Vous êtes ici : 6.7 > Histoire de la langue française > Au Xe siècle

6.7  Au Xe siècle

De toute la période de l’histoire de la langue française, le xe siècle est la seule « tranche » de la ligne du temps qui n’ait jamais été évoquée dans un des chapitres antérieurs du cours. C’est que même si, sur le plan de l’Histoire avec un grand « H », nos régions ont connu à cette époque des événements significatifs (la dynastie carolingienne s’est éteinte et a cédé sa place à la dynastie capétienne, une nouvelle ère s’est ouverte), au plan de l’histoire externe de la langue, il ne s’est rien passé qui mérite vraiment qu’on s’y arrête : comme nous l’avons rappelé au début de ce chapitre, les repères de l’Histoire ne doivent pas être confondus avec ceux qui marquent la langue.

La situation linguistique du xe siècle se dessine comme suit :

La situation linguistique au xe siècle

Au ixe siècle Au xe siècle
Langue du roi francique protofrançais
Langue du pouvoir latin classique latin classique
Langue de l’administration latin classique latin classique
Langue véhiculaire latin classique latin classique
Langue du culte latin chrétien
(+ protofrançais)
latin chrétien
+ protofrançais
Langue de la culture latin classique
+ protofrançais
latin classique
+ protofrançais
Langue du savoir scientifique latin classique latin classique
Langue d’enseignement latin classique latin classique
Langue vernaculaire protofrançais protofrançais

Le principal fait notable de notre point de vue est lié à la personnalité d’Hugues Capet, qui, élu roi, n’a pas seulement ouvert une nouvelle dynastie (la dynastie capétienne) mais a aussi été le premier roi des Francs de langue maternelle française (on ne parle pas encore de « roi de France » à l’époque).

Depuis Clovis, pendant toute la période franque et toute la période carolingienne, les rois des Francs étaient tous de langue maternelle francique. À partir d’Hugues Capet, les rois des Francs, puis les rois de France seront francophones – c’est-à-dire de langue maternelle française. C’est ce qui motive le maintien, dans notre tableau, de la distinction entre langue du roi et langues du pouvoir et de l’administration :

Au ixe siècle Au xe siècle
Langue du roi francique protofrançais
Langue du pouvoir latin classique latin classique
Langue de l’administration latin classique latin classique
Langue véhiculaire latin classique latin classique
Langue du culte latin chrétien (+ protofrançais) latin chrétien + protofrançais
Langue de la culture latin classique + protofrançais latin classique + protofrançais
Langue du savoir scientifique latin classique latin classique
Langue d’enseignement latin classique latin classique
Langue vernaculaire protofrançais protofrançais

Sur un autre plan, parmi les quelques rares témoins linguistiques en langue française (c’est-à-dire, techniquement, en protofrançais) que nous avons conservés de ces temps reculés, figure un brouillon de sermon, mêlant le « français » au latin :

Fragment du brouillon d’un sermon du Xe siècle

Ce document révèle que les recommandations des conciles de 813 étaient alors suivies tant bien que mal – une analyse linguistique de ce document révèlerait à quel point il pouvait sembler ardu à l’époque de mettre par écrit une langue qui ne s’était jusqu’alors développée qu’oralement :

Au ixe siècle Au xe siècle
Langue du roi francique protofrançais
Langue du pouvoir latin classique latin classique
Langue de l’administration latin classique latin classique
Langue véhiculaire latin classique latin classique
Langue du culte latin chrétien (+ protofrançais) latin chrétien + protofrançais
Langue de la culture latin classique + protofrançais latin classique + protofrançais
Langue du savoir scientifique latin classique latin classique
Langue d’enseignement latin classique latin classique
Langue vernaculaire protofrançais protofrançais

Du xe siècle nous sont également parvenues une version en français de la vie de saint Léger, ainsi qu’une passion, c’est-à-dire une pièce de théâtre – mais aussi de nombreuses versions en latin des mêmes textes qui révèlent que le latin demeure la langue de référence préférentielle.

Au ixe siècle Au xe siècle
Langue du roi francique protofrançais
Langue du pouvoir latin classique latin classique
Langue de l’administration latin classique latin classique
Langue véhiculaire latin classique latin classique
Langue du culte latin chrétien (+ protofrançais) latin chrétien + protofrançais
Langue de la culture latin classique + protofrançais latin classique + protofrançais
Langue du savoir scientifique latin classique latin classique
Langue d’enseignement latin classique latin classique
Langue vernaculaire protofrançais protofrançais