Vous êtes ici : 2.9.1 > La francophonie et les différents usages du français > Langues majoritaires et langues minoritaires > Une langue majoritaire

Une langue majoritaire

En sociolinguistique, une langue est dite « langue majoritaire » quand elle est la langue usuelle de la majorité des habitants d’un territoire. Langue usuelle, c’est-à-dire langue dans laquelle une personne s’exprime habituellement dans sa vie de tous les jours, autrement dit « langue vernaculaire ».

En quoi ce concept est-il éclairant ?

Dans l’examen que nous avons fait de la francophonie, l’aspect quantitatif majoritaire a dû être mis en avant en regard de l’usage ou du statut du français comme langue maternelle, pour justifier sa représentation sur les cartes géolinguistiques. Mais au moment de traiter de l’usage de la langue comme langue vernaculaire,on a soulevé l’hypothèse que ce que les cartes représentent sous l’étiquette de « langue maternelle » correspond plutôt aux régions et pays où le français est utilisé comme langue vernaculaire, car le dénombrement des locuteurs de français langue maternelle ne saurait faire réellement abstraction de tous les locuteurs qui ont une autre langue maternelle que le français mais usent du français dans leur vie de tous les jours, dans des circonstances en définitive bien plus nombreuses qu’ils ne font usage de leur langue maternelle.

Le fait que le caractère majoritaire d’une langue, qui en fixe la représentativité, soit associé par définition au caractère vernaculaire de la langue va dans le sens de cette hypothèse que c’est davantage le caractère vernaculaire que le caractère maternel de la langue qui est représenté sur les cartes géolinguistiques.

Notons encore qu’il arrive que soient représentées sur des cartes des majorités francophones, sans qu’il soit spécifié quel usage il est fait du français ; c’est notamment ce que se donne à représenter la carte de la concentration des francophones réalisée par l’OIF, que nous avons déjà vue au moment de fixer les premiers éléments de définition de la francophonie :

Mais une telle carte ne devient éclairante pour nous qu’à partir du moment où les données statistiques sont couplées à des données sociolinguistiques comme celle de langue vernaculaire.