de chanoingne MCCCLV texte
932 Se beau parler faisoit homme assagie Fy de semblant, se dedenz n'a bonne euvre MCCCLXII texte
933 De melin meleche, Regnault En vostre bouche a de beaux mos MCCCLXIII texte
934 Fevre, charpentier et maçon On ne puet bien sanz regle ouvrer MCCCLXIV texte
935 O jugement et vengence divine Ou tous serons condempnéz et peris MCCCLXV texte
936 Qui bien sçavoir veult l'art de rethorique Rethorique a en ce parfection MCCCLXVII texte
937 Les minieres d'or et d'argent Qui n'ara argent, si en quiere MCCCLXVIII texte
938 Qui veult besongner, sache a qui On en pert mainte foiz sa debte MCCCLXIX texte
939 Amour, paix et humilité S'il est ainsi, Dieu le scet bien MCCCLXX texte
940 Puis que Loy et Justice fault Las ! ou pourra l'en seur lieu querre MCCCLXXI texte
941 Chascuns dit que trestout va mal Car il n'est riens qui leur souffise MCCCLXXIII texte
942 Planne d'acier dont l'en fait les cerciaulx De l'an present, dont je suy presque mors MCCCLXXIV texte
943 Au Roy, nostre sire, supplie Sur ces poins estendre vostre grace MCCCLXXV texte
944 O jeunes gent, servéz jeusne seignour Car jeune et viel ne sont pas bien d'acort MCCCLXXVI texte
945 Qui veult le monde reformer Vont toutes les choses de plat MCCCLXXVII texte
946 A vous, monseigneur d'Orliens Chaperon tant comme yver dure MCCCLXXVIII texte
947 Vous, Loys, filz de roy de France Nous serve chaperon en teste MCCCLXXIX texte
948 Six poins firent Romme regner Le contraire destruit tout homme MCCCLXXX texte
949 Depuis le diluge qui fu Au jour d'ui nul ne se congnoit MCCCLXXXI texte
950 Merveille est de l'entendement Chascun veult jouer de la trompe MCCCLXXXII texte
951 Jeunes homs a com lins la veue ague Tant par pechié comme par viellesce MCCCLXXXIII texte
952 Comment se puet homs ordonner Fay de quanqu'om fait arrebours MCCCLXXXVI texte
953 Puis que je voy la Loy qui est le chief Pour commencer nouvelle region MCCCLXXXVII texte
954 Quelz nouvelles de l'Union Quant il ne sera plus d'argent MCCCLXXXVIII texte
955 Les prophetes du temps passé C'est bien dit, mais on n'en fait rien MCCCLXXXIX texte
956 Or est le Bruth concordant a Sebile La doit Bruthus estaindre sa banniere MCCCCXC texte
957 Uns paisans avoit un chien Advisent cy tuit foul et saige MCCCXCI texte
958 D'avocas, de phisiciens Pour Dieu, gardéz vous de tel gent MCCCXCII texte
959 A toutes gens d'entendement Mais ne prangne ja medicine MCCCXCIII texte
960 Je voy le temps Octovien Dit il voir ? ― Par ma foy, il ment MCCCXCIV texte
961 Le prince de haulte eloquence Pour compte de ses bourdes rendre MCCCCV texte
962 Qui fait la science acquerir Tout se fait par force d'argent MCCCCXXII texte
963 Quant se pourra tout reforner Quant les saiges gouverneront MCCCCXXIII texte
964 Des .vi. poins dont Romme regna Nostre empire va a sa fin MCCCCXXIV texte
965 Helas ! sire, visitéz moy Bien croy que ne gariray jamais MCCCCXXVI texte
966 Las ! ou sont les haulx instrumens Et obseques soir et matin MCCCCXXVII texte
967 O minieres d'or et d'argent Or, argent sont cause de mal MCCCCXXVIII texte
968 He ! oroison, abstinence et pité Pour mon confort, ou je seray dampne MCCCCXXX texte
969 Las ! nous sommes tuit esperdu Pour Dieu penséz du revenir MCCCCXXXI texte
970 Je ne me puis trop merveillier Un chien doit presque tout sçavoir MCCCCXXXII texte
971 Lettres des escoliers d'Orliens Je vous mande argent et salus MCCCCXXXIII texte
972 Mesiau pourry, faulx parjure et yvroingne Que brief mourras de mort laide et villaine MCCCCXXXIV texte
973 Comment te pourroit bien venir Car tu es haiz de chascun MCCCCXXXV texte
974 Helas ! je voy la dicision nee Rome la Grant, Troye, Grece, Armenie MCCCCXXXVI texte
975 Offices des hostelz royaux Faictes obeissance au vin MCCCCXXXVII texte
976 Qui trouveroit femme humble et debonnaire Avoir de Dieu ne plus grant joye au monde MCCCCXXXVIII texte
