Platel - Plateau

n.m.

XVe siècle - chez Chiquart

(Recherche et rédaction réalisées par Florian Dieu)

Petit récipient à fond plat.

Du latin vulgaire *plattus1, 'assiette', le mot évolue vers une forme prononcée [platel] en ancien et moyen français, signifiant, 'grand plat dans lequel on sert qch'2. Notons qu'aux XIIIe et XVe siècles, le mot a aussi porté le sens de « petit récipient, [...] écuelle »3. En français moderne, nous trouvons ensuite la forme [plato], qui connaît plusieurs définitions spécifiques en plus de celle que connaît également [platəl], à savoir, 'plat pour mettre cuire le pain mollet', 'plaque de tôle pour mettre la pâtisserie dans le four' ou encore,' grand plat qu'on place sur une table pour y disposer des fruits, etc.'4. De par sa parenté avec le mot plat, nous avons pris le parti de considérer que la forme employée dans Du fait de cuysine était une forme française.

Chiquart fait le même usage des plateaux que celui qu'il fait des platz, à savoir que ceux-ci sont utilisés pour le service. L'ustensile n'est cité qu'une seule fois par le maître queux, au f°37v, « quant viendra au drecier si mectés vostre grein en beaux plateaux », en conséquence, il est difficile de pouvoir faire une description précise de cet ustensile.

FORMES


1 DAUZAT A., Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, Librairie Larousse, 1938, s.v. plat.

2 FEW, IX, s.v. plattus.

3 Rey A. (dir.), Dictionnaire culturel en langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, 2005, II, s.v. plat, plate.

4 FEW, IX, s.v. plattus.