Vous êtes ici : 6.6 > Histoire de la langue française > Au moment de la naissance de la langue française

6.6  Au moment de la naissance de la langue française

Invasions celtes, installation des Gaulois, romanisation de la Gaule, invasions germaniques, installation des Francs, renaissance carolingienne sont les périodes qui constituent la « préhistoire » de la langue française.

On considère conventionnellement que les serments d’assistance prononcés en « français » à Strasbourg en 842 par deux des petits-fils de Charlemagne, Charles le Chauve et Louis le Germanique, contre leur frère Lothaire signent l’acte de naissance de la langue française, même si on a vu, dans le chapitre consacré à la variation, et plus particulièrement au moment de considérer la variation diachronique, que ces serments ne présentent pas encore toutes les caractéristiques de ce que nous appelons le français et sont rédigés dans une langue que, techniquement, on appelle d’ailleurs protofrançais :

Les Serments de Strasbourg

Pro Deo amur et pro christian poblo et nostro commun saluament, d’ist di in auant, in quant Deus sauir et podir me dunat, si saluarai eo cist meon fradre Karlo et in aiudha et in cadhuna cosa, si cum om per dreit son fradra saluar dift, in o quid il mi altresi fazet. Et ab Ludher nul plaid nunquam prindrai qui, meon uol, cist meon fradre Karle in damno sit.

Au moment où nait la langue française, la situation linguistique n’est pas différente de celle qui vient d’être décrite pour l’époque de la renaissance carolingienne (on est d’ailleurs toujours dans la période carolingienne, qui ne s’arrête qu’à la fin du xe siècle), la substitution de l’étiquette « protofrançais » à celle de « gallo-roman » dans le tableau ci-dessous est surtout symbolique.

La situation linguistique au moment de la naissance de la langue française

Au moment de la naissance de la langue française
Langue du roi francique
Langue du pouvoir latin classique
Langue de l’administration latin classique
Langue véhiculaire latin classique
Langue du culte latin chrétien (+ protofrançais)
Langue de la culture latin classique + protofrançais
Langue du savoir scientifique latin classique
Langue d’enseignement latin classique
Langue vernaculaire protofrançais

Il est toutefois important de dissocier, à partir de ce point, sous la langue de référence, la langue de la culture et la langue du savoir scientifique.

Au moment de la naissance de la langue française
Langue du roi francique
Langue du pouvoir latin classique
Langue de l’administration latin classique
Langue véhiculaire latin classique
Langue du culte latin chrétien (+ protofrançais)
Langue de la culture latin classique + protofrançais
Langue du savoir scientifique latin classique
Langue d’enseignement latin classique
Langue vernaculaire protofrançais

On a en effet conservé un texte littéraire en langue vulgaire, témoin du protofrançais, connu sous le nom de Séquence de sainte Eulalie (ou Cantilène de sainte Eulalie). Ce court poème, daté généralement de 881, ouvre au ixe siècle les voies d’une littérature en langue française, même si l’essentiel de la production littéraire de l’époque se fait encore en latin – il faut se souvenir que dans le système scolaire mis en place par Charlemagne, les lettrés sont formés en latin et leur production se fait donc surtout en langue latine. En revanche, il faudra attendre plusieurs décennies encore pour que la littérature scientifique suive les traces de la littérature et adopte la langue française.