Vous êtes ici : 4.3.2 > Le prestige linguistique > Prestige linguistique et variétés de la langue > Prestige et variété diastratique

Prestige et variété diastratique

Les exemples qui viennent d'être donnés décrivent une démarche généralement consciente, mais dans bien des cas la conscience que le locuteur a de sa capacité d’adaptation linguistique est moins évidente, en tout cas dans le cas des locuteurs francophones.

Dans le cas des locuteurs arabophones, les choses sont claires, puisqu’il y a un clivage très net entre l’arabe classique, variété haute de la langue, et l’arabe dialectal, langue courante et variété basse de la langue. Mais dans le cas des locuteurs francophones, la conscience de pratiquer plusieurs variétés de la langue française n’est pas toujours claire.

Par exemple, même si un étudiant francophone n’a pas l’impression de pratiquer deux variétés distinctes du français, il ne va pas utiliser dans ses travaux universitaires le même français que dans vos conversations avec vos amis. En d’autres termes, il va adapter son registre à son destinataire ou aux besoins de la situation de communication. Consciemment ou non, il adoptera une variété de la langue plus prestigieuse dans le contexte universitaire que dans votre vie courante.