Vous êtes ici : 2.3.2 > La francophonie et les différents usages du français > Une langue officielle > Langue officielle et langue administrative

Langue officielle et langue administrative

Reprenons notre définition de la francophonie :

ensemble des personnes, institutions et régions qui ont le français en partage, quel que soit l’usage que ces personnes, institutions ou régions font du français (langue maternelle, langue d'usage, langue administrative, langue d’enseignement, langue choisie, langue de culture, langue officielle, langue de communication…)

De la définition de la langue officielle qui vient d’être produite, on pourrait induire que « langue officielle » et « langue administrative » sont deux appellations synonymes, qu’il n’est pas utile de dissocier dans la définition de la francophonie. Ce n’est pas tout à fait le cas.

On vient de voir qu’une langue devient officielle par décision politique, le caractère officiel de la langue s’inscrivant dans la constitution. Mais tous les pays ne se sont pas dotés d’une langue officielle. La langue officielle est notamment la grande absente de la constitution des États-Unis d’Amérique, dont c’est une singularité, même si dans les faits l’anglais est utilisé dans l’administration des États-Unis.

Ainsi, si une langue officielle est toujours une langue administrative, une langue administrative peut ne pas être officielle. Ce constat n’est pas anodin ; il doit nous amener à conserver dans notre définition l’usage administratif de la langue, pour opposer la langue officielle (situation de droit) et la langue administrative (situation de fait) ; en revanche, nous pouvons rapprocher les deux étiquettes dans notre définition pour mieux en dégager les affinités :

ensemble des personnes, institutions et régions qui ont le français en partage, quel que soit l’usage que ces personnes, institutions ou régions font du français (langue maternelle, langue d'usage, langue officielle, langue administrative, langue d’enseignement, langue choisie, langue de culture, langue de communication…)

Dans la suite de l’exposé, nous parlerons essentiellement des langues officielles, par commodité, mais il ne faut pas perdre de vue que tout ce qui sera dit des langues officielles pourra être dit des langues administratives.