Vous êtes ici : 2.9.1 > La francophonie et les différents usages du français > Langues majoritaires et langues minoritaires > Une langue majoritaire

2.9.1  Une langue majoritaire

Définition : Langue majoritaire

Une langue est dite « langue majoritaire » quand elle est la langue usuelle, ou vernaculaire, de la majorité des habitants d’un territoire.

En quoi le concept de « langue majoritaire » est-il éclairant ?

Dans l’examen que nous avons fait de la francophonie, l’aspect quantitatif majoritaire a dû être mis en avant en regard de l’usage ou du statut du français comme langue maternelle, pour justifier sa représentation sur les cartes géolinguistiques. En effet, les langues maternelles ne sont représentables sur les cartes géolinguistiques qu’en tant que langues maternelles des populations, non en tant que langues maternelles des individus.

Au moment de traiter de l’usage de la langue comme langue vernaculaire, il nous est apparu cependant que ce que les cartes géolinguistiques représentent sous l’étiquette de « langue maternelle » correspond plutôt aux régions et pays où le français est utilisé comme langue vernaculaire, car, pour une zone géographique donnée, le dénombrement des locuteurs de français langue maternelle ne saurait faire réellement abstraction de tous les locuteurs qui ont une autre langue maternelle que le français mais usent du français dans leur vie de tous les jours, dans des circonstances en définitive bien plus nombreuses qu’ils ne le font de leur langue maternelle, une langue qu’ils n’utilisent peut-être qu’en famille.

L’aspect majoritaire apparaît ainsi pertinent pour définir l’usage du français comme langue maternelle, mais principalement à des fins figuratives, pour déterminer la représentativité d’une langue et sa représentation sur les cartes géolinguistiques.

Notons encore qu’il arrive que soient représentées sur des cartes des « majorités francophones », sans qu’il soit spécifié quel usage il est fait du français dans ces « majorités » ; c’est notamment ce que se donne à représenter la carte de la concentration des francophones réalisée par l’OIF, carte que nous avons déjà vue au moment de fixer les premiers éléments de définition de la francophonie :

La concentration des francophones selon l’OIF12

Mais une telle carte ne devient éclairante pour nous qu’à partir du moment où les données statistiques qu’elle fournit sont couplées à des données sociolinguistiques.