Vous êtes ici : 5.1.4 > Diglossie, langues en contact et interférences linguistiques > Diglossie > La diglossie à l’aube de la naissance du français

La diglossie à l’aube de la naissance du français

Poursuivons notre avancée chronologique dans l’examen de notre étude de cas de diglossie qui nous conduit à l’aube de la naissance du français.

Qu’en était-il de la situation linguistique à l’époque de Charlemagne ?

Charlemagne, conscient de la nécessité de promouvoir une langue qui puisse assurer la communication à l’intérieur de son vaste empire, réintroduisit l’usage du latin classique et éleva celui-ci au rang de langue véhiculaire — nous avons vu cela au moment de définir l’usage véhiculaire de la langue.

Dans un premier temps, Charlemagne confia au moine anglais Alcuin d’York l’organisation d’un enseignement en latin classique pour les moines, qui n’arrivaient plus à comprendre le texte de la Vulgate1.

Le fait qu’il se soit tourné vers un Anglais pour accomplir cette tâche est tout à fait motivé, mais a été lourd de conséquence dans l’histoire de la langue française (et plus généralement dans celle des langues romanes). Pourquoi à un Anglais ? Parce que l’Angleterre, bien que romanisée, n’a jamais été latinisée, c’est-à-dire que le latin vulgaire ne s’y est jamais imposé, dans quelque usage de la langue que ce soit ; en revanche, le latin classique y a subsisté comme langue de l’administration romaine et comme langue de référence, et c’est justement cette préservation du latin classique en Angleterre qui a fait que Charlemagne s’est tourné vers un moine anglais pour réintroduire le latin classique dans son empire.

Sur le conseil d’Alcuin, Charlemagne mit en place un enseignement du latin classique à trois niveaux ; au premier niveau, l’école palatine (Aix-la-Chapelle) formait l’élite intellectuelle ; au deuxième, des écoles épiscopales ou monastiques prenaient en charge la formation des religieux ; au troisième, les curés auraient dû, en latin, initier les enfants à la grammaire et au calcul, mais ce niveau d’enseignement ne s’établit pas de manière durable.

Le latin classique redevint alors dans l’empire de Charlemagne non seulement une langue véhiculaire, ce qu’ambitionnait Charlemagne, mais aussi la langue de la culture et la langue de l’enseignement, la langue du pouvoir royal et de l’Église et la langue de l’administration, en d’autres termes, le latin classique fut sous Charlemagne langue véhiculaire, langue de référence et langue officielle. De manière plus symbolique, le latin classique devenait alors la langue de l’unification de ce vaste empire que Charlemagne venait de (re)construire.

Mais, du fait de cette réintroduction du latin classique, les lettrés carolingiens prirent conscience que la langue parlée quotidiennement (dont vous devez vous rappeler qu’elle était issue du latin vulgaire) avait tellement évolué qu’il était devenu impossible de faire comprendre un texte en latin classique à ceux qui n’avaient pas étudié cette langue, même s’ils avaient le latin pour langue maternelle. En témoignent notamment les conciles2 de 813, que Charlemagne réunit, entre autres, autour du constat que le peuple n’était plus capable de comprendre les homélies3 que les prêtres prononçaient à l’église en latin chrétien, une forme pourtant simplifiée du latin classique.

[…] ut easdem omelias quisque aperte transferre studeat in rusticam Romanam linguam aut Theodiscam, quo facilius cuncti possint intellegere quae dicuntur […]

(Tours, canon4 17)

Trad. : Et que chacun s’efforce de transposer clairement lesdites homélies en langue romane rustique ou en tudesque, afin que tous puissent plus facilement comprendre ce qui est dit.

Praedicet juxta quod intelligere vulgus possit

(Mayence, canon 25)

Trad. : Qu’il prêche de manière à ce que le peuple des fidèles puisse le comprendre.

Ut episcopi sermones et omelias sanctorum patrum prout omnes intellegere possunt secundum proprietatem linguae praedicare studeant

(Reims, canon 15)

Trad. : Que l’on s’efforce de prononcer les sermons de l’évêque et les homélies des saints pères dans une langue appropriée, afin que tous puissent comprendre.

La réintroduction du latin classique n’occasionna pas alors seulement une prise de conscience de la coexistence de deux langues, la langue officielle de l’empire de Charlemagne (latin classique), d’une part, et la langue vernaculaire (latin vulgaire), langue maternelle de la majorité de la population, d’autre part ; la réintroduction du latin classique ne fit que creuser le fossé entre ce latin officiel et les dialectes issus du latin vulgaire, un latin vulgaire façonné notamment sur l’ancien territoire de la Gallo-Romania par le celtique puis par le francique.

Ainsi, à l’époque de Charlemagne, malgré leur lien génétique, le latin classique et la forme qu’avait prise le latin vulgaire étaient perçus comme deux langues distinctes, non plus comme deux variantes d’une même langue, tant elles s’étaient différenciées. Objectivement, on se trouvait alors dans une situation de diglossie telle que Ferguson conçoit ce concept, mais la perception que les locuteurs avaient de leur situation linguistique nous fait plutôt tendre vers la conception qu’a Fishman de la diglossie.

 

 

1  Nom donné à la traduction de la Bible en latin initiée par saint Jérôme vers 400.

2 Concile : ‘assemblée d'évêques de l'Église catholique’

3 Homélie : ‘commentaire de circonstance prononcé par le prêtre lors d'une messe catholique’.

4 Canon : ‘texte qui précise une doctrine religieuse’