977 Il est bien foulz qui s'amortit Qui s'amortit, pis vault que mort MCCCCXLII texte
978 Sur tous les biens que Nature donna S'estre pouoit toudis en vo presence MCCCCXLIV texte
979 Je lieve des le point du jour Fay bien, l'en ne t'en fera point MCCCCXLVII texte
980 Nul qui bien face n'ait espoir Vous yréz a perdicion MCCCCXLVIII texte
981 J'ay perdu doulz apvril et may Toute maladie me nuit MCCCCXLIX texte
982 Bien m'a li temps et nature, tous deux Mais je n'ay peu demourer en ce point MCCCCL texte
983 Il vous fault pour vostre mesnage Penséz y, tout vous a mestier MCCCCLI texte
984 Pour la corruption oster S'eschuer vouléz vostre biere MCCCCLII texte
985 He ! Faulx Rapport et Envie dolente Quant je l'ayme sur toutes loyaument MCCCCLIII texte
986 Je vi, encor n'a pas long temps Escoutéz, Monseigneur dit voir MCCCCLV texte
987 Beau filz, belle fille et beau pere On ne doit pas croire chascun MCCCCLVI texte
988 Ou est Nembroth le grant jayant Soufléz, nostre vie n'est rien MCCCCLVII texte
989 Uns homs congnoit au bien chacier Qui autrement fait, il a tort MCCCCLVIII texte
990 Puis que l'en voit par longue experience Soy departir vault mieulx tart que jamais MCCCCLIX texte
991 Vouléz vous apprandre comment Le contraire de quanqu'om fait MCCCCLX texte
992 Au jour d'ui court doubteuse maladie Pluseurs sanz cause ont mal en leurs cheveulx MCCCCLXI texte
993 Quant l'en veult l'aumosne donner Quant chascun refuse la paix MCCCCLXII texte
994 J'ay perdu mon entendement Toute misere me gouverne MCCCCLXIII texte
995 Saul et Nabugodonosor Exemple aux mondains et au cloistre MCCCCLXV texte
996 Se Constantinoble perdi Penséz y tant comme je puis MCCCCLXVI texte
997 Toute la premiere vertu Laissent le mal, facent le bien MCCCCLXVII texte
998 Tousjours tourne le firmament Et selon ce, fault le temps faire MCCCCLXVIII texte
999 Puis que tettine se moustra Dame, aiéz pité de tettine MCCCCLXIX texte
1000 Tout regne est en dicision Frans cuers vivent a grant dangier MCCCCLXX texte
1001 Ce n'est pas tousjours saine vie Plus aise couche un seul que deux MCCCCLXXI texte
1002 Benois sont les habitans Je ne sçay comment telz gens vivent MCCCCLXXII texte
1003 Mes maris a ce qu'il lui fault Je lui feray d'autel pain souppe MCCCCLXXIII texte
1004 Veulz tu la congnoissance avoir Toute gent n'ont pas ceste guise MCCCCLXXIV texte
1005 Vieulx serviteurs et anciens Aléz vous ent en vo maison MCCCCLXXV texte
1006 Vous qui vouléz a droit estre servis De telz est bon, d'autres non, le service MCCCCLXXVI texte
1007 Belle et douce, entendéz a moy Ce n'est pas ce que vous querréz MCCCCLXXVIII texte
1008 Pluseurs parolent du dangier Mandent salutem et nummos MCCCCLXXX texte
1009 J'ay mainte foiz prins grant merencolie Et en ce fait condicion de leuve MCCCCLXXXI texte
1010 Tu qui deffendoies jadis Or es tu prins au trebuchet MCCCCLXXXII texte
1011 Las ! Franchise, je me confesse De male heure fust elle nee MCCCCLXXXIII texte
1012 Homs qui est seulz et il ne se marie Par mon serment, je ne sçay lequel faire MCCCCLXXXIV texte
1013 Compains, ne vueilliéz marier Pour ce l'appell'on rabatjoye MCCCCLXXXV texte
1014 On parle de larrons lier Femme est plus fort lien qui soit MCCCCLXXXVI texte
1015 Je souloie en jeunesce ouvrer Toutes mes forces sont estaintes MCCCCLXXXVII texte
1016 Dont viens tu ? Je viens de Paris Hé ! doulz amis, qu'en dit li Roys MCCCCLXXXVIII texte
1017 Ne faictes pas les dieux d'argent Telz simulacres n'aourons MCCCCLXXXIX texte
1018 Pour le salut de la Crestienté De cinquante ans en cinquante ans a Romme MCCCCXC texte
1019 Le temps vient de purgacion Qui trop prant, mourir fault ou rendre MCCCCXCI texte
1020 Six manieres sont de baillis Chascuns pour avoir se travaille MCCCCXCII texte
1021 Les temps, les ans, les meurs, les gens Toute chose se desnature MCCCCXCIII texte