Vous êtes ici : 4.3.2 > Le prestige linguistique > Prestige linguistique et variétés de la langue > Prestige et variété diastratique

4.3.2  Prestige et variété diastratique

Les exemples qui précèdent décrivent une flexibilité linguistique généralement consciente liée à des situations bien ciblées, mais dans bien des cas la conscience que le locuteur a de sa propre flexibilité linguistique est moins évidente, surtout dans le cas des locuteurs francophones.

La plupart des locuteurs francophones n’ont ainsi pas une conscience claire de pratiquer plusieurs variétés de la langue française en lien avec l’appartenance à des groupes sociaux, sans doute parce que le clivage entre les différents sociolectes et technolectes n’est pas toujours clairement marqué. Pourtant, un même locuteur pouvant appartenir à différents groupes sociaux, il maitrise, qu’il en ait conscience ou non, le technolecte ou le sociolecte de chaque groupe auquel il appartient et il tendra, naturellement, à utiliser un technolecte ou un sociolecte conforme à celui de la situation dans laquelle il se trouve.

Par exemple, un étudiant francophone ne va pas utiliser dans ses travaux universitaires le même français que dans ses conversations avec ses amis. Il utilisera un technolecte universitaire dans le premier cas, un sociolecte plus ou moins branché dans le second.

Dans certains cas toutefois, le locuteur va pouvoir opter pour un technolecte ou un sociolecte qu’il juge plus prestigieux, ou moins prestigieux, que celui qui est socialement attendu dans une situation donnée.

Léa, toujours elle, appartient au groupe des femmes, des parents d’élèves, des infographistes… et pratique de ce fait plusieurs sociolectes et technolectes. Dans la plupart des situations de sa vie, elle adoptera un sociolecte ou un technolecte en lien avec le groupe social représentatif de la situation où elle se trouve : avec ses collègues, elle adoptera le technolecte de sa profession, avec ses enfants elle adoptera le sociolecte des jeunes, etc. Mais elle pourra aussi, consciemment ou non, préférer user d’un sociolecte ou d’un technolecte qu’elle juge plus prestigieux, ou inversement peu prestigieux, dans une situation donnée. Elle pourra ainsi utiliser son technolecte professionnel pour rabattre le caquet de sa voisine d’en face qui la prend pour une demeurée, mais elle pourra renoncer à ce même technolecte professionnel pour un sociolecte neutre afin de mettre à l’aise le jeune stagiaire qu’elle accueille dans son service, etc.

En raison du prestige plus ou moins grand d’un technolecte ou d’un sociolecte (variation diastratique), elle pourra adapter ses choix linguistiques à la situation de communication (variation diaphasique).